Le Tigré en Éthiopie fait face à une catastrophe humanitaire

Des réfugiés éthiopiens qui ont fui des combats intenses dans leur pays natal du Tigré, attendent leur ration de nourriture dans le centre d'accueil frontalier de Hamdiyet, dans l'État soudanais de Kasala, le 14 novembre 2020 (AFP / Photo d’Archive)
Short Url
Publié le Jeudi 18 février 2021

Le Tigré en Éthiopie fait face à une catastrophe humanitaire

  • Ceux qui ont choisi de rester sur place – la grande majorité des six millions d’habitants du Tigré – sont désormais confrontés à des pénuries de nourriture, de médicaments et d’eau potable
  • Dans une déclaration récente, un trio de partis d'opposition du Tigré a déclaré qu'au moins 50 000 civils ont été tués dans le conflit depuis novembre

DUBAÏ: Avec leurs quelques objets personnels emballés à la hâte et enveloppés dans du tissu, des familles entières, dont beaucoup ont de jeunes enfants, parcourent de vastes distances à pied ces jours-ci pour échapper aux combats dans le nord de l'Éthiopie entre les forces armées fédérales et le Front de libération du peuple du Tigré (FLPT).

Depuis que le conflit a éclaté il y a trois mois, près de deux millions d’Éthiopiens ont été contraints de fuir la région du Tigré, dont beaucoup sont arrivés au Soudan voisin avec des blessures faites à la hache et au couteau, d'autres avec des fractures et un grave traumatisme mental. 

Ceux qui ont choisi de rester sur place – la grande majorité des six millions d’habitants du Tigré – sont désormais confrontés à des pénuries de nourriture, de médicaments et d’eau potable. L'Éthiopie fait face à des accusations de blocage de l'aide alors que le spectre de la famine hante la région.

Le plus inquiétant reste le risque imminent de famine, un phénomène que les Éthiopiens connaissent tragiquement. La grande famine qui a frappé le pays entre 1888 et 1892 a tué environ un tiers de sa population. Une autre famine en 1983-1985 a fait 1,2 million de morts.

Selon l’organisation Famine Early Warning Systems Network, présidée par le gouvernement américain, certaines secteurs du centre et de l'est du Tigré sont à deux doigts de la famine, et tout laisse à craindre que plus d'un million de personnes ne meurent de faim si l'aide n'est pas autorisée prochainement. 

Dans une déclaration récente, un trio de partis d'opposition du Tigré a déclaré qu'au moins 50 000 civils ont été tués dans le conflit depuis novembre. Les agences humanitaires et les journalistes n'ont pas été autorisés à accéder à la région pour vérifier le bilan des morts.

Les autorités éthiopiennes insistent sur le fait que l'aide est fournie et que près de 1,5 million de personnes y ont accès. Mais les experts de la Corne de l'Afrique estiment que l'une des pires catastrophes humanitaires de l'histoire moderne se déroule dans la zone de conflit.

«Si le monde détourne les yeux, il sera témoin de l'une des atrocités de masse les plus graves de notre époque», a déclaré à Arab News Alex de Waal, directeur exécutif de la World Peace Foundation et professeur de recherche à la Fletcher School de l'université Tufts. «Ce sera une tache éthique impardonnable. C'est aussi une question d'intérêt. Les pays de la péninsule Arabique veulent-ils assister à une autre calamité semblable à celle du Yémen sur les rives Sud de la mer Rouge – un peu plus éloignée, mais encore plus grande?»

Abiy Ahmed, président de l'Organisation démocratique des peuples Oromo (Opdo) observe les événements depuis Addis-Abeba. Fer de lance de la lutte contre la dictature du Derg, alors véritable puissance en Éthiopie depuis longtemps, le Front de libération du peuple du Tigré (FLPT), que l'armée éthiopienne combat dans son fief nordique du Tigré, a façonné l'histoire récente du pays. (AFP / Photo d’Archive)
Abiy Ahmed, président de l'Organisation démocratique des peuples Oromo (Opdo) observe les événements depuis Addis-Abeba. Fer de lance de la lutte contre la dictature du Derg, alors véritable puissance en Éthiopie depuis longtemps, le Front de libération du peuple du Tigré (FLPT), que l'armée éthiopienne combat dans son fief nordique du Tigré, a façonné l'histoire récente du pays. (AFP / Photo d’Archive)

Le FLPT, qui a dominé la politique éthiopienne après la chute de la dictature militaire en 1991 jusqu'à la victoire électorale d'Abiy en 2018, formait une coalition avec le gouvernement actuel jusqu'à ce que les deux parties se séparent en 2019. 

