N-Calédonie: les partis du FLNKS se disputent la présidence du gouvernement

L'origine de la polémique est notamment le choix de Samuel Hnepeune, jusqu'alors président du Medef, tête de liste UC-FLNKS-EO et candidat à la présidence (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 22 février 2021

N-Calédonie: les partis du FLNKS se disputent la présidence du gouvernement

  • Au cours du week-end, l'UC et l'UNI ont réuni leurs instances mais aucun consensus n'a pour l'heure émergé
  • L'UC a dénoncé «des calculs politiciens et des coups politiques», entrainant la riposte de l'UNI, qui a taxé samedi son rival de «dénigrement et de propos mesquins»

NOUMEA: Les deux branches du FLNKS sont en conflit pour désigner le président du gouvernement collégial de Nouvelle-Calédonie, dont la coalition indépendantiste a remporté la majorité la semaine dernière.        

Au cours du week-end, l'Union Calédonienne (UC) et l'Union nationale pour l'indépendance (UNI) ont réuni leurs instances mais aucun consensus n'a pour l'heure émergé. "Ca a été dur et ça va encore mouliner", a déclaré un dirigeant, tablant sur "un déblocage vers la fin de semaine".      

A la faveur d'une alliance avec un parti charnière, l'Eveil Océanien (EO), les indépendantistes du FLNKS, qui avaient fait chuter l'exécutif le 2 février, sont parvenus mercredi dernier à devenir majoritaires au gouvernement remportant six "ministres" sur onze. Ce sont les 54 conseillers du Congrès (assemblée délibérante), qui élisent le gouvernement selon un scrutin de listes proportionnel.      

Dans la foulée, le président du gouvernement devait être désigné en son sein, mais les deux partis du FLNKS - l'UNI et l'UC qui disposent l'un et l'autre de trois "ministres" - ont présenté chacun un candidat. Or, une majorité absolue d'au moins 6 voix sur 11 est requise.       

L'origine de la polémique est notamment le choix de Samuel Hnepeune, jusqu'alors président du Medef, tête de liste UC-FLNKS-EO et candidat à la présidence, "pour rassurer et manager un gouvernement d'action", selon les termes du secrétaire général de l'UC, Pierre-Chanel Tutugoro.     

Prônant "une rupture avec les politiques partisanes dictées par le patronat et les multinationales", l'UNI-FLNKS entend barrer la route à M. Hnepeune, et soutient la candidature de Louis Mapou, militant de la première heure de la cause kanak et actuel chef du groupe au Congrés.      

Lors du vote mercredi, la liste de l'UNI-FLNKS a bénéficié du suffrage de l'élue du Parti travailliste, petite formation indépendantiste issue d'un syndicat d'extrême gauche, ce qui lui a permis d'obtenir 3 ministres au lieu des deux attendus. 

L'UC a dénoncé "des calculs politiciens et des coups politiques", entrainant la riposte de l'UNI, qui a taxé samedi son rival de "dénigrement et de propos mesquins et a demandé un "report" du Congrès du FLNKS prévu le 27 février.        

Les membres indépendantistes du gouvernement et les chefs de groupes au Congrès devaient se réunir lundi dans la journée pour tenter de trouver un accord.       

Ces dissensions interviennent alors que les indépendantistes sont majoritaires au gouvernement pour la première fois depuis le début de l'accord de Nouméa (1998) et que la Nouvelle-Calédonie est confrontée à une crise économique et budgétaire, en partie due aux déboires de la filière nickel.      

Coalition non indépendantiste majoritaire, l'Avenir en confiance (AEC) a fustigé "un déni de démocratie" et a qualifié l'accord de Nouméa "de boulet à chaque pied des loyalistes pour qu'ils soient rattrapés par l'indépendance".


