Sévère réduction d’effectifs pour Air France qui officialise aujourd’hui ses mesures d’austérité

Arrivée d’un Airbus Joon A340-300 à l’aéroport international de Pinto Martins (Fortaleza, Brésil) inaugurant la ligne Fortaleza-Paris (archives). Fabio LIMA / AFP
Arrivée d’un Airbus Joon A340-300 à l’aéroport international de Pinto Martins (Fortaleza, Brésil) inaugurant la ligne Fortaleza-Paris (archives). Fabio LIMA / AFP
Short Url
Publié le Vendredi 03 juillet 2020

Sévère réduction d’effectifs pour Air France qui officialise aujourd’hui ses mesures d’austérité

  • Le groupe Air France veut supprimer 6.560 postes en CDI sur 41.000
  • un peu plus de la moitié des postes à supprimer doivent l'être via des départs naturels non remplacés

 

Le groupe Air France veut supprimer 6.560 postes en CDI équivalents temps plein (ETP) sur environ 41.000 au sein de sa compagnie historique, soit 16% des effectifs d'Air France, selon des sources syndicales. Au sein de la filiale régionale Hop! née en 2013 de la fusion des compagnies Brit Air, Régional et Airlinair, la réduction des effectifs sera encore plus sévère pour atteindre 40%, avec un peu plus de 1.000 postes supprimés sur environ 2.400 emplois (ETP), de sources concordantes. La direction d'Air France n'a pas confirmé ces chiffres, souhaitant réserver "la primeur de la présentation de ses orientations stratégiques et de leurs impacts en matière d'emploi aux partenaires sociaux et aux instances représentatives du personnel". "La baisse durable d'activité et le contexte économique liés à la crise du Covid-19 imposent d'accélérer la transformation d'Air France", affirme-t-elle.

Hop ! boycotte le CSEC

Les directions détailleront les perspectives sur l'emploi dans les deux compagnies au cours de réunions programmées vendredi matin : un comité social et économique central (CSEC) extraordinaire porte de Montreuil à Paris pour Air France et un CSE extraordinaire à l'aéroport de Nantes pour Hop! Mais les représentants du personnel de la compagnie régionale "ont décidé unanimement de ne pas participer" à cette instance pour "faire barrage" à sa "disparition programmée", a indiqué le secrétaire du CSE de Hop!, Joël Rondel, qui devrait être le seul à s'y rendre, afin d'obtenir la nomination d'un expert. Chez Air France, un peu plus de la moitié (3.500) des 6.560 postes à supprimer doivent l'être via des départs naturels non remplacés.La direction souhaite régler rapidement la question du sureffectif au sein du personnel navigant en négociant des ruptures conventionnelles collectives (RCC). Le SNPL, majoritaire chez les pilotes, a déjà donné son feu vert à un tel dispositif prévoyant le départ volontaire d'ici la fin de l'année d'environ 400 pilotes, soit 10% des effectifs de la catégorie. Les hôtesses et stewards négocient encore avec la direction, qui ambitionne de réduire "dès le 4e trimestre 2020" un sureffectif estimé à 1.680 postes en 2021.

 

Départs contraints ?

Pour le personnel au sol, la direction cible 2.630 postes (hors départs naturels non remplacés) et s'oriente vers un projet de PDV-PSE (plan de départs volontaires-plan de sauvegarde de l'emploi) destiné à "accompagner les réductions d'emploi en privilégiant le volontariat", selon le document consulté. Les fonctions support (services administratifs, etc.) comme les fonctions "opérationnelles" (mécaniciens, manutentionnaires, agent d'escales...) sont concernées et les premiers départs prévus début 2021. Le réseau court-courrier fera figure d'exception : si les départs volontaires ne sont pas suffisants et les mobilités géographiques refusées par les salariés, il pourrait y avoir des licenciements secs, une première chez Air France. Il en ira de même chez Hop!, dont le personnel a déjà connu plusieurs restructurations. La compagnie spécialiste des lignes interrégionales connaîtra des départs naturels non remplacés et un PDV-PSE pour l'ensemble du personnel. Sa flotte doit passer de 57 à une trentaine d'avions et se concentrer sur l'alimentation des hubs de Lyon et Paris-Charles-de-Gaulle, ce qui va entraîner la fermeture des sites de maintenance de Morlaix et Lille ainsi que la fermeture de 12 des 14 bases de personnel navigant, dont celles d'Orly et Toulouse, selon des sources concordantes.

