Soigné à Berlin depuis un mois, le président algérien remercie son homologue allemand

Une capture d'image tirée d'une vidéo publiée sur le compte Twitter personnel du président algérien Abdelmadjid Tebboune le 13 décembre 2020 le montre en train de prononcer un discours devant une caméra à côté d'un drapeau algérien. Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a prononcé un discours le 13 décembre, sa première apparition télévisée depuis qu'il a été hospitalisé en Allemagne en raison du COVID-19, il y a près de deux mois. (AFP)
Une capture d'image tirée d'une vidéo publiée sur le compte Twitter personnel du président algérien Abdelmadjid Tebboune le 13 décembre 2020 le montre en train de prononcer un discours devant une caméra à côté d'un drapeau algérien. Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a prononcé un discours le 13 décembre, sa première apparition télévisée depuis qu'il a été hospitalisé en Allemagne en raison du COVID-19, il y a près de deux mois. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 12 février 2021

Soigné à Berlin depuis un mois, le président algérien remercie son homologue allemand

  • Hospitalisé depuis un mois à Berlin, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a appelé jeudi son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier pour le remercier des soins médicaux qu'il reçoit en Allemagne
  • Le bref communiqué ne livre pas d'information sur l'état de santé du chef de l’Etat ni la date de son retour à Alger

ALGER : Hospitalisé depuis un mois à Berlin, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a appelé jeudi son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier pour le remercier des soins médicaux qu'il reçoit en Allemagne, selon un communiqué de la présidence algérienne.

Il s'agit des premières nouvelles publiques de M. Tebboune depuis le 27 janvier quand ce dernier avait téléphoné au président tunisien Kais Saied.

Le bref communiqué ne livre pas d'information sur l'état de santé du chef de l’Etat ni la date de son retour à Alger. Aucune photo récente n'accompagne le texte.  

«Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a (...) fait part au président de la République fédérale d'Allemagne, Frank-Walter Steinmeier, de ses remerciements et de sa gratitude pour la prise en charge médicale dont il a bénéficié depuis son arrivée en Allemagne», est-il indiqué.

Les deux dirigeants ont passé en revue «les perspectives de coopération» entre leurs pays, ajoute le communiqué.

Selon des médias électroniques, dont la version en ligne du quotidien arabophone Al Fadjr, ainsi que des rumeurs relayées sur les réseaux sociaux, M. Tebboune devrait retourner vendredi en Algérie.  

Pris en charge pendant deux mois en Allemagne après avoir contracté le Covid-19 à Alger, le président algérien, 75 ans, a dû retourner le 10 janvier se faire opérer à Berlin à la suite de «complications» au pied droit. La nature de ces «complications» n'a jamais été précisée.

Crispation 

Les séjours prolongés de M. Tebboune à l'étranger, trois mois en tout depuis le 28 octobre alors que l'Algérie traverse une crise sanitaire, politique et socio-économique, n'ont pas manqué de susciter des inquiétudes sur une éventuelle vacance du pouvoir.

«Réveillez-vous! Le président Abdelmadjid Tebboune est absent depuis un mois. Depuis la mi-octobre, il n'a passé qu'une douzaine de jours en Algérie. Aucun dirigeant, aucune institution ne s'inquiète de cette répétition de l'humiliant 4e mandat», interpelle ainsi sur Twitter le journaliste et analyste Abed Charef. 

Ce dernier fait référence au quatrième mandat d'Abdelaziz Bouteflika, quand l'ex-président déchu, frappé par un AVC en 2013, était devenu impotent et aphasique.

L'absence de M. Tebboune survient dans un contexte de crispation du régime à l'approche du deuxième anniversaire du soulèvement populaire du Hirak (22 février 2019).

Parmi les dossiers prioritaires qui attendent le président algérien, figurent un probable remaniement ministériel et l'élaboration de la nouvelle loi électorale en vue des prochains scrutins locaux et législatif anticipés, en principe d'ici la fin de l'année.

M. Tebboune pourrait également réagir officiellement à la publication du rapport de l'historien français Benjamin Stora sur la colonisation et la guerre d'Algérie (1954-1962) commandé par le président Emmanuel Macron et publié le 20 janvier, dans le but de «réconcilier les deux rives de la Méditerranée».


L'ambassadeur saoudien en Chine visite le Centre de recherche et de connaissances en intercommunication

Le Centre de recherche et de connaissances en intercommunication est l'un des centres de recherche les plus importants du monde arabe pour les études chinoises (Photo, SPA).
Le Centre de recherche et de connaissances en intercommunication est l'un des centres de recherche les plus importants du monde arabe pour les études chinoises (Photo, SPA).
Short Url
  • Al-Harbi a rencontré le chef du Centre, le Dr Yahya Mahmoud ben Junaid, ainsi que plusieurs chercheurs
  • Lors de la rencontre, Al-Harbi et Ben Junaid ont discuté de l'importance des relations entre l'Arabie saoudite et la Chine

RIYAD: L'ambassadeur saoudien en Chine, Abdulrahman ben Ahmed al-Harbi, s'est rendu dimanche au Centre de recherche et de connaissances en intercommunication, à Riyad, a rapporté l'Agence de presse saoudienne (SPA).

Il s’agit de l'un des centres de recherche les plus importants du monde arabe pour les études chinoises.

Al-Harbi a rencontré le chef du Centre, le Dr Yahya Mahmoud ben Junaid, ainsi que plusieurs chercheurs.

Ben Junaid a expliqué à Al-Harbi le rôle que joue le Centre dans la préparation d'études sur la Chine et la traduction en mandarin d'ouvrages saoudiens publiés en Chine.

