La citoyenneté aux étrangers et investisseurs pourrait-elle changer la donne pour le CCG?

Les EAU sont en train de devenir rapidement l’une des nations les plus avancées du monde, ce qui en fait une option intéressante pour les ressortissants étrangers (Photo, AFP).
Les EAU sont en train de devenir rapidement l’une des nations les plus avancées du monde, ce qui en fait une option intéressante pour les ressortissants étrangers (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 23 février 2021

La citoyenneté aux étrangers et investisseurs pourrait-elle changer la donne pour le CCG?

  • Les autorités des EAU ont récemment annoncé leur intention d'offrir la citoyenneté à certains étrangers en fonction d'un certain nombre de critères
  • Les experts affirment que la décision profitera à l’économie au sens large et donnera aux expatriés un réel intérêt pour l’avenir du pays

DUBAÏ : Les travailleurs migrants étrangers représentent près de 90% de la population des sept émirats des Émirats arabes unis, ce qui en fait l’un des pays les plus diversifiés sur le plan ethnique et culturel au monde. Mais les expatriés n’ont jamais eu la possibilité de demander la citoyenneté ou de s’y ouvrir. 

À présent, les réformes juridiques adoptées par les dirigeants des Émirats arabes unis qui renversent cette pratique de longue date sont saluées comme un développement potentiellement transformateur pour l’avenir du pays.

Compte tenu des similitudes dans les processus d’élaboration des politiques des pays arabes du Golfe, certains experts se demandent si la décision des Émirats arabes unis pourrait devenir un indicateur pour d’autres pays du CCG qui tentent de diversifier leurs économies et aux prises avec des défis démographiques identiques. Dans un tweet, l'investisseur et conseiller koweïtien Ali Al-Salim a qualifié l'offre de citoyenneté émiratie comme «changeur de donne pour le Golfe».

Tous les yeux seront certainement rivés sur la façon dont les EAU gèrent les risques et les avantages de la nouvelle approche. Dans tous les cas, on s'attend à ce que seul un groupe restreint d'étrangers vivant dans le pays puisse prétendre à la nationalité émiratie. Les législateurs estiment que l’octroi de la citoyenneté aux investisseurs ainsi qu’aux personnes talentueuses et innovantes profitera à l’ensemble de l’économie et donnera aux expatriés un réel intérêt dans l’avenir du pays.

«Nous avons adopté des amendements à la loi qui permettent d'accorder la citoyenneté des Émirats arabes unis aux investisseurs, aux talents spécialisés et aux professionnels, y compris les scientifiques, les médecins, les ingénieurs, les artistes, les auteurs et leurs familles», a déclaré le 30 janvier dans un tweet le dirigeant de Dubaï, le cheikh Mohammed ben Rashid Al-Maktoum. «Les nouvelles directives visent à attirer les talents qui contribuent à notre parcours de développement.»

Pendant des décennies, les travailleurs migrants étrangers ont été le pilier de l’économie des EAU, dans tous les domaines, du secteur des services aux principales professions. La grande majorité sont des travailleurs d'Asie du Sud et du Sud-Est, qui envoient leur salaire chez eux sous forme d'envois de fonds.

Pourtant, la résidence de ce segment de la population est restée largement dépendante de leurs visas d'emploi. Même les enfants nés de parents étrangers aux Émirats arabes unis n'ont pas droit à la citoyenneté émiratie.

En vertu de la nouvelle loi, le cabinet, les conseils exécutifs et les tribunaux locaux commenceront à désigner les personnes éligibles à la citoyenneté selon des critères strictement définis. Selon un communiqué publié par l’agence de presse publique Emirates News Agency, les investisseurs, les médecins, les scientifiques et les personnes des industries créatives seront parmi les premiers à être pris en compte.

«Les EAU sont en passe de devenir un pays multiethnique, multireligieux et multiculturel et ils prennent certainement toutes les mesures nécessaires pour y parvenir», a déclaré à Arab News Nasser Saidi, un homme politique et économiste libanais qui était auparavant ministre de l'Économie et de l'Industrie.

«La nouvelle loi sur la citoyenneté va dans le même sens. Auparavant, vous n'étiez qu'un visiteur ici sous une forme ou une autre. Vous étiez employé, vous avez investi, mais vous n’aviez pas de participation à long terme dans le pays. La citoyenneté des EAU pour les étrangers signifie que vous avez désormais un intérêt à long terme dans le pays. »

photo
L'État du Golfe compte sur une importante main-d'œuvre internationale pour fonctionner correctement, mais le chemin vers la citoyenneté n'a jamais été facile auparavant. (AFP)

Ensuite, il y a le défi démographique imminent de la région du Golfe. Une étude financée par la fondation Bill and Melinda Gates Foundation du Département des sciences de la mesure de la santé de l'Université de Washington à Seattle l'année dernière a prédit que d'ici 2050, 151 pays ne produiraient pas suffisamment de bébés pour soutenir leur population.