 

Un réseau français déficitaire de 40%

Fortement secoué par la crise du Covid-19, comme l'ensemble du secteur, le groupe Air France est lancé dans un "plan de reconstruction" qui prévoit une réduction de son réseau français (déficitaire) de 40% d'ici à la fin 2021. L'État français, après avoir accordé à Air France-KLM un soutien financier de 7 milliards d'euros, dont 4 milliards de prêts bancaires garantis à 90% et 3 milliards de prêt direct, avait demandé au printemps au groupe franco-néerlandais d'améliorer sa rentabilité et son impact environnemental et d'entamer une réflexion sur son réseau en France. Les destinations au départ d'Orly disposant d'une alternative ferroviaire de moins de 2H30 et les routes transversales très déficitaires sont menacées. Les syndicats redoutent également un transfert de certaines lignes intérieures vers la low-cost du groupe, Transavia, jusqu'ici cantonnée à l'exploitation du réseau moyen-courrier.


Pécresse conteste l'indemnité inflation, une mesure «injuste»

Valérie Pécresse. (Photo, AFP)
Valérie Pécresse. (Photo, AFP)
Short Url
  • Une «indemnité inflation» de 100 euros pour faire face à la hausse des prix de l'énergie et des carburants sera versée à chaque Français qui gagne moins de 2 000 euros nets par mois
  • Elle sera versée automatiquement à 38 millions de personnes au total

PARIS: Valérie Pécresse trouve "injuste" le choix du gouvernement de compenser la hausse des prix de l'énergie et des carburants par une "indemnité inflation", a expliqué dimanche la candidate à l'investiture des Républicains pour la présidentielle.

"Sur l'essence, on voit bien que le chèque qui a été fait est un chèque qui est injuste, parce que si vous êtes une femme seule, comme on dit une famille monoparentale, avec des enfants, et que vous gagnez 2 100 euros, vous n'êtes pas riche, et en revanche un certain nombre d'étudiants qui vont la toucher n'ont pas de voiture", a-t-elle plaidé lors du Forum Radio J.

À la place, a défendu la présidente de la région Ile-de-France, "j'aurais mis le paquet sur les personnes qui travaillent et j'aurais permis aux entreprises de pouvoir défiscaliser des aides au plein d'essence des personnes qui travaillent et j'aurais aussi mis le paquet sur les personnels de santé, les infirmières, les médecins qui se déplacent à domicile pour là aussi leur donner des aides parce qu'ils se déplacent pour nous".

Une "indemnité inflation" de 100 euros pour faire face à la hausse des prix de l'énergie et des carburants sera versée automatiquement à chaque Français qui gagne moins de 2 000 euros nets par mois à partir de décembre.

Elle sera versée automatiquement à 38 millions de personnes au total. Le président Emmanuel Macron a défendu vendredi cette mesure comme "plus juste et mieux ciblée" qu'une baisse des taxes.

"Le prix de l'essence et le prix de l'électricité, ce sont des taxes, et la TVA sur les taxes, c'est la taxe au carré. Il faut la remettre en question, il faut la supprimer", a encore assuré Mme Pécresse.

Et "pour baisser cette TVA sur l'essence, il faut faire des économies sur la sphère publique, sur la dépense publique. (...) Il n'y a pas de baisse d'impôts sans baisse des dépenses", a insisté l'ancienne ministre du Budget de Nicolas Sarkozy.


Haine en ligne: jugements pour menaces contre l'ex-journaliste Nicolas Hénin

Le journaliste français et ancien otage en Syrie Nicolas Henin lors d’une conférence de presse au siège du journal Le Point le 6 septembre 2014 à Paris. (Alain Jocard / AFP)
Le journaliste français et ancien otage en Syrie Nicolas Henin lors d’une conférence de presse au siège du journal Le Point le 6 septembre 2014 à Paris. (Alain Jocard / AFP)
Short Url
  • Nicolas Hénin, qui fut l'otage de l'organisation État islamique pendant dix mois en Syrie en 2013-2014, avait porté plainte début 2019 contre X pour menaces, menaces de morts et harcèlement moral en ligne
  • Ces menaces étaient apparues alors que M. Hénin avait appelé à signaler à Twitter et à la plateforme Pharos (chargée de la lutte contre les contenus illicites sur internet) des tweets publiés par le père d'une victime des attentats du 13-Novembre

PARIS : Cinq personnes seront jugées en avril à Paris pour s'être acharnées en ligne contre l'ancien journaliste Nicolas Hénin, qui avait signalé le compte Twitter du père d'une victime du Bataclan qui appelait à fusiller les jihadistes à leur retour en France, a indiqué dimanche une source proche du dossier.