Au mépris de la décision du gouvernement fédéral de reporter tous les votes jusqu'à ce que la pandémie de la Covid-19 soit sous contrôle, les autorités du Tigré ont poursuivi leurs propres élections parlementaires en septembre. Les autorités fédérales ont déclaré le vote illégal. 

Les tensions se sont encore aggravées en novembre quand Abiy Ahmed a accusé le FLPT de s'être emparé d'une base militaire dans la capitale régionale de Mekele. Son gouvernement a répondu en déclarant l'état d'urgence, coupant l'électricité, les services Internet et téléphoniques et désignant le FLPT comme une organisation terroriste. 

Bien que M. Ahmed ait revendiqué la victoire lorsque les troupes fédérales sont entrées à Mekele le 28 novembre, l'effusion de sang s'est poursuivie, les dirigeants tigréens ayant juré de continuer à se battre. 

«Le gouvernement fédéral a qualifié le conflit “d’opération de maintien de l’ordre destinée à démettre de ses fonctions l’exécutif voyou de la région du Tigré”», a déclaré à Arab News William Davison, analyste pour l'International Crisis Group (ICG) et spécialiste de l'Éthiopie. 

«La réalité était que les défenses du Tigré ont été submergées par la puissance de l’armée fédérale éthiopienne et des forces alliées.» 

RAPPORT DE L'ONU EN BREF

* Les rapports des travailleurs humanitaires sur le terrain indiquent une augmentation de la malnutrition sévère dans la région du Tigré. 

* Seulement 1 % des 920 centres de traitement nutritionnel sont accessibles.

* La logistique de l'aide est particulièrement inadéquate, avec un accès limité à la population rurale hors des routes principales.

* Certains travailleurs humanitaires doivent négocier l'accès avec des acteurs armés, même notamment érythréens.

Après avoir présenté le FLPT comme une entité traîtresse coupable d’avoir attaqué l'armée et violé l'ordre constitutionnel, le gouvernement éthiopien a déclaré qu'il n'avait d'autre choix que d'agir.

Le gouvernement éthiopien a également pris des mesures contre ceux qui se demandaient si son intervention serait aussi rapide et indolore qu'il l'avait d'abord prétendu – y compris William Davison, expulsé le 20 novembre sans raison officielle.

«Si vous émettez des critiques à l'égard du gouvernement, vous serez alors perçu comme complice de l'adversaire, le FLPT», explique William Davison, désormais basé au Kenya.

«Moi-même et d'autres avons été considérés comme complices du FLPT et le gouvernement a fait tout son possible pour convaincre tout le monde que le FLPT est une entité traîtresse coupable d’avoir attaqué l'armée et violé l'ordre constitutionnel.» 

Des réfugiés éthiopiens qui ont fui d'intenses combats dans leur pays natal du Tigré, se rassemblent au centre d'accueil frontalier de Hamdiyet, dans l'État soudanais de Kasala, le 14 novembre 2020 (AFP / Photo d’Archive) 
Des réfugiés éthiopiens qui ont fui d'intenses combats dans leur pays natal du Tigré, se rassemblent au centre d'accueil frontalier de Hamdiyet, dans l'État soudanais de Kasala, le 14 novembre 2020 (AFP / Photo d’Archive) 

Abiy Ahmed, lauréat du prix Nobel de la paix en 2019 pour avoir rétabli des relations avec l'Érythrée, l'ennemi de longue date de l'Éthiopie, est aujourd’hui accusé de crimes de guerre au Tigré.

Seyoum Mesfin, ancien ministre éthiopien des Affaires étrangères, artisan de la paix et ancien homme d'État africain, était l’un des trois dirigeants du FLPT tués par l'armée début janvier dans une action qui a déclenché un tollé international.

Pramila Patten, l'envoyée de l'Organisation des nations unies (ONU) chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit,  déclare qu'il existe «des rapports inquiétants d'individus qui auraient été contraints, sous la menace, de violer des membres de leur propre famille». 