Il [lui] a également présenté l'unité d'études chinoises qui comprend un groupe d'élite de chercheurs saoudiens.

Lors de la rencontre, Al-Harbi et Ben Junaid ont discuté de l'importance des relations entre l'Arabie saoudite et la Chine, de l'évolution des groupes de réflexion et du rôle que joue l'ambassade d'Arabie saoudite en Chine dans l'approfondissement et le développement de ces relations au profit des deux pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Jacques Bouthier: Au Maroc, les présumées victimes subissent une campagne d'intimidation

Les plaignantes prennent la parole lors d'une conférence de presse organisée par l'Association marocaine pour les droits des victimes à Tanger (Photo, AFP).
Les plaignantes prennent la parole lors d'une conférence de presse organisée par l'Association marocaine pour les droits des victimes à Tanger (Photo, AFP).
Short Url
  • Les plaignantes affirment subir de fortes pressions de la part de l’entourage de jacques Bouthier
  • Les présumées victimes tangéroises sont décidées à aller jusqu’au bout de la procédure

CASABLANCA: Après avoir déposé plainte le 17 juin pour harcèlement sexuel contre l’ex-patron du groupe de courtage d’assurance Assu 2000 les plaignantes affirment subir de fortes pressions de la part de l’entourage de jacques Bouthier, poursuivi et écroué pour traite d’êtres humains et viols sur mineurs.

Après avoir porté l’affaire en justice en ayant saisi le procureur du Roi à Tanger, les présumées victimes ont également souhaité briser le silence médiatique en s’exprimant, pour certaines, face caméra. Elles se disent, aujourd’hui, harcelées et intimidées par l’entourage de l'une des grandes fortunes de l'Hexagone qui n'en est pas à sa première affaire de harcèlement.

Tanger

Jacques Bouthier est soupçonné d’avoir entretenu un système de prédation sexuelle dans son centre d’appel de Tanger. En effet, les présumées victimes ont immédiatement été présentées au patron du groupe après leur recrutement par les ressources humaines.

Selon Khamisse un ex-manager chez Assu 2000 à Tanger, Jacques Bouthier choisissait ses cibles présumées parmi les jeunes employées âgées de 18 à 24 ans qui ne s’expriment pas avec aisance en français. Dans une vidéo virale diffusée sur youtube, il explique que l’ex-PDG choisissait les filles sur place, il passait ensuite l’information à l’un de ses responsables pour que celui-ci gère l’affaire pour lui en prenant contact avec les intéressées.

Plainte

Les présumées victimes tangéroises sont décidées à aller jusqu’au bout de la procédure. Les quatre plaignantes, âgées de 26 à 28 ans, ont signé une procuration au nom de l’Association marocaine des droits des victimes qui a déposé plainte auprès du procureur général. En plus de la procédure judiciaire en France portant peu où prou, sur les mêmes chefs d’accusations, Jacques Bouthier est également poursuivi au Maroc pour «traite d'êtres humains», «harcèlement sexuel» et «violences verbales et morales». Selon les avocates de l’association en charge du dossier, les faits reprochés à l’ex-patron se seraient produit entre 2018 et 2022.

Lors d’une conférence de presse organisée avec la participation des présumées victimes, les jeunes femmes ont évoqué, non sans émotion, le harcèlement systématique, les menaces et les intimidations qu’elles auraient subies dans un contexte de précarité sociale pour certaines d’entre elles. 

L’une des plaignantes a affirmé avoir été licenciée après avoir refusé les avances de Jacques Bouthier. Une autre a expliqué qu’elle était considérée comme un bout de viande par le multimillionnaire qui procédait avec la complicité de plusieurs autres salariés du groupe. 

Depuis, même incarcéré, le système mis en place par l'entourage de Jacques Bouthier perdure et tente d'imposer l'omerta en essayant d'acheter le silence des plaignantes selon le témoigne de l'une d'entre elles. 

Âgé de 75 ans, le chef d’entreprise a été mis en examen en mai dernier avec cinq autres personnes, à l’issue d’une enquête préliminaire ouverte mi-mars en France.

L’ex-roi des assurances déchu est aussi poursuivi pour association de malfaiteurs en vue de commettre le crime d’enlèvement et séquestration en bande organisée, ainsi que détention d’images pédopornographiques.

 


Le ministre souligne l'importance de continuer à développer le partenariat entre Bahreïn et le Royaume-Uni

Le ministre bahreïni des Finances, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, rencontre la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling. (BNA)
Le ministre bahreïni des Finances, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, rencontre la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling. (BNA)
Short Url
  • La ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling, est en visite à Manama
  • Le ministre des finances et de l'économie nationale de Bahreïn a souligné la profondeur des relations entre le Royaume-Uni et Bahreïn

RIYADH : Le ministre des finances de Bahreïn a souligné l'importance de continuer à développer le partenariat entre son pays et le Royaume-Uni afin de créer des opportunités d'investissement plus ambitieuses, a rapporté dimanche l'agence de presse de Bahreïn.

Le ministre des finances et de l'économie nationale, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, a également mis en avant le lien qui unit le Royaume-Uni et le Bahreïn et qui a renforcé la coopération économique et le partenariat entre les deux pays.

Le ministre a également souligné l'importance de s'appuyer sur la coopération fructueuse entre les deux pays et d’élargir les horizons afin d’atteindre des ambitions et des objectifs communs.

C’est dans le cadre de la visite à Manama de la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling que ces propos sont intervenus.

Milling a déclaré qu'elle était ravie de visiter Bahreïn et de rencontrer les fonctionnaires de l'ambassade britannique pour en savoir plus sur le « travail en cours avec le gouvernement de Bahreïn. »

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com