Le devenir de l'Observatoire de la laïcité au cœur d'une âpre bataille politique

Marlène Schiappa, la ministre chargée de la Citoyenneté (Photo, AFP).
Short Url
  • Marlène Schiappa, la ministre chargée de la Citoyenneté l'a confirmé ces derniers jours devant le Sénat : le gouvernement veut faire «évoluer le portage de la laïcité»
  • Le clivage existe entre les tenants d'une limitation plus poussée de la liberté religieuse notamment du port de signes religieux comme le voile et les partisans du respect de la liberté religieuse tant qu'elle ne trouble pas l'ordre public

PARIS: La question sensible de la laïcité est à nouveau au centre d'enjeux politiques : Matignon doit trancher dans les prochaines semaines sur le devenir de l'Observatoire de la laïcité, sous le feu des critiques de certains politiques qui lui reprochent de ne pas faire assez contre l'islamisme.

Le Premier ministre l'avait laissé entendre à l'automne. Marlène Schiappa, la ministre chargée de la Citoyenneté l'a confirmé ces derniers jours devant le Sénat : le gouvernement veut faire « évoluer le portage de la laïcité ». 

Et cela ne passera « pas nécessairement par le maintien de l'Observatoire », dont le mandat du président et ex-ministre socialiste Jean-Louis Bianco vient d'expirer, a-t-elle précisé. 

Cette instance consultative installée en 2013 est chargée, sur le terrain (école, entreprises, administrations), de faire de la pédagogie sur les principes de la laïcité (neutralité de l'Etat, liberté de conscience et de religion dans le respect des lois de la République...) ou de conseiller le gouvernement à travers avis et rapports.

La ministre a plaidé pour un nouveau système, à double étage : « une instance de type ‘haut conseil à la laïcité’ » et « un renfort au niveau de l'administration ».

Depuis plusieurs années, l'Observatoire - une vingtaine d'experts et parlementaires - a été accusé par certains responsables politiques, ou des membres du Printemps républicain, mouvement proche de l'ancien Premier ministre Manuel Valls, d'être trop laxiste et de ne pas en faire assez contre l'islamisme. 

« Le problème », c'est « sa complaisance invraisemblable envers des mouvements qui (...) mettent en danger » la loi de 1905 séparant les Eglises et l'Etat, affirme ainsi l'essayiste Caroline Fourest dans Le Point vendredi.

Des accusations que l'Observatoire n'a cessé de réfuter, plusieurs acteurs de terrain venant ces derniers jours saluer son action.

 « Outil répressif »

Le clivage n'est pas nouveau, mais il ressurgit, opposant deux camps aux conceptions différentes de la laïcité à la française ; les tenants d'une limitation plus poussée de la liberté religieuse notamment du port de signes religieux comme le voile, d'un côté. Et les partisans du respect de la liberté religieuse tant qu'elle ne trouble pas l'ordre public, de l'autre.

Craignant une politisation du sujet, un collectif de 119 universitaires a mis en garde, dans une tribune dans Le Monde mercredi, contre la tendance à vouloir « élargir, sous prétexte de laïcité, le domaine d'application de la neutralité du seul Etat à la société en son entier ». 

Cela reviendrait à faire de la laïcité « un outil répressif, de contrôle et d'interdiction, en contradiction totale (...) avec la loi de 1905 », selon ces chercheurs et sociologues, dont Olivier Roy, Philippe Portier, ou encore Jean Baubérot.

Vendredi, dans Libération, un autre collectif de professeurs d'universités américaines, canadiennes ou européennes avertissent qu'avec l'éventuel non-renouvellement de l'Observatoire, « la peur prend le pas sur le respect des principes essentiels des droits humains ».

 Querelles de territoire

A quoi ressemblera ce processus de refonte de la laïcité ? A Matignon, on espère aboutir d'ici à la fin du mois. Mais la question est « complexe, source d'embarras, pour ne pas dire de division », indique une source proche du dossier.

Il y a notamment des « querelles de territoires entre plusieurs ministres », affirme une autre source préférant garder l'anonymat. D'un côté, Marlène Schiappa, qui aspire à être ‘Mme Laïcité’ et s'active en « mobilisant » des « référents laïcité » dans les départements. De l'autre, Gérald Darmanin, qui est depuis l'automne, très à l'offensive dans la lutte contre le « séparatisme » islamique. 

