Ethiopie: de "graves accusations" de viol au Tigré selon l'ONU

Procession de la Saint Michel, à Gondar, en Éthiopie, le 20 janvier 2021. (Eduardo Soteras / AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 22 janvier 2021

Ethiopie: de "graves accusations" de viol au Tigré selon l'ONU

  • Au Tigré, des femmes auraient été obligées d'avoir des relations sexuelles pour obtenir des « biens de première nécessité »
  • « Je suis très inquiète des graves accusations de violences sexuelles dans la région du Tigré en Éthiopie », a déclaré jeudi Pramila Patten, représentante spéciale de l'ONU

ADDIS ABEBA : Les Nations unies ont déclaré jeudi soir avoir reçu des rapports "troublants" de violences sexuelles et d'abus dans la région éthiopienne du Tigré, où une opération militaire a été lancée en novembre par le gouvernement. 

Ces rapports mentionnent notamment des personnes forcées de violer des membres de leur famille et des femmes obligées d'avoir des relations sexuelles pour obtenir des "biens de première nécessité". 

"Je suis très inquiète des graves accusations de violences sexuelles dans la région du Tigré en Ethiopie, notamment d'un grand nombre de viols présumés", dans la zone de Mekele, la capitale régionale, a déclaré jeudi Pramila Patten, représentante spéciale de l'ONU chargée des violences sexuelles commises en période de conflit. 

"J'appelle tous les acteurs impliqués dans les hostilités au Tigré à adopter une politique de tolérance zéro face aux crimes de violences sexuelles."

Le Premier ministre Abiy Ahmed a lancé le 4 novembre une offensive militaire contre les autorités dissidentes du Tigré, issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), avec qui les tensions étaient croissantes depuis des mois.

Prix Nobel de la paix 2019, M. Abiy a proclamé la victoire le 28 novembre, lors de la prise de la capitale régionale Mekele.

Mais certains leaders du TPLF ont fui dans cette région montagneuse et ont promis de continuer à se battre.

Aucun bilan précis n'est jusqu'ici disponible mais l'International Crisis Group (ICG) a évoqué "plusieurs milliers de morts dans les combats". 

Dans son communiqué, Mme Patten souligne que "les centres médicaux font face à une augmentation des demandes de contraceptifs d'urgence et de tests pour les maladies sexuellement transmissibles, ce qui constitue souvent des indicateurs de violences sexuelles lors de conflits."  

Elle appelle à un accès humanitaire total au Tigré, notamment aux camps de déplacés et aux "camps de réfugiés, où les nouveaux arrivants semblent avoir fait état de cas de violences sexuelles."

Cet appel concerne particulièrement "plus de 5.000 réfugiés érythréens à Shire (une localité qui accueille des camps de réfugiés) et dans les environs, qui vivent dans des conditions extrêmes, beaucoup dormant selon certaines sources sans toit, sans eau ni nourriture". 

Elle mentionne également les conditions de vie des plus de 59.000 Ethiopiens qui se sont réfugiés au Soudan voisin. 

L'administration d'intérim au Tigré, n'était pas joignable dans l'immédiat pour commentaire. 

Début janvier, la télévision d'État avait diffusé la vidéo d'une réunion au cours de laquelle un homme - non identifié - en uniforme militaire s'inquiétait de viols à Mekele, alors même que "la police fédérale et la police locale sont présentes".

 


Nouvelles manifestations en Arménie, où la crise s'aggrave   

Des manifestants devant le Parlement arménien le 27 février dernier. (AFP).
Short Url
  • Les partisans du Premier ministre et ceux de l'opposition sont de nouveau attendus dans la rue lundi en Arménie
  • L'opposition appelle depuis à son départ et la confrontation, qui couvait depuis des mois, a été ravivée de façon spectaculaire jeudi par l'appel de l'état-major à la démission de Nikol Pachinian

EREVAN : Les partisans du Premier ministre et ceux de l'opposition sont de nouveau attendus dans la rue lundi en Arménie, plongée dans une grave crise politique sur fond de défaite militaire au Nagorny Karabakh à l'automne dernier.


Chacun tentant de mesurer sa force, les deux camps ont appelé à des rassemblements à 18H00 locales (14H00 GMT) à deux endroits distincts de la capitale Erevan.


Pour l'opposition, l'objectif est d'obtenir le départ du chef de gouvernement Nikol Pachinian, accusé de traîtrise. Ce dernier a pour sa part appelé ses partisans à montrer "la disposition du peuple à soutenir l'ordre démocratique et constitutionnel". 


Pays pauvre du Caucase, l'Arménie est proche du chaos depuis que Nikol Pachinian a accepté en novembre, sous pression, un accord de paix entérinant une défaite humiliante face à l'ennemi juré, l'Azerbaïdjan, dans la région indépendantiste du Nagorny Karabakh.


