Chari.ma, centrale d’achat en ligne, intègre le prestigieux Founders Program de la Station F

La jeune start-up Chari.ma a été fondée par Ismael Belkhayat et Sophia Alj. (Photo fournie).
La jeune start-up Chari.ma a été fondée par Ismael Belkhayat et Sophia Alj. (Photo fournie).
Après un an d’existence, l’application d’e-commerce assure les livraisons, les commandes et les approvisionnements de nombreux produits. (Photo fournie).
Après un an d’existence, l’application d’e-commerce assure les livraisons, les commandes et les approvisionnements de nombreux produits. (Photo fournie).
Short Url
Publié le Jeudi 14 janvier 2021

Chari.ma, centrale d’achat en ligne, intègre le prestigieux Founders Program de la Station F

  • La jeune start-up Chari.ma est la première centrale d’achat digitale marocaine destinée aux commerces de proximité à intégrer le prestigieux Founders Program de Station F
  • Installée à Paris, Chari.ma pourra désormais évoluer dans un écosystème très favorable qui lui permettra d’acquérir compétences, savoir-faire et expertise

PARIS : La jeune start-up Chari.ma a été fondée par Ismael Belkhayat et Sophia Alj. C’est la première centrale d’achat digitale marocaine destinée aux commerces de proximité à intégrer le prestigieux Founders Program de Station F, lancé par Xavier Niel, fondateur de l’opérateur français Free.

Installée à Paris, Chari.ma pourra désormais évoluer dans un écosystème très favorable, qui lui permettra d’acquérir compétences, savoir-faire et expertise. Lancée au mois de janvier 2020, elle a été incubée par le holding familial HnS Invest Holding, qui accompagne les porteurs de projets digitaux dans les secteurs de la distribution et de la logistique.

Sollicité par Arab News en français, Ismael Belkhayat, cofondateur et PDG de la start-up, explique que «le réseau Chari.ma dispose d’outils extrêmement performants, à la pointe de la technologie, qui accompagnent toute la chaîne de valeur logistique depuis la prise de commande jusqu’à la livraison». «La technologie Chari.ma englobe, entre autres, une application de réception, de gestion et de préparation des commandes (warehouse management system, «système de gestion d'entrepôts», [WMS]), une application de gestion des tournées de livraison (transport management system, «système de gestion des transports», [TMS]) ainsi qu’une application de business intelligence («informatique décisionnelle», [BI])», explique-t-il.

«Ces technologies permettent de digitaliser le processus de distribution de bout en bout, et d’optimiser le fonctionnement de Chari.ma, donc ses coûts», nous confie Ismael Belkhayat. «Nous sommes le seul acteur d’e-commerce business to business («commerce entre entreprises», [B2B]) capable de livrer plus de 1 000 références aux commerces de proximité en moins de vingt-quatre heures», poursuit-il.

Après un an d’existence, l’application d’e-commerce assure les livraisons, les commandes et les approvisionnements de nombreux produits. «Nous proposons un large choix de produits de grande consommation», affirme le fondateur de Chari.ma. Ces produits peuvent être commandés sur l’application mobile, par téléphone ou par WhatsApp.

Le Founders Program de la Station F

Le Founders Program possède un écosystème adapté qui permet aux jeunes pousses d’évoluer aisément dans le milieu digital mondial. Réservé aux start-up les plus prometteuses de plus de soixante-dix pays, le Founders Program de la Station F est un lieu de networking privilégié pour les fondateurs de start-up qui souhaitent échanger et développer leurs champs d’expertise.

Considéré comme l’un des plus grands campus de start-up au monde, Station F regroupe des incubateurs issus des plus grandes écoles et des plus importants fonds d’investissement européens. Avec 30 programmes de start-up, 35 administrations publiques, 100 fonds d’investissement, 4 bureaux de mentorat et 600 événements par an, Station F rassemble les meilleures ressources et permet aux fondateurs de start-up d’évoluer dans d’excellentes conditions.

Interrogé par Arab News en français sur les retombées de l’intégration de Chari.ma à la Station F, Ismael Belkhayat, précise que, pour piloter le développement à l’international, une partie des équipes va s’installer à Paris afin d’être plus proche de la French Tech et des start-up françaises. «En s’installant à la Station F, une partie des collaborateurs pourront côtoyer de nombreux entrepreneurs, partager leurs expertises et e-savoir-faire. Les défis relevés par les start-up sont souvent similaires, et la Station F permet d’organiser des sessions de problem solving («résolution de problème») interentreprises», nous confie Ismael Belkhayat qui précise, par ailleurs, que leur installation à la Station F «permettra à Chari.ma de se rapprocher des venture capitalists («capital-risqueur», [VC]) et de préparer plus sereinement une levée de série A dans un délai de douze à dix-huit mois ».

