« C’est notre devoir » : les Saoudiens tendent la main aux Libanais touchés par l’explosion

Un membre du personnel du Centre d'aide humanitaire et de secours du roi Salman est aperçu à côté de l'aide humanitaire qui a été déchargée à l'aéroport international de Beyrouth, le 7 août 2020. (APS via REUTERS)
Short Url
Publié le Mardi 11 août 2020

« C’est notre devoir » : les Saoudiens tendent la main aux Libanais touchés par l’explosion

  • Le programme « Helping Hand » de KS Relief a recueilli plus de 400 000 euros pour les victimes de l'explosion à Beyrouth
  • « Ce sont nos frères et sœurs arabes, nous sommes à leurs côtés et nous les aiderons autant que possible »

DJEDDAH: Pendant des années, les habitants du Royaume ont collecté des fonds, offert des biens et aidé des organisations caritatives à fournir une aide d'urgence aux pays et aux personnes confrontés à des guerres, à la famine et à des catastrophes.

Cette fois, ce n'est pas différent. Choqués par les événements dévastateurs de Beyrouth, les Saoudiens font encore une fois preuve de leur générosité en faisant des dons pour aider le peuple libanais à retrouver le réconfort et la paix, et à reconstruire sa capitale ruinée.

Lorsque la nouvelle de l'explosion meurtrière du port de Beyrouth est parvenue dans le Royaume il y a une semaine, des milliers de Saoudiens ont exprimé leur effroi sur les réseaux sociaux, tout en renouvelant leur solidarité avec leurs frères et sœurs libanais. Beaucoup ont offert des dons pour aider près de 300 000 sans-abris touchés par la puissante déflagration.

En moins d'une semaine, des entreprises privées et différents donateurs, notamment des fondations et des organisations philanthropiques, ont fait des dons de plus de 1,8 million de riyals saoudiens (environ 400 000 euros) au programme « Giving a helping hand to the brothers in Lebanon » organisé par le Centre d'aide humanitaire et de secours du roi Salman (KS Relief).

KS Relief, le seul organisme autorisé à recevoir des dons caritatifs ou humanitaires de l'intérieur du Royaume, a été à l'avant-garde des efforts d'aide internationale à Beyrouth. Les entreprises ont également offert une partie de leurs bénéfices au profit du programme d’assistance de KS Relief.

Tarek, Farah et Haneen Khaled Naaman, propriétaires de Siblings Brunch and Coffee à Djeddah, ont consacré le produit d'une journée de travail à aider les Libanais durement touchés – alors même que leur entreprise est en activité depuis seulement huit mois.

« Nous avons une petite entreprise et pourtant mes frères et moi ne pouvions pas ne pas aider quand nous avons vu cette tragédie dévastatrice. Le produit d’une journée, c’est le minimum que nous pouvons faire pour Beyrouth. »

« Ma famille est d'origine libanaise, mais nous sommes nés et avons grandi ici. Le Liban a toujours été une deuxième maison pour nous », raconte Tarek Naaman à Arab News. Donner est un acte humain de bonté et les Libanais ont vécu tellement de malheurs depuis si longtemps. Il est de notre devoir de les aider. Si je peux faire plus, je n'hésiterai pas. »

L’entrepreneur a également appelé d’autres entreprises saoudiennes à apporter leur aide aux Libanais, les exhortant à « faire le calcul, à se concentrer sur le maintien de leur entreprise à flot, tout en trouvant les moyens de redonner ». Il leur a dit : « Si Dieu vous donne, vous devriez donner à ceux qui sont moins fortunés. Dieu triplera vos gains. »

De toutes parts, des Saoudiens ont montré leur solidarité avec le Liban. « Ce sont nos frères et sœurs arabes, nous sommes à leurs côtés et nous les aiderons autant que possible, assure Amani A.A., une femme d’affaires. Quelle que soit la valeur d’un don, je sais que c’est pour une bonne cause. Vous ne devez pas rester seul pendant que vous souffrez. »

