Les cas de violence conjugale doublent au Liban

Une manifestante exprime ses émotions lors d’affrontements entre la police anti-émeute et l'armée d’une part, et des manifestants antigouvernementaux, d’autre part devant un tribunal militaire, à Beyrouth, au Liban (Photo, AP).
Une manifestante exprime ses émotions lors d’affrontements entre la police anti-émeute et l'armée d’une part, et des manifestants antigouvernementaux, d’autre part devant un tribunal militaire, à Beyrouth, au Liban (Photo, AP).
Short Url
Publié le Jeudi 11 février 2021

Les cas de violence conjugale doublent au Liban

  • L'ONU pointe du doigt les périodes de confinement et la crise économique croissante
  • 1468 plaintes pour violences domestiques ont été enregistrés au cours des 12 derniers mois

BEYROUTH: La crise économique et financière au Liban cause une aggravation de la violence domestique dans le pays, selon les groupes de défense des droits de la femme.

Quatre femmes ont été assassinées le mois dernier par des hommes dans leurs familles, au moment où le Liban s’enlise dans une situation économique désastreuse. La crise est exacerbée par la série de couvre-feux décrétés en raison de la Covid-19, en plus de l’explosion massive qui a détruit une grande partie de Beyrouth en août dernier.

«La montée de la violence est attribuable à la situation économique et financière», affirme Hayat Mirshad, cofondatrice et codirectrice de FE-MALE, à Arab News.

«Toutefois, la violence contre les femmes pendant le confinement est la forme d’abus la plus dangereuse et la plus courante. Les femmes sont victimes de membres masculins de leurs familles: pères, maris ou frères. Le couvre-feu les empêche de quitter leurs maisons ou même de voir d’autres personnes; il ne faut pas oublier que la violence au Liban découle d’une culture patriarcale critique des femmes, et c’est cette mentalité qui justifie les crimes de leurs agresseurs».

Selon de nouveaux chiffres partagés par les Forces de sécurité intérieure (FSI) avec la Fondation Thomson Reuters mercredi, les constats de violence domestique dans les foyers libanais ont doublé l'année dernière, avec 1468 plaintes reçues au cours des 12 derniers mois, contre 747 l'année précédente.

Un responsable du FSI, qui s’est exprimé sous le couvert de l’anonymat car il n’est pas autorisé à parler aux médias, révèle que le nombre de femmes tuées dans un contexte de violence domestique au Liban a aussi augmenté, mais que le chiffre exact n’est pas encore disponible.

Les chiffres officiels reflètent la tendance observée par le Centre des ressources pour l'égalité des sexes ABAAD. L’organisation de défense des droits de la femme a vu les appels à sa ligne d'assistance tripler pour atteindre 4 127 en 2020, contre 1375 en 2019.

«Nous n'avons jamais été témoins d'une telle violence contre les femmes», se désole l'avocat Jaafar Mohammed Hashimi à Arab News.

Hashimi rapporte le cas d’une récente victime de violence conjugale, Lara Chahine, dont le mari est détenu, accusé de l'avoir battue avec des objets tranchants à son retour du travail mardi. Chahine est hospitalisée pour des blessures aux poumons, au foie et au visage.

«L'affaire est classée comme une tentative de meurtre, non pas une simple agression», souligne Hashimi. «Le motif de son crime serait la pension alimentaire demandée par Chahine pour elle et son enfant de cinq ans. Son mari avait refusé de divorcer, et lui avait intenté une action en justice pour obéissance et cohabitation».

Le Liban interdit le harcèlement sexuel, et a introduit des reformes sur sa loi relative à la violence conjugale en décembre. Mais le Législateur ne criminalise pas le viol conjugal, et les lois personnelles administrées par les tribunaux religieux perpétuent la discrimination contre les femmes dans des affaires comme le divorce et la garde des enfants.

L'ONU dénonce un pic de la violence conjugale dans le monde pendant les périodes de confinement, une «pandémie de l'ombre» qui carbure sur la crise économique croissante.

