L’Iran menace d’expulser les inspecteurs nucléaires de l’ONU, le CGRI démontre sa capacité terroriste

L’Iran a affirmé lundi qu’il avait repris l’enrichissement de l’uranium à 20% dans une centrale nucléaire souterraine. (Photo/AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 10 janvier 2021

L’Iran menace d’expulser les inspecteurs nucléaires de l’ONU, le CGRI démontre sa capacité terroriste

  • En novembre, le parlement a adopté une loi qui oblige le gouvernement à arrêter les inspections de ses sites nucléaires si les sanctions ne sont pas assouplies
  • Téhéran a déclaré que les inspecteurs de l’organe de surveillance nucléaire de l’ONU seraient expulsés du pays si les sanctions ne sont pas levées d’ici le 21 février

DJEDDA : L’Iran a lancé un double défi à Joe Biden samedi, un peu plus d’une semaine avant l’investiture du nouveau président américain.

Téhéran a déclaré que les inspecteurs de l’organe de surveillance nucléaire de l’ONU seraient expulsés du pays si les sanctions ne sont pas levées d’ici le 21 février, alors que le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) ont fait une démonstration de force navale dans le golfe Arabique.

En novembre, le parlement a adopté une loi qui oblige le gouvernement à arrêter les inspections de ses sites nucléaires par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et à intensifier l’enrichissement de l’uranium au-delà de la limite fixée par l’accord nucléaire de Téhéran de 2015 si les sanctions ne sont pas assouplies.

L’organe de surveillance du Conseil des Gardiens iranien a approuvé la loi le 2 décembre et le gouvernement a affirmé qu’il la mettra en œuvre.

« D’après cette loi, si les Américains ne lèvent pas les sanctions financières, bancaires et pétrolières d’ici le 21 février, nous expulserons définitivement les inspecteurs de l’AIEA de notre pays », a déclaré samedi le député Ahmad Amirabadi Farahani.

En 2019, l’Iran a commencé à violer le Plan d’action global commun (PAGC) de 2015 en réponse au retrait du président américain Donald Trump en 2018 et la réimposition des sanctions américaines levées en vertu de l’accord.

La semaine dernière, Téhéran a admis avoir repris l’enrichissement de l’uranium à 20% dans sa centrale nucléaire souterraine de Fordo, violant une fois de plus l’accord et compliquant les efforts de Biden d’y revenir.

Le Guide suprême, l’Ayatollah Ali Khamenei, a indiqué samedi que Téhéran n’était pas pressé que les États-Unis reviennent à l’accord, mais que les sanctions doivent être levées immédiatement.

Il a exclu les négociations autour du programme de missiles de Téhéran et de son ingérence régionale, comme exigé par les États-Unis et d’autres grandes puissances.

« À l’opposé des États-Unis, l’implication de l’Iran dans la région crée une stabilité et vise à prévenir l’instabilité… L’implication de l’Iran dans la région est définitive et se poursuivra », a souligné Khamenei.

Pendant que Khamenei parlait, le CGRI faisait une parade navale dans le Golfe pour marquer le cinquième anniversaire de la saisie de deux navires de la marine américaine et de 10 membres d’équipage près de l’île Farsi en 2016.

La télévision d’État a précisé que des centaines de bateaux ont participé à cette parade.

La semaine dernière, l’Iran a saisi un navire pétrolier sud-coréen et son équipage dans le Golfe et continue de retenir le navire au port de Bandar Abbas.

Téhéran cherche à accroître son influence sur Séoul avant que des négociations de plus de 7 milliards de dollars de fonds iraniens ne soient gelées dans les banques sud-coréennes en raison des sanctions américaines.

 


Washington dénonce une «désinformation» russe sur les vaccins américains anti-Covid

Le porte-parole du département d'Etat Ned Price (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon le quotidien Wall Street Journal, qui a révélé cette information, cette campagne vise notamment le vaccin de Pfizer/BioNTech
  • «Ces sites contiennent de la désinformation au sujet de deux des vaccins qui ont été autorisés» aux Etats-Unis

WASHINGTON: Les Etats-Unis ont dénoncé lundi une campagne de "désinformation" menée en ligne par la Russie contre deux des vaccins anti-Covid-19 autorisés aux Etats-Unis.