La Commission éthiopienne des droits de l'homme a récemment déclaré que 108 cas de viol ont été signalés au cours des deux derniers mois dans l'ensemble du Tigré. La commission a également admis que «les structures locales telles que la police et les établissements de santé vers lesquelles les victimes de violences sexuelles se tourneraient normalement pour signaler de tels crimes n’existent plus».

Tous ces événements sont un revirement de situation pour un pays qui, il y a quelques mois à peine, était considéré comme l’économie africaine à la croissance la plus rapide. Désormais, les journalistes éthiopiens et les militants des droits de l’homme ont peur de s'exprimer, beaucoup d'entre eux évitant les zones frontalières, laissant ainsi les atrocités militaires passer inaperçues.

«Nous sommes sur nos gardes depuis des mois maintenant. Vous devez être très prudent avec vos commentaires», a déclaré à Arab News un analyste politique basé à Addis-Abeba, requérant l’anonymat.

«Des violations des droits de l'homme sont commises de toutes parts, à la fois par les milices Amhara (l'un des deux plus grands groupes ethniques d'Éthiopie) mais aussi par les troupes fédérales elles-mêmes et les Érythréens. 

«L’aspect humanitaire du conflit est effrayant, ainsi que le manque d’informations de la part du gouvernement concernant la fourniture de l’aide. Ils annoncent publiquement qu'ils le feront. Mais de grandes zones du Tigré sont toujours inaccessibles. Il est très difficile de dire combien de temps ils comptent continuer ainsi, ce qui est très préoccupant. »

Un membre des forces spéciales d'Amhara tient son arme tandis qu'un autre se lave le visage à Humera, en Éthiopie, le 22 novembre 2020. Le Premier ministre Abiy Ahmed, lauréat du prix Nobel de la paix 2020, a annoncé des opérations militaires au Tigré le 4 novembre 2020, affirmant qu'elles sont la réponse aux attaques contre les camps de l'armée fédérale par le parti, le Front de libération du peuple du Tigré (FLPT). (AFP / Photo d’Archive)
Un médecin désinfecte ses outils à l'intérieur d'un établissement médical pour un réfugié éthiopien qui a fui les combats dans la province du Tigré au camp d'Um Raquba dans la province de Gedaref, dans l'est du Soudan, le 21 novembre 2020 (AFP / Photo d’Archive) 

Les soldats érythréens ont aggravé le problème en attaquant le FLPT au nom du gouvernement d'Abiy, ce qui a incité l'administration de Joe Biden à demander leur retrait immédiat. (Asmara et Addis-Abeba nient que les forces érythréennes soient présentes au Tigré.)

Les rapports indiquent qu’une grande partie des 100 000 réfugiés érythréens résidant dans la région risquent d'être pris entre deux feux ou d'être renvoyés de force. Filippo Grandi, Haut-Commissaire des nations unies pour les réfugiés, s'est dit «profondément alarmé par les informations faisant état de réfugiés tués, enlevés et renvoyés de force en Érythrée, ce qui constituerait une violation majeure du droit international».

Alex de Waal, de la World Peace Foundation, affirme que si la guerre provoque une catastrophe humanitaire et l'effondrement économique de l'Éthiopie, il ne fait aucun doute que les conséquences se feront sentir partout.

«Le prix humain et économique sera payé par les habitants de la Corne de l'Afrique, mais ces personnes commenceront également à se déplacer en masse vers l'Europe, et le projet de loi de sauvetage humanitaire et économique sera présenté à l'Europe et aux États-Unis», a-t-il déclaré à Arab News.

«En période d'austérité et de réduction des budgets consacrés aux aides, cela pose aux donateurs un terrible dilemme.»

Résumant la crise du Tigré et sa solution potentielle sans mâcher ses mots, Alex de Waal déclare: «Chaque jour qui passe est synonyme de plus de souffrance, de meurtres, de famine, d'amertume et de répercussions plus larges. Retirez les troupes érythréennes. Ensuite, entamez les pourparlers politiques.»