La baisse de la fécondité est déjà un problème dans les États du Golfe. En 2017, le taux de fécondité mondial était de 2,37, mais dans les six États du CCG, il n'était en moyenne que de 1,84. Le Qatar, Bahreïn et Oman étaient sur le point de ne pas maintenir leur population, mais ils étaient déjà en baisse constante en Arabie saoudite, au Koweït et aux Émirats arabes unis. 

D'ici 2100, la situation dans ces pays devrait être encore pire, avec des taux de fécondité tombant entre 1,32 et 1,39 enfant en Arabie saoudite et entre 1,23 et 1,27 aux EAU.

Pour les États du CCG, il y a un problème supplémentaire : ils cherchent à diversifier leurs économies et, en même temps, à remplacer les travailleurs étrangers dans des rôles clés par leurs propres citoyens. 

Il est impossible de remonter le temps et d’inverser les progrès accomplis en matière d’égalité entre les sexes sur le lieu de travail et dans la société en général. De même, toute tentative de persuader les femmes d'avoir plus d'enfants contre leur gré n'est pas une solution viable.

Pour les pays à revenu élevé dont la population locale diminue, les chercheurs de l'Université de Washington n'ont vu qu'une seule issue : «La stratégie optimale pour la croissance économique, la stabilité budgétaire et la sécurité géopolitique est l'immigration libérale avec une assimilation efficace dans ces sociétés.»

Pour l'instant, cependant, seuls certains étrangers et professionnels peuvent aspirer à obtenir un passeport des EAU. Les investisseurs souhaitant obtenir la citoyenneté doivent posséder une propriété aux EAU, avoir obtenu un ou plusieurs brevets approuvés par le ministère de l'Économie des EAU ou un autre organisme international réputé, en plus d'une lettre de recommandation du ministère, selon le communiqué.

Les médecins doivent être spécialisés dans une discipline scientifique unique ou très demandée aux EAU, tandis que les scientifiques doivent être des chercheurs actifs dans une université, un centre de recherche ou dans le secteur privé avec une expérience pratique d'au moins 10 ans dans le même domaine.

Les intellectuels et les artistes, quant à eux, doivent être considérés comme des pionniers dans leur domaine et ont idéalement remporté un ou plusieurs prix internationaux. Les lettres de recommandation des entités gouvernementales concernées sont également obligatoires.

Un aspect particulièrement attrayant de la politique est qu'elle permet aux nouveaux demandeurs de passeport des EAU de conserver également leur citoyenneté existante.

«Vous pouvez conserver la citoyenneté de votre propre pays d'origine, ce qui est très important pour de nombreuses personnes», a déclaré Saidi. «Il y a un gros avantage de ce point de vue. Sur le plan économique, ce que cela veut dire, c'est que cela vous permet d'être un leader dans le pays. Il attirera et maintiendra le capital humain. »

Avant l'annonce de la modification de la loi sur la citoyenneté, les Émirats arabes unis avaient dévoilé une série de mesures visant à secouer leurs lois sur la propriété étrangère afin de rendre le pays plus accueillant pour les investisseurs en supprimant la nécessité pour les entreprises d'avoir des actionnaires émiratis.

photo
En vertu de la nouvelle loi, le cabinet, les conseils exécutifs et les tribunaux locaux commenceront à désigner les personnes éligibles à la citoyenneté selon des critères strictement définis. (AFP)

En 2019, les EAU ont annoncé leur intention d'accorder des visas prolongés aux riches investisseurs immobiliers, aux entrepreneurs et aux «talents et chercheurs spécialisés». À la fin de 2020, le gouvernement a élargi le programme de visa «doré» et a commencé à offrir des visas de retraite de cinq ans aux personnes au-dessus d'un certain niveau de revenu. Par la suite, il a introduit un visa de travailleur à distance permettant des séjours d'un an pour les personnes ayant un emploi à l'étranger à condition qu'elles répondent à une exigence de salaire minimum.

«Le premier avantage est que vous créez une main-d'œuvre polyvalente beaucoup plus diversifiée en atteignant de nouvelles personnes d'autres nationalités», a déclaré Saidi, faisant référence aux règles de résidence libéralisées des EAU.

