Linda Thomas-Greenfield confirmée comme ambassadrice américaine à l'ONU

Linda Thomas-Greenfield. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 24 février 2021

Linda Thomas-Greenfield confirmée comme ambassadrice américaine à l'ONU

  • Diplomate chevronnée qui fut secrétaire d'Etat adjointe pour l'Afrique sous l'administration de Barack Obama, Linda Thomas-Greenfield, 68 ans, a été confirmée par 78 voix contre 20 à la chambre haute
  • Le Sénat a également confirmé mardi à une écrasante majorité Tom Vilsack, 70 ans, comme ministre de l'Agriculture, un poste qu'il avait occupé tout au long de la présidence Obama (2009-2017): 92 voix en faveur et sept contre

WASHINGTON : Le Sénat américain a confirmé mardi à une très large majorité Linda Thomas-Greenfield au poste d'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU, un succès pour Joe Biden dont d'autres nominations font néanmoins face à de plus fortes oppositions.

Diplomate chevronnée qui fut secrétaire d'Etat adjointe pour l'Afrique sous l'administration de Barack Obama, Linda Thomas-Greenfield, 68 ans, a été confirmée par 78 voix contre 20 à la chambre haute, qui a le pouvoir d'approuver ou de rejeter les nominations présidentielles. 

Le Sénat a également confirmé mardi à une écrasante majorité Tom Vilsack, 70 ans, comme ministre de l'Agriculture, un poste qu'il avait occupé tout au long de la présidence Obama (2009-2017): 92 voix en faveur et sept contre. 

D'autres membres choisis par Joe Biden pour son cabinet font face à de plus fortes résistances, dont son candidat pour diriger le ministère de la Santé, Xavier Becerra, qui passait mardi sur le gril des sénateurs en commission. 

«Nous étudierons le témoignage d'aujourd'hui de M. Becerra mais j'ai du mal à voir comment un candidat aussi radical et sous-qualifié pourrait occuper un poste aussi crucial à un moment aussi critique» de la pandémie de Covid-19, a déclaré le chef des sénateurs républicains Mitch McConnell. 

Les démocrates disposent d'une infime majorité au Sénat: avec 50 sièges contre 50 républicains, ils peuvent compter sur la voix de la vice-présidente Kamala Harris, qui a le pouvoir de départager les votes à égalité.

S'il garde le soutien de tous les démocrates, M. Becerra, 63 ans, pourra donc être confirmé et devenir le premier Hispanique à la tête de ce ministère.

Une autre candidate de Joe Biden, Neera Tanden, nommée pour diriger le budget à la Maison Blanche, apparaît en plus grandes difficultés après qu'un sénateur démocrate a annoncé vendredi qu'il s'opposerait à sa confirmation. Elle devra donc trouver au moins un soutien républicain pour devenir la première femme d'origine indienne à diriger le Bureau de la gestion et du budget à la Maison Blanche (OMB). 

Le Sénat a jusqu'ici confirmé moins de la moitié des 23 membres du cabinet de Joe Biden, arrivé au pouvoir le 20 janvier.

 


Le ministère américain de la Justice fera appel de la décision d’un juge dans le moratoire sur les expulsions

Sur cette photo du 13 janvier 2021, les défenseurs des droits des locataires manifestent devant le bâtiment fédéral JFK à Boston. (Photo AP/ Michael Dwyer)
Short Url
  • Le moratoire sur les expulsions du CDC a été signé en septembre par le président Donald Trump
  • Le président Joe Biden a prolongé le moratoire jusqu’au 31 mars pour donner plus de temps aux locataires alors que la pandémie se poursuit

WASHINGTON : Le ministère de la Justice a annoncé samedi qu’il interjetterait appel d’une décision d’un juge selon laquelle le moratoire sur les expulsions du gouvernement fédéral était inconstitutionnel.

Les procureurs ont déposé un avis dans l’affaire samedi soir, disant qu’il s’agissait d’un appel auprès de la Cour d’appel des États-Unis pour la cinquième circonscription.

Jeudi, le juge de district américain J. Campbell Barker a statué que les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) avaient outrepassé leurs pouvoirs et que le moratoire était inconstitutionnel.

« Bien que la pandémie de Covid-19 persiste, la Constitution persiste aussi », a écrit le juge.

Le moratoire sur les expulsions du CDC a été signé en septembre par le président Donald Trump et prolongé par le président Joe Biden jusqu’au 31 mars.

Barker, qui a été nommé par Trump en 2018 pour servir dans le district Est du Texas, n’est pas allé jusqu’à délivrer une injonction dans cette affaire. Plusieurs propriétaires avaient intenté un procès en faisant valoir que le gouvernement fédéral n’avait pas le pouvoir légal d’arrêter les expulsions.

« Le gouvernement fédéral ne peut pas dire qu’il n’a jamais invoqué son pouvoir sur le commerce interétatique pour imposer un moratoire sur les expulsions résidentielles auparavant », a écrit le juge Barker. « Il ne l’a pas fait lors de la pandémie mortelle de grippe espagnole et n’a pas non plus invoqué un tel pouvoir malgré les exigences de la Grande Dépression. Le gouvernement fédéral n'a jamais revendiqué un tel pouvoir, à aucun moment de l’histoire de notre nation, jusqu’à l’année dernière ».

