Algérie: le président Tebboune retourne se faire soigner en Allemagne

Cette capture d'image prise le 13 décembre 2020 à partir d'une vidéo publiée sur le compte Twitter personnel du président algérien Abdelmadjid Tebboune le montre en train de prononcer un discours devant une caméra à côté d'un drapeau algérien. (AFP)
Cette capture d'image prise le 13 décembre 2020 à partir d'une vidéo publiée sur le compte Twitter personnel du président algérien Abdelmadjid Tebboune le montre en train de prononcer un discours devant une caméra à côté d'un drapeau algérien. (AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 10 janvier 2021

Algérie: le président Tebboune retourne se faire soigner en Allemagne

  • Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, est retourné dimanche en Allemagne pour se faire soigner de "complications" à un pied à la suite de sa récente contamination par la Covid-19
  • Aucune précision n'a été divulguée sur la nature des « complications » ni sur la durée du nouveau séjour médical du président algérien en Allemagne

ALGER : Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, est retourné dimanche en Allemagne pour se faire soigner de "complications" à un pied à la suite de sa récente contamination par la Covid-19, ouvrant une nouvelle période d'absence à la tête de l'Algérie.

Ce retour en Allemagne survient moins de deux semaines après un premier séjour qui l'avait tenu éloigné de la direction du plus grand pays du Maghreb pendant deux longs mois.

« Il y a peu, le président de la République, M. Abdelmajid Tebboune, est parti pour l’Allemagne pour soigner des complications au pied après avoir été malade de la Covid-19 », est-il écrit dans un communiqué posté sur le compte Facebook de la présidence algérienne.

Aucune précision n'a été divulguée sur la nature des « complications » ni sur la durée du nouveau séjour médical du président algérien en Allemagne.

« Mon retour en Allemagne était prévu, comme l'avaient programmé les médecins, pour poursuivre le protocole de soins. Je souhaite que la durée de mon voyage médical soit très courte », a expliqué avant son départ M. Tebboune dans une brève déclaration diffusée par la télévision publique.

D'après une récente étude française, les malades de la Covid-19 intubés et ventilés courent un risque important de souffrir d'une phlébite, c'est-à-dire l'apparition de caillots de sang dans leurs veines, avec des conséquences potentiellement graves.

« Il est possible que je subisse une opération chirurgicale simple au pied », a ajouté M. Tebboune avant de s'engager à « suivre au quotidien les affaires de l'État avec tous les responsables ».

"L'État est debout", a-t-il conclu.

Parmi les priorités de l'agenda chargé du chef de l'État figurent l'élaboration de la nouvelle loi électorale en vue des prochains scrutins locaux et législatif et le lancement de la campagne de vaccination contre la Covid-19 « dès janvier ».

« Dossiers urgents »

La télévision nationale a diffusé dimanche des images du chef de l'État dans le salon d'honneur de l'aéroport militaire de Boufarik, près d'Alger, où il a été salué par des hauts responsables de l'État – dont le chef d'état-major de l'armée, le général Saïd Chengriha – avant de s'envoler pour Berlin.

M. Tebboune devait subir ce traitement au pied avant son retour en Algérie, mais comme il ne revêtait pas un caractère d'urgence, il avait été reporté en raison d'engagements du président liés au traitement de certains « dossiers urgents », selon la présidence.

En fait, il avait dû rentrer impérativement à Alger afin de signer la loi de finances 2021 avant le 31 décembre et de promulguer la révision de la Constitution adoptée par référendum le 1er novembre.

Le président Tebboune, âgé de 75 ans et grand fumeur, avait quitté Berlin le 29 décembre dernier à l'issue d'une hospitalisation, suivie d'une convalescence, après avoir contracté le nouveau coronavirus en octobre auprès de son entourage à Alger.

Hospitalisé le 27 octobre dans un établissement militaire d'Alger, il avait été transféré d'urgence dans un établissement spécialisé en Allemagne le 28 octobre.

Fort peu de détails ont filtré sur son séjour médical en Allemagne, y compris le lieu ou les lieux où il a été admis.

Lors de son retour au pays, M. Tebboune, ayant regagné du poids et apparemment en bonne santé, avait laissé entendre qu'il était presque entièrement guéri.

Il portait toutefois une attelle au pied droit, selon des captures d'écran d'une vidéo télévisée.


