Trump fait monter la pression contre TikTok et WeChat

Donald Trump a accepté lundi la possibilité qu'un groupe américain rachète TikTok, mais avant le 15 septembre, sous peine de bannir la plateforme. (Photo AFP).
Donald Trump a accepté lundi la possibilité qu'un groupe américain rachète TikTok, mais avant le 15 septembre, sous peine de bannir la plateforme. (Photo AFP).
Publié le Vendredi 07 août 2020

Trump fait monter la pression contre TikTok et WeChat

  • Donald Trump a signé un décret interdisant, d'ici 45 jours, toute transaction "des personnes sous juridiction américaine" avec ByteDance, la maison-mère chinoise de TikTok
  • Le groupe informatique Microsoft, qui semble accepter les conditions du président, est en discussion avec ByteDance pour négocier une acquisition à marche forcée

WASHINGTON : Donald Trump a encore fait monter la pression jeudi contre le populaire réseau social TikTok, ainsi que la plateforme chinoise WeChat, avec des décisions radicales, de nature à envenimer les tensions avec la Chine.

Le président a signé un décret interdisant, d'ici 45 jours, toute transaction "des personnes sous juridiction américaine" avec ByteDance, la maison-mère chinoise de TikTok.

Le chef de l'Etat évoque une "urgence nationale" au sujet de l'application de vidéos légères qu'il accuse, sans preuve, d'espionner ses utilisateurs américains pour le compte de Pékin, dans un contexte de tensions commerciales et politiques avec la Chine.

"TikTok capture automatiquement de larges pans d'information sur ses utilisateurs (...), permettant potentiellement à la Chine de pister des employés du gouvernement, de réunir des dossiers personnels à des fins de chantage et de pratiquer l'espionnage industriel", justifie le décret.

Le président a signé un décret du même ordre contre la plateforme WeChat, qui appartient au géant chinois Tencent. A la Bourse de Hong Kong, l'action Tencent a plongé de plus de 6% après cette annonce.

Le document officiel mentionne les mêmes griefs. Les applications mobiles détenues par la Chine "menacent la sécurité nationale, la politique étrangère et l'économie des Etats-Unis", selon le président.

Les décrets ne précisent pas les conséquences pratiques, mais l'interdiction de toute transaction avec les deux entreprises pourrait obliger Google et Apple à retirer les deux réseaux de leurs magasins d'applis, empêchant, de fait, de les utiliser aux Etats-Unis.

 "Société libre"

Donald Trump a accepté lundi la possibilité qu'un groupe américain rachète TikTok, mais avant le 15 septembre, sous peine de bannir la plateforme. 

Il a au passage exigé qu'une "proportion importante" du prix de la transaction soit versé à l'Etat, sous prétexte que son gouvernement rendait l'acquisition possible. Un concept qui a suscité de vives critiques et un certain embarras dans son entourage.

Le groupe informatique Microsoft, qui semble accepter les conditions du président, est en discussion avec ByteDance pour négocier une acquisition à marche forcée.

Mais cela n'a pas apaisé le milliardaire républicain et ses alliés.

Le Sénat américain a adopté jeudi à l'unanimité un projet de loi qui interdit le téléchargement et l'utilisation de TikTok sur tout appareil délivré par le gouvernement à ses employés ou aux membres du Congrès.

"TikTok représente un risque de sécurité majeur", a tweeté le service de presse du sénateur républicain Josh Hawley, co-auteur du texte.

Ce texte doit être approuvé par la Chambre des représentants, à majorité démocrate, pour que Donald Trump puisse le promulguer.

Mercredi, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo avait prévenu que les Etats-Unis souhaitaient bannir des téléphones américains non seulement TikTok mais aussi d'autres applications chinoises jugées à risque pour la sécurité nationale. 

WeChat récupère aussi "les données des visiteurs chinois aux Etats-Unis", note le décret à son encontre, "ce qui permet au Parti communiste chinois d'espionner des citoyens chinois qui profitent peut-être des avantages d'une société libre pour la première fois de leur vie".

