Les cyberattaques, plaie croissante de la société numérique

Le logo de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) est photographié, le 20 fevrier 2014 à Paris. AFP PHOTO / PATRICK KOVARIK (PATRICK KOVARIK / AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 18 février 2021

Les cyberattaques, plaie croissante de la société numérique

  • En 2020, le gardien de la sécurité informatique française, l'Anssi, a relevé une hausse de 255% des attaques au rançongiciel dans son périmètre d'intervention
  • Les attaquants utilisent des multitudes de serveurs différents et successifs, souvent eux-mêmes piratés

PARIS: Le plan que présente jeudi le gouvernement pour construire une solide industrie de la cybersécurité en France doit permettre de mieux faire face aux attaques informatiques. Quelques points de repères sur ce phénomène dont la recrudescence met en lumière les vulnérabilités d'une société toujours plus informatisée et connectée.

Pourquoi parle-t-on de plus en plus des cyberattaques?

Depuis 2018, les attaques aux rançongiciels, où des pirates bloquent le système informatique d'une entreprise ou d'une institution et leur réclament une rançon, ont littéralement explosé en France, comme dans le reste de l'Europe et aux Etats-Unis.

En 2020, le gardien de la sécurité informatique française, l'Anssi, a relevé une hausse de 255% des attaques au rançongiciel dans son périmètre d'intervention, la sphère publique, les grosses entreprises et celles qui sont importantes pour la sécurité nationale. 

Encore récemment en France, plusieurs attaques ont sévèrement affecté le fonctionnement d'hôpitaux à Dax et Villefranche-sur-Saône. Des  collectivités locales ont aussi été touchées depuis l'an dernier (Angers, La Rochelle, Marseille...). Et longue est la liste des entreprises ciblées (Altran, Fleury-Michon, Ouest-France, MMA, Sopra Steria...), avec un impact dépassant parfois plusieurs semaines. 

La petite délinquance informatique augmente aussi. La fréquentation du site cybermalveillance.gouv.fr --qui aide et informe les particuliers et les petites entreprises-- a augmenté de 155% en 2020. Les particuliers sont victimes notamment de hameçonnage (faux messages pour faire cliquer sur une pièce jointe), piratage de comptes, faux support technique...

Et la guerre larvée que se livrent les grandes puissances dans le cyberespace ne s'améliore pas. Les Etats-Unis ont découvert en décembre une attaque attribuée à la Russie, qui a permis à des pirates de pénétrer dans les systèmes informatiques d'agences gouvernementales ou d'entreprises, pour y mener des activités (espionnage? sabotage?) dont l'ampleur exacte reste encore à déterminer.

EN BREF Qui sont les pirates?

C'est la grande difficulté des cyberattaques: il est souvent difficile d'identifier avec certitude les attaquants, de faire le lien entre des fichiers, des lignes de code, et les êtres humains qui se cachent derrière.

Les attaquants utilisent des multitudes de serveurs différents et successifs, souvent eux-mêmes piratés - leurs légitimes propriétaires en ignorent l'activité criminelle.

Lors d'attaques aux rançongiciels et autres attaques à but lucratif, les pirates sont organisés de manière de plus en plus professionnelle, avec des méthodes calquées sur celles de l'industrie numérique légitime.

Ainsi certains rançongiciels sont disponibles pour les criminels sous forme "d'abonnement ou de partenariat", offrant "infrastructures de paiement et de distribution, ainsi qu'un ensemble de services back-office, support technique (...) interface d'échange avec les victimes", expliquait récemment l'Anssi.

Que font la police et la justice?

Elles se sont progressivement organisées pour poursuivre les auteurs d'attaques. La police et la gendarmerie disposent d'unités spécialisées dans la traque de ces criminels, et il existe aujourd'hui un parquet spécialisé à compétence nationale pour poursuivre les criminels numériques, comme pour les affaires terroristes.

Les polices occidentales ont marqué des points récemment contre les cybercriminels avec le démantèlement du logiciel malveillant Emotet ou l'arrestation la semaine dernière en Ukraine de suspects liés au rançongiciel Egregor.

