Anticipant des tensions avec Biden, Erdogan cherche à apaiser ses relations avec l'Europe

Le président turc Recep Tayyip Erdogan prononçant un discours alors qu'il assiste à la réunion des ambassadeurs de l'Union européenne. (Mustafa Kamaci / SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE TURQUE / AFP)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan prononçant un discours alors qu'il assiste à la réunion des ambassadeurs de l'Union européenne. (Mustafa Kamaci / SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE TURQUE / AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 17 janvier 2021

Anticipant des tensions avec Biden, Erdogan cherche à apaiser ses relations avec l'Europe

  • Signe de leur exaspération face à une diplomatie turque jugée agressive, les pays européens se sont accordés le mois dernier pour sanctionner Ankara en lien avec ses forages gaziers unilatéraux en Méditerranée orientale
  • Du point de vue de l'UE, la Turquie reste dans tous les cas un partenaire incontournable en raison de sa situation géographique et de son rôle dans la gestion des flux migratoires vers l'Europe

ANKARA: Confronté à l'arrivée d'un nouveau dirigeant américain potentiellement hostile, le président turc Recep Tayyip Erdogan semble déterminé à apaiser ses relations avec l'Union européenne après plusieurs années de vives tensions.

Signe de leur exaspération face à une diplomatie turque jugée agressive, les pays européens se sont accordés le mois dernier pour sanctionner Ankara en lien avec ses forages gaziers unilatéraux en Méditerranée orientale.

La Turquie a aussi agacé ses partenaires occidentaux en intervenant en Libye pour soutenir le gouvernement de Tripoli, et en appuyant l'Azerbaïdjan dans son conflit avec l'Arménie dans la région du Nagorny Karabakh.

Mais après des mois d'acrimonie, marqués notamment par des échanges désobligeants entre M. Erdogan et le président français Emmanuel Macron, le chef d'Etat turc martèle désormais qu'il souhaite "écrire une nouvelle page" dans les relations entre Ankara et l'UE.

MM. Erdogan et Macron ont même échangé des lettres ces derniers jours. Prémices d'une réconciliation?

Ankara a aussi tendu un rameau d'olivier à Athènes en l'invitant à des discussions, prévues fin janvier, sur l'exploitation des hydrocarbures en Méditerranée.

Si la Turquie a adouci son langage, c'est parce qu'elle "ne peut pas se permettre une escalade des tensions avec à la fois les Etats-Unis et l'Europe, surtout avec une économie aussi fragile", souligne un diplomate européen.

"Quête d'amis" 

La dépendance économique d'Ankara envers l'Europe est en effet forte: entre 2002 et 2018, deux tiers des investissements directs de l'étranger en Turquie provenaient des 27 pays de l'UE, selon les chiffres officiels.

Mais les tensions ont contribué à créer un climat d'instabilité, l'inquiétude des investisseurs se reflétant dans la dégringolade de la livre turque qui a perdu un cinquième de sa valeur face au dollar en 2020.

Après avoir écarté son gendre de la fonction de ministre des Finances en novembre, M. Erdogan a multiplié les appels du pied en direction de l'Europe, promettant notamment de renforcer l'Etat de droit.

Isolé, "Erdogan cherche des amis partout où il peut en trouver", souligne Ilke Toygur, analyste à l'Institut allemand des relations internationales et des questions sécuritaires SWP.

A cette fin, M. Erdogan et son ministre des Affaires étrangères ont eu des réunions mardi avec des ambassadeurs de pays européens.

En attendant Biden

Si les difficultés économiques ont guidé la nouvelle approche turque, la victoire de Joe Biden semble aussi être un facteur déterminant.

Alors que M. Erdogan avait tissé avec Donald Trump une relation personnelle qui a permis à Ankara d'éviter de lourdes sanctions pour ses opérations militaires en Syrie ou l'achat de missiles russes, la Turquie anticipe plus de froideur de la part de la prochaine administration.

"La victoire de Biden a certainement changé la donne. La Turquie s'attend à ce que le prochain gouvernement américain lui laisse moins de latitude", estime le diplomate européen.

L'appel au rapprochement avec l'UE "peut être interprété comme une façon de se préparer" à la prise de fonction de M. Biden, abonde Sinem Adar, du Centre d'études appliquées sur la Turquie à Berlin.

Mais pour elle, la tentative d'apaisement d'Ankara s'explique aussi par "la pression domestique croissante" pour M. Erdogan "due aux problèmes économiques aggravés par la pandémie" et "une érosion de la popularité" du parti nationaliste MHP, allié au président turc.

Mesures concrètes 

Mais si les responsables turcs multiplient les déclarations, les analystes se demandent quelles mesures concrètes Ankara sera prêt à prendre.

