Afrique du Sud: requinquer les bébés rhinos

Pendant les cinq premiers mois, elles dorment chaque nuit avec les petits rhinos, « on devient leurs mamans », explique la directrice Yolande Van Der Merwe, 38 ans (Photo, AFP)
Pendant les cinq premiers mois, elles dorment chaque nuit avec les petits rhinos, « on devient leurs mamans », explique la directrice Yolande Van Der Merwe, 38 ans (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 11 janvier 2021

Afrique du Sud: requinquer les bébés rhinos

  • Quatre salariées et deux volontaires, toutes des femmes, s'occupent d'un «certain nombre» d'animaux, une majorité de rhinos blancs, quelques noirs aussi
  • La mission de l'orphelinat tient en trois mots: «secourir, requinquer et relâcher»

MOKOPANE: C'est un orphelinat. Pour bébés rhinocéros. Ils ont souvent perdu leur maman face aux braconniers alors l'adresse de cet enclos, perdu dans la végétation luxuriante du Limpopo, au nord de l'Afrique du Sud, reste top secrète. 

Il faut emprunter une longue piste de terre rouge, parsemée de flaques profondes et traversée par de petits singes espiègles, longée aussi par une cavalcade de girafes qui semblent courser la voiture, sur le bas côté. 

Arrie Van Deventer, 67 ans, donne rendez-vous à un carrefour et conduit l'équipe de l'AFP jusqu'à la grille indiquant une réserve animale comme il y en a cent dans ce coin-là. Incognito. 

« Quand un ouvrier agricole fait passer l'info à des braconniers, même s'il se contente juste de dire +A cet endroit, il y a cinq rhinos+, il va gagner plus d'argent que son salaire annuel ». Imparable. Donc il faut faire très attention, explique le fondateur de l'orphelinat, qui fonctionne grâce à de dons privés. 

Cet ancien prof d'histoire, devenu éleveur, reçoit un appel en 2011. A proximité, deux femelles ont été tuées, un bébé aussi, il reste un nourrisson. Il se renseigne pour essayer de placer le rhino blanc. « J'ai passé des coups de fil et me suis rendu compte qu'il n'y avait pas d'endroit acceptable pour ce bébé. Je me suis entendu dire à un interlocuteur +OK, je vais en construire un+ ». 

La mission de l'orphelinat tient en trois mots: « secourir, requinquer et relâcher ». Peu de visiteurs et aucun touriste. Discrétion oblige mais aussi pour ne pas habituer les bêtes à la présence humaine. Après, « ça devient beaucoup plus difficile de les préparer à retrouver leur état sauvage ». 

Quatre salariées et deux volontaires, toutes des femmes, s'occupent d'un « certain nombre » d'animaux, une majorité de rhinos blancs, quelques noirs aussi. 

Orphelins voraces 

Pendant les cinq premiers mois, elles dorment chaque nuit avec les petits rhinos, « on devient leurs mamans », explique la directrice Yolande Van Der Merwe, 38 ans. « Ils se collent à nous pendant la nuit, pour le contact et la chaleur » dans une sorte d'étable ouverte. « Si on veut aller manger ou passer aux toilettes, on doit se faire remplacer. Sinon le bébé stresse, crie, pleure ». Un son aigu qui évoque le dauphin, selon Arrie.  

Ces dix dernières années, des milliers de rhinos ont été tués dans le pays pour leurs cornes, très recherchées en Asie, notamment au Vietnam, pour toutes sortes de vertus présumées. Un luxe si recherché qu'il peut se vendre plus de 90 000 euros le kilo. Un trafic illégal contrôlé par des réseaux mafieux. 

A l'orphelinat, les trois plus jeunes pensionnaires partagent un enclos. « Deux filles et un garçon » qui attendent leurs biberons, remplis d'un mélange de lait et de riz bouilli mixé. Toutes les quelques heures. 

Zanré Van Jaarsveld vient les caresser, en grattant leur cuir épais. Mais vite, ils se lassent. « Ils ont faim là, ils deviennent grincheux ». Les femelles ont la réputation d'être plus regardantes sur leur nourriture, « les garçons dévorent tout ce qu'on leur apporte ». 

