De l'eau chaude pour remplir les estomacs: au Tigré, la faim après les combats

Jano Admasi, dont le fils aurait été tué par les forces de défense éthiopiennes lors des combats qui ont éclaté dans la région du Tigré en Ethiopie, pose avec son mari dans sa maison du village de Bisober, le 9 décembre 2020. (EDUARDO SOTERAS / AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 17 décembre 2020

De l'eau chaude pour remplir les estomacs: au Tigré, la faim après les combats

  • Le Tigré, une région pauvre du nord de l'Ethiopie comptant 6 millions d'habitants, faisait déjà face à d'importants problèmes de sécurité alimentaire avant le début du conflit
  • Lundi, les Nations unies se sont plaintes de n'avoir toujours pas accès au Tigré, et de ne pouvoir ainsi évaluer l'ampleur de la crise humanitaire.

TIGRAY: Tesfaye Berhe fixe avec inquiétude ses plants de sorgho jaunis par le soleil brûlant: il se demande s'il parviendra à sauver sa récolte, perturbée par les combats qui ont touché la région éthiopienne du Tigré.

Cet agriculteur de 60 ans, portant une barbe grise et un léger embonpoint, a dû prendre ses jambes à son cou lorsque les obus ont commencé, en novembre, à s'abattre non loin de ses champs situés près du village d'Ayasu Gebriel.

A l'est, les tirs venaient de l'armée fédérale; à l'ouest, des forces loyales au Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), le parti qui dirigeait cette région dissidente et défiait l'Etat depuis des mois.

L'urgence a contraint Tesfaye à abandonner sur place sa récolte de teff - une céréale clé dans l'alimentation éthiopienne. Elle a disparu depuis. Et le fermier craint maintenant de perdre aussi son sorgho, même si le gouvernement assure que les combats sont terminés.

"Nous entendons qu'il y a toujours des combattants dans les deux directions. Nous sommes inquiets de savoir si nous pourrons manger ce que nous récoltons maintenant, s'ils reviennent", s'interroge-t-il.

Le Tigré, une région pauvre du nord de l'Ethiopie comptant 6 millions d'habitants, faisait déjà face à d'importants problèmes de sécurité alimentaire avant le début du conflit, le 4 novembre. En plus de l'épidémie de coronavirus, l'année 2020 fut marquée par la pire invasion de criquets pèlerins depuis des décennies.

Les agences humanitaires craignent désormais que le conflit - qui aurait fait des milliers de morts et a déplacé plus de 50.000 personnes - entraîne la région dans une situation catastrophique.

Précarité 

Lundi, les Nations unies se sont plaintes de n'avoir toujours pas accès au Tigré, et de ne pouvoir ainsi évaluer l'ampleur de la crise humanitaire. Une équipe de l'AFP est parvenue ces derniers jours à se rendre en exclusivité au sud du Tigré, où se trouve notamment Ayasu Gebriel.

Sur place, des habitants désespérés ont raconté dépendre de l'aumône de leurs voisins pour se nourrir et servir à leurs enfants de l'eau bouillie afin qu'ils aient "quelque chose de chaud dans l'estomac".

Cette précarité pourrait durer de longs mois, d'autant plus si les récoltes de céréales sont perdues.

"La perte potentielle des récoltes au Tigré, qui étaient sur le point de démarrer quand le conflit a commencé, pourrait avoir des conséquences majeures sur la sécurité alimentaire dans la région", affirme Saviano Abreu, porte-parole du bureau de coordination de l'aide humanitaire de l'ONU (Ocha).

Les tensions autour de l'aide humanitaire se sont exacerbées ces dernières semaines entre les agences humanitaires et le Premier ministre Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix en 2019. 

Le gouvernement éthiopien insiste sur sa volonté d'amener l'aide aux "communautés vulnérables" mais aussi de coordonner l'accès des organisations internationales, évoquant notamment l'insécurité dans la région.

Zones inaccessibles 

La semaine dernière, il a admis que des forces progouvernementales avaient tiré sur une équipe de l'ONU qui tentait de visiter un camp de réfugiés érythréens, dans une zone du Tigré où "elle n'était pas supposée se rendre".

A Alamata, près d'Ayasu Gebriel, le gouvernement a distribué il y a quelques jours des sacs de 50 kilos de blé - flanqués du drapeau éthiopien - à des centaines de résidents formant une longue file indienne parsemée de parapluies pour se protéger du soleil.

Certains d'entre eux ont raconté avoir entendu des combats dans les collines environnantes, mais la ville elle-même a été épargnée.

