Craintes d'une série d'exécutions en Irak après l'attaque de Daesh

Les défenseurs des droits de l'homme craignent que la présidence irakienne ne donne le feu vert à une série d'exécutions de militants condamnés pour faire preuve de force en réponse aux attentats suicides meurtriers de Bagdad. (Dossier/AFP)
Les défenseurs des droits de l'homme craignent que la présidence irakienne ne donne le feu vert à une série d'exécutions de militants condamnés pour faire preuve de force en réponse aux attentats suicides meurtriers de Bagdad. (Dossier/AFP)
Short Url
Publié le Lundi 25 janvier 2021

Craintes d'une série d'exécutions en Irak après l'attaque de Daesh

  • Plus de 340 ordres d'exécution "pour terrorisme ou actes criminels" étaient prêts à être exécutés
  • Les ordres ont été donnés après que deux attentats suicides revendiqués par Daesh aient tué 32 personnes à Bagdad

BAGDAD : Les défenseurs des droits de l'homme craignent que l'Irak donne le feu vert à une série d'exécutions de militants condamnés, en signe de démonstration de force, quelques jours après un attentat suicide meurtrier à Bagdad. Dimanche, un responsable de la présidence irakienne a déclaré à l'AFP que plus de 340 ordres d'exécution "pour terrorisme ou actes criminels" étaient prêts à être exécutés.

"Nous continuons à en signer d'autres", a déclaré le fonctionnaire, sous couvert d’anonymat.

Les ordres ont été révélés à l'AFP après que deux attentats suicides revendiqués par le groupe Daesh aient tué au moins 32 personnes jeudi dans un marché en plein air de Bagdad. Les explosions ont été un rappel brutal de la menace persistante posée par les djihadistes, malgré la victoire déclarée du gouvernement sur eux fin 2017.

Le fonctionnaire, ainsi que les sources judiciaires contactées par l'AFP, n'ont pas pu fournir de détails supplémentaires sur le moment où les exécutions pourraient avoir lieu ou si elles incluaient des étrangers condamnés pour appartenance à l'EI. Une loi de 2005 prévoit la peine de mort pour toute personne condamnée pour "terrorisme", qui peut inclure l'appartenance à un groupe extrémiste même si elle n'est pas condamnée pour des actes spécifiques.

Des groupes de défense des droits ont averti que les exécutions étaient utilisées pour des raisons politiques.

"Les dirigeants ont recours à l'annonce d'exécutions massives simplement pour signaler au public qu'ils prennent... (ces questions) au sérieux", a déclaré Belkis Wille, chercheur principal sur les crises et les conflits à Human Rights Watch. "La peine de mort est utilisée comme un outil politique plus que tout autre chose", a-t-elle déclaré à l'AFP dimanche.

A la mi-2018, le Premier ministre sortant Haider Al-Abadi a annoncé 13 exécutions en vertu de la loi anti-terroriste, et pour la première fois les autorités ont publié des photos des pendaisons. Cela s'est produit après que Daesh ait tué huit civils.

Depuis la déclaration officielle de victoire sur Daesh, les tribunaux irakiens ont condamné des centaines de personnes à mort pour des crimes perpétrés lors de la prise d'un tiers du pays par les djihadistes en 2014 et pour leur mainmise brutale sur des villes, dont Mossoul, pendant trois ans. Mais seule une petite partie de ces condamnations ont été exécutées, car elles doivent être approuvées par le président.

Barham Saleh, qui occupe ce poste depuis 2018, est connu pour être personnellement contre la peine capitale, et a résisté à la signature d'ordres d'exécution dans le passé.

Certains Irakiens se sont tournés vers les médias sociaux pour exiger une action plus ferme de Saleh après l'attentat de jeudi, l'accusant de "ne pas exécuter les peines" et de risquer une évasion de prison.

Malgré l'influence modératrice de Saleh, l'Irak a procédé en 2019 au quatrième plus grand nombre d'exécutions parmi les nations du monde, après la Chine et l'Iran, selon Amnesty International.

L'Irak a procédé à 100 exécutions cette année-là, soit une sur sept dans le monde. Des sources judiciaires ont indiqué à l'AFP qu'au moins 30 exécutions ont eu lieu en 2020. Parmi elles, 21 hommes condamnés pour "terrorisme" et exécutés à la tristement célèbre prison de Nasiriyah en novembre. Cette décision a suscité des condamnations de la part des Nations unies, qui ont qualifié la nouvelle de "profondément troublante" et ont appelé l'Irak à mettre un terme aux exécutions prévues.