Pour que la Turquie "soit perçue comme crédible par l'UE, il faut qu'Ankara change de direction" sur l'Etat de droit, estime Mme Adar, alors que l'emprisonnement d'opposants et de figures de la société civile a vivement préoccupé l'Occident.

Mme Toygur estime aussi que cette question est "le vrai obstacle", ajoutant que l'Europe attend "une preuve de bonne foi" de la part de M. Erdogan.

Du point de vue de l'UE, la Turquie reste dans tous les cas un partenaire incontournable en raison de sa situation géographique et de son rôle dans la gestion des flux migratoires vers l'Europe.

"Plusieurs pays européens veulent calmer les choses, car les tensions (...) ne servent ni les intérêts de la Turquie, ni ceux de l'Europe", indique le diplomate européen.

Cependant, ajoute-t-il, l'"offensive de charme" de la Turquie fait pour le moment "de nombreux sceptiques".


Tempête tropicale à Madagascar: 22 morts, selon un nouveau bilan

Une maison détruite par le passage du passage d'un cyclone est vue le 8 février 2022 à Irondro (Photo, AFP).
Une maison détruite par le passage du passage d'un cyclone est vue le 8 février 2022 à Irondro (Photo, AFP).
Short Url
  • Vingt personnes sont par ailleurs portées disparues dans les zones ayant été touchées par la tempête baptisée Cheneso
  • Dans le sud de l'Afrique, la saison cyclonique s'étend de novembre à avril et Madagascar en subit régulièrement des conséquences dévastatrices

ANTANANARIVO, Madagascar: Vingt-deux personnes ont été tuées à Madagascar après le passage la semaine dernière d'une tempête tropicale dans le nord-est du pays, a annoncé vendredi le Bureau de gestion des risques et des catastrophes.

Ce nouveau bilan a été donné à l'AFP par Faly Aritiana Fabien, un responsable de cet organisme.

Le précédent bilan faisait état un peu plus tôt dans la journée de 18 morts.

Vingt personnes sont par ailleurs portées disparues dans les zones ayant été touchées par la tempête baptisée Cheneso, qui a provoqué des inondations et une coupure des routes menant à la capitale, Antananarivo.

L'institution gouvernementale précise que plus de 59 100 personnes ont été touchées par la catastrophe, dont plus de la moitié ont dû quitter leur logement.

La tempête Cheneso est survenue le 19 janvier, accompagnée de vents violents atteignant 110 kilomètres à l'heure et d'importantes averses de pluie.

Dans le sud de l'Afrique, la saison cyclonique s'étend de novembre à avril et Madagascar, île de l'océan Indien, en subit régulièrement des conséquences dévastatrices.


Shamima Begum se confie à la BBC sur la réaction de sa famille après qu’elle a rejoint Daech

Shamima Begum s’est confiée sur la première fois qu’elle a parlé à sa mère après avoir quitté le Royaume-Uni en 2015. (Capture d’écran/BBC)
Shamima Begum s’est confiée sur la première fois qu’elle a parlé à sa mère après avoir quitté le Royaume-Uni en 2015. (Capture d’écran/BBC)
Short Url
  • Shamima Begum a quitté le Royaume-Uni en 2015, à l’âge de 15 ans, pour rejoindre Daech en Syrie. Le gouvernement britannique a révoqué sa citoyenneté britannique
  • Dans un podcast de la BBC, Begum a laissé entendre que sa famille était en partie responsable de la tempête médiatique provoquée par la révélation de ses actes

LONDRES: Shamima Begum s’est confiée à la BBC sur la première fois qu’elle a parlé à sa mère après avoir quitté le Royaume-Uni en 2015, à l’âge de 15 ans, pour rejoindre Daech en Syrie.

«La première fois que j’ai appelé ma mère, elle ne faisait que pleurer. J’avais l’impression qu’elle essayait de me faire culpabiliser», raconte-t-elle au journaliste Joshua Baker lors d’une interview pour la deuxième série du podcast de la BBC I’m Not A Monster, qui a débuté en janvier.

«Je ne sais pas, peut-être que c’était juste les émotions, mais je ne lui ai rien dit, je l’ai laissée pleurer. J’ai juste continué à lui dire que j’allais bien.» Baker lui a demandé ce qu’elle avait dit à sa mère lorsque celle-ci l’a suppliée de rentrer à la maison, ce à quoi elle a répondu qu’elle avait «simplement dit non».

La jeune femme, aujourd’hui âgée de 23 ans, a ajouté que, bien que n’étant pas totalement décidée à rejoindre le groupe extrémiste à ce moment-là, elle ne voulait pas donner de faux espoirs à sa mère, car elle ne savait pas si elle serait capable de partir.

