Chari.ma, centrale d’achat en ligne, intègre le prestigieux Founders Program de la Station F

La jeune start-up Chari.ma a été fondée par Ismael Belkhayat et Sophia Alj. (Photo fournie).
La jeune start-up Chari.ma a été fondée par Ismael Belkhayat et Sophia Alj. (Photo fournie).
Après un an d’existence, l’application d’e-commerce assure les livraisons, les commandes et les approvisionnements de nombreux produits. (Photo fournie).
Après un an d’existence, l’application d’e-commerce assure les livraisons, les commandes et les approvisionnements de nombreux produits. (Photo fournie).
Short Url
Publié le Jeudi 14 janvier 2021

Chari.ma, centrale d’achat en ligne, intègre le prestigieux Founders Program de la Station F

  • La jeune start-up Chari.ma est la première centrale d’achat digitale marocaine destinée aux commerces de proximité à intégrer le prestigieux Founders Program de Station F
  • Installée à Paris, Chari.ma pourra désormais évoluer dans un écosystème très favorable qui lui permettra d’acquérir compétences, savoir-faire et expertise

PARIS : La jeune start-up Chari.ma a été fondée par Ismael Belkhayat et Sophia Alj. C’est la première centrale d’achat digitale marocaine destinée aux commerces de proximité à intégrer le prestigieux Founders Program de Station F, lancé par Xavier Niel, fondateur de l’opérateur français Free.

Installée à Paris, Chari.ma pourra désormais évoluer dans un écosystème très favorable, qui lui permettra d’acquérir compétences, savoir-faire et expertise. Lancée au mois de janvier 2020, elle a été incubée par le holding familial HnS Invest Holding, qui accompagne les porteurs de projets digitaux dans les secteurs de la distribution et de la logistique.

Sollicité par Arab News en français, Ismael Belkhayat, cofondateur et PDG de la start-up, explique que «le réseau Chari.ma dispose d’outils extrêmement performants, à la pointe de la technologie, qui accompagnent toute la chaîne de valeur logistique depuis la prise de commande jusqu’à la livraison». «La technologie Chari.ma englobe, entre autres, une application de réception, de gestion et de préparation des commandes (warehouse management system, «système de gestion d'entrepôts», [WMS]), une application de gestion des tournées de livraison (transport management system, «système de gestion des transports», [TMS]) ainsi qu’une application de business intelligence («informatique décisionnelle», [BI])», explique-t-il.

«Ces technologies permettent de digitaliser le processus de distribution de bout en bout, et d’optimiser le fonctionnement de Chari.ma, donc ses coûts», nous confie Ismael Belkhayat. «Nous sommes le seul acteur d’e-commerce business to business («commerce entre entreprises», [B2B]) capable de livrer plus de 1 000 références aux commerces de proximité en moins de vingt-quatre heures», poursuit-il.

Après un an d’existence, l’application d’e-commerce assure les livraisons, les commandes et les approvisionnements de nombreux produits. «Nous proposons un large choix de produits de grande consommation», affirme le fondateur de Chari.ma. Ces produits peuvent être commandés sur l’application mobile, par téléphone ou par WhatsApp.

Le Founders Program de la Station F

Le Founders Program possède un écosystème adapté qui permet aux jeunes pousses d’évoluer aisément dans le milieu digital mondial. Réservé aux start-up les plus prometteuses de plus de soixante-dix pays, le Founders Program de la Station F est un lieu de networking privilégié pour les fondateurs de start-up qui souhaitent échanger et développer leurs champs d’expertise.

Considéré comme l’un des plus grands campus de start-up au monde, Station F regroupe des incubateurs issus des plus grandes écoles et des plus importants fonds d’investissement européens. Avec 30 programmes de start-up, 35 administrations publiques, 100 fonds d’investissement, 4 bureaux de mentorat et 600 événements par an, Station F rassemble les meilleures ressources et permet aux fondateurs de start-up d’évoluer dans d’excellentes conditions.

Interrogé par Arab News en français sur les retombées de l’intégration de Chari.ma à la Station F, Ismael Belkhayat, précise que, pour piloter le développement à l’international, une partie des équipes va s’installer à Paris afin d’être plus proche de la French Tech et des start-up françaises. «En s’installant à la Station F, une partie des collaborateurs pourront côtoyer de nombreux entrepreneurs, partager leurs expertises et e-savoir-faire. Les défis relevés par les start-up sont souvent similaires, et la Station F permet d’organiser des sessions de problem solving («résolution de problème») interentreprises», nous confie Ismael Belkhayat qui précise, par ailleurs, que leur installation à la Station F «permettra à Chari.ma de se rapprocher des venture capitalists («capital-risqueur», [VC]) et de préparer plus sereinement une levée de série A dans un délai de douze à dix-huit mois ».

