Israël s'enfonce dans la bande de Gaza alors que le Hamas accuse Netanyahu de dresser de nouveaux "obstacles" à la conclusion d'un accord

Les habitants de Gaza ont déclaré que les chars avançaient depuis au moins trois directions et atteignaient le cœur de la ville de Gaza, soutenus par des tirs israéliens nourris depuis l'air et le sol. (Reuters)
Les habitants de Gaza ont déclaré que les chars avançaient depuis au moins trois directions et atteignaient le cœur de la ville de Gaza, soutenus par des tirs israéliens nourris depuis l'air et le sol. (Reuters)
Short Url
Publié le Mardi 09 juillet 2024

Israël s'enfonce dans la bande de Gaza alors que le Hamas accuse Netanyahu de dresser de nouveaux "obstacles" à la conclusion d'un accord

  • Offensives en cours à Daraj et Tuffah à l'est et à Tel Al-Hawa, Sabra et Rimal plus à l'ouest.
  • La poussée des blindés lourds intervient alors que l'Égypte, le Qatar et les États-Unis intensifient leurs efforts de médiation en vue d'un pacte de cessez-le-feu.

GAZA : Les forces israéliennes ont avancé plus profondément dans la plus grande ville de la bande de Gaza à la poursuite de militants qui s'y étaient regroupés, faisant fuir lundi des milliers de Palestiniens d'une zone ravagée au cours des premières semaines de la guerre qui dure depuis neuf mois.
Le Hamas a déclaré qu'il avait fait preuve de souplesse dans les pourparlers indirects sur un cessez-le-feu et la libération des otages et a accusé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de dresser des "obstacles", y compris la dernière escalade. L'incursion dans la ville de Gaza a eu lieu alors qu'Israël et le Hamas semblaient se rapprocher pour combler les lacunes des négociations.
Les troupes israéliennes ont de nouveau combattu les militants dans des zones qui, selon l'armée, avaient été largement nettoyées il y a plusieurs mois dans le nord de la bande de Gaza. L'armée a ordonné des évacuations avant les raids, mais les Palestiniens ont déclaré que personne ne se sentait en sécurité. La plupart des 2,3 millions d'habitants ont été déplacés, souvent à plusieurs reprises. Des centaines de milliers de personnes sont entassées dans des camps de tentes étouffants.
Israël a ordonné l'évacuation du nord de la bande de Gaza au cours des premières semaines de la guerre et a empêché la plupart des habitants d'y retourner. Mais des centaines de milliers de Palestiniens restent sur place, vivant dans des abris ou dans les décombres de leurs maisons.
"Nous avons fui dans l'obscurité au milieu des frappes intenses", a déclaré Sayeda Abdel-Baki, une mère de trois enfants qui s'était réfugiée chez des parents dans le quartier de Daraj. "C'est mon cinquième déplacement.
Les habitants ont fait état de tirs d'artillerie et de chars, ainsi que de frappes aériennes. Le ministère de la santé de Gaza, dont l'accès au nord est limité, n'a pas immédiatement fait état de victimes.
Israël a émis des ordres d'évacuation supplémentaires pour d'autres quartiers du centre de la ville de Gaza. L'armée a déclaré qu'elle disposait de renseignements montrant que des militants du Hamas et du groupe plus petit du Jihad islamique se trouvaient dans la zone, et a appelé les habitants à se diriger vers le sud, vers la ville de Deir Al-Balah.
Israël accuse le Hamas et d'autres militants de se cacher parmi les civils. À Shijaiyah, un quartier de la ville de Gaza qui a connu des semaines de combats, l'armée a déclaré que les troupes avaient effectué des raids et détruit des écoles et une clinique qui avaient été transformées en complexes militants.
La guerre a décimé de larges pans du paysage urbain et provoqué une catastrophe humanitaire.
Obstacles à un accord
Israël et le Hamas ne semblent pas avoir été aussi proches depuis des mois d'un accord de cessez-le-feu qui interromprait les combats en échange de la libération de dizaines d'otages capturés par le Hamas lors de l'attaque du 7 octobre qui a déclenché la guerre.
Le directeur de la CIA, William Burns, est retourné dans la région lundi pour des entretiens au Caire, selon la chaîne de télévision publique égyptienne Qahera TV, proche des services de sécurité. Une délégation israélienne se rendait également dans la capitale égyptienne, selon les médias israéliens.