Ce texte est la traduction d’un article paru sur ArabNews.com


HRW dénonce des accusations iraniennes abusives contre les défenseurs des droits

Plus tôt ce mois-ci, les autorités judiciaires iraniennes ont inculpé Niloufar Bayani (à gauche), une avocate et défenseure de l’environnement qui purgeait déjà une peine de 10 ans. Dans un autre cas, la militante étudiante emprisonnée Parisa Rafiee a été accusée de « propagande contre l'État ». (Réseaux sociaux / CNRI)
Short Url
  • Deux femmes purgeant déjà de longues peines de prison font face à des accusations supplémentaires après avoir révélé des abus en prison
  • Une militante étudiante qui a subi un test de virginité par son interrogateur fait face à d'autres accusations pour avoir parlé

LONDRES: Human Rights Watch (HRW) a condamné la décision de Téhéran de porter des accusations supplémentaires contre deux défenseures des droits humains détenues qui affirment subir des mauvais traitements pendant leur détention.

Plus tôt ce mois-ci, les autorités judiciaires iraniennes ont inculpé Niloufar Bayani, une avocate défenseure de l'environnement purgeant déjà une peine de 10 ans d'emprisonnement, d'un crime supplémentaire de « publication de fausses informations ».

Dans une autre affaire, la militante étudiante emprisonnée Parisa Rafiee a été accusée de « propagande contre l'État » après avoir publié une lettre sur ses conditions de détention.

« Punir les personnes qui rapportent des mauvais traitements dans les centres de détention iraniens montre un sens déformé de la justice », a déclaré Tara Sepehri Far, chercheuse sur l'Iran à Human Rights Watch. « La récente rhétorique de la justice sur la « transparence » sonne particulièrement creuse si les procureurs font taire les victimes présumées de torture plutôt que d’enquêter de manière objective sur leurs allégations ».

Bayani, une ancienne employée de l'ONU, a fait la une des journaux en février après avoir publié une lettre détaillant ses mauvais traitements aux mains des autorités pénitentiaires. Elle a évoqué « 1 200 heures d'interrogatoires », « de longues heures d'interrogatoire debout », des menaces « d'injection d’hallucinogène » et des « insultes sexuelles » de la part des représentants de l'État.

Elle et plusieurs de ses collègues de la Fondation du patrimoine faunique perse, un groupe de protection de l'environnement, ont été accusés « d'utiliser des projets environnementaux comme couverture d'espionnage ».

Sept d’entre eux ont été condamnés à des peines de prison de six à dix ans chacun pour « coopération avec l’État hostile des États-Unis ». Un membre du groupe est déjà décédé en détention.

HRW a déclaré qu'au cours des deux dernières années, plusieurs hauts responsables du gouvernement iranien ont indiqué qu'ils n'avaient trouvé aucune preuve montrant que les militants détenus étaient des espions.

De même, Parisa Rafiee, étudiante militante à l'Université de Téhéran, purgeait déjà une peine de sept ans pour « rassemblement et complicité contre la sécurité nationale », « propagande contre l'État » et « trouble à l'ordre public »; des accusations que son avocat affirme avoir subies pour des activités telles que la participation à des manifestations pacifiques sur le campus.

Dans une lettre publiée en mai 2019, Rafiee a écrit qu'elle avait été maintenue à l'isolement pendant 21 jours, avait subi un test de virginité par son interrogateur et avait déclaré qu'elle n'avait pas été autorisée à porter plainte pour son traitement humiliant.

En réponse à la lettre, la justice a ouvert une nouvelle affaire contre l'étudiante, l'accusant de propagande contre l'État.

Malgré son bilan en tant que l’un des pires auteurs de violations des droits de l’homme au monde, la justice iranienne a récemment publié des documents qui mettent l’accent sur des questions relatives aux droits de l’homme telles que l’interdiction de la torture et des arrestations arbitraires ainsi que le droit d’avoir un avocat.