Mais si l'Ukraine collabore aux enquêtes internationales, la Russie fait le dos rond, faisant dire à de nombreux experts qu'elle laisse sciemment prospérer les criminels informatiques sur son territoire, comme moyen de pression sur les pays occidentaux.

"Les groupes criminels sont des acteurs à part entière de la puissance cyber russe", estimait récemment le chercheur Julien Nocetti dans un séminaire en ligne sur les rapports de force internationaux. "Il y a une tolérance tacite qui peut se muer en délégation quand les services russes ont besoin de hackers très pointus", a-t-il avancé.

Quel impact économique et social?

Les attaques au rançongiciel peuvent coûter cher aux entreprises: le groupe informatique Sopra Steria, qui en a été victime en octobre 2020, avait par exemple estimé les coûts liés à l'attaque à environ 50 millions d'euros.

Elles perturbent aussi de plus en plus des activités clef pour les population, en empêchant d'assurer des soins dans des hôpitaux ou en paralysant des collectivités locales.

L'Anssi a averti récemment qu'il n'était plus possible de les considérer comme de "simples attaques à visées lucratives", une forme de délinquance regrettable pour les victimes mais aux effets somme toute limités.

Selon elle, les récentes attaques contre les entreprises de services informatiques font planer le risque d'une "déstabilisation de plusieurs grands groupes", voire d'un "pan d'activité économique tout entier", via certaines entreprises critiques.

Leur sophistication, leur intérêt pour les données de la victime ainsi que la perte de continuité d'activité qu'elles engendrent "les rapprochent d'attaques à visée d'espionnage ou de sabotage mises en œuvre par des attaquants de niveau étatique", soulignait également l'Anssi.


Notre-Dame, « symbole de notre unité » pour Hidalgo

Une vue du chantier de restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Elle représente un repère qui a traversé les siècles, et la menace de sa disparition a provoqué une prise de conscience de notre fragilité », dit Anne Hidalgo
  • Au lendemain de l'incendie, la maire de Paris avait annoncé une contribution à hauteur de 50 millions d'euros de la Ville pour la restauration de la cathédrale

Notre-Dame reste « un symbole de notre unité » pour la maire de Paris Anne Hidalgo, qui accompagnera le président Emmanuel Macron jeudi sur le chantier de reconstruction, deux ans jour pour jour après l'incendie de la cathédrale.

« Cette cathédrale nous élève, que l'on soit croyant ou non. Elle demeure un symbole de notre unité. Elle représente un repère qui a traversé les siècles, et la menace de sa disparition a provoqué une prise de conscience de notre fragilité », dit, dans un entretien au quotidien La Croix, l'élue socialiste pour expliquer l'engouement constant autour du monument sinistré.

« Les témoignages continuent de m'arriver du monde entier », affirme la maire de la capitale qui a récemment reçu l'émissaire américain pour le climat John Kerry. « Il est tout de suite allé à la fenêtre de mon bureau regarder Notre-Dame. »

Au lendemain de l'incendie, Anne Hidalgo avait annoncé une contribution à hauteur de 50 millions d'euros de la Ville pour la restauration de la cathédrale. Mais « en accord avec l'État », selon elle, cette somme sera finalement consacrée au réaménagement des abords du site, et notamment du parvis, débattu et lancé jeudi en Conseil de Paris.

Les architectes seront choisis sur concours à l'issue d'une « consultation très large » à laquelle prendront part le diocèse, le recteur Patrick Chauvet, « les Parisiens, les Français mais aussi les visiteurs étrangers », précise la possible candidate à l'élection présidentielle. « Les citoyens seront donc au cœur du processus de sélection de l'équipe lauréate par un jury, au printemps 2022 », promet la maire.

En concertation avec le diocèse, Mme Hidalgo veut un parvis "beaucoup plus accueillant" et "restreindre la place de la voiture » autour du site.

Propriété de la ville, le parking souterrain situé sous le parvis, fermé depuis l'incendie et dont l'exploitant doit être indemnisé, doit devenir « un lieu chaleureux où les visiteurs trouveront une conciergerie et d'autres services pratiques ». 

Ce réaménagement pourrait permettre un accès par les quais de Seine, « par des bateaux-mouches ou des bateaux taxis », selon Mme Hidalgo.