Twitter: @rebeccaaproctor

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Kirghizstan: un référendum étend les les pouvoirs du président

Le président du Kirghizistan Sadyr Japarov lors d'un défilé à la suite de sa cérémonie d'inauguration à Bichkek le 28 janvier 2021 (Photo, AFP)
Short Url
  • Les électeurs du Kirghizstan ont approuvé à une large majorité une réforme constitutionnelle accordant de plus larges pouvoirs au président et autorisant l'actuel chef de l'Etat, Sadyr Japarov, à briguer un second mandat
  • Le système politique sur lequel les Kirghiz devaient se prononcer rapprocherait le Kirghizstan de ses voisins aux régimes autoritaires ou de la Russie

BICHKEK: Les électeurs du Kirghizstan ont approuvé à une large majorité une réforme constitutionnelle accordant de plus larges pouvoirs au président et autorisant l'actuel chef de l'Etat, Sadyr Japarov, à briguer un second mandat, selon les résultats préliminaires d'un reférendum tenu dimanche. 

Dimanche, après le dépouillement de plus de 75 % des bulletins de vote, la réforme constitutionnelle était en passe d'être approuvée avec près de 80 % des voix en sa faveur. 

La participation a été faible mais elle a franchi la barre de 30 % requise pour que le référendum soit approuvé, a déclaré le vice-Premier ministre Ulugbek Karmyshakov devant la presse. 

« Le référendum est validé », a-t-il déclaré. 

Le système politique sur lequel les Kirghiz devaient se prononcer rapprocherait le Kirghizstan, le plus pluraliste mais aussi le plus instable des pays de la région, de ses voisins aux régimes autoritaires ou de la Russie. 

La réforme constitutionnelle supprime notamment le mandat unique de six ans du président, introduit en 2010 après que deux chefs d'Etat successifs furent chassés par la rue sur fond de dérive clientéliste et autoritaire.  

A la place, le président pourra faire deux mandats de cinq ans et les pouvoirs du Parlement seront réduits, avec un nombre de députés réduit de 120 à 90. Les détracteurs du projet de nouvelle constitution l'ont qualifiée par dérision de « khan-stitution ». 

L'OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe) et la Commission de Venise du Conseil de l'Europe ont toutes deux déploré le manque de « consultations publiques significatives et inclusives et de débat au parlement » au sujet du texte. Les deux institutions disent aussi s'inquiéter « du rôle et des prérogatives trop importants du président » qu'il prévoit. 

M. Japarov, un populiste de 52 ans porté au pouvoir en octobre à la faveur d'un mouvement de contestation violent et élu en janvier président du pays, s'est depuis employé à évincer ses rivaux politiques. 

Deux de ses opposants lors du scrutin présidentiel, ainsi qu'un ancien Premier ministre ont été arrêtés dans les semaines qui ont suivi le vote. 

Le président russe Vladimir Poutine avait déclaré fin février, à l'occasion de la venue à Moscou de Sadyr Japarov, espérer que la réforme constitutionnelle renforcerait la stabilité et les relations bilatérales entre Moscou et Bichkek. 


L'Inde interdit l'exportation du remdesivir, utilisé pour traiter la Covid-19

Flacon de Remdesivir. (AFP)
Short Url
  • Le vaste pays connaît une flambée de contaminations ces dernières semaines, 152 000 nouveaux cas ont été recensés dimanche, portant le total à au moins 13,3 millions de personnes contaminées
  • Le remdesivir, fabriqué par le géant pharmaceutique américain Gilead, était un des premiers médicaments à montrer quelque effet pour écourter la période de rétablissement pour certains malades de la Covid-19

NEW-DELHI : L'Inde a interdit dimanche l'exportation du traitement antiviral remdesivir, utilisé pour traiter la Covid-19, alors que le pays connaît un nouveau record de contaminations quotidiennes.

Le vaste pays connaît une flambée de contaminations ces dernières semaines. 152 000 nouveaux cas ont été recensés dimanche, portant le total à au moins 13,3 millions de personnes contaminées.

Le ministère de la Santé a indiqué que la hausse des infections a entraîné un "bond soudain de la demande" de remdesivir.

"Il y a un potentiel de nouvelle hausse de la demande dans les jours à venir", et les exportations seront donc interdites "jusqu'à ce que la situation s'améliore", selon un communiqué du ministère.