Devenue un maillon central dans la chaîne d’approvisionnement, Chari.ma s’est engagée dans une démarche écoresponsable en intégrant graduellement une mobilité hybride ou électrique. Ses fondateurs ont fait appel au leader sur le marché en signant un partenariat avec Avis Maroc pour équiper la flotte de motos et de camionnettes en véhicules hybrides. Une première commande de 50 motos électriques a été passée auprès du loueur international.

«Nos fournisseurs et beaucoup de grandes marques ont adopté une démarche écoresponsable», confirme Ismael Belkhayat. «Que l’on s’adresse aux grandes marques ou aux épiciers à travers le Royaume, nous ne pouvons parler de distribution aujourd’hui sans avoir une stratégie engagée.»

Lauréat d’un concours

En décembre 2020, Chari.ma a remporté le Middle East Africa Seed Challenge, organisé par Orange Ventures (France), un concours qui rassemble plus de cinq cents start-up issues de nombreux pays, dont la Tunisie, l’Égypte, le Sénégal, la Côte d’Ivoire et la Jordanie.

«Orange Ventures a décidé d’investir dans Chari.ma en valorisant la jeune entreprise avec 10 millions de dollars [1 dollar = 0,82 euro]. La synergie entre Orange et Chari.ma est appelée à se développer davantage. Nous pourrions devenir distributeurs pour les cartes prépayées Orange. L’application peut aussi permettre aux points de vente de proximité de proposer la recharge des lignes prépayées Orange et le paiement des factures des lignes postposées», affirme le CEO de Chari.ma. «Ce partenariat permettra à notre application d’entrer dans le réseau d’Orange Money, et donc d’augmenter le nombre de points de vente, de retrait et de dépôt pour les transferts d’argent». Enthousiaste, Ismael Belkhayat nous confie: «Tout cela est très positif, car Chari.ma ambitionne aussi d’étendre ses activités en Afrique francophone, là où opère Orange. Nous espérons que ce financement et cette visibilité nous permettront de dupliquer ce concept marocain dans de nombreuses régions africaines et francophones», se réjouit-il.

Pour y parvenir, les cofondateurs de Chari.ma évoluent désormais, grâce à leur intégration dans l’écosystème de Station F, dans un cadre professionnel des plus adaptés afin d’accroître leur expertise et d’obtenir la levée de fonds nécessaire pour concrétiser leur plan de développement.

Pour Jérôme Berger, PDG d’Orange Venture, «la difficulté de l’accès à l’investissement constitue pour les entrepreneurs un frein à leur développement en Afrique». Or, explique-t-il, «le continent regorge de toutes parts d’opportunités et de talents. Notre initiative peut contribuer à apporter une solution à ces talents, et elle renforce notre confiance dans le potentiel d’innovation des écosystèmes locaux dans les pays où Orange est présent», confirme-t-il.

Le groupe français Orange est présent dans dix-huit pays, en Afrique et au Moyen-Orient.


Lubna Olayan : première femme à la tête d’un conseil d’affaires mixte au Royaume

Short Url
  • Olayan est nommée présidente du Conseil commercial saoudo-suédois
  • Au fil des ans, elle a figuré à plusieurs reprises dans la liste Forbes des femmes les plus puissantes, occupant la 58e place en 2018

DJEDDAH: L'éminente femme d'affaires saoudienne Lubna Olayan est devenue la première femme à diriger un conseil d’affaires mixte entre l’Arabie saoudite et la Suède, après sa nomination en tant que présidente du Conseil des affaires saoudo-suédois par l'Autorité générale du commerce extérieur.

Mohammed Batterjee et Saoud al-Suleimane ont été nommés vice-présidents.

Olayan est une personnalité marquante du monde des affaires saoudien depuis des décennies et a été nommée comme l'une des 100 personnes les plus influentes par le magazine Time en 2005. Au fil des ans, elle a figuré à plusieurs reprises dans la liste Forbes des femmes les plus puissantes, occupant la 58e place en 2018.