Jessie est arrivée en avril, à l'âge de quatre mois, « quasiment en état de stress post-traumatique ». « Nous lui avons donné du Valium pendant deux jours avant qu'elle ne se calme », raconte la soignante de 26 ans. « Elle était très déshydratée et avait une entaille à l'épaule, sans doute une blessure à la machette. On pense qu'elle a essayé de protéger sa mère, les tout petits ne pensent pas à fuir ». 

A la naissance, les animaux à la gueule rectangulaire pèsent une quarantaine de kilos. « Ils sont tout petits, pas plus hauts que mon genou », montre Yolande. Après, ils mangent énormément et prennent plus d'un kilo par jour. A un an, ces beaux bébés approchent de la demi-tonne. 

Ce n'est que vers l'âge de cinq ans qu'ils sont prêts à se défendre des prédateurs et à être lâchés dans une réserve bien plus grande, à proximité. Une défenseuse de l'environnement y patrouille régulièrement. Elle donne aux dames de l'orphelinat des nouvelles de leurs anciens protégés. 


MBC Group nomme Christina Wayne au poste de directrice générale de sa branche studio

Christina Wayne est une dirigeante et productrice chevronnée ayant plus de vingt-cinq ans d'expérience internationale dans l'écriture, la réalisation et la production d'émissions de télévision et de films (Photo, Fournie).
Christina Wayne est une dirigeante et productrice chevronnée ayant plus de vingt-cinq ans d'expérience internationale dans l'écriture, la réalisation et la production d'émissions de télévision et de films (Photo, Fournie).
Short Url
  • Elle remplace Peter Smith, qui a démissionné la semaine dernière
  • Christina Wayne apporte «une riche expérience internationale», affirme le PDG du groupe, Sam Barnett

LONDRES: Le groupe MBC a annoncé vendredi la nomination de Christina Wayne au poste de directrice générale de sa branche de production, MBC Studios.

Le PDG du groupe, Sam Barnett, a affirmé que la compagnie était «extraordinairement enthousiasmée» par cette nomination.

«Christina apporte avec elle une riche expérience internationale dans l’élaboration et la production de contenu, domaine dans lequel elle a travaillé sur un nombre considérable de territoires et de langues. Elle a dirigé la mise au point de séries primées aux Emmy Awards et aux Golden Globes», a-t-il précisé.

«Nous attendons avec impatience qu'elle s'appuie sur les succès de l'équipe alors que nous continuons à élargir encore nos horizons dans le contenu international.»

Christina Wayne est une dirigeante et productrice chevronnée ayant plus de vingt-cinq ans d'expérience internationale dans l'écriture, la réalisation et la production d'émissions de télévision et de films.

Avant de rejoindre MBC Studios, elle était directrice principale de la création et responsable du Canada et de l'Australie auprès d’Amazon Studios, poste qu'elle occupait depuis 2019.

Membre de la Writers Guild of America depuis 1997, Christina Wayne a également occupé des postes auprès d’Assembly Entertainment, Cineflix Studios et AMC, et a travaillé sur un grand nombre de productions primées, notamment Mad Men, Breaking Bad et Broken Trail.

«Je suis absolument ravie de rejoindre MBC Group et MBC Studios. J'ai entendu de très belles choses sur la formidable équipe que Peter et les autres membres de MBC ont créée», a-t-elle affirmé.

«C'est une aventure passionnante pour moi, et j'ai hâte de m'impliquer pleinement dans l'un des lieux les plus stimulants au monde pour la production de contenu.»

Wayne succède à Peter Smith, qui a démissionné la semaine dernière après quatre ans à la tête de MBC Studios. Durant cette période, il a aidé à lancer la branche de production du réseau à accès libre de MBC et a dirigé de nombreuses productions phares en langue arabe.