«Deuxièmement, l’idée est de s’éloigner du modèle économique passé des Émirats arabes unis, qui est un modèle de type «construisez-le et ils viendront », pour passer à un modèle basé davantage sur la connaissance et le développement des industries axé sur la technologie. Quatrièmement, vous conservez les talents et, cinquièmement, vous augmentez les investissements directs étrangers dans le pays. »

Les experts considèrent que bon nombre des changements apportés aux politiques de visa des EAU sont une réponse à une croissance économique atone, à la faiblesse des prix du pétrole et aux chocs financiers infligés par la pandémie de Covid-19.

«Depuis 2015, vous avez connu des hauts et des bas des prix du pétrole, ce qui signifie que continuer avec le modèle où vous n'êtes pas diversifié devient une proposition de plus en plus risquée, en particulier à une époque de changement climatique où les pays du monde entier s'efforcent de réduire leur empreinte carbone », a déclaré Saidi.

«Le marché du pétrole s'est rétréci au fil du temps à mesure que les pays se tournent vers une plus grande efficacité énergétique et une plus grande énergie renouvelable. Quand vous pensez réduire les risques de vos actifs en combustibles fossiles, vous faites ce que l'Arabie saoudite a fait avec Aramco. Tout le monde veut réduire les risques maintenant, ce qui signifie une plus grande diversification et s'éloigner des activités à forte intensité énergétique. Et cela s'est produit au cours des trois à quatre dernières années. »

Afin de se diversifier, les législateurs des EAU espèrent que le fait d'attirer des travailleurs qualifiés et de gros investisseurs isolera son économie des futurs chocs pétroliers et la préparera à un monde neutre en carbone. L'espoir est que, dans le processus, les EAU évolueront également vers une société active et multiethnique.

«D'un point de vue commercial, il n'y a rien qui encouragera les gens à être plus libres avec leur argent dans notre pays que l'idée qu'ils ont une maison sûre et durable ici», a déclaré à Arab News Mishal Kanoo, un homme d'affaires émirati et vice-président du groupe Kanoo.

«L'idée est d'encourager les meilleurs et les plus brillants dans leur domaine du monde entier à venir vivre ici et à contribuer à l'économie, ce qui entraînera des changements non seulement dans l'économie, mais aussi dans de nouvelles idées pour la croissance et le développement.»

Les intellectuels publics émiratis pensent que le changement ne se fera pas du jour au lendemain et qu'il y aura une certaine inquiétude dans un jeune pays de seulement un million de citoyens à part entière. 

«Une loi a été annoncée, mais entre le moment où elle est annoncée et le moment où elle est mise en œuvre, beaucoup de choses devront être vérifiées et revérifiées», a déclaré Kanoo.

«Tout changement crée un facteur de peur. La meilleure façon de surmonter toute peur est d’essayer et de voir à quoi cela ressemble. »

Twitter: @rebeccaaproctor

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com


Afghanistan: les talibans revendiquent « le droit d'arrêter les opposants », y compris les féministes

Des hommes afghans tenant des banderoles lors d'une manifestation pour condamner la récente manifestation des militantes afghanes des droits des femmes, à Kaboul le 21 janvier 2022. (AFP)
Des hommes afghans tenant des banderoles lors d'une manifestation pour condamner la récente manifestation des militantes afghanes des droits des femmes, à Kaboul le 21 janvier 2022. (AFP)
Short Url
  • Cette semaine, deux femmes ont été enlevées quelques jours après avoir participé à une manifestation à Kaboul, selon plusieurs militantes féministes
  • Depuis leur arrivée au pouvoir mi-août à la faveur du retrait des troupes américaines, les autorités talibanes dispersent les manifestations d'opposition

KABOUL : Le gouvernement taliban a "le droit d'arrêter et d'écrouer les opposants", dont les femmes qui manifestent régulièrement "sans autorisation", a affirmé samedi son principal porte-parole, réagissant à la récente disparition de deux militantes féministes dans laquelle le régime nie être impliqué.

Depuis leur arrivée au pouvoir mi-août à la faveur du retrait des troupes américaines, les autorités talibanes dispersent les manifestations d'opposition. Des journalistes ont été tabassés et certains critiques du régime arrêtés.

Cette semaine, deux femmes ont été enlevées quelques jours après avoir participé à une manifestation à Kaboul, selon plusieurs militantes féministes. 

La Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) a appelé samedi les talibans à "fournir des informations" concernant le sort de ces deux militantes, Tamana Zaryabi Paryani et Parwana Ibrahimkhel.

