Iran: Un compte Twitter de Khamenei menace Trump pour venger Soleimani

Une photo fournie par le bureau du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, le 8 janvier 2021, le montre en train de prononcer un discours télévisé à l'occasion du 43e anniversaire de la révolte de 1978 à Qom qui a déclenché la révolution iranienne. L'Iran n'est pas pressé de voir les États-Unis revenir à un accord nucléaire de 2015 avec les grandes puissances après la prise de fonction de Joe Biden ce mois-ci, a déclaré son chef suprême. (Khamenei.IR/AFP)
Le visuel publié sur le compte @khamenei_site
Short Url
Publié le Vendredi 22 janvier 2021

Iran: Un compte Twitter de Khamenei menace Trump pour venger Soleimani

  • "La vengeance est inévitable. Le meurtrier de Soleimani et celui qui a ordonné le meurtre doivent subir la vengeance", indique le message en persan publié jeudi peu avant minuit par @khamenei_site
  • Ces propos, tenus par le passé par le numéro un iranien, sont accompagnés d'un photomontage montrant Donald Trump jouant sur un golf en bord de mer que survole un aéronef

TÉHÉRAN : Un compte Twitter lié au guide suprême iranien a publié un appel à la vengeance pour l'assassinat du général Qassem Soleimani semblant viser son commanditaire, l'ancien président américain.

Vendredi soir, le compte a été suspendu car il enfreint "les règles de Twitter", a annoncé le réseau social dans un message publié sur le même profil.

"La vengeance est inévitable. Le meurtrier de Soleimani et celui qui a ordonné le meurtre doivent subir la vengeance", indique le message en persan publié jeudi peu avant minuit par @khamenei_site, compte d'un site internet de l'ayatollah Ali Khamenei.

Ces propos, tenus par le passé par le numéro un iranien, sont accompagnés d'un photomontage montrant Donald Trump jouant sur un golf en bord de mer que survole un aéronef de forme triangulaire dont on ne voit que l'ombre projetée sur le green.

Architecte de la stratégie d'influence régionale de l'Iran, le général Qassem Soleimani était le chef de la Force Qods, chargée des opérations extérieures des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique.

Il a été éliminé le 3 janvier 2020 à Bagdad par une frappe de drone américain ordonnée par Donald Trump. Ce dernier a quitté ses fonctions mercredi pour laisser la place à Joe Biden, et s'est retiré dans son golf de Mar-a-Lago en Floride (Sud-Est des Etats-Unis).

Le guide suprême a promis et répété que la mort de Soleimani serait vengée. Le 1er janvier, lors d'une cérémonie à la mémoire de l'officier, le chef de l'Autorité judiciaire iranienne, Ebrahim Raïssi, avait déclaré que ses assassins ne seraient "nulle part en sécurité".

"Ne pensez pas que quelqu'un comme le président de l'Amérique, qui apparaît comme un assassin ou qui a ordonné un assassinat, peut s'en tirer (...) Jamais", avait-il dit.

"La vengeance peut avoir lieu à tout moment", affirme le compte Twitter du site du guide iranien.

Le 9 janvier, Twitter avait supprimé un message publié par un des comptes Twitter de l'ayatollah Khamenei interdisant l'importation de vaccins contre la Covid-19 fabriqués aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne, en jugeant qu'on ne pouvait pas faire confiance à ces deux pays.

Le réseau social avait estimé que ce tweet enfreignait "spécifiquement la politique (de Twitter) sur les informations trompeuses sur la Covid-19".

 


Meghan affirme que la famille royale n'a pas accepté la couleur de peau de son fils

Le prince britannique Harry et Meghan, duchesse de Sussex, sont interviewés par Oprah Winfrey sur cette photo (Photo, AFP).
Short Url
  • «Oprah» a vendu, selon le Wall Street Journal, cet entretien entre 7 et 9 millions de dollars à CBS
  • Le prince Harry affirme que son père et son frère, Charles et William, sont «prisonniers» du système

NEW YORK: Meghan Markle, qui est métisse, a également affirmé que des membres de la famille royale s'étaient inquiétés de la couleur de peau de son fils Archie avant sa naissance. Ils ont exprimé des «inquiétudes (...) quant à savoir à quel point sa peau serait foncée", "ce que ça voudrait dire et à quoi cela ressemblerait», a-t-elle expliqué, lors de son interview à la chaîne américaine CBS dimanche soir.

La duchesse de Sussex a également indiqué que le palais de Buckingham avait refusé d'accorder une protection à l'enfant et que des membres de l'institution estimaient qu'Archie ne devrait pas recevoir de titre de noblesse, bien que ce soit la tradition.

Meghan Markle a eu des pensées suicidaires lorsqu'elle vivait au sein de la famille royale, et n'a reçu aucun soutien psychologique malgré des demandes répétées, a-t-elle expliqué dans une interview diffusée dimanche.