S'appuyant sur l'héritage de Smith, Wayne continuera à promouvoir la programmation télévisuelle non anglophone et à étendre la portée du contenu du groupe MBC aux consommateurs du monde entier.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Menart Fair, la foire d’art et de design de la région Mena, se pose à Bruxelles

La Fondation Boghossian_Villa Empain (photo Thibault De Schepper)
La Fondation Boghossian_Villa Empain (photo Thibault De Schepper)
Short Url
  • Une impression puissante saisit le visiteur dès l’entrée de la Fondation Boghossian – Villa Empain, avec l’installation The Great Design Disaster,
  • Menart Fair à Bruxelles met en lumière la fécondité, la singularité et l’originalité des scènes artistiques de la région

BRUXELLES: Menart Fair, la foire internationale d’art et design moderne et contemporain dédiée au Moyen-Orient et à l’Afrique du nord se pose, pour sa troisième édition européenne, à Bruxelles. Et c’est dans l’architecture Art déco de la villa Empain, siège de la Fondation Boghossian elle-même engagée après des jeunes artistes, que cette nouvelle exposition a pris ses marques du 3 au 5 février.

Beyrouth-Pompeï

Une impression puissante saisit le visiteur dès l’entrée de la Fondation Boghossian – Villa Empain, avec l’installation The Great Design Disaster, un studio de design créé à Milan (2019) par le tandem Gregory Gatseleria et Joy Herro. « Une scène de table dévastée par une catastrophe, une nature morte qui nous transporterait à Pompeï, si elle n’évoquait l’explosion funeste du port de Beyrouth, le 4 août 2020. Beauté de l’instant pétrifié, temps suspendu, l’allégorie « Post-Disaster Room » a été réalisée en collaboration avec Clayper Artisan », explique le manifeste de l’exposition.

Huit céramiques d’Etel Adnan

La suite, dans la même note, frappe fort. A travers la sélection pointue des 24 galeries participantes venant de 14 pays, présentant environ 146 artistes pour plus de 250 œuvres, Menart Fair à Bruxelles met en lumière la fécondité, la singularité et l’originalité des scènes artistiques de la région. Parmi les exclusivités de cette foire d’art et de design, des gemmes comme ces huit céramiques issues de la série Olivéa, hommage à la déesse de l’olivier composée de seize peintures, l’un des derniers projets de l’artiste et poétesse libanaise Étel Adnan avant sa disparition.  Ces céramiques peintes ont été produites au Pôle Céramique Normandie et ont nécessité plusieurs mois de recherche pour la céramiste Alexandra Catelain-Orange qui a réussi à y transmettre la sensibilité d’Etel Adnan.

Intérieur de la Fondation Boghossian (Photo, Thibault de Schepper)
Intérieur de la Fondation Boghossian (Photo, Thibault de Schepper)

Une carte visuelle à couper le souffle

Autre exclusivité : La collection Cultural Narratives, imaginée par le magazine Selections, qui réunit plus de 400 œuvres au format unique de 20 x 20 cm. Pour la première fois en Europe, cette exposition présente un brillant extrait de cette idée originale.

Cette nouvelle et vaste collection d’œuvres réalisées par des talents établis et émergents de la région du MENA, offre une carte visuelle à couper le souffle du talent artistique du

Moyen-Orient, avec des créations uniques provenant d’Égypte, d’Iran, d’Irak, de Jordanie, du

Royaume d’Arabie Saoudite, du Koweït, du Liban, du Maroc, de la Palestine, du Soudan, de

Syrie, de Tunisie et des Émirats Arabes Unis.

En parcourant ce monde, l’exposition met en lumière la scène artistique prolifique de cette région, tout en transmettant le caractère unique de chaque pays représenté. Les artistes établis, à mi-carrière et émergents des pays susmentionnés ont été sélectionnés avec le plus grand soin par Selections.

Présence des femmes

Signalons aussi la présence de 42% d’artistes femmes dans cette exposition, soit 84 artistes de 24 galeries. Pour la fondatrice de Menart Fair, Laure d’Hauteville, et la directriece Joanna Chevalier, il ne s’agit pas d’un parti pris mais d’un simple fait, « plutôt inattendu ». « La place de l’artiste femme en Afrique du Nord, au Proche-Orient, dans le Golfe ou en Iran, n’est ni simple à caractériser, ni semblable partout : elle varie d’un point à l’autre de ce continent transversal, d’une décennie à l’autre, selon la longitude et l’histoire locale, la proximité avec l’Orient ou l’Occident, le radicalisme politico-religieux ou la tolérance », estiment-elles.