Elle est devenue présidente de la Saudi British Bank en 2019 et a été nommée à nouveau à ce poste pour un mandat de trois ans en janvier 2020, à la suite de la fusion avec Alawwal Bank pour créer le troisième institut bancaire du Royaume.

Olayan était PDG de la Olayan Financing Company, l'un des plus grands conglomérats d'Arabie saoudite, jusqu'à sa démission en avril 2019, tout en restant membre du conseil d'administration. L'entreprise, fondée par son père en 1947, est une multinationale privée dans les domaines de la distribution, de la fabrication, des services et des investissements.

Elle a remercié les membres du conseil pour la confiance qu'ils lui accordent, ainsi que les deux vice-présidents, lors de leur prise en charge, déclarant qu'elle continuerait à agir pour améliorer le travail du conseil et dynamiser son rôle dans le développement des relations interéconomiques entre les deux pays.

Les trente-six conseils d'affaires étrangers saoudiens opèrent sous la supervision de l'Autorité générale du commerce extérieur, ainsi que sous l'égide de la Fédération des chambres de commerce saoudiennes, dans le but de renforcer les liens économiques entre le Royaume et les États amis, en augmentant l'accès aux marchés étrangers pour les produits saoudiens et en encourageant les investissements étrangers.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'univers crypto joue sur le terrain des banques, au grand dam des régulateurs             

Début septembre, la plateforme d'échanges de devises numériques Coinbase a porté sur la place publique ses échanges avec le gendarme américain des marchés, la SEC, qui la menace d'une action en justice si elle ne renonce pas à lancer son offre de compte rémunéré.(AFP).
Début septembre, la plateforme d'échanges de devises numériques Coinbase a porté sur la place publique ses échanges avec le gendarme américain des marchés, la SEC, qui la menace d'une action en justice si elle ne renonce pas à lancer son offre de compte rémunéré.(AFP).
Short Url
  • En juillet, les procureurs de plusieurs Etats américains avaient déjà demandé à une autre plateforme, BlockFi, de renoncer à son propre compte rémunéré, qui annonce un taux d'intérêt allant jusqu'à 8% par an
  • Début septembre, la plateforme d'échanges de devises numériques Coinbase a porté sur la place publique ses échanges avec le gendarme américain des marchés, la SEC, qui la menace d'une action en justice si elle ne renonce pas à lancer son offre

NEW YORK: Comptes rémunérés ou prêts, de plus en plus de jeunes sociétés de l'univers des cryptomonnaies proposent des services proches de ceux des banques traditionnelles, une évolution pas du goût des régulateurs, qui veulent reprendre la main sur ce milieu peu régulé.


Début septembre, la plateforme d'échanges de devises numériques Coinbase a porté sur la place publique ses échanges avec le gendarme américain des marchés, la SEC, qui la menace d'une action en justice si elle ne renonce pas à lancer son offre de compte rémunéré.


Coinbase Lend permettrait à un utilisateur de mettre à disposition ses devises numériques moyennant intérêts, un service déjà proposé par d'autres acteurs "crypto" depuis plusieurs années.


En juillet, les procureurs de plusieurs Etats américains avaient déjà demandé à une autre plateforme, BlockFi, de renoncer à son propre compte rémunéré, qui annonce un taux d'intérêt allant jusqu'à 8% par an, quand la plupart des banques traditionnelles se contentent aujourd'hui de 0,01%.


"La crypto est un nouveau système bancaire parallèle", a déclaré au New York Times la sénatrice Elizabeth Warren. "Elle assure beaucoup des mêmes services, mais sans la protection des consommateurs ou la stabilité financière qui soutiennent le système traditionnel."


"Ils offrent des produits bancaires, mais la loi bancaire américaine ne s'applique pas à Coinbase", explique Dan Awrey, professeur de droit et de régulation financière à l'université Cornell.


Ces plateformes n'ont, en effet, pas le statut de banque ou d'établissement de crédit et ne sont pas rattachées à la Banque centrale américaine (Fed) ou sous la supervision de l'OCC (Office of the Comptroller of the Currency), principal régulateur bancaire.


En revanche, selon lui, les textes qui régissent la SEC s'appliquent bien aux plateformes de cryptomonnaies, ce que soutient le président de l'autorité de régulation, Gary Gensler.


Alors que les élus du Congrès n'en sont encore qu'à rédiger des propositions de lois et que les banquiers centraux s'interrogent, cet ancien banquier d'affaires de Goldman Sachs est à la manoeuvre.