 "Intimidation"

La Chine a réagi en début de semaine en accusant les Etats-Unis de "manipulation politique" et "d'intimidation", selon les mots du porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

ByteDance et TikTok, de leur côté, se mobilisent depuis le début des menaces d'interdiction proférées par Donald Trump. 

La plateforme internationale, qui compte un milliard d'utilisateurs, a annoncé jeudi l'ouverture prochaine en Irlande de son premier centre de données en Europe pour les utilisateurs sur ce continent.

Jusqu'à présent, toutes les données étaient stockées aux Etats-Unis et à Singapour.

TikTok, qui a déjà des équipes en Irlande, a assuré que les nouvelles installations allaient créer des centaines de nouveaux emplois et accélérer les temps de chargement des vidéos.

Si Microsoft parvient à ses fins, ces serveurs lui reviendront.

Le groupe américain avait, au départ, voulu racheter uniquement les opérations de TikTok aux Etats-Unis, au Canada, en Australie et Nouvelle-Zélande, mais il souhaite désormais acquérir l'ensemble des activités mondiales de l'appli, d'après le Financial Times.

Le quotidien britannique évoque la complexité administrative qu'il y aurait à scinder un réseau social, aussi bien pour les utilisateurs que pour les ressources humaines.


Suisse : l'inflation bondit à 3,4% en juin face à la hausse des produits pétroliers

Office fédéral de la statistique (OFS). (Photo: Wikimedia Commons)
Office fédéral de la statistique (OFS). (Photo: Wikimedia Commons)
Short Url
  • Les prix des produits importés ont bondi de 8,5% en rythme annuel durant le mois écoulé, les produits pétroliers bondissant de 48,4%, indique l'OFS dans un communiqué
  • Les prix des produits fabriqués en Suisse ont, eux, augmenté de 1,7%. Ce bond de l'inflation en juin se situe dans le haut de la fourchette des prévisions des économistes interrogés par l'agence suisse AWP

ZURICH : L'inflation en Suisse a encore accéléré en juin pour bondir à 3,4% sur un an, contre 2,9% en mai, sous l'effet de la hausse des produits pétroliers, annonce lundi l'office fédéral de la statistique (OFS).

Les prix des produits importés ont bondi de 8,5% en rythme annuel durant le mois écoulé, les produits pétroliers bondissant de 48,4%, indique l'OFS dans un communiqué.

Les prix des produits fabriqués en Suisse ont, eux, augmenté de 1,7%. Ce bond de l'inflation en juin se situe dans le haut de la fourchette des prévisions des économistes interrogés par l'agence suisse AWP. Leurs estimations se situaient entre 2,8% et 3,5%.

D'un mois sur l'autre, l'inflation en Suisse a augmenté de 0,5% par rapport au mois de mai, en raison de la hausse des  carburants, du mazout ainsi que de certains légumes, détaille l'OFS. L'indice des prix à la consommation est remonté à 104,5 points.

L'inflation en Suisse est moins forte que dans d'autres pays. Par comparaison, la hausse des prix dans la zone euro s'est chiffrée à 8,6% sur un an en juin, selon Eurostat, l'office européen de la statistique.

Alors qu'elle s'était limitée à 0,6% en 2021, l'inflation en Suisse a accéléré mois après mois et franchi la barre des 2% en février, dépassant pour la première fois l'objectif de la banque centrale suisse. Après avoir grimpé à 2,4% en mars, elle est monté à 2,5% en avril et 2,9% en mai.

Mi-juin, la banque centrale suisse a surpris en donnant un tour de vis inattendu à sa politique monétaire pour tenter de contrer l'inflation.

Bien que son taux directeur reste en terrain négatif, elle l'a remonté d'un demi-point à -0,25% avec pour objectif d'empêcher l'inflation de s'installer. Pour 2022, elle a relevé sa prévision d'inflation à 2,8%, contre 2,1% attendu auparavant.

Le ministère de l'Économie a lui aussi remonté son estimation mi-juin, tablant pour sa part sur une inflation de 2,5% en 2022, contre 1,9% estimée précédemment.

