Les cordes sensibles de Sophye Soliveau, harpiste soul

Elle poursuit sa formation grâce au conservatoire public de Bourg-La-Reine - mais trop jeune pour le chant lyrique, elle jette son dévolu sur la harpe, instrument qui trônait au fond de l'appartement familial (Photo, X).
Elle poursuit sa formation grâce au conservatoire public de Bourg-La-Reine - mais trop jeune pour le chant lyrique, elle jette son dévolu sur la harpe, instrument qui trônait au fond de l'appartement familial (Photo, X).
Short Url
Publié le Mardi 25 juin 2024

Les cordes sensibles de Sophye Soliveau, harpiste soul

  • Sur scène, elle oscille entre des solos voix et harpe aux tonalités de soul music intimiste et nostalgique, et des improvisations jazzy
  • Il lui a fallu passer par un rejet du conservatoire, et même de la musique pour retrouver sa voie

 

LILLE: Sa harpe, incongrue à première vue entre basse et batterie, trouve sa place dès les premières notes: Sophye Soliveau, harpiste et chanteuse, fait partie des dix finalistes du prix musical Joséphine, alternative aux Victoires de la musique, grâce à son premier album, un "journal intime" où elle parle d'"amour".

La trentenaire rencontrée à Lille en juin, poursuit une tournée qui doit la mener à Rennes, Valence et Berlin en juillet avant de jouer au festival Jazz à la Villette le 4 septembre à Paris.

Sur scène, elle oscille entre des solos voix et harpe aux tonalités de soul music intimiste et nostalgique, et des improvisations jazzy, embarquant parfois la salle comme un choeur de gospel.

Née en 1989 à Clamart, d'origine guadeloupéenne, elle grandit en région parisienne, entre les cours du conservatoire où elle rentre en CM2 et la culture musicale familiale, nourrie du R'nB prisé par sa fratrie et des cantiques adventistes que chantait sa maman.

"On écoutait beaucoup de musique ensemble", mais "il n'y avait pas forcément d'endroits où je pouvais faire des croisements entre ce que j'apprenais au conservatoire et ce que j'apprenais chez moi", se souvient-elle.

Fascinée par la voix d'une chanteuse lyrique amatrice entendue au centre social, elle prend des cours de chants avec une professeure particulière.

Elle poursuit sa formation grâce au conservatoire public de Bourg-La-Reine - mais trop jeune pour le chant lyrique, elle jette son dévolu sur la harpe, instrument qui trônait au fond de l'appartement familial, mystérieusement cachée sous un drap.

Au conservatoire, elle découvre "une culture qui n'est pas vraiment la mienne". "J'ai bien senti que je n'étais pas à ma place", raconte la musicienne, se souvenant de réflexe "raciste" d'enseignants se tournant vers elle dès qu'étaient abordées des formes musicales associées à sa couleur de peau - gospel par exemple.

«Malaise»

Face au racisme, "on veut toujours inventer des excuses pour les gens, ce qu'ils font, ce qu'ils disent. Parce qu'on ne veut pas admettre qu'on est vraiment tombé dans ce monde-là, dans ce corps-là", explique Sophye Soliveau, se cachant derrière un éclat de rire sonore.

"Encore aujourd'hui, je suis dans le déni. (...) Mais il y a un malaise. Et ce malaise-là, il n'y a pas de mots dessus, du coup, ça met trop de temps à se défaire".

Il lui a fallu passer par un rejet du conservatoire, et même de la musique pour retrouver sa voie.

"Je n'avais plus de harpe. D'ailleurs, je n'ai jamais possédé de harpe, ce qui est un signe de quelque chose", souligne-t-elle. "J'ai arrêté pendant longtemps", puis "j'ai recommencé à chanter parce que c'est mon premier lien avec la musique".

Son premier album, humblement intitulé "Initiation", sorti en 2024 après une campagne de financement participatif, est écrit comme un "journal intime", composé la nuit sur une harpe louée à un voisin.