Lors d'une audition devant la commission bancaire du Sénat, mardi, le responsable a dit s'intéresser "particulièrement aux prêts" de cryptomonnaies. "Franchement, pour moi, cela ressemble plus au Far West qu'à autre chose."

« Loi mal taillée »
"Ce n'est qu'une question de temps avant que les questionnaires de la SEC ne parviennent à toutes les sociétés" qui opèrent dans la cryptosphère, reconnaît Antoni Trenchev, co-fondateur de la plateforme Nexo, bien que sa société soit basée en Angleterre.


Nexo propose à ses utilisateurs de les rémunérer jusqu'à 12%, pour prêter leurs devises numériques, mais aussi d'emprunter de l'argent avec comme garantie leurs avoirs en cryptomonnaies.


"Je ne vois pas ça comme une tentative de contrôler notre industrie", dit-il des mises en garde de régulateurs et autorités judiciaires. "C'est simplement un moyen de protéger les consommateurs, ce qui est leur raison d'être."


Pour l'entrepreneur, cela "montre que notre industrie est en train de devenir grand public", et si elle est "davantage régulée, elle pourra croître encore davantage."


Néanmoins, beaucoup regrettent que la SEC se soit, pour l'instant, bornée à refuser la mise sur le marché de certains produits.


"Dans un monde idéal, la SEC produirait des recommandations spécifiques" sur les services financiers offerts par les plateformes crypto, commente Hailey Lennon, avocate du cabinet Anderson Kill et ancienne juriste en charge des questions de régulation chez Coinbase. "Mais elle considère que les règles sont déjà claires."


Si le gendarme des marchés semble bien compétent, les mesures qu'il peut imposer sont limitées, selon Dan Awrey, et ne concernent principalement que la transparence, sur les risques principalement.


Pour Hailey Lennon, les acteurs des cryptomonnaies devraient davantage mettre en avant les risques que prennent leurs utilisateurs.


Mais ces règles ne sont pas adaptées à des épargnants qui voudraient utiliser ces plateformes comme un bon vieux compte épargne, lequel fait l'objet d'une protection des dépôts dans le système bancaire traditionnel, ce qui n'est pas du tout le cas ici, fait valoir l'universitaire.


"Il y a une loi mal taillée qui s'applique sans doute à Coinbase" et aux autres opérateurs de cryptomonnaies, plaide Dan Awrey, "et une loi qui serait tout à fait adaptée (la loi bancaire) mais qui n'est pas applicable".


Beaucoup de plateformes comme Nexo ne sont pas basées aux Etats-Unis et le modèle même des cryptomonnaies, décentralisé, nécessiterait donc une régulation mondiale.


Malgré tout, "le régulateur à suivre, en ce moment, c'est la SEC", souligne Antoni Trenchev. "Parce que si les Etats-Unis adoptent une législation sur les cryptomonnaies, beaucoup d'autres pays suivront."

                


Les banquiers centraux se préparent à ranger leurs lances à incendie

Une photo prise le 15 janvier 2020 montre la façade de l'immeuble de la Banque de France à Paris. STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Une photo prise le 15 janvier 2020 montre la façade de l'immeuble de la Banque de France à Paris. STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Short Url
  • Les braises de la crise fument encore sur l'économie mondiale mais l'heure est au remballage, à petits pas, des énormes soutiens accordés par les banques centrales depuis le début de la pandémie
  • Et les banquiers centraux rivalisent d'expressions pour suggérer que le resserrement sera lent

PARIS : Les braises de la crise fument encore sur l'économie mondiale mais l'heure est au remballage, à petits pas, des énormes soutiens accordés par les banques centrales depuis le début de la pandémie.

"Le retrait des mesures de soutien monétaire et budgétaire est inévitable. La seule question à se poser est celle du calendrier", commente Eva Sun-Wai, co-gérante pour la société d'investissement M&G.

La Fed américaine a évoqué la possibilité de lancer le mouvement d'ici la fin d'année, mais entretient jusqu'ici le suspense sur le calendrier. La BCE a renvoyé à décembre la discussion sur le sien.

Et les banquiers centraux rivalisent d'expressions pour suggérer que le resserrement sera lent. Dernière en date, la patronne de la BCE, Christine Lagarde, a pris des accents thatchériens selon les observateurs pour affirmer début septembre: "the lady is not tapering", soit "la dame ne resserre pas".