Le remdesivir, fabriqué par le géant pharmaceutique américain Gilead, était un des premiers médicaments à montrer quelque effet pour écourter la période de rétablissement pour certains malades de la Covid-19.

Mais une étude soutenue par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a établi qu'il n'avait que "peu ou pas d'effet" sur la mortalité des patients.

Gilead a signé l'an dernier des accords d'octroi de licences avec des fabriquants de médicaments génériques établis en Inde, au Pakistan et en Egypte qui les autorisent à fabriquer le remdesivir afin de les distribuer dans 127 pays, la plupart à faible revenu.

Sept sociétés en Inde - le plus grand producteur mondial de médicaments génériques - sont autorisées à fabriquer le remdesivir. Elles peuvent produire mensuellement jusqu'à 3,88 millions de doses injectables, selon le ministère.

L'Etat le plus riche d'Inde, le Maharashtra, le plus touché par la flambée épidémique actuelle, envisage un confinement total, et ce potentiellement dès lundi.

Depuis un confinement de plusieurs mois l'an dernier - l'un des plus stricts au monde -, l'Inde a évité de nouvelles restrictions trop contraignantes, craignant de plomber encore plus une économie déjà sinistrée.

Mais les autorités locales ont imposé de nouvelles restrictions, jusqu'à un couvre-feu nocturne et un confinement le week-end dans le Maharashtra.

Le ministre en chef de New Delhi, la capitale indienne, a déclaré samedi que son gouvernement n'était pas favorable à un confinement, mais envisagerait cette mesure si les lits d'hôpitaux venaient à manquer.

Selon lui, 65% des nouveaux malades sont âgés de moins de 45 ans.

L'Inde a également ralenti ses exportations de vaccins, plusieurs Etats ayant prévenu ces derniers jours que leurs stocks arrivaient à épuisement.


Le pape célèbre la messe avec des prisonniers et des réfugiés

La messe s'est déroulée dans l'église Santo Spirito in Sassia, à deux pas du Vatican, devant une assemblée réduite comptant environ 80 personnes en raison des restrictions liées à la pandémie de coronavirus (Photo, AFP)
Short Url
  • Le pape François a célébré une messe en compagnie de prisonniers, de réfugiés et de personnels de santé
  • Le pape a rappelé que les premiers chrétiens vivaient dans le partage et que l'idée même de propriété privée leur était étrangère

ROME: Le pape François a célébré dimanche une messe dans une église voisine du Vatican en compagnie de prisonniers, de réfugiés et de personnels de santé à l'occasion de la fête de la Divine Miséricorde. 

La messe s'est déroulée dans l'église Santo Spirito in Sassia, à deux pas du Vatican, devant une assemblée réduite comptant environ 80 personnes en raison des restrictions liées à la pandémie de coronavirus. 

L'an dernier, le pape y avait célébré une messe sans fidèles à l'occasion de cette fête instituée en 2000 par le pape Jean Paul II. 

Cette année dans l'assemblée figuraient des détenus de deux prisons de Rome ainsi que d'un centre de détention pour jeunes, des réfugiés venus de Syrie, du Nigeria et d'Egypte et également du personnel infirmier d'un hôpital voisin dont des religieuses. 

Dans son homélie, le chef spirituel du 1,3 milliard de catholiques dans le monde a souligné l'importance pour les chrétiens de ne pas rester indifférents à ceux qui les entourent. 

« Sœur, frère, tu veux une preuve que Dieu a touché ta vie ? Vérifie si tu te penches sur les blessures des autres », a dit le pape. 

« Ne restons pas indifférents. Ne vivons pas une foi à moitié, qui reçoit mais ne donne pas, qui accueille le don mais ne se fait pas don. Nous avons été touchés par la miséricorde, devenons miséricordieux », a-t-il ajouté. 

Le pape a rappelé que les premiers chrétiens vivaient dans le partage et que l'idée même de propriété privée leur était étrangère : « Ce n'est pas là du communisme, mais le pur christianisme ». 

Agé de 84 ans et vacciné contre la Covid-19 avant son voyage en Irak début mars, le pape François ne portait pas de masque de protection durant la messe, de même que ceux qui ont effectué les lectures de la Bible.   

Toutes les autres personnes présentes dans l'église, y compris les enfants de choeur et les autres prêtres, avaient le visage couvert d'un masque.