Solomon Admasu, un agent de la commission fédérale de gestion des catastrophes, admet en revanche que son unité peine à atteindre les zones plus touchées par les combats. 

"Les ressources sont là, mais il y a des endroits où il y a des problèmes de sécurité et des endroits qui sont instables", dit-il.

De plus, de nombreux administrateurs locaux auraient abandonné leur poste, ce qui pourrait compliquer la distribution de l'aide dans les zones reculées, souligne Assefa Mulugeta, qui coordonne l'action gouvernementale dans la région d'Alamata.

Stocks épuisés 

"Le gouvernement a besoin d'aide, c'est évident", dit-il, "car la demande est très forte".

L'aide internationale commence à arriver au Tigré. Une cargaison du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) contenant des médicaments et des équipements - la première venant d'une organisation internationale - a notamment atteint samedi la capitale régionale Mekele.

Mais à travers le sud du Tigré, les habitants disent que l'aide déjà reçue est loin d'être suffisante.

"Les gens n'ont rien à manger ou à boire (...) même les gens aisés", témoigne Asene Hailu, qui habite Mehoni, au sud de Mekele.

En plus du manque d'eau, d'électricité et de médicaments pendant des semaines, les banques sont restées fermées, empêchant ceux qui en avaient les moyens de retirer de l'argent, alors que le conflit faisait grimper les prix des denrées, note de son côté un habitant de la ville de Korem.

Et les plus pauvres, explique cet homme qui travaille dans le bâtiment et souhaite rester anonyme par peur de représailles du gouvernement, "mangeaient ce qu'ils avaient en stock, et c'est presque terminé".


Instagram teste l'option de masquer les « likes » pour faire baisser la pression sociale

Les logos d'Instagram et de Facebook. (Photo, AFP)
Short Url
  • Après plusieurs tests où certaines personnes ne voyaient plus le nombre de « likes » (« j'aime ») recueillis par les contenus, Instagram a annoncé mercredi une nouvelle expérimentation
  • Les utilisateurs décideront eux-mêmes ce qui « fonctionne le mieux » pour eux

SAN FRANCISCO : Like ou pas like? Instagram n'a toujours pas tranché l'épineuse question de l'affichage des « likes » sous les photos et vidéos, liée aux effets potentiellement délétères de la quête de validation des utilisateurs sur les réseaux.

Après plusieurs tests où certaines personnes ne voyaient plus le nombre de « likes » (« j'aime ») recueillis par les contenus, la populaire application de Facebook a annoncé mercredi une nouvelle expérimentation, où les utilisateurs décideront eux-mêmes ce qui « fonctionne le mieux » pour eux.

Ils « pourront ainsi décider d’activer l’option qui leur convient davantage, qu'il s'agisse de choisir de ne pas voir le nombre de likes sur les publications d'autrui, de désactiver les likes sur ses propres publications ou encore de conserver l’expérience originale », détaille un communiqué.

En 2019, Instagram a caché les « likes » pour un petit groupe de personnes, mais les résultats ont été mitigés: certains cobayes ont dit ressentir moins de pression, mais l'indicateur a manqué à d'autres, soucieux de savoir quels contenus marchent bien et d'identifier les tendances populaires.

Les utilisateurs concernés ne pouvaient plus voir combien de « likes » recevaient les posts des autres. Ils avaient toujours accès au nombre de « likes" sur leurs propres posts, mais en cliquant sur une page différente.

« Nous faisons cette expérience parce que nous souhaitons que nos utilisateurs se concentrent sur les photos et les vidéos partagées, pas sur le nombre de likes qu'ils recueillent », avait déclaré un porte-parole d'Instagram en juillet 2019. « Nous ne voulons pas qu'Instagram donne l'impression d'être une compétition. »

Une étude conduite en 2018 aux Etats-Unis par le Pew Research Center a montré que 72% des adolescents du pays utilisaient Intagram et que près de 40% d'entre eux se sentaient obligés de ne partager que les contenus ayant rassemblé beaucoup de « likes » ou de commentaires.

La quête effrénée de « likes » « enferme les ados dans une fausse bulle de perfection » qui leur renvoie l'image qu'ils ne sont « pas à la hauteur », a expliqué Michaël Stora, psychologue et président de l'Observatoire français des mondes numériques, en octobre dernier.

Ce nouveau test, mené au niveau mondial, doit permettre de « comprendre si le fait de donner davantage de contrôle à chaque utilisateur, pour construire l'expérience qui lui convient, aide à réduire la pression d'une manière pertinente », conclut Instagram.