Et enfin Jean-Michel Blanquer, qui, entre son Conseil des sages de la laïcité (côté Education nationale), et le lancement d'un think tank sur la laïcité, « entend montrer que c'est son pré-carré », ajoute cette source.

Quelle ligne défendrait un futur haut conseil ? « Si on se contente de changer des noms, ce sera cosmétique. Il faut tout revoir de fond en comble », observe Amine El Khatmi, cofondateur du Printemps républicain. « Notamment la question des moyens, 60 000 euros (budget de fonctionnement annuel de l'Observatoire, ndlr) étant bien insuffisants ».

En attendant, Bianco et son rapporteur général Nicolas Cadène défendent leur bilan : 350 000 fonctionnaires, associatifs, ou entreprises formés en huit ans et des demandes d'intervention « qui n'ont jamais été aussi importantes ».


Notre-Dame: deux ans après l'incendie, le sprint final de sa sécurisation

Vue de l’incendie de la cathédrale de Notre-Dame de Paris le 15 avril 2019 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le chantier ne sera pas achevé le 15 avril 2024, cinq ans après l'incendie, lorsque sera célébrée une première messe dans la nef
  • Vingt-quatre mois après le sinistre toujours inexpliqué qui avait ému le monde, les dernières sécurisations sont menées tambour battant dans l'édifice gothique de 850 ans

PARIS: La sécurisation de Notre-Dame de Paris va s'achever cet été, condition nécessaire pour lancer la reconstruction « à l'identique » début 2022. Mais le chantier ne sera pas achevé le 15 avril 2024, cinq ans après l'incendie, lorsque sera célébrée une première messe dans la nef.

Vingt-quatre mois après le sinistre toujours inexpliqué qui avait ému le monde, les dernières sécurisations sont menées tambour battant dans l'édifice gothique de 850 ans, et autour du trou béant qu'a laissé la flèche en s'écroulant.   

Les appels d'offres ont été engagés et les architectes multiplient les diagnostics permettant d'établir un calendrier précis des travaux à partir de l'hiver prochain, indique l'Etablissement public chargé de la conservation et de la restauration, créé après l'incendie. 

Mille chênes débités sont en train de sécher pour reconstruire la flèche et la croisée du transept. Et deux chapelles-test ont été nettoyées, révélant les couleurs laissées par l'architecte Eugène Viollet-Le-Duc au XIXe siècle.  


Covid-19: vaccination ouverte lundi à tous les plus de 55 ans en France

Une photo prise le 9 avril 2021 montre une vue générale d'un centre de vaccination Covid-19 installé dans le hall d'exposition dans le cadre de l'opération intitulée "5000 vaccins en un jour, en un seul lieu" dans la ville de Nice, dans le sud-est de la France. (Valery HACHE / AFP)
Short Url
  • Depuis le 19 mars, la France réserve aux plus de 55 ans le vaccin du laboratoire anglo-suédois AstraZeneca
  • La campagne de vaccination contre le Covid-19 a d'abord visé les personnes les plus fragiles, âgées de plus de 75 ans ou concernées par des facteurs de comorbidité

PARIS : Tous les 55 ans et plus seront éligibles à la vaccination à partir de lundi, avec l'AstraZeneca ou bientôt le vaccin de Johnson & Johnson, et l'intervalle d'injection pour la 2e dose sera allongé pour le Pfizer-BioNTech et le Moderna, a annoncé dimanche le gouvernement.  

"Dès demain, tous les Français de plus de 55 ans, sans conditions, pourront recevoir" l'AstraZeneca, a indiqué le ministre de la Santé Olivier Véran au Journal du dimanche. Ils pourront également recevoir celui de Johnson & Johnson, livré en France à compter de lundi et qui va aussi intégrer le circuit des pharmacies et de la médecine de ville. 

Pour cette nouvelle catégorie de population, "on invite les personnes à se tourner en priorité vers leur médecin généraliste, les pharmaciens et infirmiers", plutôt que dans les centres de vaccination destinés aux plus de 70 ans, a précisé le ministère de la Santé. 