Devenue un maillon central dans la chaîne d’approvisionnement, Chari.ma s’est engagée dans une démarche écoresponsable en intégrant graduellement une mobilité hybride ou électrique. Ses fondateurs ont fait appel au leader sur le marché en signant un partenariat avec Avis Maroc pour équiper la flotte de motos et de camionnettes en véhicules hybrides. Une première commande de 50 motos électriques a été passée auprès du loueur international.

«Nos fournisseurs et beaucoup de grandes marques ont adopté une démarche écoresponsable», confirme Ismael Belkhayat. «Que l’on s’adresse aux grandes marques ou aux épiciers à travers le Royaume, nous ne pouvons parler de distribution aujourd’hui sans avoir une stratégie engagée.»

Lauréat d’un concours

En décembre 2020, Chari.ma a remporté le Middle East Africa Seed Challenge, organisé par Orange Ventures (France), un concours qui rassemble plus de cinq cents start-up issues de nombreux pays, dont la Tunisie, l’Égypte, le Sénégal, la Côte d’Ivoire et la Jordanie.

«Orange Ventures a décidé d’investir dans Chari.ma en valorisant la jeune entreprise avec 10 millions de dollars [1 dollar = 0,82 euro]. La synergie entre Orange et Chari.ma est appelée à se développer davantage. Nous pourrions devenir distributeurs pour les cartes prépayées Orange. L’application peut aussi permettre aux points de vente de proximité de proposer la recharge des lignes prépayées Orange et le paiement des factures des lignes postposées», affirme le CEO de Chari.ma. «Ce partenariat permettra à notre application d’entrer dans le réseau d’Orange Money, et donc d’augmenter le nombre de points de vente, de retrait et de dépôt pour les transferts d’argent». Enthousiaste, Ismael Belkhayat nous confie: «Tout cela est très positif, car Chari.ma ambitionne aussi d’étendre ses activités en Afrique francophone, là où opère Orange. Nous espérons que ce financement et cette visibilité nous permettront de dupliquer ce concept marocain dans de nombreuses régions africaines et francophones», se réjouit-il.

Pour y parvenir, les cofondateurs de Chari.ma évoluent désormais, grâce à leur intégration dans l’écosystème de Station F, dans un cadre professionnel des plus adaptés afin d’accroître leur expertise et d’obtenir la levée de fonds nécessaire pour concrétiser leur plan de développement.

Pour Jérôme Berger, PDG d’Orange Venture, «la difficulté de l’accès à l’investissement constitue pour les entrepreneurs un frein à leur développement en Afrique». Or, explique-t-il, «le continent regorge de toutes parts d’opportunités et de talents. Notre initiative peut contribuer à apporter une solution à ces talents, et elle renforce notre confiance dans le potentiel d’innovation des écosystèmes locaux dans les pays où Orange est présent», confirme-t-il.

Le groupe français Orange est présent dans dix-huit pays, en Afrique et au Moyen-Orient.


Puces: le «Chips Act» européen présenté début 2022, avec un mécanisme de «préférence européenne» selon Breton

Un nouveau type de plaquette de 300 millimètres avec des puces semi-conductrices et des micropuces finies du fabricant allemand Bosch est photographié à Dresde, en Allemagne, le 31 mai 2021. (Photo, AFP)
Un nouveau type de plaquette de 300 millimètres avec des puces semi-conductrices et des micropuces finies du fabricant allemand Bosch est photographié à Dresde, en Allemagne, le 31 mai 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'objectif de l'UE est de doubler les capacités de production de puces en Europe d'ici à 2030
  • L'Europe compte notamment attirer les investissements étrangers

PARIS : Bruxelles présentera début 2022 le projet de loi sur les semi-conducteurs annoncé en septembre pour défendre la souveraineté technologique de l'Union européenne, et le texte inclura "un mécanisme de préférence européenne en cas de crise", a indiqué le commissaire européen Thierry Breton dans une interview publiée samedi.

"Dans le cadre du 'chips act' que je présenterai début 2022, l'Europe supportera les investissements, notamment de rupture, et plus largement l'ensemble du secteur en assouplissant les règles de concurrence relatives aux aides d'Etats. En contrepartie de ce soutien public, nous instaurerons un mécanisme de préférence européenne en cas de crise", a indiqué M. Breton dans cette interview réalisée par Les Echos et d'autres médias européens.