«Je ne voulais tout simplement plus être en vie. Et c'étaient des pensées constantes, terrifiantes, réelles et très claires», a dit la duchesse de Sussex à la présentatrice Oprah Winfrey lors de l'entretien retransmis par la chaîne CBS, mettant son état psychologique sur le compte de la couverture agressive des médias britanniques.

Elle dit être allée voir des membres de l'institution royale pour demander de l'aide et évoquer la possibilité d'une prise en charge médicale, «et on m'a dit que je ne pouvais pas, que ce ne serait pas bon pour l'institution», a-t-elle ajouté

Harry a lui regretté que la famille royale n'ait pas pris position publiquement pour dénoncer ce qu'il considère comme une couverture aux accents racistes par une partie de la presse britannique

Si l'Américaine de 39 ans a dénoncé une «vraie campagne de dénigrement» de la part de l'institution royale et dit ne pas s'être sentie protégée par la famille royale, l'ancienne actrice a pris garde de ne pas attaquer personnellement des membres de la couronne.

Elle a simplement affirmé que, contrairement à ce qui avait été rapporté par la presse britannique, ce n'était pas elle qui avait fait pleurer Kate, la duchesse de Cambridge, mais que l'inverse s'était produit lors d'un incident survenu avant son mariage avec le prince Harry, en 2018. Elle a précisé que Kate s'était excusée peu après.

Harry a été plus loin, avouant s'être senti «vraiment lâché» par son père, le prince Charles, alors qu'il vivait une période difficile. «Parce qu'il a vécu quelque chose de similaire. Il sait ce qu'est la douleur», a dit le prince. «Il y aura du travail» pour améliorer leur relation, «mais en même temps, je l'aimerai toujours».

Mardi, le quotidien britannique The Times avait publié des témoignages accusant la duchesse de Sussex de harcèlement lorsqu'elle vivait encore au sein de la famille royale. Le palais de Buckingham, «très préoccupé», a immédiatement annoncé l'ouverture d'une enquête, une décision inhabituelle pour l'institution peu accoutumée à régler ses conflits en public.

Le couple a souvent justifié son départ d'Angleterre par le désir d'échapper à la presse britannique, mais il a aussi laissé filtrer publiquement son malaise au sein de l'institution.

Interview «cirque» 

De son côté, la monarchie britannique a décidé de faire front face à la menace de cette interview-choc, offrant quelques heures avant l'intervention des Sussex l'image d'une famille unie lors des célébrations annuelles du Commonwealth. 

Dans un discours télévisé préenregistré, la reine a souligné l'importance du «dévouement désintéressé et du sens du devoir» dont ont fait preuve les soignants durant la pandémie, un signe que certains ne manqueront pas d'interpréter comme une critique adressée au couple princier. 

Selon une source proche de la reine citée par le Sunday Times, Elizabeth II ne regardera pas l'interview de son petit-fils et sera médiatiquement plus présente la semaine prochaine pour montrer que la monarchie «se concentre sur des questions importantes». 

Le journal indique aussi que des membres de la cour, qui n'ont pas hésité à qualifier l'interview de «cirque», se préparent à riposter «par de nouvelles révélations» sur le comportement du couple si la monarchie était attaquée. 

«Ma plus grande inquiétude, c'était de voir l'histoire se répéter», a expliqué le prince de 36 ans, dans un autre extrait de l'émission spéciale de CBS, référence au destin tragique de sa mère Diana, morte en 1997 dans un accident de la route à Paris alors que son chauffeur tentait d'échapper aux paparazzis.

Des millions pour une interview 

Après avoir confirmé à la reine leur mise en retrait définitive de la famille royale, au terme d'une période d'observation, le duc et la duchesse de Sussex, mariés depuis mai 2018, ont perdu leurs derniers titres officiels en février.

Installé au Canada, puis en Californie, à Montecito, depuis mars, le duo a déjà résolument pris la tangente et capitalisé sur son image de couple moderne, mixte, tourné vers l'humanitaire, dans un pays où l'opinion leur est beaucoup plus favorable qu'en Angleterre.

Depuis leur déménagement, les époux ont créé leur fondation, Archewell, et se sont notamment engagés à produire des programmes pour Netflix, moyennant 100 millions de dollars selon plusieurs médias américains, et des podcasts pour Spotify. A cela s'ajoute un partenariat annoncé avec la plateforme Apple TV+, en collaboration avec la présentatrice américaine Oprah Winfrey, qui dirigera l'interview de dimanche.

Le couple vaut de l'or et «Oprah» a vendu, selon le Wall Street Journal, cet entretien entre 7 et 9 millions de dollars à CBS, tout en conservant les droits à l'international, source de juteux revenus car une bonne partie de la planète attend ce rendez-vous télévisuel.