Les groupes de défense des droits de l'homme accusent le système judiciaire irakien de corruption, de mener des procès précipités sur la base de preuves circonstancielles et de ne pas permettre aux accusés de se défendre correctement. Ils condamnent également l'exiguïté des centres de détention, affirmant que les personnes arrêtées pour des délits mineurs sont souvent détenues avec des djihadistes endurcis, ce qui facilite la radicalisation.

Le gouvernement irakien a refusé de fournir des chiffres sur les centres de détention ou les prisonniers, notamment sur le nombre de ceux qui sont accusés de terrorisme, bien que certaines études estiment que 20 000 d'entre eux sont détenus pour de prétendus liens avec Daesh.
La commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a déclaré à la fin de l'année dernière qu'étant donné ces lacunes dans le système juridique irakien, l'application de la peine capitale "peut équivaloir à une privation arbitraire de la vie par l'État".

Ali Bayati, un membre éminent de la Commission irakienne des droits de l'homme, a déclaré à l'AFP que le pays avait "des options limitées".
"La peine capitale fait partie du système juridique irakien - et nous n'avons pas de véritables centres de réhabilitation", a-t-il déclaré.
"Nous manquons de garanties claires et d'une réelle transparence dans les interrogatoires et les séances de jugement, et dans l'autorisation donnée aux organisations de défense des droits de l'homme de jouer leur rôle".


Au Yémen, une unité militaire créée dans le cadre de la stratégie de reconstruction

Le président du Conseil présidentiel du Yémen, Rashad al-Alimi, rencontre l'envoyé spécial des Nations Unies pour le Yémen, Hans Grundberg, à Aden, au Yémen, le 10 mai 2022 (Photo, Reuters).
Le président du Conseil présidentiel du Yémen, Rashad al-Alimi, rencontre l'envoyé spécial des Nations Unies pour le Yémen, Hans Grundberg, à Aden, au Yémen, le 10 mai 2022 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Rashad al-Alimi a émis un ordre établissant la Force du Bouclier de la nation comme réserve sous son commandement
  • La Commission de consultation et de réconciliation met en garde contre la légitimation de la prise de pouvoir des Houthis dans les pourparlers