Joanna Chevalier, directrice artistique (à gauche) et  Laure d'Hauteville, fondatrice et directrice de Menart fair (photo, JulesMonnier)
Joanna Chevalier, directrice artistique (à gauche) et  Laure d'Hauteville, fondatrice et directrice de Menart fair (photo, JulesMonnier)

Menart Fair, une aventure commencée par Laure d’Hauteville en 2010

 Laure d’Hauteville est conseillère artistique auprès de collectionneurs, galeries et artistes.

Ancienne journaliste culturelle, elle est active depuis 1991 sur la scène artistique entre la

France et le Moyen-Orient. En 1998, elle fonde Artuel à Beyrouth, premier salon international d’art moderne & contemporain de la région qu’elle animera et commissionnera jusqu’en 2005. Parallèlement, elle crée Jabal, dédié à la reconnaissance et à la valorisation des jeunes artistes émergeants au Liban.

En 2007 et 2008, elle installe la foire Artparis – Abu Dhabi. En 2010, elle crée et prend la direction de Beirut Art Fair, suivie de Singapore Art Fair en 2014. De 2012 à 2018, elle lance un Prix au Liban, pour la photographie libanaise, le Byblos Bank Award for Photography et installe de nombreux photographes sur la scène internationale.

En 2021, elle conçoit et développe à Paris Menart Fair, la première foire dédiée aux galeries présentant des artistes du Moyen-Orient & de l’Afrique du Nord (Middle East & North Africa - MENA), qu’elle décline ensuite pour d’autres capitales européennes.

En Juillet 2022, elle est commissaire pour une exposition regroupant 16 photographes de la scène contemporaine libanaise, à l’Abbaye de Jumièges, en France, en collaboration avec le département de la Seine Maritime. Au-delà de sa passion pour les arts de ces régions, son fil conducteur est la promotion du dialogue interculturel entre le Moyen-Orient et l’Occident.

Le parcours parallèle de Joanna Chevalier

Joanna Chevalier est directrice de Menart Fair et conseillère artistique spécialisée dans l’art contemporain du Moyen-Orient. Née au Liban, elle vit et travaille à Paris, France. Diplômée en science politique à l’université américaine de Paris, elle fonde en 2005 la société de production et distribution de films artistiques, TalentsVideo.

Elle produit et distribue en 2010, dix films reliant art et musique classique, projetés lors de la nuit blanche au Musée de la Chasse et de la Nature. La même année, elle assure le commissariat de l’exposition « Who are you Peter ? » à l’espace culturel Louis Vuitton.

Les années qui suivent, elle est commissaire de plusieurs expositions, dont « Heartland » au Beirut Exhibition Center, « Forms and Patterns » en collaboration avec la Beirut Design Fair à la Maison Rabih Kayrouz ou encore « La Valise d’Orphée » au musée de la Chasse et de la Nature. Elle est également commissaire de plusieurs expositions en maison de vente, dont celle organisée par Piasa Beyrouth « Michel Deverne » ; « Pierre Malbec & Mobilier et Objet

d’Art. » organisée chez Artcurial Beyrouth. Et « From Beirut Art+Design Scene » à Piasa

Paris. En 2019, elle devient la directrice artistique de la Beirut Art Fair suivi en 2021, de Menart Fair. En parallèle, elle fonde avec Hervé Mikaeloff et François Sarkozy, CMS Collection qui est à la fois une collection commune et un outil pour accompagner les créateurs qui y figurent dans leur cheminement artistique.

 


Le couturier espagnol Paco Rabanne est mort à l'âge de 88 ans en France

Portrait pris le 10 juillet 1979 montrant le couturier franco-espagnol Paco Rabanne dans son atelier de couture à Paris. (Photo d'archive, AFP)
Portrait pris le 10 juillet 1979 montrant le couturier franco-espagnol Paco Rabanne dans son atelier de couture à Paris. (Photo d'archive, AFP)
Short Url
  • Le couturier est mort dans le village de Portsall, en Bretagne, où il habitait
  • Il a commencé sa carrière en créant des accessoires, bijoux, cravates, boutons qu'il proposait à Dior, Saint-Laurent ou Cardin, avant de se lancer à son tour dans la modE

PARIS: Le couturier espagnol Paco Rabanne, aussi célèbre pour ses tenues en métal que pour ses déclarations excentriques, est décédé vendredi à l'âge de 88 ans en France, où sa famille s'était réfugiée en raison de la guerre civile espagnole.