Grèce: tollé après une intervention musclée de la police pour faire respecter le confinement

Sur des vidéos filmées l'après-midi au même endroit, qui ont mis le feu aux poudres, on voit un policier frapper violemment un jeune homme avec une matraque (Photo, AFP).
Short Url
  • La police a dispersé à l'aide de gaz lacrymogènes près de 500 personnes, qui s'étaient rassemblées sur la place Nea Smyrni pour protester contre un incident qui s'était produit un peu plus tôt
  • Alexis Tsipras a dénoncé une «attaque, en l'absence de provocations, de policiers contre les familles et les jeunes enfants se trouvant sur la place»

ATHENES: Des affrontements entre des policiers et des résidents ont éclaté dimanche dans la banlieue d'Athènes, après une intervention musclée des forces de l'ordre pour faire respecter le confinement ayant provoqué un tollé dans le pays.

La police a dispersé à l'aide de gaz lacrymogènes près de 500 personnes, qui s'étaient rassemblées en fin de journée sur la place Nea Smyrni, dans la banlieue sud de la capitale grecque, pour protester contre un incident qui s'était produit un peu plus tôt dimanche.

Sur des vidéos filmées l'après-midi au même endroit, qui ont mis le feu aux poudres, on voit un policier frapper violemment un jeune homme avec une matraque.

On entend le jeune homme crier: «j'ai mal», tandis que des passants s’indignent du comportement des policiers.

La police a indiqué de son côté avoir envoyé une patrouille à moto dans l'après-midi sur la place Nea Smyrni «pour contrôler l'application des mesures» contre le coronavirus, précisant avoir reçu de nombreuses plaintes dénonçant le non-respect des restrictions à cet endroit.

La police a ajouté avoir été attaquée alors par 30 personnes qui ont causé des blessures à deux de ses agents. Onze personnes ont été arrêtées.

La police a aussi annoncé l'ouverture d'une enquête interne sur le policier filmé en train de frapper le jeune homme.

Le chef de l'opposition de gauche Syriza et ancien Premier ministre Alexis Tsipras a dénoncé une «attaque, en l'absence de provocations, de policiers contre les familles et les jeunes enfants se trouvant sur la place».

Le gouvernement «essaie (...) de sortir le pays de cette crise sanitaire sans précédent avec le moins de pertes possibles. Malheureusement, l'opposition exploite les tensions et enflamme le climat politique et social», a rétorqué la porte-parole de l'exécutif Aristotelia Peloni.

Les autorités grecques ont recensé dimanche 1 142 nouveaux cas de Covid-19 et 53 morts, portant à 6 758 le nombre de décès depuis le début de la pandémie.


Ouighours : une large majorité de Canadiens pour la fermeté envers Pékin

Le drapeau canadien flotte au-dessus de l'ambassade du Canada à Pékin. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
  • Une étude de l'institut Nanos indique que 83% des personnes interrogées sont favorables ou assez favorables à la motion du Parlement canadien
  • Les députés canadiens avaient adopté fin février une motion non contraignante reconnaissant que « les Ouïghours en Chine ont été et sont soumis à un génocide »

MONTREAL : Une large majorité de Canadiens approuve l'adoption par le Parlement d'une motion qualifiant de « génocide » le traitement par la Chine de sa minorité ouïghoure et serait favorable au déplacement des Jeux olympiques d'hiver de Pékin en 2022, selon un sondage.

Une étude de l'institut Nanos pour le quotidien The Globe and Mail, rendue publique dimanche en fin de journée, indique que 83% des personnes interrogées sont favorables ou assez favorables à la motion du Parlement canadien.

Les députés canadiens avaient adopté fin février une motion non contraignante reconnaissant que « les Ouïghours en Chine ont été et sont soumis à un génocide », suscitant la colère de Pékin.

Le Premier ministre Justin Trudeau et son gouvernement s'étaient abstenus lors du vote de la Chambre des Communes.

Une majorité de Canadiens, 59%, désapprouve la décision de M. Trudeau et de son cabinet de s'abstenir, selon l'étude.

« Il est clair que les Canadiens estiment qu'il s'agit d'un génocide et sont prêts à une attitude de fermeté face au gouvernement chinois », note Nik Nanos, dirigeant de l'institut qui porte son nom.

L'étude montre également que 70% des personnes interrogées sont favorables aux efforts d'organismes de défense des droits de la personne pour délocaliser les Jeux d'hiver de Pékin. 

62% seraient en outre en faveur de sanctions économiques conjointes avec Washington contre des dirigeants chinois impliqués dans le traitement des Ouïghours.

Les relations entre Ottawa et Pékin traversent une crise sans précédent depuis l'arrestation, fin 2018, en Chine de l'ex-diplomate canadien Michael Kovrig et de son compatriote Michael Spavor, accusés d'espionnage.

Leur détention est considérée en Occident comme une mesure de rétorsion après l'arrestation quelque jours plus tôt, à la demande des Etats-Unis, de la directrice financière du géant chinois Huawei, Meng Wanzhou, lors d'une escale à l'aéroport de Vancouver.

Le sondage a été réalisé auprès d'un échantillon de 1.000 personnes entre le 29 février et le 4 mars, avec une marge d'erreur de 3.1%.