Lors d'un entretien avec l'AFP, le porte-parole du gouvernement, Zabihullah Mujahid, a nié toute interpellation.

Le gouvernement a toutefois "le droit d'arrêter et d'écrouer les opposants ou ceux qui violent la loi", a-t-il précisé, en ajoutant que "personne ne devrait créer de perturbations, car cela trouble l'ordre public et la paix". 

Les militantes féministes organisent régulièrement des petits rassemblements dans la capitale pour réclamer le respect des droits des femmes.

Elles manifestent "sans autorisation", a fait valoir M. Mujahid. "Si cela arrivait dans un autre pays, des personnes comme elles seraient arrêtées".

"Dans notre pays également, elles seront emprisonnées et confrontées à leurs responsabilités. Nous n'autorisons pas les activités illégales", a ajouté le porte-parole, également vice-ministre de l'Information et de la Culture.

Discussions en Norvège

Depuis l'arrêt de l'aide internationale, qui représentait environ 80% de son budget, et le gel par les Etats-Unis de 9,5 milliards de dollars d'avoirs de la Banque centrale afghane, l'Afghanistan s'enlise dans une profonde crise humanitaire.

La famine menace aujourd'hui 23 millions d'Afghans, soit 55% de la population, selon l'ONU, qui réclame aux pays donateurs 4,4 milliards de dollars pour faire face.

C'est dans ce contexte que doivent s'ouvrir dimanche en Norvège des discussions entre les nouveaux maîtres de l'Afghanistan et les diplomaties occidentales, qui érigent le respect des droits des femmes comme condition préalable à toute reconnaissance officielle du gouvernement.

Une délégation talibane doit rencontrer les autorités norvégiennes et des représentants d'autres pays, dont les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie et l'Union européenne.

"L'Emirat islamique (nom donné par les talibans à leur régime, ndlr) a pris des mesures pour satisfaire les exigences du monde occidental et nous espérons renforcer nos relations diplomatiques avec tous les pays, y compris les pays européens et l'Occident en général", a déclaré M. Mujahid.

Depuis leur retour au pouvoir, les talibans assurent s'être modernisés par rapport à leur dernier règne (1996-2001), lors duquel ils ont largement piétiné les droits humains.

Les femmes restent toutefois largement exclues des emplois publics et les écoles publiques restent fermées pour les filles de plus de 12 ans. 

Les femmes désirant voyager doivent également être accompagnées par un homme de leur famille proche et des affiches leur rappelant qu'elles "doivent" porter un voile, accompagnées de photos de burqa, ont été placardées dans Kaboul.

Combattants « novices »

Vendredi, la police religieuse des talibans a menacé de tirer sur des femmes travaillant pour des ONG internationales dans une province du nord-ouest de l'Afghanistan si elles ne portaient pas la burqa, selon deux employés de ces organisations.

M. Mujahid a mis ces tentatives d'intimidation sur le compte de l'inexpérience des combattants talibans, désormais chargés de l'ordre public après 20 ans de guérilla. 

Les forces gouvernementales sont "très novices (...) et pas professionnelles", a-t-il argué. "Ils n'ont pas été formés".

Selon M. Mujahid, le nouveau régime est en faveur des droits des femmes, qu'il concilie avec son interprétation stricte de la charia, la loi islamique.

"Même sans les demandes (de la communauté internationale), nous estimons nécessaire que les femmes travaillent et soient éduquées", a-t-il insisté.

Aucune date n'est en revanche arrêtée pour un éventuel retour en classe des jeunes filles dans les provinces où elles sont exclues des écoles publiques. 

Il aura lieu "au cours de l'année à venir", mais "nous ne pouvons pas fixer une date butoir", a expliqué le porte-parole, en invoquant la crise économique et l'inexpérience des nouvelles autorités.


Les investisseurs discutent des défis du secteur de la mode saoudien

Une créatrice de mode portant l'une de ses créations dans sa boutique de Djeddah, en Arabie saoudite. (Photo d'archive REUTERS)
Une créatrice de mode portant l'une de ses créations dans sa boutique de Djeddah, en Arabie saoudite. (Photo d'archive REUTERS)
Short Url
  • Les délégués ont discuté des moyens de relever les défis du secteur, notamment les problèmes liés aux usines et à leur emplacement, ainsi que la hausse des coûts de production
  • Ils ont souligné le rôle important joué par le secteur de la mode pour aider à générer des revenus non pétroliers pour l'Arabie saoudite dans le cadre du plan de réforme Vision 2030

RIYAD : Les dirigeants de la Commission saoudienne de la mode ont récemment tenu une réunion ouverte avec des investisseurs et d'autres personnes souhaitant investir dans l'industrie de la mode et du textile du pays.