Ces cinq personnes, trois hommes et deux femmes, sont convoquées le 20 avril pour répondre de menaces et harcèlement, selon cette source qui confirmait une information du Journal du Dimanche (JDD).

Nicolas Hénin, qui fut l'otage de l'organisation État islamique pendant dix mois en Syrie en 2013-2014, avait porté plainte début 2019 contre X pour menaces, menaces de morts et harcèlement moral en ligne.

"J'appelle à ce que vous vous fassiez égorger", "c'est lui qui mérite l'exécution", "on aurait dû te laisser crever chez Daesh", affirmaient certains des milliers de messages ciblant le journaliste, désormais spécialisé dans le conseil sur la lutte contre le terrorisme et la radicalisation islamiste.

Ces menaces étaient apparues alors que M. Hénin avait appelé à signaler à Twitter et à la plateforme Pharos (chargée de la lutte contre les contenus illicites sur internet) des tweets publiés par le père d'une victime des attentats du 13-Novembre, Patrick Jardin, à propos du retour envisagé à l'époque de plusieurs dizaines de jihadistes français détenus par les Kurdes.

"Fusillons-les (...) comme Leclerc a fait fusiller les Français de la Waffen SS", "tuons aussi leurs enfants d'ailleurs", avait publié M. Jardin sur le réseau social, qui avait fini par bloquer son compte.

Sur un nouveau compte, ce dernier avait ensuite traité M. Hénin de "petit journaleux délateur gauchiasse" et obtenu le soutien de plusieurs figures du Rassemblement national.

Faute de réponse de Twitter à ses requêtes, le parquet de Paris avait classé sa plainte en 2020. Mais l'avocat du journaliste, Me Eric Morain, avait fait un recours permettant de relancer l'enquête.

Twitter a alors accédé aux réquisitions et identifié une trentaine de comptes, sur lesquels cinq ont été retenus par le pôle national de lutte contre la haine en ligne, mis en place en janvier 2021.

"On peut dire qu'il n'y en a pas assez, on peut regretter que le parquet n'ait pas retenu plus de comptes", a réagi auprès de l'AFP Me Morain. "Mais l'important, c'est le message. Chaque nouvelle affaire est une pierre supplémentaire de l'édifice contre la haine en ligne", a-t-il ajouté.

Par ailleurs, Patrick Jardin, partie civile au procès des attentats du 13-Novembre, témoignera mardi.


En Corse, un atelier de fabrication de munitions dissimulé dans un conteneur

Cet atelier a pu être identifié dans le cadre d'une enquête menée par la police judiciaire, après l'ouverture d'une information judiciaire pour importation, fabrication et détention d’armes. (AFP)
Cet atelier a pu être identifié dans le cadre d'une enquête menée par la police judiciaire, après l'ouverture d'une information judiciaire pour importation, fabrication et détention d’armes. (AFP)
Short Url
  • Il s’agit d’une découverte inédite au regard de la qualité de la dissimulation de l’atelier, du nombre des machines de confection retrouvé et du volume d’armes et de munitions stocké
  • Les enquêteurs devront désormais déterminer si cet arsenal avait vocation à être revendu, a encore précisé le parquet

AJACCIO: Un atelier "inédit" de fabrication de munitions et d’assemblage d’armes à feu a été découvert dans un conteneur accessible uniquement par un passage enterré dans la région de Saint-Florent (Haute-Corse), a annoncé dimanche le parquet de Bastia.

Le propriétaire de cet atelier a été mis en examen et placé en détention provisoire. 

"A l’intérieur, les services de police ont notamment découvert plusieurs presses à munitions, machines à usiner des pièces métalliques, une cinquantaine d’armes de poing et d’armes longues et plusieurs milliers de munitions", a détaillé le procureur de la République de Bastia, Arnaud Viornery, dans un communiqué.

"Il s’agit d’une découverte inédite au regard de la qualité de la dissimulation de l’atelier, du nombre des machines de confection retrouvé et du volume d’armes et de munitions stocké", a-t-il insisté.

Cet atelier a pu être identifié dans le cadre d'une enquête menée par la police judiciaire, après l'ouverture d'une information judiciaire pour importation, fabrication et détention d’armes. 

Les enquêteurs devront désormais déterminer si cet arsenal avait vocation à être revendu, a encore précisé le parquet.