Soudan: la paix au Darfour menacée par un regain de violences

Le Darfour n'avait pas connu un tel niveau de violence depuis octobre dernier (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 18 janvier 2021

Soudan: la paix au Darfour menacée par un regain de violences

  • Ces nouvelles violences interviennent au moment où le gouvernement de transition à Khartoum --installé après la destitution de l'ancien président Omar el-Béchir en 2019-- tente de stabiliser la région après le récent départ de la mission onusienne
  • Les habitants d'Al-Geneina, dans l'Etat du Darfour-Ouest, se sont réveillés samedi sous une «fusillade intense»

KHARTOUM : Les violents heurts qui frappent le Darfour depuis trois jours, faisant au moins 130 morts et de nombreux blessés, soulignent les profondes divisions tribales dans cette région agitée de l'ouest du Soudan.

Ces nouvelles violences interviennent au moment où le gouvernement de transition à Khartoum --installé après la destitution de l'ancien président Omar el-Béchir en 2019-- tente de stabiliser la région après le récent départ de la mission onusienne de maintien de la paix.

Mais les derniers affrontements remettent en cause le récent accord de paix historique signé en octobre entre gouvernement et rebelles darfouris, ainsi que la capacité des autorités à assurer la sécurité.

Que s'est-il passé?

Les habitants d'Al-Geneina, dans l'Etat du Darfour-Ouest, se sont réveillés samedi sous une «fusillade intense».

«Tout a commencé vendredi par une querelle entre deux personnes, une de la tribu non-arabe Massalit et l'autre d'une tribu arabe», a dit à l'AFP par téléphone Adam Hussein, un habitant.

La dispute «s'est terminée par un coup de poignard», a-t-il poursuivi.

Les autorités ont rapidement arrêté le meurtrier, mais les «milices armées ont pris cet incident comme prétexte pour attaquer Al-Geneina», selon l'Association des avocats du Darfour.

«Ces milices ont semé la panique (...) commettant toutes sortes de violations des droits humains», a rapporté l'association dans un communiqué.

Les affrontements se sont poursuivis jusqu'à dimanche en dépit d'un couvre-feu décrété par les autorités locales.

«Les pillages et les meurtres ont eu lieu dans le marché local et dans d'autres districts», selon M. Hussein.

Les violences se sont étendues et lundi, des affrontements ont éclaté dans un village de l'Etat du Darfour-Sud, fief de la tribu non-arabe Fallata. 

Un chef de cette tribu, Mohamed Saleh, a dit à l'AFP que des hommes de la tribu arabe des Rizeigat ont attaqué le village de Saadoun, tuant 47 personnes et brûlant plusieurs maisons.

Qu'a fait le gouvernement?

Dimanche, les violences avaient fait au moins 83 morts et 160 blessés, et plusieurs habitations avaient été incendiées. 

Les autorités à Khartoum et dans d'autres Etats ont envoyé des renforts au Darfour-Ouest pour protéger les civils et les infrastructures. 

Le couvre-feu a pris effet dimanche après-midi. Aucune information n'était disponible sur une possible levée du couvre-feu.

«Nous avons cessé d'entendre la fusillade depuis hier (dimanche) vers 16h00 (14H00 GMT)», a dit Mohamed Eissa, un commerçant, avant d'ajouter que «les forces de sécurité se sont déployées dans tous les coins de la ville». 

Le ministère soudanais de la Santé a envoyé des aides et des équipes médicales.

Les raisons? 

Les violences soulignent l'état «des relations entre les communautés dans chacun des camps de la guerre civile, non résolue au Darfour», a estimé Magdi El-Gizouli, analyste au Rift Valley Institute. 

«Le scénario qui s'est joué à Al-Geneina est la base du drame des violences dans la région», selon lui.

Le conflit au Darfour avait débuté en 2003 entre forces loyales au régime du général Omar el-Béchir à Khartoum et des membres de minorités ethniques s'estimant marginalisées.

Les violences ont fait quelque 300.000 morts et plus de 2,5 millions de déplacés, essentiellement durant les premières années du conflit, selon l'ONU.

Les affrontements restent encore fréquents concernant l'accès à la terre et à l'eau, opposant éleveurs nomades arabes et fermiers darfouris.

Le 31 décembre, l'ONU et l'Union africaine ont mis fin à leur mission de maintien de la paix (MINUAD) de 13 ans au Darfour.

Des centaines de personnes déplacées avaient manifesté contre le départ de cette mission, craignant un regain de tensions.

La MINUAD n'aurait peut-être pas pu empêcher les violences, mais sa présence avait un «effet dissuasif», selon Jonas Horner, du cercle de réflexion International Crisis Group.