L'unité de la diplomatie américaine chargée de surveiller et contrer la propagande étrangère "a identifié quatre plateformes internet russes, dirigées par les services russes de renseignement, qui répandent la désinformation", a déclaré le porte-parole du département d'Etat Ned Price.

"Ces sites contiennent de la désinformation au sujet de deux des vaccins qui ont été autorisés" aux Etats-Unis, a-t-il ajouté devant la presse.

Selon le quotidien Wall Street Journal, qui a révélé cette information, cette campagne vise notamment le vaccin de Pfizer/BioNTech. Les autorisés sanitaires américaines ont également donné leur feu vert au vaccin de Moderna et, très récemment, à celui de Johnson & Johnson.

"Il est très clair que la Russie a recours à ses vieilles méthodes, et en faisant cela met potentiellement en péril des personnes puisqu'elle répand la désinformation au sujet de vaccins dont nous savons qu'ils sauvent des vies chaque jour", a martelé Ned Price.


Biden accorde une protection temporaire aux Vénézuéliens présents aux Etats-Unis

Comme Donald Trump avant lui, Joe Biden considère l'opposant Juan Guaido comme président par intérim du Venezuela et ne reconnaît pas Nicolas Maduro comme président légitime (Photo, AFP).
Short Url
  • Ce «statut de protection temporaire», qui protège d'une expulsion et octroie un droit de travail, pourrait concerner au total plus de 300 000 Vénézuéliens
  • «Les Vénézuéliens n'ont aucune garantie de sécurité s'ils rentrent chez eux»

WASHINGTON: Le président américain Joe Biden a accordé un statut de protection temporaire à des dizaines de milliers de Vénézuéliens présents aux Etats-Unis, a indiqué lundi un haut responsable américain.

Ce "statut de protection temporaire" (TPS), qui protège d'une expulsion et octroie un droit de travail, pourrait concerner au total plus de 300 000 Vénézuéliens, a-t-on précisé de même source.

Cette décision était une promesse de campagne du candidat démocrate, qui avait déploré l'attitude de Donald Trump sur ce dossier.

"Les Vénézuéliens n'ont aucune garantie de sécurité s'ils rentrent chez eux", a indiqué ce responsable américain.

Cette protection spéciale ne s'appliquera qu'aux personnes présentes sur le territoire américain le 8 mars 2021. "Si vous arrivez demain, ou après, vous ne pourrez pas en bénéficier", a mis en garde ce responsable.

Malgré sa ligne dure contre Nicolas Maduro, Donald Trump a toujours refusé d'étendre ce statut aux Vénézuéliens, en raison de sa politique anti-immigration.

Comme Donald Trump avant lui, Joe Biden considère l'opposant Juan Guaido comme président par intérim du Venezuela et ne reconnaît pas Nicolas Maduro comme président légitime.

Depuis trois ans, les Etats-Unis ont multiplié les pressions diplomatiques et les sanctions économiques pour chasser ce dernier du pouvoir. Sans succès.


Blanchi par la Cour suprême, Lula devient éligible à la présidentielle de 2022

Un juge de la Cour suprême du Brésil a ordonné lundi l'annulation de l'ensemble des condamnations de l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva pour corruption, le rendant potentiellement éligible pour affronter Jair Bolsonaro à la présidentielle de 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le juge Edson Fachin a estimé que le tribunal de Curitiba qui avait condamné Lula dans quatre procès n'était «pas compétent» pour juger ces affaires
  • La Bourse de Sao Paulo a chuté de plus de 4% peu après l'annonce de la décision du juge qui fait grincer des dents dans les milieux d'affaires

BRASILIA: L'ex-président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva peut désormais affronter Jair Bolsonaro à la présidentielle de 2022, après qu'un juge de la Cour suprême a annulé lundi toutes ses condamnations pour corruption et l'a rétabli dans ses droits politiques.