Tombes égyptiennes anciennes et objets découverts près des pyramides de Gizeh

Les autorités estiment que les tombes découvertes remontent aux cinquième et sixième dynasties de l'Ancien Empire. (AFP)
Les autorités estiment que les tombes découvertes remontent aux cinquième et sixième dynasties de l'Ancien Empire. (AFP)
Short Url
  • Le cercueil n’aurait pas été touché depuis quatre mille trois cents ans, selon l'archéologue principal, Zahi Hawass
  • «Les travaux de fouille de la mission réalisée avec le Conseil suprême des antiquités égyptiennes ont permis de trouver des tombes qui datent de l'époque de l'Ancien Empire»

LE CAIRE: L'archéologue le plus renommé d'Égypte a annoncé la découverte de dizaines de vestiges, parmi lesquels deux tombes anciennes, dans une nécropole pharaonique située à proximité du Caire.
Zahi Hawass, ancien ministre du gouvernement et directeur des fouilles, a déclaré que les découvertes faites à Saqqarah, près des pyramides de Gizeh, remontaient aux cinquième et sixième dynasties de l'Ancien Empire. Ces dernières ont régné de 2500 à 2100 avant Jésus-Christ.

egypte
«Les travaux de fouille de la mission réalisée avec le Conseil suprême des antiquités égyptiennes ont permis de trouver des tombes qui datent de l'époque de l'Ancien Empire, ce qui indique la présence d'un immense cimetière avec de nombreuses tombes importantes», a-t-il précisé.
«La première d'entre elles est la tombe de Khnoumdjedef, prêtre et responsable des nobles dans le complexe pyramidal d'Ounas, le dernier roi de la cinquième dynastie. La tombe est colorée et présente des scènes de la vie quotidienne.

egypte
«La seconde est destinée à Messi, connu comme le gardien des secrets et le commandant adjoint du grand palais», a indiqué M. Hawass.
L'équipe a également découvert un certain nombre de statues en calcaire coloré. Elles représenteraient des serviteurs de Messi.
Elle a en outre découvert un cercueil en calcaire qui serait celui d’un homme appelé Haka Shabis dans une pièce cachée au fond d'un puits de 15 mètres, a fait savoir M. Hawass.

egypte
«Il est apparu que ce cercueil n'avait pas été touché depuis environ quatre mille trois cents ans. Lorsque nous avons ouvert son couvercle, nous avons trouvé la momie d'un homme recouverte de feuilles d'or. Cette momie est considérée comme la plus complète et la plus ancienne momie non royale trouvée à ce jour.»
Il y avait également plusieurs statues du juge et écrivain Fatak, situées à côté d'une table d'offrandes et d'un cercueil qui contenait ses restes momifiés.
Le Dr Moustafa Waziri, secrétaire général du Conseil suprême des antiquités égyptiennes, a déclaré que si de nombreuses statues avaient été déterrées dans la région de Saqqarah au cours du siècle dernier, très peu avaient la taille des dernières découvertes.

egypte
«De nombreuses amulettes, des outils cosmétiques, des statues de l'idole Ptah Sokar, d’autres qui représentent des divinités, des poteries et des récipients votifs ont également été trouvés», a-t-il révélé.
Selon M. Hawass, la région archéologique de Saqqarah recèle encore de nombreux secrets qui attendent d'être découverts.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Attaque contre l'ambassade d'Azerbaïdjan en Iran: un mort

Une enquête est en cours, ajoute le communiqué, sans plus de précisions. (Arab News)
Une enquête est en cours, ajoute le communiqué, sans plus de précisions. (Arab News)
Short Url
  • Un homme armé d'une Kalachnikov a tué le chef de la garde de la mission diplomatique
  • Deux autres gardiens de l'ambassade ont été blessés et se trouvent dans un «état satisfaisant», selon le communiqué

BAKOU: L'ambassade d'Azerbaïdjan en Iran a été attaquée vendredi matin par des inconnus armés et  l'incident a fait un mort et deux blessés, a déclaré le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères dans un communiqué.

"Le 27 janvier (...), une attaque armée s'est produite contre l'ambassade d'Azerbaïdjan en Iran. Un homme armé d'une Kalachnikov a tué le chef de la garde de la mission diplomatique", indique le communiqué.

Deux autres gardiens de l'ambassade ont été blessés et se trouvent dans un "état satisfaisant", selon la même source.

Une enquête est en cours, ajoute le communiqué, sans plus de précisions.

L'Iran, où résident des millions d'Azéris, a longtemps accusé son voisin de fomenter un sentiment séparatiste sur son territoire.

Les relations entre Bakou et Téhéran sont traditionnellement délicates, l'Azerbaïdjan turcophone étant un proche allié de la Turquie, une rivale historique de l'Iran.