Le gouvernement a promis d'assurer la sécurité de la région mais selon M. Horner, les troupes de Khartoum sont «mal équipées».

En outre, les forces de sécurité soudanaises comprennent les Forces de soutien rapides, un groupe paramilitaire issu des Janjawids, une milice armée composée essentiellement de nomades arabes, accusés de «nettoyage ethnique» et de viols pendant le conflit.

«Les darfouris ont souffert d'une violence extrême et d'atrocités pendant des années entre les mains des mêmes militaires et forces paramilitaires qui sont maintenant chargés de les protéger», estime M. Horner.

 


Réouverture des services de visas habituels de l’ambassade des Etats-Unis en Arabie saoudite

Les sections consulaires ont conseillé à ceux qui souhaitaient obtenir des rendez-vous de les prendre «uniquement une fois qu’ils ont fait des prévisions de voyages provisoires, mais avant de les confirmer de manière définitive» (Fichier/Shutterstock)
Short Url
  • «Nous continuons à mettre en place des moyens de protection pour assurer la sécurité du personnel et des visiteurs»
  • Les sections consulaires américaines ont déclaré qu'elles continueraient de donner la priorité aux ressortissants américains, aux visas d'immigration, aux étudiants

DUBAÏ: L’ambassade américaine en Arabie saoudite a annoncé lundi la réouverture des services habituels de visas pour les non-immigrants en nombre limité, au siège de son ambassade à Riyad ainsi qu’aux consulats généraux à Djeddah et Dhahran. 

«Nous continuons à mettre en place des moyens de protection pour assurer la sécurité du personnel et des visiteurs. En raison de ces mesures, les rendez-vous pour les visas sont extrêmement limités et sujets à changement», a déclaré un communiqué de l'ambassade. 

Les sections consulaires ont conseillé à ceux qui souhaitaient obtenir des rendez-vous de les prendre «uniquement une fois qu’ils ont fait des prévisions de voyages provisoires, mais avant de les confirmer de manière définitive». 

Les sections consulaires américaines ont déclaré qu'elles continueraient de donner la priorité aux ressortissants américains, aux visas d'immigration, aux étudiants, ainsi qu’aux visas d'urgence des non-immigrants. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com 


Déclarations américaines sur Khashoggi: l’administration Biden accusée d’un deux poids deux mesures

Des personnes se rassemblent pour dénoncer l’assassinat du célèbre activiste et intellectuel libanais Lokman Slim, sur la place de la Sorbonne à Paris, au cœur de la capitale française, le 11 février 2021 (Photo, AFP)
Short Url
  • Après les déclarations américaines sur Khashoggi, des voix de plus en plus nombreuses s’interrogent sur la politique de l’administration américaine concernant les assassinats d’autres journalistes et les violences dans la région
  • Alors que les États-Unis continuent de calmer l'Iran afin de le faire revenir à la table des négociations sur le nucléaire, ses représentants pourraient s'en tirer à bon compte en faisant taire encore davantage de journalistes et de critiques

LONDRES: Après les dispositions prises par le président américain, Joe Biden, pour sanctionner les responsables saoudiens qui ont participé au meurtre en 2018 du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, plusieurs experts du Moyen-Orient dénoncent une politique américaine du deux poids deux mesures. 

L’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, ainsi que plusieurs responsables du département d'État américain, ont déclaré à plusieurs reprises que Washington ne tolérerait plus que des journalistes et des opposants soient ciblés. Le cas de Jamal Khashoggi a été au cœur de ces déclarations. 

Cependant, des voix de plus en plus nombreuses s’interrogent sur la politique de l’administration américaine concernant les assassinats d’autres journalistes et les violences dans la région. 

 «Quel est le but de la publication de ce rapport? Il est très clair que relancer le cas Jamal Khashoggi deux ans après sa mort vise à faire pression sur l'Arabie saoudite», affirme à Arab News le Dr Dania Koleilat Khatib, experte en affaires américano-arabes. 

Le journaliste Hussain Abdel-Hussain a réagi sur Twitter à la décision américaine. «Maintenant que nous en avons terminé avec l'affaire Khashoggi, les États-Unis peuvent-ils prêter attention à l'assassinat d'Hisham al-Hashemi et de Lokman Slim? Ou n'y a-t-il aucun lobby derrière eux pour exiger la divulgation du nom de leurs assassins?» 

En effet, alors que le meurtre le mois dernier de l’éditeur libanais et critique du Hezbollah Lokman Slim, a été condamné par le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, les États-Unis ne sont pas allés plus loin, et sa déclaration a même évité de nommer le coupable connu, le Hezbollah. 