Mais des obstacles subsistent, même après que le Hamas a accepté de céder sur sa principale exigence, à savoir qu'Israël s'engage à mettre fin à la guerre dans le cadre de tout accord. Des responsables ont déclaré à l'Associated Press que l'ampleur des destructions causées par l'offensive israélienne était un élément clé de ce changement.
Le Hamas souhaite toujours que les médiateurs garantissent que les négociations se concluent par un cessez-le-feu permanent, selon deux responsables au fait des négociations. Le projet actuel stipule que les médiateurs - les États-Unis, le Qatar et l'Égypte - "feront de leur mieux" pour que les négociations aboutissent à un accord de cessation de la guerre.
Israël a rejeté tout accord qui l'obligerait à mettre fin à la guerre avec le Hamas, une condition que M. Netanyahu a réitérée dimanche.
Le Hamas a déclaré dans un communiqué lundi qu'il "offrait de la flexibilité et de la positivité" pour faciliter un accord, alors que "Netanyahu met davantage d'obstacles sur la voie des négociations, intensifie son agression et ses crimes contre notre peuple et persiste dans ses tentatives de le déplacer de force afin de contrecarrer tous les efforts visant à parvenir à un accord".
Les deux responsables ont indiqué qu'il y avait également une impasse sur la question de savoir si le Hamas pouvait choisir les prisonniers célèbres détenus par Israël qu'il souhaite voir libérés en échange d'otages. Certains prisonniers ont été condamnés pour avoir tué des Israéliens, et Israël ne veut pas que le Hamas détermine qui sera libéré. Les responsables ont parlé sous le couvert de l'anonymat parce qu'ils n'étaient pas autorisés à discuter de ces discussions sensibles avec les médias.
Les bombardements éloignent les secouristes des corps
À l'intérieur de la bande de Gaza, les habitants ne voient pas la fin de leurs souffrances.
Maha Mahfouz a fui sa maison avec ses deux enfants et de nombreux voisins dans le quartier Zaytoun de la ville de Gaza. Elle a déclaré que leur zone n'était pas incluse dans les derniers ordres d'évacuation, mais "nous sommes paniqués parce que les bombardements et les tirs sont très proches de nous".
Fadel Naeem, directeur de l'hôpital Al-Ahli, a déclaré que les patients avaient fui l'établissement alors qu'il n'y avait pas d'ordre d'évacuation pour la zone environnante. Il a précisé que ceux qui se trouvaient dans un état critique avaient été évacués vers d'autres hôpitaux du nord de la bande de Gaza.
Marwan Al-Sultan, directeur de l'hôpital indonésien, a déclaré avoir reçu 80 patients et blessés d'Al-Ahli qui étaient entassés dans "tous les coins".
"De nombreux cas nécessitent des interventions chirurgicales urgentes. Beaucoup souffrent de tirs directs dans la tête et ont besoin de soins intensifs. Le carburant et les fournitures médicales s'amenuisent", a-t-il déclaré dans un message texte. Il a ajouté que l'hôpital avait également reçu 16 corps de personnes tuées lors de l'incursion israélienne, dont la moitié étaient des femmes et des enfants.
Mahmoud Bassal, porte-parole des secouristes de la défense civile, qui opèrent sous l'égide du gouvernement du Hamas, a déclaré que les quartiers de Tufah, Daraj et Shijaiyah étaient devenus inaccessibles en raison des bombardements israéliens. Dans un message vocal, il a indiqué que l'armée avait bombardé des maisons dans le quartier de Jaffa, à Gaza, et que les secouristes avaient "vu des personnes allongées sur le sol et n'avaient pas pu les récupérer".
La guerre a tué plus de 38 000 personnes à Gaza, selon le ministère de la santé, qui ne fait pas de distinction entre les combattants et les civils dans son décompte.
Le raid transfrontalier du Hamas du 7 octobre a tué 1 200 personnes dans le sud d'Israël, dont la plupart étaient des civils, selon les autorités israéliennes. Les militants ont pris environ 250 personnes en otage. Environ 120 d'entre elles sont toujours en captivité et un tiers serait mort.