Pas de message politique au premier degré: "mon projet parle d'amour", dit-elle.

Elle revendique l'influence des légendes de la musique afro-américaine comme Tracy Chapman ou les pionnières du renouveau de la soul à la fin des années 90 Angie Stone et Erykah Badu, mais aussi du compositeur et pianiste français Francis Poulenc.

Au Lille Piano(s) Festival, elle a conquis le public avec "Leave", Partir, un morceau qui parle à la fois d'une rupture amoureuse et de la question qui se pose lorsqu'on est noir dans une France où l'extrême droite est en plein essor, une situation qui lui "serre le ventre".

Partir, "la question, c'est juste quand" et "où ? Où est-ce qu'on va aller. Où est-ce que je suis chez moi ?"


«  Sunny », la comédie à suspense d'Apple TV sur le thème des robots, un surprenant triomphe 

"Sunny" sur Apple TV. (Photo capture d'écran)
"Sunny" sur Apple TV. (Photo capture d'écran)
Short Url
  • Dans les trois épisodes disponibles à l'heure où nous écrivons ces lignes, la série mêle violence sanglante, humour - à la fois noir et stupide -, esthétique excentrique, prises méditatives sur la perte et exploration de la façon dont la technologie joue
  • "Sunny" est un slow-burn captivant, rythmé avec assurance par la showrunner Katie Robbins et magnifiquement interprété par ses acteurs, pour la plupart japonais

DUBAI : Le début de la série mettant en scène le couple bizarre de "Sunny" sur Apple TV n'est pas particulièrement prometteuse - dans un Japon du futur proche, une veuve éplorée, Suzie Sakamoto (Rashida Jones), fait équipe avec le robot titulaire pour tenter d'élucider la disparition mystérieuse (et, apparemment, la mort) de son mari et de son fils dans un accident d'avion. Jusqu'ici, rien de génial.

Mais "Sunny" est en fait un délice. Dans les trois épisodes disponibles à l'heure où nous écrivons ces lignes, la série mêle violence sanglante, humour - à la fois noir et stupide -, esthétique excentrique, prises méditatives sur la perte et exploration de la façon dont la technologie joue sur nos peurs et nos désirs. Jones est excellente dans le rôle de l'Américaine expatriée qui est venue au Japon en quête de solitude et qui, au lieu de cela, a trouvé l'amour auprès de Masa (Hidetoshi Nishijima) au grand cœur, avec qui elle a eu un fils, Zen.

Après leur disparition, Suzie se voit offrir un "homebot", Sunny, par les employeurs de son mari, une entreprise technologique pour laquelle Masa était ingénieur en réfrigération. C'est du moins ce qu'il a dit à Suzie. Mais elle apprend alors que Masa a programmé Sunny spécialement pour elle - son premier indice que Masa n'a peut-être pas été tout à fait honnête avec elle.

Suzie n'est pas une adepte de la technologie, aussi son premier réflexe est-il de rejeter les tentatives de Sunny, trop mignonne, pour se lier à elle, tout comme elle essaie d'ignorer la langue tranchante de sa belle-mère Noriko et son mépris évident pour l'Américaine que son fils a choisi d'épouser.

Mais au fur et à mesure que Suzie découvre des détails sur la vie professionnelle de son mari (lors d'une fête d'entreprise, l'un des sous-fifres de Masa parle de lui avec crainte) et sur sa disparition, elle commence à réaliser que Sunny pourrait bien détenir la clé d'une sinistre conspiration.

Suzie est aidée dans sa quête par une serveuse de bar à cocktails, Mixxy (Annie la maladroite, auteur-compositeur-interprète et star des réseaux sociaux), qui apporte un autre aspect gênant à la relation entre Suzie et Sunny, ainsi qu'une fenêtre pour Suzie sur le monde souterrain du piratage informatique. Mais tandis que Suzie mène ses propres investigations, elle est elle aussi traquée et observée par une bande de criminels de l'ombre dirigée par le sinistre et effrayant Hime, qui, semble-t-il, connaissait aussi Masa.