L'opposition appelle depuis à son départ et la confrontation, qui couvait depuis des mois, a été ravivée de façon spectaculaire jeudi par l'appel de l'état-major à la démission de Nikol Pachinian.


Fragilisé mais pas vaincu, le Premier ministre a immédiatement dénoncé une tentative de coup d'Etat militaire, ordonné le limogeage du chef de l'armée et rassemblé le jour même 20.000 sympathisants dans la rue.


De son côté, l'opposition s'est aussi mobilisée avec trois jours consécutifs de manifestations, de jeudi à samedi.


Aggravant davantage la situation, le président Armen Sarkissian -- un adversaire politique de Nikol Pachinian -- a refusé samedi de valider la révocation du chef de l'armée, arguant que la crise "ne peut pas être résolue par des changement fréquents de responsables".


"La lutte politique ne doit pas sortir du cadre légal et conduire à des chocs, à une instabilité", a ajouté lundi M. Sarkissan dans un communiqué, appelant à faire preuve "de tolérance et de solidarité".


Nikol Pachinian, obstiné, a rétorqué qu'il renverrait l'ordre de limogeage du chef de l'armée à la présidence. 

- Un héros devenu "traître" -
Lundi, les soutiens de Nikol Pachinian ont prévu de converger jusqu'à un mémorial des victimes des troubles ayant suivi les élections présidentielles de mars 2008.


Dénonçant un scrutin biaisé, l'opposition, dont M. Pachinian était alors l'une des figures montantes, avait été réprimée et des heurts avec la police avaient fait 10 morts et des centaines de blessés.


Emprisonné pendant deux ans pour avoir participé à ces manifestations, M. Pachinian a pris sa revanche au printemps 2018, se hissant au pouvoir lors d'une révolution pacifique ayant renversé l'ex-président Serge Sarkissian.


Très populaire et promettant de débarrasser l'Arménie des vieilles élites corrompues, Nikol Pachinian a toutefois perdu une partie de son crédit avec la guerre au Nagorny Karabakh face à l'Azerbaïdjan.


Face au risque de débâcle, l'armée arménienne avait demandé en novembre au chef du gouvernement, après six semaines de combat, d'accepter un cessez-le-feu négocié par le président russe Vladimir Poutine et qui impliquait d'importantes pertes territoriales. 


Si l'essentiel de la région séparatiste arménienne du Nagorny Karabakh a survécu, l'Arménie a perdu la ville symbolique de Choucha, ainsi qu'un glacis de territoires azerbaïdjanais entourant la région.  En six semaines, la guerre a fait environ 6.000 morts.


L'armée soutenait jusqu'à présent le Premier ministre mais l'a lâché la semaine dernière après le limogeage d'un haut gradé ayant critiqué les déclarations de M. Pachinian selon lesquelles la défaite était en partie due à l'inefficacité d'un système d'armement russe, les lance-missiles Iskander.


L'état-major arménien a alors réclamé la démission de M. Pachinian, jugeant qu'il n'était "plus en mesure de prendre les décisions qui s'imposent". L'opposition le considère, elle, comme un "traître" ayant vendu le pays.


Birmanie: les événements depuis le coup d'Etat

Un policier course les manifestants dans les rues de Rangoun, le 1er mars 2021 (AFP).
Short Url
  • Rappel des principaux développements depuis le coup d'Etat en Birmanie, qui a renversé il y a un mois le gouvernement civil d'Aung San Suu Kyi et mis fin à une fragile transition démocratique
  • Tout a commencé le 1er février quand l'armée se déploie autour du Parlement à Naypyidaw, capitale administrative, et s'empare de l'hôtel de ville à Rangoun, capitale économique

RANGOUN: Rappel des principaux développements depuis le coup d'Etat en Birmanie, qui a renversé il y a un mois le gouvernement civil d'Aung San Suu Kyi et mis fin à une fragile transition démocratique.

Coup de force 

Le 1er février, l'armée se déploie autour du Parlement à Naypyidaw, capitale administrative, et s'empare de l'hôtel de ville à Rangoun, capitale économique. L'aéroport international est fermé. 

birmanie


La cheffe de facto du gouvernement civil Aung San Suu Kyi est arrêtée ainsi que le président de la République Win Myint et d'autres responsables de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) au pouvoir depuis 2015. 


L'armée proclame l'état d'urgence pour un an, alléguant de fraudes aux législatives de novembre, massivement remportées par la LND. Le général Min Aung Hlaing concentre désormais les pouvoirs.

 

Blocage des réseaux sociaux

Le 2, Washington dénonce un "coup d'Etat".