Cette décision a fait l'effet d'une bombe, propulsant de nouveau l'icône de la gauche brésilienne dans l'arène politique, dans un Brésil plus polarisé que jamais après deux ans de mandat du président d'extrême droite Jair Bolsonaro.

Le juge Edson Fachin a estimé que le tribunal de Curitiba (Sud) qui avait condamné Lula dans quatre procès n'était "pas compétent" pour juger ces affaires.

Celles-ci seront à présent jugées par un tribunal fédéral de Brasilia. En attendant, l'ex-président (2003-2010) recouvre ses droits politiques et peut briguer un troisième mandat.

"Lula innocent", a réagi sobrement sur Twitter le Parti des Travailleurs (PT), formation de gauche cofondée en 1980 par Lula, qui pour sa part restait silencieux.

Lula, 75 ans, avait déjà purgé un an et demi de prison pour corruption, d'avril 2018 à novembre 2019, avant d'être libéré sur décision collégiale de la Cour suprême.

Au moment où il avait été incarcéré, l'ancien chef de l'Etat était donné favori des sondages pour la présidentielle d'octobre 2018.

Deux ans et demi plus tard, dans un sondage récent, Lula apparaît comme le seul capable de battre Jair Bolsonaro au prochain scrutin, en 2022: 50% des personnes interrogées se disaient prêtes à voter pour lui, contre 44% pour le président sortant.

Impartialité mise en cause 

La Bourse de Sao Paulo a chuté de plus de 4% peu après l'annonce de la décision du juge qui fait grincer des dents dans les milieux d'affaires.

Plusieurs alliés de M. Bolsonaro ont critiqué l'annulation des condamnations de Lula, jugée "révoltante" par le député de droite Bibo Nunes, du Parti Social Libéral (PSL).

"Lula candidat! Le Brésil a succombé, on va devoir supporter l'euphorie des antifas et des communistes", a écrit pour sa part sur Twitter Coronel Tadeu, un autre parlementaire de la même formation.

Mais les dirigeants du PT ont préféré rester prudents, craignant de nouveaux rebondissements dans le feuilleton judiciaire autour de Lula qui a tenu les Brésiliens en haleine depuis des années.

"Nous attendons l'analyse juridique de la décision du juge Fachin, qui a reconnu avec cinq ans de retard que Sergio Moro n'aurait jamais dû juger Lula", a déclaré sur Twitter Gleisi Hofman, présidente du parti.

Elle fait allusion au juge Moro, figure de proue de la lutte anticorruption au Brésil, dont la condamnation en première instance de Lula en juillet 2017 a été le principal fait d'armes.

Il était devenu par la suite ministre de la Justice de Jair Bolsonaro, avant de démissionner avec fracas en avril 2020.

Les condamnations de Lula à Curitiba, dans le cadre de l'opération anticorruption "Lavage express" avaient déjà été discréditées ces derniers mois, l'impartialité des juges et des procureurs ayant été mise en doute par des échanges de messages dévoilés par le site The Intercept Brasil.

Lula avait notamment été accusé de recevoir des pots-de-vin pour favoriser des entreprises du bâtiment dans l'octroi de marchés publics, notamment liés à la compagnie pétrolière d'Etat Petrobras.

La première condamnation, de 10 ans et 8 mois de réclusion, portait sur un appartement triplex en bord de mer que Lula aurait reçu de la part d'une de ces sociétés de BTP.

La deuxième portait sur des travaux de rénovation financés par deux groupes du bâtiment dans une propriété rurale à Atibaia, dans l'Etat de Sao Paulo (Sud-Est).

Ces deux condamnations avaient été confirmées en appel. Il avait aussi été condamné en première instance dans deux affaires pour des irrégularités présumées sur des dons versés par des entreprises à l'Institut Lula.