"C'est, je le rappelle, ce que les Américains ont fait à propos des vaccins produits sur leur sol. Nous devons retenir la leçon. Les semi-conducteurs sont aussi un enjeu d'équilibre des pouvoirs. Ce n'est pas du protectionnisme mais de la souveraineté géopolitique", a argué le commissaire européen.

Le "European Chips Act" est censé être un élément clé pour résoudre la pénurie chronique de puces qui entrave la production de voitures, d'ordinateurs, de smartphones, de consoles de jeux, etc. Il doit aussi soutenir l'ambition de l'UE de devenir une puissance numérique.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen en avait annoncé le principe mi-septembre. "Nous sommes dépendants des microprocesseurs les plus avancés fabriqués en Asie. Il ne s'agit donc pas seulement de notre compétitivité. L'enjeu est aussi notre souveraineté technologique", ainsi que la conquête de "nouveaux marchés pour des technologies européennes novatrices", avait-elle souligné.

L'objectif de l'UE est de doubler les capacités de production de puces en Europe d'ici à 2030 pour parvenir à produire 20% des semi-conducteurs dans le monde, selon la feuille de route de l'UE présentée en mars, alors que le marché mondial est estimé à 440 milliards d'euros.

L'Europe compte notamment attirer les investissements étrangers.

Même si Samsung vient de choisir le Texas pour implanter sa future usine, M. Breton est confiant, estimant que "l'Europe a des atouts majeurs à faire valoir: la qualité et la robustesse de sa production électrique", ses machines qui "tournent 24 heures sur 24" dans l'industrie des puces ou encore son "excellent vivier de talents et de compétences dans un secteur où les difficultés de recrutement sont aujourd'hui le plus grand frein au développement".


Le ministre saoudien des Finances approuve les amendements à la loi douanière unifiée du CCG

Le ministre saoudien des Finances Mohammed Al-Jadaan.
Le ministre saoudien des Finances Mohammed Al-Jadaan.
Short Url
  • Les droits de douane sur les marchandises étrangères réexportées en dehors du Conseil de coopération du Golfe doivent être remboursés, totalement ou en partie
  • La valeur des produits étrangers à réexporter et auxquels la nouvelle règle s'applique ne doit pas être inférieure à 20 000 SR (4 710 €) ou son équivalent dans d'autres devises du CCG

RIYAD : Le ministre saoudien des Finances Mohammed Al-Jadaan, qui est également président de l’Autorité fiscale et douanière Zakat, a approuvé les amendements aux règlements exécutifs de la loi douanière uniforme du CCG, rapporte Argaam citant le journal officiel Umm Al Qura.

Conformément aux règles modifiées, les droits de douane sur les marchandises étrangères réexportées en dehors du Conseil de coopération du Golfe doivent être remboursés, totalement ou en partie, à condition que l'exportateur (ré-exportateur) soit l'importateur au nom duquel les marchandises étrangères sont reçues, ou toute personne justifiant de la propriété auprès de la Direction des Douanes.

En outre, les marchandises étrangères réexportées dont les droits de douane doivent être remboursés doivent provenir d'une seule expédition, afin de les identifier et de les faire correspondre aux documents d'importation, signale Argaam.

La valeur des produits étrangers à réexporter et auxquels la nouvelle règle s'applique ne doit pas être inférieure à 20 000 SR (4 710 €) ou son équivalent dans d'autres devises du CCG.

Le rapport indique : « La demande de remboursement devrait concerner les produits étrangers qui n'ont pas été utilisés localement après avoir été importés de l'extérieur de la région du CCG, et qui sont dans le même état qu’à l'importation.

« Les produits étrangers doivent être réexportés dans un délai d'une année civile à compter de la date de paiement des droits de douane lors de leur première importation de l'extérieur du CCG. »

Le remboursement doit être réclamé dans les six mois à compter de la date de réexportation.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


La conférence ministérielle de l'OMC, victime d'Omicron

Le Premier ministre italien, Mario Draghi, le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan Al Saud et le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), Ngozi Okonjo-Iweala assistent à la session d'ouverture du sommet du G20 des dirigeants mondiaux le 30 octobre 2021 au centre de congrès "La Nuvola" dans le quartier EUR de Rome. Andreas SOLARO / AFP
Le Premier ministre italien, Mario Draghi, le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan Al Saud et le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), Ngozi Okonjo-Iweala assistent à la session d'ouverture du sommet du G20 des dirigeants mondiaux le 30 octobre 2021 au centre de congrès "La Nuvola" dans le quartier EUR de Rome. Andreas SOLARO / AFP
Short Url
  • A l'issue d'une réunion d'urgence, les 164 membres de l'OMC ont convenu vendredi de reporter "sine die" la 12e conférence ministérielle suite à la propagation d'Omicron
  • L'OMC est la première organisation internationale à Genève à faire les frais du nouveau variant du Covid-19 détecté à l'origine en Afrique australe

Genève: L'Organisation mondiale du commerce a reporté à la dernière minute sa première conférence ministérielle depuis quatre ans face à l'apparition du variant préoccupant Omicron, douchant les espoirs de relancer l'organisation très affaiblie.