Sepehri Far a déclaré: « Si le pouvoir judiciaire veut réellement restreindre les abus en cours, il peut commencer par annuler les accusations abusives contre les défenseures des droits humains qui sont déjà injustement derrière les barreaux, enquêter sur leurs allégations de torture et demander des comptes aux responsables de ces atrocités ».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les Palestiniens autorisés à prier dans Al-Aqsa

Des musulmans palestiniens assistent à la prière du vendredi dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa dans la vieille ville de Jérusalem le 23 octobre 2020 après sa réouverture complète à la suite du dernier confinement en Israël depuis son premier cas de la Covid-19 en février. (Photo, AFP)
Short Url
  • Cheikh Ekrima Sabri, qui avait été écarté pendant quatre mois en juin, a pu assister à la prière du vendredi
  • Les Palestiniens de l'intérieur d'Israël faisaient partie de ceux qui ont rejoint Jérusalem pour les prières hebdomadaires du vendredi

AMMAN: Environ 15000 fidèles palestiniens ont afflué à la mosquée Al-Aqsa pour la prière du vendredi hier, un mois après que les autorités israéliennes ont interdit l'entrée en raison du confinement du coronavirus.

L’Imam d’Al-Aqsa et chef du Haut Comité islamique, Sheikh Ekrima Sabri, qui avait été exclu pendant quatre mois en juin, a pu assister aux prières du vendredi. Il a déclaré à Arab News que la situation était revenue à la normale. « Toutes les portes étaient ouvertes aujourd'hui. Les Israéliens ont autorisé les fidèles à accéder à la mosquée », a-t-il dit. Cheikh Sabri avait lancé des appels aux musulmans palestiniens pour assister aux prières du vendredi.

Hijazi Risheq, le chef du comité des commerçants de Jérusalem, a déclaré à Arab News que pour la première fois depuis des semaines, les soldats israéliens ont autorisé l'entrée dans la troisième mosquée la plus sacrée de l'Islam.

Il a déclaré: « Aucun soldat israélien n’a été vu à l’entrée de la vieille ville de Jérusalem, permettant ainsi un accès libre à la ville fortifiée, mais certains jeunes Palestiniens avec une carte d’identité de la Cisjordanie ont été empêchés d’entrer dans la mosquée ».

Les Palestiniens de l'intérieur d'Israël faisaient partie de ceux qui ont rejoint Jérusalem pour les prières hebdomadaires du vendredi.

Risheq a déclaré à Arab News que la semaine dernière était vraiment difficile pour le monde des affaires de la ville. « Au cours de la semaine dernière, nous avons assisté à une campagne sans précédent et cruelle des forces de l’occupation israéliennes contre les commerçants et les habitants de la ville de Jérusalem. Les commerçants ont reçu une amende exorbitante de 5 000 shekels (1 500 dollars) et même les clients des magasins ont également reçu une amende de 500 shekels.

Rizeq a révélé qu'il semblait y avoir une mauvaise communication et des contradictions dans les ordres et les directives des forces israéliennes, « tout cela aux dépens des commerçants et des habitants de la ville ».

L’interdiction de l'entrée dans la vieille ville était associée aux fêtes juives et au confinement en raison du coronavirus, ont déclaré des Palestiniens à Arab News.

Le Conseil du Waqf de Jérusalem avait publié un guide en six points à l'intention des fidèles fournissant des conseils médicaux sur la distanciation sociale. Il les a également conseillés d'apporter leurs propres tapis de prière tout en recommandant aux plus âgés de rester à l'écart d'Al-Aqsa pour leur propre protection.

Miki Rosenfeld, un porte-parole de la police israélienne, a confirmé la tenue des prières pour les musulmans. « Le Temple Mount (Al-Aqsa) était ouvert vendredi et les prières se sont déroulées de manière habituelle et silencieuse », a-t-il déclaré à Arab News.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Des dossiers sensibles attendent Darmanin à Alger lors de sa visite dimanche

Darmanin est attendu en Algérie dimanche pour une visite de deux jours. (Photo, AFP)
Short Url
  • La visite de Darmanin en Algérie va revêtir un caractère plutôt opérationnel, surtout qu’elle intervient dans un contexte auquel s’ajoute le fait marquant qu’a été l’assassinat «islamiste» de Samuel Paty
  • La densité des relations Algéro-françaises non seulement dans leurs dimensions politique, économiques et de coopération mais aussi et surtout dans leur volet humain, justifie cette visite

Les visites à Alger des ministres français se suivent mais ne se ressemblent pas.