Un autre chercheur, Hisham al-Hashimi, de nationalité irakienne, a été abattu par balles l’année dernière devant son domicile à Bagdad, meurtre dont les responsables présumés sont depuis longtemps les Kata’ib Hezbollah, soutenus par l’Iran. 

«On peut également s’interroger sur le timing choisi, alors que les États-Unis cherchent à revenir à l'accord sur le nucléaire. Cela pourrait être un moyen d’exercer des pressions sur l'Arabie saoudite pour qu'elle accepte les décisions des États-Unis concernant l'Iran, et pour contraindre le Royaume à faire des concessions», estime Khatib, pour qui «les États-Unis  ne veulent pas perturber leurs réseaux de communication avec l'Iran». 

L’experte précise en outre que «même si les États-Unis sont attachés aux droits humains, leur intransigeance et leur détermination à prendre position doivent être interprétées dans un contexte politique bien précis». 

Alors que de plus en plus de voix critiques de l'Iran, de ses représentants et de ses alliés dans la région sont tués par des «groupes inconnus», les États-Unis préfèrent manifestement se concentrer sur ce qui leur profite politiquement. La tentative du président Biden de faire de l’Arabie saoudite un paria, comme il l’a précédemment affirmé,  se fait au détriment de la justice pour les meurtres commis par l’Iran et à ses groupes armés dans la région.  

Les journalistes libanais Samir Kassir et Gebran Tueini avaient ouvertement fait entendre leur voix. Tous deux ont été assassinés pour leurs critiques virulentes, et justice ne leur pas encore été rendue. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com 


Le premier ambassadeur émirati en Israël prend ses fonctions

Mohamed Mahmoud Fateh Ali Al Khaja. (AFP)
Short Url
  • Mohamed Mahmoud Fateh Ali Al Khaja a présenté ses lettres de créance au président israélien Reuven Rivlin lors d'une cérémonie à la résidence présidentielle à Jérusalem
  • S'exprimant en hébreu après quelques mots de bienvenue en arabe, M. Rivlin a salué le diplomate émirati l'assurant de «l'émotion de tout un peuple (...) avide de faire connaissance avec votre peuple»

JERUSALEM : Le premier ambassadeur émirati en Israël a pris ses fonctions lundi, se disant «fier» et «honoré» d'oeuvrer à développer les relations entre les deux pays, quelques mois après leur normalisation.

Mohamed Mahmoud Fateh Ali Al Khaja a présenté ses lettres de créance au président israélien Reuven Rivlin lors d'une cérémonie à la résidence présidentielle à Jérusalem.

S'exprimant en hébreu après quelques mots de bienvenue en arabe, M. Rivlin a salué le diplomate émirati l'assurant de «l'émotion de tout un peuple (...) avide de faire connaissance avec votre peuple».

«Je mettrai tout en œuvre pour renforcer ces liens et rapprocher la culture des deux pays et de leurs peuples», a déclaré le diplomate émirati, aux côtés de M. Rivlin. 

 «Je travaillerai sans relâche pour renforcer les liens politiques entre nos deux pays au service de nos peuples et de la stabilité régionale», a-t-il ajouté

Lors d'une rencontre avec le chef de la diplomatie israélienne Gabi Ashkenazi, le diplomate émirati avait dit auparavant «être très fier et honoré d'être le premier ambassadeur émirati auprès de l'Etat d'Israël».

«Ma mission ici est de nourrir et de développer cette relation. Nous espérons que cela apportera la paix et la prospérité aux peuples du Moyen-Orient», avait encore affirmé le diplomate, qui doit visiter mardi Yad Vashem, le mémorial de la Shoah à Jérusalem.

Les Emirats arabes unis ont été, avec Bahreïn, les premiers pays du Golfe à avoir conclu en septembre dernier des accords de normalisation des relations avec Israël, négociés sous l'égide des Etats-Unis.

Dans la foulée de cette vague de normalisation, de nombreux accords commerciaux ont été signés entre les Emirats et Israël dans les secteurs de l'agro-alimentaire, du tourisme et des hautes technologies.

Fin janvier, Israël avait annoncé l'ouverture d'une ambassade aux Emirats et l'arrivée de son représentant Eitan Na'eh.

La première ambassade émiratie en Israël est située à Tel-Aviv, métropole israélienne où sont basées la majorité des représentations diplomatiques car ne reconnaissant pas Jérusalem comme capitale d'Israël.

Israël a annexé en 1967 la partie orientale de la ville sainte et considère l'ensemble de Jérusalem comme sa capitale «indivisible», tandis que les Palestiniens aspirent à faire de Jérusalem-Est la capitale d'un éventuel Etat indépendant.