A l'issue d'une réunion d'urgence, les 164 membres de l'OMC ont convenu vendredi de reporter "sine die" la 12e conférence ministérielle suite à la propagation d'Omicron "qui a conduit de nombreux gouvernement à imposer d'importantes restrictions de voyage, lesquelles auraient empêché de nombreux ministres de se rendre à Genève", a indiqué l'organisation.

"Cela ne signifie pas que les négociations doivent s'arrêter. Au contraire, les délégations à Genève devraient être pleinement habilitées à rapprocher leurs positions le plus possible", a déclaré la directrice générale de l'OMC, la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala.

L'OMC est la première organisation internationale à Genève à faire les frais du nouveau variant du Covid-19 détecté à l'origine en Afrique australe. Il a été classé "préoccupant" par l'OMS quelques heures avant le report de la ministérielle. Il représente un risque "élevé à très élevé" pour l'Europe, selon l'agence de santé de l'UE.

Les regards se tournent désormais vers l'Organisation mondiale de la santé (OMS), dont les 194 membres doivent débattre la semaine prochaine d'un éventuel traité pandémique. La tenue de deux autres grandes réunions - l'une sur la finance durable, l'autre sur les systèmes d'armes létales autonomes - pourrait également être mise en péril.

La ministérielle de l'OMC, qui devait réunir du 30 novembre au 3 décembre au siège de l'organisation environ 4.000 participants, dont des chefs d'Etat et plus d'une centaine de ministres, aurait dû se tenir au Kazakhstan en juin 2020, mais avait déjà été reportée suite à l'apparition des premiers cas de Covid-19 fin 2019.

Tous les membres ont soutenu le nouveau report. Selon l'OMC, Mme Okonjo-Iweala a expliqué aux diplomates qu'une réunion en ligne n'aurait pas permis de mener "des négociations complexes sur des questions politiquement sensibles".

L'ambassadeur européen auprès de l'OMC, João Aguiar Machado, a reconnu que "ce n'était pas un choix facile, mais la bonne décision".

- «Mauvais exutoire» -

Il s'agissait de la première ministérielle de Mme Okonjo-Iweala, arrivée en mars, dont tout le monde salue depuis la volonté sans relâche de redonner une visibilité à l'OMC, dans un contexte de crise et de rivalités croissantes entre les deux premières puissances économiques mondiales: la Chine et les Etats-Unis.

Ce premier test de la réalité de son influence était d'autant plus important que la précédente ministérielle de Buenos Aires s'était achevée fin 2017 sans accord significatif. Depuis, les dossiers se sont empilés.

De nombreux observateurs jugeaient difficile que les 164 membres de l'OMC puissent conclure des accords d'envergure durant cette 12e ministérielle de l'OMC, notamment sur la pêche et la question des droits de propriété intellectuelle pendant la pandémie. Mais beaucoup gardaient l'espoir que la réunion permette au moins de débloquer les discussions.

"Une conférence ministérielle offre la possibilité de trouver des solutions politiques à des questions pour lesquelles les solutions techniques ne suffisent pas à elles seules", a réagi auprès de l'AFP Dmitry Grozoubinski, directeur de l'organisation Geneva Trade Platform.

Cette conférence devait en outre intervenir alors que l'OMC - où les décisions sont prises par consensus - a perdu en pertinence faute de pouvoir conclure des accords majeurs et régler des désaccords entre certains membres et la Chine.

De plus, le principal instrument pour régler les différends entre ses membres - l'organe d'appel - est paralysé faute de juges. L'administration du président américain Joe Biden s'est dite prête à le relancer après le blocage des années Trump, mais sans proposition concrète.

"Il y avait peu d'optimisme sur l'issue des négociations de ces prochains jours, mais cette suspension est un mauvais exutoire et empêche de souligner que le non-engagement des Etats-Unis encourage l'inertie d'une difficile réforme de l'OMC", a dit à l'AFP Elvire Fabry, chercheuse en charge de la politique commerciale à l'Institut européen Jacques Delors.