La lune de Muharram visible dans les heures de jour aujourd’hui

Majid Abu Zahra, le chef de la Société d’astronomie de Djeddah, a expliqué que Spica se compose en fait de deux étoiles en orbite l’une autour de l’autre, mais en raison de leur grande distance de la Terre, il apparaît comme un seul objet. (AFP)
Majid Abu Zahra, le chef de la Société d’astronomie de Djeddah, a expliqué que Spica se compose en fait de deux étoiles en orbite l’une autour de l’autre, mais en raison de leur grande distance de la Terre, il apparaît comme un seul objet. (AFP)
Short Url
  • la lune, dans sa phase du premier trimestre pour le mois de Muharram, sera visible dans le ciel au-dessus du monde arabe pendant la journée du samedi 13 juillet, a rapporté l’agence de presse saoudienne.
  • « L’interaction de la lumière et des ombres le long de cette ligne offre une vue en trois dimensions époustouflante », a expliqué Abu Zahra.

JEDDAH : La Jeddah Astronomy Society a annoncé que la lune, dans sa phase du premier trimestre pour le mois de Muharram, sera visible dans le ciel au-dessus du monde arabe pendant la journée du samedi 13 juillet, a rapporté l’agence de presse saoudienne.

La lune se lèvera à midi heure locale de l’horizon oriental et atteindra son point culminant dans le ciel au coucher du soleil, donnant aux amateurs d’astronomie une excellente occasion d’étudier sa surface. Après la tombée de la nuit, Spica, l’une des 20 étoiles les plus brillantes du ciel nocturne, sera visible près de la lune.

Majid Abu Zahra, le chef de la Société d’astronomie de Djeddah, a expliqué que Spica se compose en fait de deux étoiles en orbite l’une autour de l’autre, mais en raison de leur grande distance de la Terre, il apparaît comme un seul objet.

Il a noté que, pendant sa phase du premier quart, la moitié de la lune est illuminée. C’est le moment idéal, dit-il, pour observer la surface de la lune avec des jumelles ou un petit télescope, car les montagnes, les cratères et d’autres caractéristiques sont particulièrement clairs, en particulier le long de la ligne de terminaison, qui sépare le côté jour du côté nuit. « L’interaction de la lumière et des ombres le long de cette ligne offre une vue en trois dimensions époustouflante », a expliqué Abu Zahra.

Il a ajouté que la lune restera visible jusqu’à minuit, heure locale, pour atteindre son premier quart à 1 h 48, Makkah. À ce stade, il aura terminé un quart de son orbite autour de la Terre pour ce mois.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Une source sécuritaire libanaise affirme qu'une frappe israélienne a tué deux civils

Smoke from Israeli bombardment billows in Kfarkila in southern Lebanon on July 12, 2024(AFP)
Smoke from Israeli bombardment billows in Kfarkila in southern Lebanon on July 12, 2024(AFP)
Short Url
  • La source sécuritaire a déclaré sous couvert d'anonymat que "deux civils prenaient de l'eau d'une source au bord de la route" dans la région de Deir Mimas lorsqu'ils ont été tués dans une "frappe aérienne israélienne".
  • L'Agence nationale de presse libanaise (ANI) a déclaré qu'un "drone ennemi" avait tué les deux hommes samedi, dont un membre du conseil local du mouvement Amal dans le village voisin de Kfar Kila, frontalier d'Israël.

BEYROUTH : Une source de sécurité libanaise a déclaré à l'AFP qu'une frappe aérienne israélienne avait tué samedi deux civils dans le sud du Liban, l'armée israélienne disant y avoir tué deux membres du Hezbollah.

La source sécuritaire a déclaré sous couvert d'anonymat que "deux civils prenaient de l'eau d'une source au bord de la route" dans la région de Deir Mimas lorsqu'ils ont été tués dans une "frappe aérienne israélienne".

Une source proche du Hezbollah a déclaré à l'AFP sous couvert d'anonymat que l'une des victimes était membre du mouvement islamiste libanais, tandis que le deuxième homme appartenait au mouvement Amal, allié du Hezbollah.

Les deux hommes étaient "des civils et non des combattants", a ajouté la source.