«Ces types de crimes ont considérablement augmenté, surtout en période de confinement», déclare Ashraf Al-Moussawi, l’avocat qui représente les intérêts de Zeina Kanjo, étranglée à mort par son mari. L’homme s'est ensuite enfui vers la Turquie.

Al-Moussawi indique que les motifs de l'augmentation des crimes sont économiques, sociaux et culturels, mais il précise que: «La nature des crimes a complètement changé, pour devenir plus violente».

Le mois dernier à Akkar, les FSI ont arrêté un adolescent qui poignardé à mort sa tante de 52 ans quand elle a refusé ses avances sexuelles. Il avouera l'avoir agressée sexuellement après sa mort, et de lui avoir volé une bague en or, retrouvée plus tard chez lui lors d’une perquisition.

«Certains agresseurs ont recours à des partis ou des milices pour se protéger des poursuites judiciaires», a affirmé Mirshad. «Malgré toutes les formations de sensibilisation, les policiers demandent encore aux femmes maltraitées de résoudre leurs différends avec leurs maris et de ne pas porter plainte».

Le système familial actuel au Liban est fêlé estime Al-Moussawi, car la solution à la violence conjugale doit venir avant tout du gouvernement.

«L’absence troublante d’un plan d’action de la part des organes policiers et judiciaires, et le manque de confiance dans l'État libanais sont des facteurs décisifs qui permettent aux meurtriers de commettre leurs crimes sans peur des représailles», confie-t-il. «Quand on sait que les poursuites judiciaires durent pendant des années, et que les peines sont souvent réduites, les agresseurs osent battre aussi bien leurs femmes que leurs enfants».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Turquie renforce son arsenal contre la presse avant les élections

Des personnes participent à une manifestation contre l'arrestation de neuf journalistes travaillant pour des médias kurdes, dont l'agence de presse Mezopotamya à Istanbul, le 31 octobre 2022. (Photo, AFP)
Des personnes participent à une manifestation contre l'arrestation de neuf journalistes travaillant pour des médias kurdes, dont l'agence de presse Mezopotamya à Istanbul, le 31 octobre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • En octobre, le Parlement turc a adopté une nouvelle loi qui punit la diffusion de «fausse nouvelle» jusqu'à trois ans de prison, sans définir ce qui peut constituer une fausse information
  • La loi sur la désinformation permet aux autorités de suspendre internet ou de restreindre l'accès aux réseaux sociaux comme après l'attentat du 13 novembre à Istanbul (six morts, 81 blessés)

ISTANBUL: "Une arme de plus contre nous": à quelques mois d'élections cruciales en Turquie, le gouvernement a renforcé son arsenal répressif déjà bien garni contre la presse et l'opposition, s'inquiètent journalistes et activistes.

"La loi sur la désinformation, c'est une arme de plus contre nous dans l'arsenal du gouvernement", déplore Gokhan Bicici, rédacteur en chef du site d'information indépendant dokuz8NEWS, à Istanbul.

"Ils avaient déjà des armoires pleines de fusils et des dizaines d'outils et d'armes à leur disposition" pour réduire au silence les médias, indique-t-il à l'AFP depuis son bureau sur la rive asiatique de la ville.

Il cite notamment "l'insulte au président", accusation qui a permis ces dernières années de poursuivre des dizaines de milliers de voix critiques - étudiants, sportifs et même une ancienne Miss Turquie.

En octobre, le Parlement turc a adopté une nouvelle loi qui punit la diffusion de "fausse nouvelle" jusqu'à trois ans de prison, sans définir ce qui peut constituer une fausse information...

Le parti AKP (islamo-conservateur) et ses alliés nationalistes du MHP, majoritaires au Parlement, ont voté des amendements jugés "dangereux" et même "dystopiques" par les défenseurs des droits civils.