"Sunny" est un slow-burn captivant, rythmé avec assurance par la showrunner Katie Robbins et magnifiquement interprété par ses acteurs, pour la plupart japonais. Malgré les nombreuses facettes de la série, la touche adroite de Robbins lui permet d'éviter de sombrer dans la confusion et de retenir l'attention du public en l'entraînant dans une histoire qui utilise des éléments familiers de plusieurs genres pour créer quelque chose d'unique.


Mohammed Khoja rend hommage à l'Arabie saoudite dans sa nouvelle collection

Mohammed Khoja est le fondateur de la marque de luxe Hindamme. (Fourni)
Mohammed Khoja est le fondateur de la marque de luxe Hindamme. (Fourni)
Short Url
  • Hindamme est un ancien adjectif arabe signifiant « une forme esthétique harmonieuse »
  • Mohammed Khoja espère capturer cette essence dans chacune de ses créations, en adoptant une approche audacieuse mais minimaliste du prêt-à-porter

RIYAD : « J'étais très motivé par l'idée d'intégrer mes expériences en tant que Saoudien et de contribuer à la création d'une identité saoudienne plus contemporaine à travers mon point de vue », explique Mohammed Khoja, couturier saoudien et fondateur de la marque de luxe Hindamme, à Arab News. « Mon objectif ultime est d'ouvrir davantage de portes et de faire rayonner la culture saoudienne à travers le monde. »

« Hindamme a connu une croissance considérable depuis sa création, et je suis très optimiste quant à l'avenir. Je pense que des marques comme la mienne sont particulièrement lucratives, et j'ai constaté une augmentation de la demande ainsi que des opportunités de croissance ces derniers mois », ajoute-t-il.

Hindamme est un ancien adjectif arabe signifiant « une forme esthétique harmonieuse ». Khoja espère capturer cette essence dans chacune de ses créations, en adoptant une approche audacieuse mais minimaliste du prêt-à-porter.

--
Mohammed Khoja est le fondateur de la marque de luxe Hindamme. (Fourni)

La collection « Season V » (Saison V) de Hindamme, par exemple, s'inspire de la théorie des couleurs et comprend des dégradés qui améliorent l'humeur, ainsi que des thèmes futuristes inspirés de la nature, utilisant des tissus tels que le velours, le nylon et le satin. Khoja a dévoilé ces créations à Paris en juin dernier, aux côtés de 15 autres stylistes saoudiens, lors d'un événement pop-up intitulé Emerge. Cet événement était organisé par la Commission saoudienne de la mode et MoCX, le département général de l'innovation du ministère saoudien de la culture, en partenariat avec la Commission saoudienne des arts visuels, la Commission saoudienne des arts culinaires et la Commission saoudienne pour la musique.

La collection « Season V », créée pendant les confinements liés au COVID-19, reflète en partie le désir de Khoja de se « reconnecter » avec la Terre. Parmi les pièces notables se trouve un blazer au dégradé de température, conçu par Khoja comme un puissant rappel de la menace du changement climatique.

Pour sa dernière collection, sa sixième, le créateur s'est inspiré de différentes régions de son pays d'origine.  

« Elle est inspirée par mon amour des voyages et rend hommage à la volonté du Royaume de promouvoir le tourisme. J'ai conçu des pièces qui sont comme des cartes postales raffinées pour chaque région – c'est vraiment une lettre d'amour à notre diversité culturelle. Les nouvelles créations sont également une leçon de narration visuelle; elles vous invitent à un voyage de découverte à travers chacune de ces magnifiques régions », ajoute M. Khoja.