L'armée israélienne a indiqué dans un communiqué que "des soldats ont identifié deux terroristes du Hezbollah s'apprêtant à lancer des projectiles vers le territoire israélien dans la région de Deir Mimas dans le sud du Liban".

"Peu de temps après l'identification, l'armée de l'air a frappé les terroristes", ajoute le communiqué.

Depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien le 7 octobre, le Hezbollah, allié du Hamas, échange quotidiennement des tirs transfrontaliers avec Israël, qui font craindre une guerre à plus grande échelle.

L'Agence nationale de presse libanaise (ANI) a déclaré qu'un "drone ennemi" avait tué les deux hommes samedi, dont un membre du conseil local du mouvement Amal dans le village voisin de Kfar Kila, frontalier d'Israël.

L'ANI a indiqué qu'ils allaient chercher de l'eau à la source "pour la donner au bétail de Kfar Kila".

Le mouvement Amal a publié un communiqué affirmant qu'un de ses membres, né en 1964, avait été tué.

Les violences à la frontière israélo-libanaise ont fait plus de 500 morts au Liban, dont plus de 90 civils, selon un décompte de l'AFP.

Du côté israélien, au moins 29 personnes, dont 13 civils, ont été tuées, selon les autorités.


Gaza: le Hamas annonce au moins 71 morts dans une frappe sur un camp de déplacés

Une jeune fillette marche devant une tente dans un camp de personnes déplacées par le conflit à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 11 juillet 2024 (AFP)
Une jeune fillette marche devant une tente dans un camp de personnes déplacées par le conflit à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 11 juillet 2024 (AFP)
Short Url
  • 71 Palestiniens avaient été tués dans une frappe israélienne sur le camp de déplacés d'Al-Mawasi dans le sud de la bande de Gaza.
  • A l'hôpital koweïtien de Rafah, le directeur Suhaib al-Hams, a indiqué que la plupart des blessures étaient graves, dont des amputations.

TERRITOIRES PALESTINIENS : Le ministère de la Santé du gouvernement du Hamas a annoncé samedi qu'au moins 71 Palestiniens avaient été tués dans une frappe israélienne sur le camp de déplacés d'Al-Mawasi dans le sud de la bande de Gaza, revoyant à la hausse son précédent bilan.

La zone d'Al-Mawasi, sur la côte entre Rafah et Khan Younès, avait été déclarée "zone humanitaire" par Israël, en théorie sûre pour les déplacés.

L'Unrwa, agence onusienne pour les réfugiés palestiniens, estime qu'environ 1,5 million de personnes se trouvent dans l'ensemble d'Al-Mawasi, a indiqué une porte-parole à l'AFP.

La frappe de samedi a touché la partie d'Al-Mawasi dans le secteur de Khan Younès.

Dans un communiqué, le ministère de la Santé du gouvernement du Hamas a dénoncé "un massacre odieux de l'occupation (Israël, ndlr) contre des citoyens et des déplacés", faisant état de plus de 71 morts et de 289 blessés.

Interrogée par l'AFP, l'armée israélienne a répondu examiner ces informations.

"Il reste de nombreuses dépouilles de martyrs éparpillées dans les rues, sous les décombres et autour des tentes de déplacés que l'on ne peut atteindre en raison des tirs intenses de l'occupation", a rapporté Mahmoud Bassal, porte-parole de la Défense civile, estimant qu'il s'agissait d'un "nouveau massacre".

Les victimes ont été transférées vers plusieurs hôpitaux de la région.

A l'hôpital koweïtien de Rafah, le directeur Suhaib al-Hams, a indiqué que la plupart des blessures étaient graves, dont des amputations.

Il a qualifié la situation de "vrai désastre qui survient en plein effondrement du système de santé", d'après un communiqué.

Cette dernière semaine, quatre écoles abritant des déplacés ont été visées en quatre jours par des frappes, faisant au moins 49 morts, d'après des sources à Gaza dont le Hamas. Israël a dit viser des "terroristes".

La guerre, entrée dans son dixième mois, a éclaté le 7 octobre après une attaque sans précédent menée par des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1.195 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

En riposte, Israël a juré de détruire le Hamas et lancé une offensive qui a fait au moins 38.345 morts, en majorité des civils, d'après des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.