Des habitants de Rangoun protestent en tapant sur des casseroles.


Le lendemain, la LND indique qu'Aung San Suu Kyi, inculpée pour l'importation illégale de talkie-walkies, est "assignée à résidence" à Naypyidaw.


Une campagne de "désobéissance civile" est lancée sur Facebook, bloqué le lendemain. Les accès à Twitter et Instagram sont également restreints.

- Fronde inédite -Le 6, des milliers de personnes défilent à Rangoun et Mandalay (centre), deuxième ville du pays.


Le lendemain, des manifestations d'une ampleur inédite depuis 2007 rassemblent quelque 100.000 contestataires à Rangoun. 


Le 8, la loi martiale est décrétée dans plusieurs quartiers de Rangoun et Mandalay. 


S'exprimant pour la première fois, Min Aung Hlaing invoque "des fraudes électorales".


Le 9, à Naypyidaw, les protestataires sont ciblés par des canons à eau et des tirs de balles en caoutchouc. Le siège de la LND à Rangoun est visé par un raid de l'armée. Deux manifestants sont grièvement blessés par des tirs à balles réelles.

Sanctions américaines

Le 10, Washington annonce des sanctions contre plusieurs responsables militaires, dont Min Aung Hlain.


Le 12, l'ONU adopte une résolution exigeant la libération immédiate d'Aung San Suu Kyi.

 

Escalade de la répression 

Le 13, les forces de l'ordre sont dotées de pouvoirs d'exception.


Trois jours plus tard, Aung San Suu Kyi est de nouveau inculpée, pour violation d'une loi sur la gestion des catastrophes naturelles.


Le 17, des dizaines de milliers de manifestants assurent qu'ils se battront "jusqu'au bout".


Le Royaume-Uni et le Canada annoncent des sanctions.

 

birmanie

 

Première victime de la répression 

Le 19, la répression fait un premier mort, une jeune fille blessée par balle dix jours auparavant. La junte avait déjà fait état du décès d'un policier.


Le 20, la police tire dans la foule de manifestants à Mandalay faisant deux morts. Un homme est abattu à Rangoun.


Le lendemain à Naypyidaw, des milliers de personnes assistent aux funérailles de la jeune manifestante.


La junte menace de recourir à des armes létales pour en finir avec "l'anarchie". 

 Pressions internationales 

Le 22, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres demande l'arrêt de la répression.


Bruxelles et Washington décident des sanctions.


Les pays du G7 jugent "inacceptable" "l'utilisation de balles réelles contre des personnes non armées".

 Affrontements 

Le 24, première rencontre à Bangkok entre le ministre des Affaires étrangères birman nommé par la junte et ses homologues thaïlandais et indonésien.


Un homme de 20 ans décède à Mandalay.


Le 25, des violences éclatent à Rangoun entre des partisans pro-junte et des habitants. Londres sanctionne le chef de la junte.


Facebook ferme tous les comptes liés à l'armée birmane.


La Banque mondiale suspend ses aides à la Birmanie.

 Répression meurtrière

Le 28, au moins 18 personnes sont tuées lors de la journée la plus meurtrière depuis le putsch, selon l'ONU. 


L'AFP a pu confirmer à ce stade de source indépendante dix morts. Au moins 571 personnes sont arrêtées en une journée, selon un média officiel.


Le 1er mars, Aung San Suu Kyi est de nouveau inculpée, pour violation d'une loi sur les télécommunications et "incitation aux troubles publics". 


Virus: le Royaume-Uni vaccine fort, l'UE attend le vaccin Johnson & Johnson

«Vingt millions de personnes à travers le Royaume-Uni ont maintenant reçu le vaccin - une énorme réussite nationale», s'est réjoui dimanche le Premier ministre Boris Johnson (Photo, Jessica TAYLOR/AFP/UK PARLIAMENT).
Short Url
  • Très durement touché par la pandémie avec environ 123 000 morts, le Royaume-Uni et ses 66 millions d'habitants comptent sur la vaccination de masse pour sortir du confinement
  • Pour muscler encore ses campagnes de vaccination, l'Union européenne devrait approuver début mars le vaccin Johnson et Johnson

LONDRES: Plus de vingt millions de personnes ont déjà reçu une première dose de vaccin contre la Covid-19 au Royaume-Uni, qui table sur une vaccination de masse, loin devant d'autres pays du continent européen où les campagnes peinent à monter en puissance.

L'Union européenne compte notamment sur le vaccin unidose américain Johnson & Johnson qui devrait être approuvé début mars, selon les autorités françaises qui saluent « une très bonne nouvelle » au moment où l'Allemagne, inquiète de la situation chez son voisin, a décidé de restreindre les passages à sa frontière en provenance de France.