Le calendrier dépendra de l'achèvement des travaux de la cathédrale elle-même. Le premier adjoint Emmanuel Grégoire, en charge de l'urbanisme, a dit à l'AFP son espoir de commencer le réaménagement « à partir de 2024 ». 

 


Covid: À Reims, Macron rencontre des ados déprimés et des psychiatres débordés

Emmanuel Macron au service de pédopsychiatrie pour rencontrer médecins et jeunes patients, pour constater le fort impact psychologique de la crise, le 14 avril 2021 (Photo, AFP)
Short Url
  • Le chef de l'Etat est venu visiter le service de pédopsychiatrie pour rencontrer médecins et jeunes patients, pour constater le fort impact psychologique de la crise
  • «On est fatigué, ce n'est jamais fini, on est très sollicité en permanence», a précisé Anne-Catherine Rolland, la cheffe du service

REIMS: « Qu'est-ce que vous redoutez le plus ? » demande Emmanuel Macron. « Un nouveau confinement » dû à la Covid-19, a répondu mercredi une adolescente hospitalisée pour dépression au CHU de Reims, débordé par l'afflux de jeunes en détresse. 

Le chef de l'Etat est venu visiter le service de pédopsychiatrie pour rencontrer médecins et jeunes patients, pour constater le fort impact psychologique de la crise. 

« Il faudrait doubler, voire tripler les effectifs », l'a alerté à son arrivée la cheffe du service de pédopsychiatrie, qui lui a précisé que les consultations avaient doublé depuis septembre. Il faut maintenant huit mois d'attente pour obtenir un rendez-vous.  

« On est fatigué, ce n'est jamais fini, on est très sollicité en permanence », a précisé Anne-Catherine Rolland, la cheffe du service. 

Il a ensuite longuement échangé avec une jeune fille qui s'était enfoncée dans la dépression et hospitalisée en février. Elle lui a donc dit qu'elle redoutait un nouveau confinement. 

« On fait tout pour » l'éviter, lui a répondu le chef de l'Etat. 

Il était accompagné du ministre de la Santé Olivier Véran et du secrétaire d'Etat en charge de l'enfance Adrien Taquet. 

Le recours aux urgences psychiatriques a augmenté de 40% en 2020 et 40% des parents ont déclaré avoir observé des signes de détresse chez leur enfant lors du premier confinement, en raison notamment de la contrainte d'enfermement et de l'absence de relations sociales liée à la fermeture des écoles, selon la présidence. 

A la mi-janvier, le chef de l'Etat s'était entretenu avec des pédopsychiatres qui l'avaient alerté sur la dégradation de la santé mentale des enfants et des adolescents depuis le début de l'épidémie. Il avait alors demandé la tenue d'Assises de la psychiatrie et de la santé mentale, qui se tiendront cet été. 

Début décembre, quatre psychiatres et une psychanalyste réputés avaient appelé le gouvernement à « passer à l'action » pour que tous les Français qui le nécessitent puissent accéder à des soins psychiatriques. 

Selon les enquêtes menées par Santé publique France depuis un an, la proportion de Français rapportant des états anxieux ou dépressifs a fortement augmenté depuis le premier confinement et se maintient à un niveau élevé depuis, touchant près d'un tiers (31%) de la population. 

Le gouvernement a lancé début avril une campagne grand public pour inciter les Français à « parler » de leur état psychologique et pour rappeler l'existence d'aides par téléphone et internet, trop peu connues. Le chef de l'Etat a aussi décidé d'accorder des « chèques psy » aux étudiants. 


«Confiance» dans la justice: Dupond-Moretti présente son projet de loi en Conseil des ministres

Éric Dupond-Moretti, ministre de la Justice, lors d'une session de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris le 23 mars 2021 (Photo, AFP)
Short Url
  • Le texte se base sur un «triste constat: les Français n'ont plus confiance dans la justice de notre pays», a expliqué l'ex-avocat Eric Dupond-Moretti à la sortie du Conseil des ministres
  • M. Dupond-Moretti souhaite encore encourager le recours au bracelet électronique comme alternative à la détention provisoire

PARIS: Audiences filmées, encadrement des enquêtes préliminaires, généralisation des cours criminelles... Le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti a présenté mercredi en Conseil des ministres un projet de loi visant à « restaurer la confiance » dans la justice déjà très critiqué par magistrats et avocats. 