«Pouvoir discrétionnaire»

Pour le spécialiste du droit numérique Yaman Akdeniz, cette loi accorde "un large pouvoir discrétionnaire aux autorités" avec un risque patent d'arbitraire en période pré-électorale.

"Il n'est donc pas surprenant que la première personne poursuivie à ce titre soit le chef du principal parti d'opposition", relève-t-il.

Probable candidat à la présidentielle de juin 2023 face au chef de l'Etat Recep Tayyip Erdogan, Kemal Kilicdaroglu, patron du CHP, est poursuivi pour avoir accusé sur Twitter le gouvernement d'être responsable de "l'épidémie de méthamphétamine" qui frappe la Turquie.

M. Erdogan a ardemment défendu la loi, dénonçant les réseaux sociaux "sans limite, ni moralité, ni éthique qui attisent la polarisation et le feu de la haine".

Il s'était pourtant lui-même appuyé sur Twitter pour mobiliser ses partisans lors de la tentative de coup d'Etat de juillet 2016.

Avec la loi sur la désinformation, "le gouvernement pourra exercer un contrôle considérable sur les médias sociaux", redoute Emma Sinclair-Webb, représentante de Human Rights Watch.

"La loi (les) place dans une position très difficile: soit ils se conforment et suppriment des contenus; soit ils divulguent les données de leurs utilisateurs sous peine d'énormes amendes", détaille-t-elle.

Entré en vigueur alors que la cote du chef de l'Etat était au plus bas à cause de la crise économique et d'une inflation dépassant les 80%, le texte permet aux autorités de suspendre internet ou de restreindre l'accès aux réseaux sociaux comme après l'attentat du 13 novembre à Istanbul (six morts, 81 blessés).

«Davantage de pression»

Dans le viseur également, les journalistes et médias kurdes: Fatma Demirelli, directrice de l'ONG de soutien à la liberté d'expression P24, cite "de nouvelles arrestations visant un grand nombre de journalistes depuis cet été".

"Nous craignons que cette nouvelle loi (...) n'aggrave encore la situation", assure-t-elle à l'AFP.

Fin octobre, neuf journalistes ont été interpellés à Istanbul et d'autres villes du pays dont Diyarbakir, dans le sud-est à majorité kurde, accusés de liens avec des mouvements qualifiés de "terroristes", comme le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) auquel les autorités ont attribué l'attentat d'Istanbul.

Ce qui a porté à 76 le nombre de journalistes derrière les barreaux en Turquie, selon le décompte de la plateforme de surveillance de la liberté de la presse, Expression Interrupted.

Reporters Sans Frontières classe pour sa part la Turquie au 149e rang - sur 180 pays - de son index sur la liberté de la presse.

Fatos Erdogan, journaliste de dokuz8NEWS, affirme que les reportages sont de plus en plus difficiles.

"Nous avons déjà été victimes de violences mais j'ai le sentiment qu'il y aura davantage de pression", croit-elle, se disant "inquiète pour notre sécurité".

"Poursuites et menaces font partie de notre quotidien", confirme son rédacteur en chef, Gokhan Bicici.

"Désormais, se montrer prudents et éviter autant que possible d'être une cible est la principale préoccupation des journalistes en Turquie, même pour les plus libres d'entre eux", ajoute-t-il.


L'OCI salue les résolutions de l'ONU sur la cause palestinienne

Des femmes devant une école gérée par l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans la ville de Gaza, le 1er décembre 2022. (AFP).
Des femmes devant une école gérée par l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans la ville de Gaza, le 1er décembre 2022. (AFP).
Short Url
  • L'Organisation de la coopération islamique a salué l'adoption par l'Assemblée générale de l'ONU de cinq résolutions cruciales sur la Palestine et le Moyen-Orient
  • L’Assemblée générale des nations unies a également adopté une résolution pour commémorer le jour de la Nakba

DJEDDAH: L'Organisation de la coopération islamique (OCI) a salué l'adoption par l'Assemblée générale des nations unies de cinq résolutions cruciales sur la Palestine et le Moyen-Orient, parmi lesquelles un texte qui appelle Israël à cesser toute action visant à «modifier la composition démographique, le caractère et le statut du territoire palestinien occupé».