« Vingt millions de personnes à travers le Royaume-Uni ont maintenant reçu le vaccin - une énorme réussite nationale », s'est réjoui dimanche le Premier ministre Boris Johnson sur Twitter. 

Très durement touché par la pandémie avec environ 123 000 morts, le Royaume-Uni et ses 66 millions d'habitants comptent sur la vaccination de masse pour sortir du confinement mis en place depuis janvier pour contenir une nouvelle vague très virulente, attribuée à un variant plus contagieux apparu dans le sud de l'Angleterre. 

La campagne de vaccination, lancée début décembre, est l'une des plus avancées au monde. Le nombre de contaminations et de morts est en repli depuis quelques semaines, et le confinement sera très progressivement assoupli entre mars et fin juin.

De l'autre côté de la Manche, la progression de la pandémie est suivie à la loupe par les autorités françaises, qui ont imposé un confinement ce week-end et le prochain sur une partie de la Côte d'Azur et dans l'agglomération de Dunkerque, sur la mer du Nord, en plus du couvre-feu sur tout le territoire à partir de 18H00.

Les images prises samedi de l'emblématique « promenade des Anglais » de Nice, quasi déserte, ont contrasté avec les quais de Seine bondés à Paris, où des dizaines de milliers de promeneurs ont profité d'un grand soleil.

Paris fait partie des territoires où des confinements locaux pourraient être décidés la semaine prochaine.

Restrictions à la frontière franco-allemande

La situation dans le nord-est de la France inquiète également l'Allemagne, qui a décidé dimanche de restreindre les passages à sa frontière après avoir classé le département de Moselle en zone Covid à haut risque.

A partir du 2 mars à 00H00, les personnes – 16 000 travailleurs de Moselle passent la frontière chaque jour - entrant sur le territoire allemand « devront présenter un test PCR ou antigène » négatif.

Une décision, « regrettée » par le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes Clément Beaune, mais qui reste un traitement de faveur en comparaison de la quasi-fermeture de la frontière allemande à la République tchèque et l'Autriche.

Pour muscler encore ses campagnes de vaccination, l'Union européenne devrait approuver début mars le vaccin Johnson et Johnson, a indiqué dimanche la ministre française déléguée à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher.

« C'est une très bonne nouvelle parce que ce vaccin nécessite une seule dose, en revanche il est possible qu'il nécessite des rappels, nous ne le savons pas encore », a-t-elle prévenu.

Les Etats-Unis, où la pandémie a fait plus de 500 000 morts, ont accordé samedi une autorisation en urgence à ce vaccin. « Une nouvelle formidable », a salué le président Joe Biden, qui a appelé néanmoins à « ne pas baisser la garde ».

La République tchèque, durement touchée par la Covid-19, elle, ne veut pas attendre l'UE et a commandé des doses du vaccin russe Spoutnik V et envisage aussi le recours à celui du laboratoire chinois Sinopharm, qui n'ont pas reçu le feu vert de l'Agence européenne des médicaments.

« Croyez-moi quand je dis que les Etats membres de l'UE demanderont aussi le vaccin Spoutnik dans quelques mois », a déclaré le Premier ministre Andrej Babis.

Le Premier ministre hongrois Vitkor Orban s'est lui fait administrer le vaccin de Sinopharm, que la Hongrie est devenue cette semaine le premier pays de l'UE à utiliser. 

60 000 morts en Iran

Dans une Europe, où le virus a tué près de 851 000 personnes et où les restrictions se succèdent, un lieu fait office de rare îlot musical : l'Opéra de Sofia, qui propose Tosca et La Traviata à un public cantonné aux balcons et séparé par des sièges vacants où trônent désormais des fleurs artificielles.

« J'ai soif de musique. Alors pourquoi penser au risque ? Il n'est pas plus élevé ici qu'en magasin ou dans le métro », assure Petya Petkova, une élégante retraitée accompagnée de sa fille.

En Asie, les Philippines vont pouvoir lancer leur campagne de vaccination après avoir reçu dimanche 600 000 doses de vaccin chinois CoronaVac.

Le Nigeria, le pays le plus peuplé d'Afrique, réceptionnera lui mardi près de 4 millions de doses de vaccin AstraZeneca, financées par le dispositif Covax destiné en particulier aux pays défavorisés.

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 2 526 075 morts dans le monde, selon un bilan établi dimanche à partir de sources officielles. Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont les Etats-Unis avec 1 849 nouveaux morts, le Brésil (1 386) et le Mexique (783).

L'Iran, pays du Moyen-Orient le plus frappé par la pandémie de coronavirus, a franchi officiellement dimanche la barre des 60 000 morts, et les autorités s'inquiètent du variant britannique qui circule sur le territoire depuis janvier.