Si la visite en Algérie, il y’a moins de deux semaines du chef de la diplomatie française Jean Yves le Drian avait pour principal objectif d’assurer la régularité et la fluidité aux relations stratégiques entre les deux pays, celle que doit effectuer dimanche dans la capitale algérienne Gérald Moussa Darmanin, ministre de l’Intérieur, doit revêtir un caractère plutôt opérationnel, surtout qu’elle intervient dans un contexte auquel s’ajoute le fait marquant qu’a été l’assassinat «islamiste» de Samuel Paty, enseignant d’Histoire à Conflans Saint-Honorine en région parisienne.

La densité des relations Algéro-françaises non seulement dans leurs dimensions politique, économiques et de coopération mais aussi et surtout dans leur volet humain, justifie cette visite qui dynamise les échanges et la concertation entre les ministres de l’Intérieur des deux pays.

A ce facteur humain s’ajoute une panoplie de sujets aussi importants les uns que les autres que le Darmanin aura à passer en revue avec son homologue ainsi qu’avec ses autres interlocuteurs algériens.

La question de l’expulsion des mineurs isolés en France mais aussi des personnes fichées pour radicalisation à caractère terroriste, ainsi que celles inhérentes à la coopération sécuritaire et plus spécialement en matière d’échange de renseignements, celles relatives à la criminalité transnationale, à l’immigration illégale ou encore à la pratique du culte musulman en France seront certainement à l’ordre du jour des discussions bilatérales.

S’agissant de la pratique du culte musulman en France l’on doit se rappeler les récentes déclarations du Président Macron qui a déclaré que son pays allait se passer des imams que l’Algérie (avec d’autres pays de la région) mettait à la disposition de la France notamment à l’occasion du mois sacré de Ramadan.

Les questions sécuritaires auront Incontestablement la part du lion dans les entretiens prévus entre  M. Darmanin et les hautes autorités algériennes. Il est utile, à cet égard, de revenir sur les témoignages et les déclarations de certains hauts responsables sécuritaires français, qui n’ont pas tari d’éloges à l’adresse des services de sécurité et du renseignement algériens qui ont démontré leur leur efficacité, et dont la précieuse aide a permis aux forces françaises de sécurité de prévenir des attentats ou de neutraliser des éléments criminels et des terroristes dangereux.

Dossier de l’immigration illégale

Sur le registre de l’immigration illégale, même si le phénomène des «Harragas, littéralement (les brûleurs des frontières s’entend)» se poursuit, le nombre d’algériens qui arrivent illégalement sur le sol français reste insignifiant, du moins beaucoup moins important que le nombre d’immigrants venant d’autres pays.

Quoi qu’il en soit et dans ce domaine précis, les deux pays sont liés par un accord de réadmission qui permet aux autorités françaises de réadmettre (de renvoyer en Algérie) toute personne arrivée où se trouvant illégalement ou de manière non réglementaire sur le territoire français, à condition que sa nationalité algérienne soit dûment établie par les services diplomatiques et consulaires algériens.

La seule restriction que le gouvernement algérien impose aux opérations de réadmission est son refus catégorique des opérations de rapatriement des clandestins algériens à bord de vols charter.

Toujours s’agissant du phénomène de l’immigration illégale, il convient de noter que l’Algérie, contrairement à certains pays de la région de l’Afrique du nord , a su résister à la pression que  l’Union européenne et certains pays n’ont cessé d’exercer sur elle pour l’emmener à jouer le rôle du gendarme et à dresser un barrage devant les milliers de migrants subsahariens qui tentent au risque de leur vie d’atteindre la côte nord de la Méditerranée fuyant les guerres, la misère et la pauvreté .

L’Algérie qui jusqu’à un passé récent était surtout, à l’instar des autres pays voisins, un pays de transit pour ces « damnés de la terre » est devenue ces dernières années un pays de destination.

Des centaines de ces migrants sont réadmis régulièrement dans leurs pays en accord avec leurs gouvernements respectifs mais la solution miracle tarde à être trouvée.

En attendant les groupes criminels, les passeurs et autres formations terroristes continuent de profiter de la misère de ces populations, la transformant en un commerce des plus florissant selon les chiffres officiels de l’organisation des Nations Unies qui a estimé les sommes générées par les différents trafics dans la région du Sahel à près d’un milliard de dollars par an.

M. Darmanin aura donc à traiter de ces dossiers avec des interlocuteurs algériens auprès desquels il est certain de trouver des partenaires bien au fait des dossiers qui intéressent son domaine de compétence.