M. Khoja explique qu'il a passé des mois à effectuer des recherches approfondies. « J'ai intégré les points de repère les plus emblématiques et représentatifs. Chaque modèle incorpore l'iconographie de chaque région comme Jeddah, Riyad, Aseer, la Province de l'Est et AlUla. »

Khoja nous présente ici quelques-unes des pièces de sa dernière collection.

AlUla

--
« Les langues anciennes et l'art rupestre sont essentiels pour AlUla en raison de sa riche histoire des civilisations lihyanite et nabatéenne, c'est pourquoi je les ai intégrés à la chemise. En plus des inscriptions et gravures anciennes, la chemise AlUla est ornée de sites célèbres et de points de repère tels que Hegra et le Rocher de l'Éléphant, ainsi que du majestueux léopard d'Arabie », explique le couturier.

Aseer

--
La chemise en soie Aseer de Khoja présente un arrière-plan peint à la main du village de Rijal AlMaa, décoré de motifs Al-Qatt Al-Aseeri, que le créateur considère comme une source d'inspiration majeure tout au long de sa carrière. « La culture d'Aseer a toujours été une grande influence pour moi. J'ai grandi en lisant des livres sur la beauté de l'artisanat et sur la manière dont les femmes de la région se spécialisaient dans cet art », explique le styliste, ajoutant qu’Al-Qatt Al-Aseeri a également été la source d'inspiration de sa première collection.

Jeddah
--
« Jeddah est un ensemble coloré d'iconographies représentant les couleurs vives de la ville côtière », explique M. Khoja. « Jeddah est connue pour ses couchers de soleil spectaculaires, et j'ai voulu en faire la pièce maîtresse. La chemise intègre également la célèbre fontaine et l'architecture du quartier historique de Jeddah, Al-Balad. »

Province de l'Est
--
« Pour la province de l'Est, j'ai mis en avant des lieux emblématiques de la région, tels que Jabal Qarra à AlAhsa, Ithra et le puits n° 7 de Dammam - le premier puits de pétrole découvert dans le Royaume », indique M. Khoja.

Riyad
--
« La chemise en soie de Riyad est une autre pièce de narration visuelle, mettant en avant les repères modernes et emblématiques de notre capitale bien-aimée, tels que le KAFD, la tour du Royaume et la tour Al-Faisaliyah. La chemise s'imprègne des riches traditions de son passé avec un hommage en néon à Diriyah et des motifs inspirés des anciennes portes Najdi », a conclu M. Khoja.


Six marques de mascaras arabes à essayer

Short Url

Voici six marques arabes proposant des mascaras pour mettre en valeur vos yeux, dont certains sont conçus pour résister à la chaleur de la région et aux activités estivales.

Asteri Beauty

--

Le mascara Maha de la marque saoudienne promet de tenir toute la journée sans s'écailler, ce qui est parfait pour les exigences de la saison estivale. Il est disponible en format standard et mini.

By Mina Al-Sheikhly

--
En plus des mascaras noirs de l'influenceuse irakienne, elle propose également des options colorées en bleu, vert, bordeaux et marron, ajoutant une touche ludique à vos looks d'été.

Huda Beauty

--
L'influenceuse américano-irakienne Huda Kattan propose deux mascaras : Legit Lashes et 1 Coat Wow ! Ils promettent de donner du volume, de la longueur et de l'ondulation, alors choisissez votre solution.

Noha Nabil

--
Vous cherchez un mascara qui peut supporter les journées à la piscine et à la plage ? La marque de l'influenceuse koweïtienne Noha Nabil propose le mascara waterproof Here to Stay, conçu pour résister à la chaleur de la région et aux activités estivales.

Bassam Fattouh

--
Le mascara noir de jais Eye Dare du maquilleur libanais Bassam Fattouh aide à allonger les cils.

Bex Beauty

--

Fondée par la chanteuse émiratie et yéménite Balqees Fathi, cette marque propose Dialogue, un mascara volumateur enrichi en vitamines C et E. Il est végétalien et sans cruauté.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com