Téhéran redoute également que le territoire azerbaïdjanais ne soit utilisé pour une éventuelle offensive contre l'Iran par Israël, le principal fournisseur d'armes à Bakou.


Tunisie: Marouane Abassi est-il sur un siège éjectable?

Le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie, Marouane Abassi, s'exprime lors d'une conférence de presse le 4 janvier 2023 à Tunis. (Photo FETHI BELAID / AFP)
Le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie, Marouane Abassi, s'exprime lors d'une conférence de presse le 4 janvier 2023 à Tunis. (Photo FETHI BELAID / AFP)
Short Url
  • Le gouverneur de la Banque centrale est de plus en plus critiqué en raison de la politique de la BCT, jugée excessivement axée sur la lutte contre l’inflation
  • La majorité des analystes financiers ont sévèrement jugé la décision de la BCT d’augmenter son taux directeur pour la troisième fois en un an

TUNIS: Marouane Abassi n’est-il plus en odeur de sainteté auprès de la présidence de la république? Beaucoup se sont posé la question lorsque le gouverneur de la Banque centrale a été tenu à l’écart de la récente visite du Premier ministre libyen, Abdelhamid Dabaiba, malgré la participation de son compatriote Al-Siddiq Omar al-Kabir lors d’une réunion avec le président tunisien, Kaïs Saïed.

Depuis plus de deux ans, le treizième gouverneur de la Banque centrale tunisienne (BCT) est en effet régulièrement et vertement critiqué, principalement en raison de la politique de la BCT, jugée excessivement axée sur la lutte contre l’inflation.

Véritable tir de barrage
Marouane Abassi a de nouveau été la cible d’un véritable tir de barrage après la décision prise par le conseil d’administration de cet établissement, le 30 décembre 2022, de relever son taux directeur de 75 points de base à 8%. Une mesure destinée, selon un communiqué officiel de la BCT, «à contribuer à freiner la tendance haussière de l’inflation, la ramenant à des niveaux soutenables à moyen terme, afin de protéger le pouvoir d’achat des citoyens, de préserver le stock des avoirs en devises et de favoriser les conditions pour une reprise économique saine et durable».

De rares voix soutiennent cette démarche. C’est le cas par exemple de Mohamed Salah Souilem, ancien directeur général de la politique monétaire à la BCT, qui estime que cet établissement est dans son rôle lorsqu’il se focalise sur la lutte contre l’inflation.

Cependant, tout le monde ne partage pas l’indulgence dont fait preuve M. Souilem à l’égard de l’actuel gouverneur de la BCT, à commencer par le ministre de l’Économie et de la Planification, Samir Saïed, qui s’est interrogé: «Avons-nous besoin d’augmenter le taux directeur de 75 points de base d’un coup, alors qu’il était possible de se contenter de 25 points?»

La majorité des analystes financiers ont, eux aussi, sévèrement jugé la décision de la BCT d’augmenter son taux directeur pour la troisième fois en un an, ce qui l’a fait passer de 6,6% en décembre 2021 à 10,1% douze mois plus tard.

Au-delà du fait qu’il s’agit d’après eux d’un remède inadéquat – ils rappellent que la BCT elle-même reconnaît que l’inflation «est importée» –, ces spécialistes estiment que cette décision aura un effet contraire: elle risque d’aggraver l’inflation, de compromettre la fragile reprise économique et de rendre encore plus difficile le financement des entreprises – ce que l’on appelle «l’effet d’éviction».

Financer le déficit budgétaire
Avant le 25 juillet 2021, Marouane Abassi avait également eu maille à partir avec l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) et le gouvernement de Hichem Mechichi, ce dernier refusant que la BCT contribue à financer le déficit budgétaire – une position sur laquelle il campe toujours.

L’ex-patron de l’ancien directeur général de la politique monétaire, Taoufik Baccar, n’est pas tendre non plus avec Marouane Abassi. Le dernier gouverneur de l’ère Ben Ali lui reproche de mal comprendre le concept d’indépendance de la BCT. Pour lui, cette dernière «ne peut pas être indépendante», puisque «c’est la politique monétaire qui l’est».

Alors, jamais deux sans trois? Marouane Abassi connaîtra-t-il le même destin que ses prédécesseurs, Moustapha Kamel Nabli et Chedly Ayari, limogés avant la fin de leur mandat d’un poste devenu un siège éjectable après la chute du régime Ben Ali, le 14 janvier 2011? Il est en tout cas peu plausible qu’il soit reconduit.