AL-MUKALLA: Un nouveau groupe militaire au Yémen, la Force du bouclier de la nation, a été créé par le président du Conseil présidentiel, Rashad al-Alimi, dans le but d'unifier les groupes armés et les unités dispersées dans les territoires contrôlés par le gouvernement.
L'agence de presse officielle SABA a rapporté dimanche soir qu'Al-Alimi a émis un ordre présidentiel établissant la Force du bouclier de la nation comme troupe de réserve sous son commandement et nommant à sa tête un officier militaire peu connu, le brigadier Basher Saif Qaid Ghobair al-Subaihi.
SABA a indiqué que le dirigeant yéménite publiera un autre décret précisant le nombre, l'objectif et le lieu de déploiement des forces.
Al-Subaihi a fait partie des milliers de Yéménites qui ont combattu les Houthis soutenus par l'Iran lorsque la milice a conquis en 2015 la ville portuaire d'Aden, dans le sud du pays.
Des responsables et des experts au Yémen ont déclaré que les combattants de la résistance ainsi que les forces militaires et de sécurité qui ont combattu les Houthis seraient recrutés et recevraient une formation militaire officielle, ainsi que des grades dans la nouvelle unité.
Le général de brigade Mohammed al-Kumaim, un analyste militaire yéménite, a indiqué à Arab News que la nouvelle unité comprendra des forces militaires et de sécurité actives sur le terrain, ainsi que des unités provenant de zones militaires. Cette procédure fait, selon lui, partie d'une stratégie visant à légitimer les unités actives sur le terrain et à les unir sous la direction des institutions du pays.
«Ces forces ne sont pas nouvelles et sont déjà présentes sur le champ de bataille. Ceci s'inscrit dans le cadre de la réorganisation et du repositionnement du ministère yéménite de la Défense, et de la réorganisation de ses forces militaires», a déclaré Al-Kumaim, ajoutant que les troupes de la nouvelle unité participeront aux opérations militaires contre les Houthis dans tout le Yémen.
Ce dernier a rejeté les critiques des opposants qui accusent le leader yéménite de créer une force sous son commandement pour concurrencer les armées privées des autres membres du conseil.
«En tant que commandant en chef des forces armées, il commande toutes les forces sur le terrain et a le pouvoir de former toute nouvelle force. Il n'y a pas de concurrence», a assuré Al-Kumaim.
Dans une interview accordée à la chaîne de télévision Al Arabiya le mois dernier, Al-Alimi a souligné que la priorité du conseil était de rassembler divers groupes militaires sous un seul centre de commandement. Il a par ailleurs reconnu que la fusion des forces sous l'égide du ministère de la Défense pourrait ne pas avoir lieu dans un avenir proche.
En avril dernier, l'ancien président Abed Rabbo Mansour Hadi a transféré son autorité au Conseil présidentiel de direction, composé de huit membres et dirigé par Al-Alimi. Ce conseil comprend des responsables militaires et politiques ainsi que de nombreux gouverneurs de province tels que Aidarous al-Zubaidi, le président du Conseil de transition du Sud pro-indépendance, Tareq Mohammed Abdullah Saleh, le commandant des forces de la Garde républicaine et Abdul Rahman al-Muharami, le commandant de la Brigade des géants.
Par ailleurs, la Commission de consultation et de réconciliation, organe consultatif du Conseil présidentiel, a conseillé au gouvernement yéménite d'œuvrer à l'instauration de la paix au Yémen et de s'attaquer aux difficultés économiques du pays. Elle l’a toutefois mis en garde contre la légitimation de la prise de pouvoir militaire des Houthis dans le cadre de toute négociation directe avec la milice.
«Nous avons souligné la nécessité d'un dialogue politique approfondi et direct entre la légitimité dirigée par le Conseil présidentiel de direction et la milice houthie sur la base de la légitimité et du coup d'État», a déclaré Mohammed al-Ghaithi, le chef de la commission, sur Twitter après une réunion virtuelle avec d'autres membres dimanche.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunisie: Le président limoge deux ministres

Le président tunisien Kais Saied (Photo, AFP).
Le président tunisien Kais Saied (Photo, AFP).
Short Url
  • Début janvier, le président avait déjà limogé la ministre du Commerce
  • Les deux nouveaux limogeages interviennent dans un contexte de tensions politiques

TUNIS: La présidence tunisienne a annoncé lundi soir le limogeage des ministres de l'Agriculture et de l'Éducation, sans donner d'explications, dans un contexte de pénuries de produits de base, dont le lait, et de grèves sporadiques dans l'enseignement. 

Le président Kais Saied a décidé "un remaniement partiel en nommant Mohamed Ali Boughdiri comme ministre de l'Éducation" en remplacement de Fethi Sellaouti, a annoncé un communiqué de la présidence. Le ministre de l'Agriculture Elyes Hamza a été remplacé par Abdelmomen Belati, a ajouté la présidence.

Début janvier, le président avait déjà limogé la ministre du Commerce Fadhila Rebhi Ben Hamza et Fakher Fakhfakh, le gouverneur de Sfax, deuxième ville du pays, engluée depuis des mois dans une crise autour de la gestion de ses déchets.

La ministre du Commerce avait été le premier membre du gouvernement de Najla Bouden, formé en novembre 2021, à être limogé par le président Saied.

Les deux nouveaux limogeages interviennent dans un contexte de tensions politiques, le pays étant en proie à de profondes divisions depuis le coup de force du président Saied qui s'est arrogé tous les pouvoirs en juillet 2021.


Le ministre saoudien des Affaires étrangères s’entretient au téléphone avec son homologue chinois

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Short Url
  • Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères
  • Les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, s’est entretenu au téléphone lundi avec son homologue chinois.

Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères, et les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine.

Ils ont également discuté de la coopération bilatérale, de l’évolution des événements régionaux et internationaux, des efforts déployés à l’égard de ces événements afin de renforcer la sécurité et la stabilité, ainsi que des principales questions d’intérêt commun.

La Chine a nommé Qin comme nouveau ministre des Affaires étrangères à la fin du mois de décembre 2022.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com