Le Canada accorde la résidence permanente pour 90 000 étudiants et travailleurs étrangers

Une vue de la ville de Vancouver, Canada. (Photo, AFP)
Short Url
  • La mesure doit permettre au Canada d'atteindre son objectif d'accueillir plus de 400 000 immigrants en 2021
  • « La pandémie a mis en lumière l'incroyable contribution des nouveaux arrivants », affirme le ministre de l'Immigration

OTTAWA : Le Canada va accorder le statut de résident permanent à 90 000 étudiants et travailleurs étrangers présents sur son territoire et qui ont notamment aidé à soigner des malades pendant la pandémie, a annoncé mercredi le ministre de l'Immigration.

Le programme, en vigueur à partir du 6 mai, s'adresse aux travailleurs ayant au moins un an d'expérience au Canada dans le domaine de la santé ou une profession jugée essentielle, ainsi qu'aux étudiants étrangers y ayant obtenu un diplôme d'études supérieures ces quatre dernières années, a dit le ministre Marco Mendicino lors d'une conférence de presse.

La mesure doit permettre au Canada d'atteindre son objectif d'accueillir plus de 400 000 immigrants en 2021 et de compenser la chute du nombre de personnes accueillies en 2020, en raison de la pandémie et de la fermeture des frontières.

« La pandémie a mis en lumière l'incroyable contribution des nouveaux arrivants. Ces nouvelles politiques permettront à ceux qui ont un statut temporaire de planifier leur avenir au Canada, de jouer un rôle clé dans notre reprise économique et de nous aider à mieux reconstruire », a déclaré M. Mendicino.

 


Covid-19: le renseignement américain n'écarte pas l'hypothèse du labo chinois

La thèse de la fuite de l'Institut de virologie de Wuhan avait été défendue avec force par l'administration américaine sous la présidence de Donald Trump. (Photo, AFP)
Short Url
  • « La communauté du renseignement ne sait pas exactement où, quand, ni comment le virus de la Covid-19 a été transmis initialement »
  • « Ce qui est clair pour nous et nos experts, c'est que les dirigeants chinois n'ont pas été complètement francs ou transparents dans leur coopération » avec l'OMS

WASHINGTON : Les services de renseignement américains n'écartent toujours pas l'hypothèse de l'accident de laboratoire pour expliquer l'apparition à Wuhan, en Chine, de la pandémie de Covid-19, ont indiqué mercredi leurs responsables.

« La communauté du renseignement ne sait pas exactement où, quand, ni comment le virus de la Covid-19 a été transmis initialement », a déclaré la directrice du renseignement, Avril Haines, devant une commission du Sénat.

Elle a mentionné les « deux théories » expliquant l'origine du coronavirus: un contact humain avec des animaux infectés ou l'accident de laboratoire.

« Nous en sommes là », a-t-elle ajouté. « Mais nous continuons à travailler sur cette question, nous rassemblons des informations et nous faisons tout notre possible pour vous donner le plus de confiance possible » dans les explications sur l'origine de la pandémie.

« Nous faisons tout ce que nous pouvons et nous utilisons toutes les ressources à notre disposition pour faire toute la lumière là-dessus », a renchéri le directeur de la CIA, William Burns.

Mais « ce qui est clair pour nous et nos experts, c'est que les dirigeants chinois n'ont pas été complètement francs ou transparents dans leur coopération » avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur l'origine du coronavirus, a-t-il ajouté.

Les services de renseignement coopèrent avec d'autres agences gouvernementales et les universités pour tenter de déterminer la provenance exacte du virus, a précisé le général Paul Nakasone, chef de l'agence de renseignement militaire, la NSA.

Dans leur rapport publié fin mars, les experts internationaux de l'OMS avaient jugé « extrêmement improbable » la théorie selon laquelle le coronavirus aurait pu s'échapper de l'Institut de virologie de Wuhan, la ville du centre de la Chine où la Covid-19 a fait son apparition fin 2019. 

Mais le directeur de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus a demandé quelques jours plus tard à poursuivre l'enquête sur cette hypothèse, notant que les experts internationaux lui « avaient fait part de leurs difficultés à accéder aux données brutes » pendant leur séjour en Chine.

La thèse de la fuite de l'Institut de virologie de Wuhan avait été défendue avec force par l'administration américaine sous la présidence de Donald Trump, se fondant sur les informations des services de renseignement. La Chine a toujours nié cette possibilité.