Depuis le 19 mars, la France réserve aux plus de 55 ans le vaccin du laboratoire anglo-suédois AstraZeneca, après des cas rares mais graves de troubles de la coagulation observés uniquement sur des patients moins âgés. Mais les candidats devaient jusqu'à présent avoir des facteurs de comorbidité pour prétendre à la vaccination. 

Espacement des injections  

Le vaccin fabriqué par Janssen-Cilag (groupe Johnson & Johnson), qui ne nécessite qu'une injection, est quant à lui autorisé depuis le 12 mars par la France, qui en attend 600 000 doses en avril. 

Les deux autres vaccins, produits par Pfizer/BioNTech et Moderna, seront ouverts aux plus de 60 ans "à compter du 16 avril", a rappelé Olivier Véran. 

Autre nouveauté, la vente en pharmacie d'autotests de dépistage du Covid-19 sur prélèvement nasal, pour les personnes asymptomatiques de plus de 15 ans, a été autorisée par un arrêté publié dimanche au journal officiel. 

A l'heure actuelle, la vaccination est en théorie ouverte à 18/19 millions de personnes: les plus de 70 ans, les résidents d'Ehpad, les professionnels de santé et les personnes fragiles. Selon l'Insee, la France compte plus de 12 millions de 55-69 ans, mais une partie d'entre eux était déjà éligibles à cause de comorbidités ou de pathologies. 

Fin avril, si les livraisons sont respectées, la France aura reçu 28 millions de doses au total. 

Pour aller plus vite, le ministre a aussi annoncé qu'à compter du 14 avril, "pour toutes les premières injections" de vaccin à ARN messager de Pfizer-BioNTech et Moderna, "nous proposerons un rappel à 42 jours au lieu de 28 actuellement". Une nouvelle stratégie qui doit conduire à accélérer les premières doses et "nous faire gagner 1,8 million d'injections sur la seconde quinzaine de mai". 

Ce délai rallongé avait été préconisé dès janvier par l'agence française du médicament (ANSM) et la Haute autorité de santé (HAS), mais le gouvernement n'avait alors pas suivi cette recommandation. 

bientôt 100 000 morts 

La cadence de la campagne vaccinale est un enjeu crucial pour le gouvernement, au moment où la France est frappée par une violente troisième vague de l'épidémie de Covid-19. 

Mais pour l'épidémiologiste Antoine Flahault, interrogé par le JDD, tout miser sur le vaccin pour sortir de la crise ressemble à "un pari hasardeux. Et risqué". 

Il voit trois hypothèses qui pourraient limiter l'efficacité de cette stratégie: "Si de nouveaux variants émergent et mettent en péril l'efficacité des vaccins; si l'acheminement ne se fait pas au rythme voulu; si les problèmes rencontrés par le vaccin AstraZeneca se posaient avec d'autres vaccins et remettaient en question l'adhésion de la population". 

A ce jour, le taux de couverture vaccinale avec deux doses approche les 75% chez les résidents des Ehpad, mais atteint seulement 35% chez les 75-79 ans en ville, 9% chez les 70-74 ans, 4% chez les 65-69 ans.  

La situation est redevenue très tendue à l'hôpital, conséquence d'une épidémie hors de contrôle en mars, poussée par le variant anglais, plus contagieux, du coronavirus. 

Samedi, premier week-end de vacances de Pâques confinées, plus de 5.769 patients atteints par le virus étaient soignés dans les services de réanimation, sur une capacité actuelle portée à 8 000 lits de réa toutes pathologies confondues. Le bilan des décès continue de grossir, à 98 600 depuis le début de l'épidémie. La France devrait atteindre dans la semaine à venir la barre des 100 000 morts, déjà dépassée en Italie ou au Royaume-Uni.  

Rare signe encourageant, avant même la fermeture des écoles, la circulation du virus a continué de progresser la semaine dernière, mais de manière moins rapide que les précédentes, "ce qui peut témoigner d'un ralentissement", a avancé Santé publique France. Mais s'il devait se confirmer, le freinage de l'épidémie n'aura d'effets à l'hôpital qu'une à deux semaines plus tard.