Fuite de données médicales en France avec une liste de près de 500 000 noms

«500 000 données, c'est déjà énorme et rien n'empêche de penser que les pirates en possèdent encore beaucoup plus».(AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 24 février 2021

Fuite de données médicales en France avec une liste de près de 500 000 noms

  • Le fichier comporte 491 840 noms associés à des coordonnées (adresse postale, téléphone, email) et un numéro de sécurité sociale. Ils sont parfois accompagnés d'indications sur le groupe sanguin, le médecin traitant ou la mutuelle
  • Selon la rubrique de vérification Checknews du quotidien Libération, qui a enquêté sur le sujet, les données proviendraient d'une trentaine de laboratoires de biologie médicale, situés pour l'essentiel dans le quart nord-ouest de la France

PARIS : Un fichier comportant des données médicales sensibles pour une liste de près de 500.000 personnes en France circule sur internet, a pu constater mardi l'AFP, suite à des informations de Libération et du blog spécialisé en cybersécurité Zataz.

Le fichier comporte 491 840 noms associés à des coordonnées (adresse postale, téléphone, email) et un numéro de sécurité sociale. Ils sont parfois accompagnés d'indications sur le groupe sanguin, le médecin traitant ou la mutuelle, ou encore de commentaires sur l'état de santé (dont une éventuelle grossesse), des traitements médicamenteux, ou des pathologies (notamment le VIH).

Selon la rubrique de vérification Checknews du quotidien Libération, qui a enquêté sur le sujet, les données proviendraient d'une trentaine de laboratoires de biologie médicale, situés pour l'essentiel dans le quart nord-ouest de la France.

Elles correspondent selon le journal à des prélèvements effectués entre 2015 et octobre 2020, une période qui coïncide pour les laboratoires interrogés avec l'utilisation d'un même logiciel de saisie de renseignements médico-administratifs édité par le groupe Dedalus.

«Nous n’avons aucune certitude quant au fait que ce soit uniquement un logiciel Dedalus France qui est en cause dans cette affaire», a réagi auprès de l'AFP le directeur général délégué Didier Neyrat. «Nous avons mis en place une cellule de crise car nous prenons cela au sérieux et nous allons travailler en partenariat avec nos clients pour comprendre ce qu’il s’est passé», a-t-il ajouté. 

«On peut retrouver ce fichier à 7 endroits différents sur internet», a indiqué de son côté à l'AFP Damien Bancal, journaliste spécialiste de la cybersécurité, qui a le premier identifié la fuite le 14 février sur son blog Zataz.

Selon lui, ce fichier était l'objet d'une négociation commerciale entre plusieurs pirates sur un groupe Telegram spécialisé dans l'échange de bases de données volées et l'un d'entre eux l'a diffusé sur le web suite à une dispute. 

«500 000 données, c'est déjà énorme et rien n'empêche de penser que les pirates en possèdent encore beaucoup plus», a-t-il déclaré à l'AFP.

Sollicitées mardi soir par l'AFP, l'Agence nationale des systèmes d'information (Anssi), le gendarme des données personnelles (Cnil) et la direction générale de la santé (DGS) n'étaient pas en mesure de commenter.

Les attaques informatiques se multiplient actuellement contre les établissements de santé en France. Des pirates informatiques ont ainsi paralysé les hôpitaux de Dax et de Villefranche-sur-Saône les 8 et 15 février dernier.

Le 19 février, l'Agence du numérique en santé indiquait également sur son site qu'une liste de 50 000 identifiants de connexion d'agents de centres hospitaliers était en vente sur un forum cybercriminel.

«Il y a eu 27 cyberattaques d'hôpitaux en 2020 et depuis le début de l'année 2021, c'est une attaque par semaine», relevait ainsi la semaine dernière le secrétaire d'Etat chargé du numérique, Cédric O.

Cette recrudescence a amené le gouvernement à déployer de nouveaux budgets pour renforcer la sécurité de ces établissements.

 


Un jeune homme tué par arme à feu en banlieue de Toulouse

La police judiciaire de Toulouse, en charge de plusieurs affaires de règlements de comptes, a été saisie du dossier (Photo, AFP).
Short Url
  • Les faits se sont produits vers 01h45, les pompiers, rapidement sur place, n'ont pas pu réanimer la victime, ont-ils précisé
  • Ce responsable syndical réclame une nouvelle fois la «fin de l'impunité, peines sévères et dissuasives, respect de l'autorité»

TOULOUSE: Un homme âgé 26 ans a été tué par arme à feu dans la nuit de samedi à dimanche à Blagnac dans la banlieue de Toulouse, a-t-on appris auprès du SDIS 31.