"Avec une profonde tristesse, Puig annonce le décès de Paco Rabanne ", a annoncé dans un communiqué le groupe catalan qui possède la marque portant son nom, célébrant sa vision "audacieuse" et ses codes "radicalement modernes".

Le couturier est mort dans le village de Portsall, en Bretagne, où il habitait, a précisé à l'AFP un porte-parole.

"Personnalité majeure de la mode, sa vision était audacieuse, révolutionnaire et provocatrice, véhiculée par une esthétique unique. Il restera une importante source d'inspiration pour les équipes de mode et de parfum de Puig, qui travaillent ensemble en permanence pour exprimer les codes radicalement modernes de M. Paco Rabanne", a déclaré Marc Puig, PDG du groupe, cité dans le communiqué.

Le président Emmanuel Macron, et son épouse Brigitte, ont salué "un artiste hors-normes qui fit souffler un vent de renouveau dans le monde de la haute couture".

«Robes improbables»

Jose Manuel Albesa, président de la division beauté et mode de Puig, a pour sa part souligné l'"esprit radical et rebelle" du créateur.

"Qui d'autre pourrait inciter les Parisiennes suivant la mode à réclamer des robes en plastique et en métal ? Qui d'autre que Paco Rabanne pourrait imaginer un parfum appelé +Calandre+ - le mot signifie +grille d'automobile+ - et en faire une icône de la féminité moderne ?", a-t-il ajouté.

En 1966, Paco Rabanne avait présenté sa collection intitulée "Manifeste", composée de "12 robes importables en matériaux contemporains" dans un défilé provocateur où des mannequins noires, dansant pieds nus, défilaient pour la première fois.

Le succès fut immédiat même si ces premiers modèles pesaient 30 kilogrammes.

"Paco Rabanne était un grand couturier qui n'a cessé d'explorer le savoir-faire et les techniques traditionnelles avec audace et excentricité. Un créateur qui, dès son premier défilé à Paris, a ouvert de nouvelles voies à la mode", a réagi Bruno Pavlovsky, président de la Fédération de la haute couture et de la mode.

Pascal Morand, président exécutif de la fédération, a pour sa part salué "un émancipateur" féru d'innovation, "dont la liberté créative a profondément marqué la mode française et internationale".

Fils d'une première chez Balenciaga 

Né le 18 février 1934 au Pays basque espagnol, près de San Sebastian où sa mère était première main chez Cristobal Balenciaga, Paco Rabanne -- de son vrai nom Francisco Rabaneda Cuervo -- était diplômé des Beaux-Arts de Paris, section architecture.

Son père, le général Rabaneda Postigo, qui commandait la garnison de Guernica, fut fusillé par les soldats de Franco en 1936. En 1939, la famille s'était réfugiée en France.

Il a commencé sa carrière en créant des accessoires, bijoux, cravates, boutons qu'il proposait à Dior, Saint-Laurent ou Cardin. Avant de se lancer à son tour dans la mode pour la faire vivre en adéquation avec les matières et les techniques nouvelles.

En 1968, deux ans après le premier défilé, Jane Fonda est moulée dans son costume pour le film de science-fiction "Barbarella". Il habille également les icônes françaises Brigitte Bardot et Françoise Hardy.

En 2011, la superstar mondiale Lady Gaga fait sensation en robe en papier lune conçue par les studios de Paco Rabanne pour les MTV European Music Awards.

Tout au long de sa carrière, le couturier, qui pratiquait assidument l'ésotérisme, s'est aussi fait remarquer par nombre de déclarations excentriques et de prédictions hasardeuses.

En 1999, il avait par exemple annoncé dans l'un de ses livres la destruction de Paris par la chute de la station Mir en s'appuyant sur une lecture toute personnelle des prophéties du XVIe siècle de Nostradamus.

La même année, la maison avait cessé son activité haute couture pour se recentrer sur le prêt-à-porter.