Son projet de réforme sera examiné par les députés en première lecture à partir du 17 mai, selon l'ordre du jour fixé mardi en conférence des présidents de l'Assemblée nationale. 

Le texte se base sur un « triste constat: les Français n'ont plus confiance dans la justice de notre pays », a expliqué l'ex-avocat à la sortie du Conseil des ministres, citant notamment un sondage de février qui montre que « seuls 48% » ont confiance dans le système judiciaire. 

Pour contrer ce sentiment, le garde des Sceaux souhaite instaurer la possibilité de filmer et de diffuser les audiences à la télévision, pour permettre « à nos compatriotes de mieux connaître l'institution judiciaire ». Il veut aussi « renforcer les droits des citoyens » en encadrant les enquêtes préliminaires: elles ne pourront durer plus de deux ans (trois sur autorisation du procureur) et les personnes visées doivent pouvoir y accéder facilement.  

Le projet prévoit également, sans attendre la fin de l'expérimentation prévue pour 2022, de généraliser les cours criminelles départementales, composées de cinq magistrats professionnels, sans jury populaire. 

Mises en place pour désengorger les cours d'assises, elles jugent en première instance des crimes punis de quinze ou vingt ans de réclusion, majoritairement des viols.  

Ces cours « fonctionnent bien », selon les remontées des magistrats et « de beaucoup d'avocats », a argué le ministre en conférence de presse. Il voit également dans le moindre taux d'appel enregistré par ces cours une « satisfaction » exprimée par les justiciables: 21% des verdicts sont contestés, contre 32% auparavant pour les cours d'assises traditionnelles. 

Les cours criminelles créent un débat au sein de la magistrature depuis le lancement de l'expérimentation en 2019. Des avocats pénalistes ont accusé le garde des Sceaux de « détruire la justice populaire » en les généralisant. 

Alors encore avocat, Eric Dupond-Moretti avait vertement critiqué leur expérimentation: « C'est la mort de la cour d'assises! », s'était-il insurgé en mai 2020.  

« Souveraineté populaire » 

« J'ai eu très peur dans ma vie d'antan de ces cours criminelles » et du risque qu'elles viennent « remplacer » la cour d'assises traditionnelle à long terme, a reconnu le ministre mercredi. Des craintes désormais effacées selon lui par les « assurances du président de la République qui aime le jury populaire ». 

« La cour d'assises, elle ne sera pas supprimée, elle est revitalisée » par ce projet de loi, a insisté M. Dupond-Moretti. Le texte prévoit de rétablir la « souveraineté populaire » en son sein: les six citoyens tirés au sort et les trois magistrats professionnels ne pourront prononcer un verdict qu'à condition d'obtenir une majorité parmi les jurés populaires. Ce n'était plus le cas depuis 2011. 

Le garde des Sceaux veut également supprimer les crédits « automatiques » de réductions de peine des détenus qui ne seraient désormais plus accordés qu'au mérite. Des avocats et des magistrats ont dénoncé « une mesure populiste ». 

Le système actuel permet à un détenu condamné à 10 ans de prison d'obtenir une réduction de peine de 21 mois « sans faire l'ombre de l'once d'un effort », a rétorqué le ministre. Lui souhaite privilégier cette notion « d'effort », notamment en favorisant le travail en prison avec la création d'un « contrat de travail pour le détenu ».  

M. Dupond-Moretti souhaite encore encourager le recours au bracelet électronique comme alternative à la détention provisoire. 

Son projet a reçu un accueil glacial du monde judiciaire qui voit dans certaines dispositions des mesures de « défiance » envers les magistrats et s'alarme de la « réforme permanente » de la justice. 

Dénonçant par ailleurs une « absence de concertation » sur un projet de réforme déjà ficelé, les organisations syndicales ont boycotté fin mars, à la quasi-unanimité, des réunions avec la Chancellerie. 

Les trois syndicats de magistrats, qui ont par ailleurs porté plainte contre le ministre devant la Cour de justice de la République, entretiennent avec lui des relations catastrophiques depuis son arrivée place Vendôme.