La rencontre virtuelle, à laquelle assistait le directeur général de la commission, Burak Cakmak, était l'un des nombreux rassemblements similaires organisés avec la communauté de la mode du Royaume pour améliorer la communication avec les parties prenantes.

Au cours de la réunion, les responsables ont passé en revue les principaux objectifs de la commission consistant à promouvoir le patrimoine et l'identité nationaux et à répondre aux besoins économiques régionaux et internationaux, à travers 12 initiatives sectorielles.

Ils ont souligné le rôle important joué par le secteur de la mode pour aider à générer des revenus non pétroliers pour l'Arabie saoudite dans le cadre du plan de réforme Vision 2030 et ont noté qu'en 2019, l'industrie de l'habillement et du textile dans le Royaume valait environ 75 milliards de RS (17,6 milliards d’euros). 

Les délégués ont discuté des moyens de relever les défis du secteur, notamment les problèmes liés aux usines et à leur emplacement, ainsi que la hausse des coûts de production, qui a un effet d'entraînement sur les prix des produits et la concurrence sur le marché avec des produits d’importation bon marché.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Tunisie: l'Allemagne verse une aide pour soutenir le « retour à l'ordre constitutionnel»

Le président Kais Saied, élu démocratiquement fin 2019, a argué de blocages multiples pour s'arroger les pleins pouvoirs le 25 juillet dernier, en limogeant son Premier ministre et gelant le Parlement. (Photo, AFP)
Le président Kais Saied, élu démocratiquement fin 2019, a argué de blocages multiples pour s'arroger les pleins pouvoirs le 25 juillet dernier, en limogeant son Premier ministre et gelant le Parlement. (Photo, AFP)
Short Url
  • Lors d'une rencontre avec la ministre tunisienne des Finances, Sihem Boughdiri Nemsia, l'ambassadeur d'Allemagne, Peter Prügel, a précisé que le prêt de 100 millions d'euros destiné aux PME et convenu en 2020 serait « décaissé dans les prochains jours»
  • La Tunisie, très endettée, où la croissance est faible et le chômage très élevé (plus de 18%), est en quête d'importants financements internationaux, en particulier du FMI

TUNIS : L'Allemagne a annoncé le versement imminent d'une aide de 100 millions d'euros à la Tunisie, disant avoir "pris cette décision" en soutien à la promesse du président Kais Saied d'un "retour à l'ordre constitutionnel" et d'une restauration "de l'acquis démocratique".

Lors d'une rencontre avec la ministre tunisienne des Finances, Sihem Boughdiri Nemsia, l'ambassadeur d'Allemagne, Peter Prügel, a précisé que le prêt de 100 millions d'euros destiné aux PME et convenu en 2020 serait "décaissé dans les prochains jours", selon un communiqué de l'ambassade d'Allemagne sur son compte Facebook.

Selon l'ambassadeur, "la décision a été prise avec la conviction que la feuille de route du président ouvrait la voie au retour à l'ordre constitutionnel et restaurait l'acquis démocratique dans le pays", selon l'ambassadeur.

L'ambassadeur a rappelé une déclaration faite le 16 décembre par l'Union européenne, soulignant "l'importance du respect des droits de l'Homme et des droits fondamentaux des Tunisiens" et "d'assurer la séparation des pouvoirs et l'état de droit dans le pays". 

L'Allemagne "est prête à continuer de soutenir la consolidation de la démocratie tunisienne" mais elle "suit de près l'évolution de la situation en étroite coopération avec ses partenaires européens et internationaux", a souligné M. Prügel.

Le président Kais Saied, élu démocratiquement fin 2019, a argué de blocages multiples pour s'arroger les pleins pouvoirs le 25 juillet dernier, en limogeant son Premier ministre et gelant le Parlement. 

Le 13 décembre, il a annoncé une feuille de route prévoyant une consultation électronique nationale jusqu'au 20 mars, avant un référendum pour amender la Constitution en juillet, et des élections législatives en décembre.

Ses opposants ont dénoncé un coup d'Etat et des ONG tunisiennes et internationales ont dit craindre une dérive autoritaire.

M. Saied a affirmé jeudi que "les libertés étaient garanties" dans son pays, assurant aussi "rejeter la violence", six jours après une manifestations d'opposants réprimée brutalement par la police.

La Tunisie, très endettée, où la croissance est faible et le chômage très élevé (plus de 18%), est en quête d'importants financements internationaux, en particulier du FMI.