Les faits se sont produits vers 01h45 sur une place de Blagnac, non loin de l'aéroport de Toulouse. Les pompiers, rapidement sur place, n'ont pas pu réanimer la victime, ont-ils précisé.

La police judiciaire de Toulouse, en charge de plusieurs affaires de règlements de comptes, a été saisie du dossier.

En 2020, plusieurs hommes ont été blessés par arme à feu à Toulouse dans des règlements de comptes sur fond de trafic de stupéfiants et cinq hommes sont morts, notamment dans le quartier des Izards, une cité du nord de Toulouse.

Une situation qui s'apparente de plus en plus aux pratiques marseillaises, selon les syndicats de police.

Pour Didier Martinez, le secrétaire régional du syndicat Unité SGP Police Occitanie il faut que «les responsables politiques et gouvernementaux prennent toute la mesure de la dérive de notre société». 

Ce responsable syndical réclame une nouvelle fois la «fin de l'impunité, peines sévères et dissuasives, respect de l'autorité».


Nouvelle-Calédonie: Lecornu pour un nouveau statut en cas de non au référendum sur l'indépendance

Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu (Photo, AFP).
Short Url
  • Le 3e référendum sur l'indépendance de l’île devrait se tenir d'ici septembre 2022
  • «Si, par trois fois, la Nouvelle-Calédonie confirmait son souhait de rester française, il conviendrait alors de lui donner un nouveau statut dans la République», a affirmé le ministre

PARIS: Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu se dit favorable à un « nouveau statut » pour la Nouvelle-Calédonie en cas de non au 3e référendum sur l'indépendance qui devrait se tenir d'ici septembre 2022, dans une tribune publiée dans le JDD.

« Le statu quo n'est pas possible, ni politiquement, ni juridiquement, ni même économiquement », assure le ministre qui prévient que les conséquences d'une « indépendance sèche, sans préparation », seraient « désastreuses ».

« Si, par trois fois, la Nouvelle-Calédonie confirmait son souhait de rester française, il conviendrait alors de lui donner un nouveau statut dans la République », a affirmé le ministre alors que les deux branches de la coalition indépendantiste du FLNKS sont en conflit pour désigner le président du gouvernement collégial.

Ces dissensions interviennent alors que les indépendantistes sont majoritaires au gouvernement pour la première fois depuis le début de l'accord de Nouméa (1998) et que la Nouvelle-Calédonie est confrontée à une crise économique et budgétaire, en partie due aux déboires de la filière nickel.

« L'État a engagé, en janvier, une grande consultation de la société civile » pour répondre aux « aspirations profondes des Calédoniennes et des Calédoniens », rappelle Lecornu pour lequel « l'horloge continue de tourner et les prochains jours seront décisifs ». 

L'indépendance, « personne ne la réclame », estime le ministre selon lequel « les indépendantistes s'accordent à souhaiter un partenariat avec la France. Encore faudrait-il pouvoir en discuter. Ceux qui appellent à voter oui doivent expliquer leur vision de l'avenir à ceux qui appellent à voter non et, pour cela, revenir à la table des discussions », réclame le ministre.

Les deux premiers référendum, le 4 novembre 2018 et le 4 octobre 2020, ont été gagnés par les partisans de la France, mais leur score s'est tassé en deux ans de 56,7% à 53,3%.

L'explosif dossier de la reprise de l'usine métallurgique du groupe Brésilien Vale est à l'origine de la chute du gouvernement le 2 février, provoquée par la démission en bloc des cinq « ministres » indépendantistes.

Le FLNKS et les chefferies kanak s'opposent au rachat par un consortium comprenant le négociant en matières premières suisse, Trafigura.


Covid-19: hospitalisations stables, toujours sur un plateau élevé

Une soignante traite un patient atteint du virus dans un hôpital de Nice (Photo, AFP).
Short Url
  • Les hôpitaux français accueillaient 24 995 patients atteints par le coronavirus samedi, contre 25 130 la veille. Une semaine auparavant, ils étaient 25 269
  • La barre des 3 millions de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin sera bientôt franchie

PARIS: Le nombre de patients à l'hôpital pour cause de Covid-19 se maintenait autour des 25 000, dont quelque 3 400 en service de réanimation, selon les données hospitalières publiées samedi par Santé publique France, des chiffres stables par rapport à la veille.

Les hôpitaux français accueillaient 24 995 patients atteints par le coronavirus, contre 25 130 vendredi. Une semaine auparavant, ils étaient 25 269.