Dans son rapport annuel, la Banque des règlements internationaux (BRI), une institution considérée comme la banque centrale des banques centrales, a appelé à ne pas laisser l'inflation s'enraciner.

Cette institution basée en Suisse, à Bâle, a mis en garde contre le risque de stagflation qui plane au-dessus de l'économie mondiale, estimant que les banques centrales doivent agir de manière décisive" et "sans tarder".


Entreprises en difficulté: le plan d'accompagnement de sortie de crise prolongé

Le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire arrive pour un déjeuner de travail avec le président français et le Premier ministre australien au palais présidentiel de l'Élysée à Paris, le 1er juillet 2022. (AFP).
Le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire arrive pour un déjeuner de travail avec le président français et le Premier ministre australien au palais présidentiel de l'Élysée à Paris, le 1er juillet 2022. (AFP).
Short Url
  • Ce plan d'accompagnement prévoit un accompagnement au niveau local des entreprises en situation de fragilité financière pour les aider dans leurs échanges avec leurs créanciers
  • Outre ce dispositif, les entreprises peuvent avoir accès à un «PGE Résilience», lancé après le déclenchement de la guerre en Ukraine et accessible jusqu'à la fin de l'année

PARIS : Le plan d'accompagnement lancé à la mi-2021 pour aider les entreprises en difficulté durant la sortie de crise sanitaire sera prolongé, a annoncé le ministre de l'Economie Bruno Le Maire lundi.

"Nous maintiendrons la mission de M. (Gérard) Pfauwadel qui est chargé d'accompagner les entrepreneurs", en particulier ceux qui n'arrivent pas à rembourser leur prêt garanti par l'Etat (PGE) souscrit pendant la crise sanitaire, a affirmé M. Le Maire sur France Inter.

Ce plan d'accompagnement, qui devait s'arrêter fin juin, prévoit un accompagnement au niveau local des entreprises en situation de fragilité financière pour les aider dans leurs échanges avec leurs créanciers pour obtenir un aménagement du remboursement de leurs prêts ou de leurs impôts et cotisations.

Outre ce dispositif, les entreprises peuvent avoir accès à un "PGE Résilience", lancé après le déclenchement de la guerre en Ukraine et accessible jusqu'à la fin de l'année. Il leur permet d'emprunter jusqu'à 15% de leur chiffre d'affaires.


JPMorgan: Le prix du baril de pétrole pourrait atteindre 380 dollars

Short Url
  • Les alliés occidentaux, dirigés par les États-Unis, ont imposé de nombreuses sanctions et élaboré un mécanisme complexe pour plafonner le prix du pétrole russe
  • Si la production est réduite de 5 millions de barils, le prix pourrait atteindre 380 dollars le baril

RIYAD: Dans un contexte de tensions géopolitiques persistantes et d'une flambée des prix de l'énergie, les cours mondiaux du pétrole pourraient atteindre 380 dollars le baril si les restrictions américaines et européennes obligent la Russie à réduire sa production de brut en guise de représailles, rapporte Bloomberg en citant des analystes de JPMorgan Chase & Co.

C'est après l'invasion de l'Ukraine par la Russie que les alliés occidentaux, dirigés par les États-Unis, ont imposé de nombreuses sanctions et élaboré un mécanisme complexe pour plafonner le prix du pétrole russe.

Selon les analystes de JPMorgan, dont Natasha Kaneva, la Russie bénéficie en ce moment d'une position financière solide et peut se permettre de réduire sa production quotidienne de brut de 5 millions de barils.

La réduction de la production de brut russe pourrait avoir des conséquences désastreuses sur le monde entier. Une réduction de 3 millions de barils ferait par exemple grimper le prix du brut à 190 dollars à Londres. Dans le pire des scénarios, si la production est réduite de 5 millions de barils, le prix pourrait atteindre 380 dollars le baril, expliquent les analystes.

«Le risque le plus évident et le plus probable d'un plafonnement des prix serait la décision de la Russie de riposter en réduisant ses exportations afin de porter un coup dur à l'Occident.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com