L'assemblée a adopté des résolutions relatives au mandat et au travail du Comité «sur les droits inaliénables du peuple palestinien, la division du secrétariat des Nations unies qui se consacre aux droits palestiniens», le programme médiatique sur la cause palestinienne et les principes de base d'une «solution pacifique» à la cause palestinienne.

Elle a également adopté une résolution pour commémorer le jour de la Nakba, lorsque les Palestiniens ont été chassés de chez eux en 1948 après la fondation d'Israël.

L'observateur permanent de l'État de Palestine a déclaré, au cours du débat, que la particularité d'Israël n'a fait qu'enhardir ses pires instincts, a constaté l'Assemblée générale des nations unies.

«Aujourd'hui, l'assemblée va enfin reconnaître l'injustice historique qui a frappé le peuple palestinien en adoptant une résolution qui décide de commémorer dans la salle de l'assemblée le 75e anniversaire de la Nakba», a-t-il ajouté.

L'OCI a salué les positions des pays qui ont contribué à parrainer et à soutenir ces résolutions, qui affirment leur engagement vis-à-vis du droit international conformément à leurs positions historiques, fondées sur les principes de vérité, de justice et de paix, a rapporté la SPA, l’agence de presse saoudienne.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com.


Un recruteur présumé du groupe Etat islamique extradé de Turquie vers l'Australie

Neil Christopher Prakash est apparu dans des vidéos de recrutement de l'EI dans lesquelles il exhortait les Australiens à se «réveiller» et à rejoindre le groupe (Photo, AFP).
Neil Christopher Prakash est apparu dans des vidéos de recrutement de l'EI dans lesquelles il exhortait les Australiens à se «réveiller» et à rejoindre le groupe (Photo, AFP).
Short Url
  • Neil Christopher Prakash, 31 ans, a été arrêté en Turquie en 2016 après avoir traversé le pays depuis la Syrie
  • Il a été condamné en 2019 à sept ans d'emprisonnement par un tribunal turc, qui l'a reconnu coupable d'appartenance à une organisation terroriste

SYDNEY: Un combattant du groupe Etat islamique (EI), qui aurait joué un rôle important dans la propagande de recrutement de cette organisation, va être inculpé pour "graves infractions terroristes" après avoir été extradé de Turquie vers l'Australie, a annoncé vendredi la police fédérale.

Neil Christopher Prakash, 31 ans, a été arrêté en Turquie en 2016 après avoir traversé le pays depuis la Syrie.

Il a été condamné en 2019 à sept ans d'emprisonnement par un tribunal turc, qui l'a reconnu coupable d'appartenance à une organisation terroriste.

La police fédérale australienne a fait savoir que M. Prakash était arrivé en Australie par avion vendredi matin.

"Une enquête a été lancée en 2016 lorsque l'homme se serait rendu en Syrie pour combattre avec l'Etat islamique", a-t-elle indiqué dans un communiqué, ajoutant qu'elle "plaidera devant le tribunal que l'homme a commis une série d'infractions terroristes graves".

Les autorités estiment que quelque 230 Australiens se sont rendus en Irak et en Syrie pour prendre les armes depuis 2012, M. Prakash en étant l'un des exemples les plus marquants.

Il est apparu dans des vidéos de recrutement de l'EI dans lesquelles il exhortait les Australiens à se "réveiller" et à rejoindre le groupe.

M. Prakash a été décrit par l'ancien Premier ministre conservateur Malcolm Turnbull comme l'un des "principaux financiers ou organisateurs" de l'EI au Moyen-Orient.

L'ex-procureur général australien George Brandis avait déclaré en 2016 que M. Prakash avait été tué en Irak à la suite d'une frappe aérienne américaine ciblée, mais il été confirmé par la suite qu'il avait seulement été blessé.