Le journaliste lui a ensuite demandé ce qu’elle avait ressenti lorsqu’elle avait entendu sa sœur la supplier publiquement de quitter Daech. «Je n’arrivais pas à y croire», affirme-t-elle. «Je n’arrivais pas croire que ma sœur avait fait tout ce chemin jusqu’en Turquie en pensant qu’elle pourrait me sauver.»

Begum a même laissé entendre que sa famille était «responsable» de la tempête médiatique qu’a provoqué la révélation de son voyage en Syrie, car les membres de sa famille lui lançaient des appels émouvants pour qu’elle revienne.

«Je ne pense pas qu’ils savaient quelle ampleur cela prendrait», ajoute-t-elle. «Je reproche aux médias d’avoir été aussi obsédés par mes amis et moi.»

La série de podcasts, dont de nouveaux épisodes sortent chaque mercredi, a également dévoilé des informations sur le passeur Mohammed al-Rachid, qui a aidé Begum à se rendre en Syrie alors qu’il travaillait comme agent pour les services de renseignement canadiens.

Ce mois-ci, la BBC a dû faire face à un tollé public concernant la série de podcasts, qui se focalise sur l’affaire de Shamima Begum et dans laquelle elle défend ses actions. Le radiodiffuseur de service public britannique a réagi en assurant que la série n’était «pas une plate-forme visant à permettre à Shamima Begum de raconter son histoire incontestée», mais plutôt une «enquête robuste d’intérêt public» sur son cas.

Begum est née au Royaume-Uni de parents d’origine et de nationalité bangladaises. Elle vivait avec sa famille dans le quartier de Bethnal Green à Londres lorsqu’elle est partie pour la Syrie. Peu après son arrivée dans ce pays ravagé par la guerre, elle a épousé Yago Riedijk, d’origine néerlandaise. Dans les années qui ont suivi, elle a donné naissance à trois enfants, qui sont tous morts en bas âge. En 2019, elle a été découverte vivant dans un camp de réfugiés dans le nord de la Syrie. Le gouvernement britannique a révoqué sa citoyenneté britannique et a déclaré qu’elle ne serait pas autorisée à revenir dans le pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Tanzanie : hommage à un étudiant recruté par Wagner et tué en Ukraine

Les personnes en deuil portent une croix et un cercueil avec le corps de l'étudiant tanzanien, Nemes Tarimo, dont le corps est arrivé chez lui à Dar es Salaam, en Tanzanie, le 27 janvier 2023, après avoir été tué en combattant pour la Russie en Ukraine (Photo, AFP).
Les personnes en deuil portent une croix et un cercueil avec le corps de l'étudiant tanzanien, Nemes Tarimo, dont le corps est arrivé chez lui à Dar es Salaam, en Tanzanie, le 27 janvier 2023, après avoir été tué en combattant pour la Russie en Ukraine (Photo, AFP).
Short Url
  • Nemes Tarimo purgeait une peine de sept ans de prison pour une infraction non divulguée lorsque Wagner l'a recruté en échange d'un salaire
  • Après sa mort le 24 octobre, son corps est arrivé en Tanzanie vendredi

DAR ES SALAAM, Tanzanie: Des centaines de Tanzaniens ont rendu hommage vendredi, lors d'une cérémonie empreinte d'émotions, à un étudiant tué en Ukraine après avoir été recruté en prison par le groupe de mercenaires privés russes Wagner.

Nemes Tarimo purgeait une peine de sept ans de prison pour une infraction non divulguée lorsque Wagner l'a recruté en échange d'un salaire et de la promesse qu'il serait libéré après la guerre, selon les autorités tanzaniennes.

Après sa mort le 24 octobre, son corps est arrivé en Tanzanie vendredi, accueilli par des membres de sa famille en larmes à l'aéroport international Julius Nyerere de Dar es Salaam.

L'hommage s'est déroulé en présence de responsables gouvernementaux et de représentants du parti d'opposition Chadema qui comptait Nemes Tarimo parmi ses membres.

L'étudiant va être enterré dans le sud du pays. Il était père d'une fillette de trois ans qui se trouve toujours en Russie.

Un oncle de Nemes Tarimo a déclaré avoir parlé à l'étudiant l'an dernier. "Tarimo m'a appelé et m'a dit qu'il était libre et a promis de rentrer chez lui en janvier. Il a également averti que je ne devais pas l'appeler tant qu'il ne l'aurait pas fait", a-t-il déclaré.

Ces derniers mois, des hommes ont été recrutés dans les prisons russes pour combattre en première ligne en Ukraine avec la promesse de salaires lucratifs et de peines réduites.

Un étudiant zambien également recruté par le groupe Wagner, Lemekhani Nyirenda, a aussi été tué en Ukraine, en septembre, ce qui a déclenché des tensions diplomatiques et une demande d'explication de Lusaka à Moscou.