Les gouvernements d’États et les gouvernements locaux ont approuvé les moratoires sur les expulsions au début de la pandémie pour de nombreux locataires, mais bon nombre de ces protections ont déjà expiré.

Afin d’être éligibles à la protection, les locataires doivent avoir un revenu de 198 000 dollars ou moins pour les couples, ou 99 000 dollars pour les célibataires. Ils doivent également démontrer qu’ils ont demandé l’aide du gouvernement pour payer leur loyer, déclarer qu’ils ne peuvent pas payer en raison des difficultés de la Covid-19 et affirmer qu’ils risquent de devenir sans-abri s’ils sont expulsés.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Exactions au Tigré : les États-Unis condamnent «fermement»

Des réfugiés éthiopiens se rassemblent pour célébrer le 46e anniversaire du Front de libération du peuple du Tigré au camp de réfugiés d'Um Raquba à Gedaref, dans l'est du Soudan, le 19 février 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les États-Unis ont dit samedi être « gravement préoccupés par les atrocités signalées et la détérioration générale de la situation dans la région du Tigré en Éthiopie »
  • Dans un rapport rendu public vendredi, Amnesty International accuse l'armée érythréenne d'avoir massacré « des centaines de civils » en novembre 2020 au Tigré

Les États-Unis ont dit samedi être « gravement préoccupés par les atrocités signalées et la détérioration générale de la situation dans la région du Tigré en Éthiopie » tout en condamnant « fermement les meurtres, les expulsions et déplacements forcés, les agressions sexuelles et autres violations et atteintes extrêmement graves aux droits humains commises par plusieurs parties » et signalées par de nombreuses organisations au Tigré.

« Les États-Unis ont à plusieurs reprises interpellé le gouvernement éthiopien sur l'importance de mettre fin à la violence, d'assurer un accès humanitaire sans entrave au Tigré et de permettre une enquête internationale complète et indépendante sur tous les rapports de violations des droits humains, d'abus et d'atrocités. », affirme le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, dans un communiqué. 

En effet, dans un rapport rendu public vendredi, Amnesty International accuse l'armée érythréenne d'avoir massacré « des centaines de civils » en novembre 2020 au Tigré, région nord de l'Éthiopie où elle combattait les rebelles au côté des forces éthiopiennes.

La présence de troupes érythréennes, venues prêter main forte à l’armée éthiopienne, a été rapportée par des habitants et des organisations humanitaires, mais a toujours été démentie par Asmara et Addis-Abeba.

Amnesty International s’appuie sur des témoignages de réfugiés au Soudan ainsi que sur des images satellite de la ville d'Aksoum, une ville sainte du nord du Tigré.

Tout en se félicitant « du soutien international pour les enquêtes sur les violations et atteintes aux droits humains », les États-Unis appellent au « retrait immédiat des forces érythréennes et des forces régionales d'Amhara du Tigré » ainsi qu’à des « déclarations unilatérales de cessation des hostilités par toutes les parties au conflit et d’un engagement à permettre la fourniture sans entrave d’une assistance à ceux qui se trouvent au Tigré. »

En outre, les États-Unis demandent à travailler avec tous les « partenaires internationaux, en particulier l'Union africaine et les partenaires régionaux » afin de « faire face à la crise au Tigré, notamment par une action à l'ONU et dans d'autres organes compétents. », peut-on lire dans le communiqué du secrétaire d’Etat.

Le Tigré, région jouxtant les frontières de l'Érythrée et du Soudan, est plongé dans la violence depuis le 4 novembre 2020, date du lancement par le gouvernement central d’Addis-Abeba d’une vaste opération militaire contre les forces du Front de libération du peuple du Tigré (Tplf), parti qui gouvernait la région et dont les éléments sont accusés d’avoir attaqué des bases de l’armée fédérale.


Virus: un nouveau vaccin autorisé aux Etats-Unis, Biden appelle à ne pas «baisser la garde»

Johnson & Johnson s'est engagé à acheminer 100 millions de doses aux Etats-Unis avant la fin du mois de juin (Photo, AFP).
Short Url
  • Ce vaccin unidose, qui peut être stocké à des températures de réfrigérateur, rejoint ceux de Pfizer/BioNTech et de Moderna dans l'immense campagne de vaccination aux Etats-Unis
  • «C'est une nouvelle formidable pour tous les Américains, et un pas encourageant dans nos efforts pour mettre fin à la crise», a affirmé Biden dans un communiqué

WASHINGTON: Les Etats-Unis ont accordé samedi une autorisation en urgence au vaccin de Johnson & Johnson contre la Covid-19, une nouvelle saluée par le président Joe Biden qui a cependant appelé à ne pas « baisser la garde » face à l'épidémie.

Ce vaccin unidose, qui peut être stocké à des températures de réfrigérateur, rejoint ceux de Pfizer/BioNTech et de Moderna dans l'immense campagne de vaccination aux Etats-Unis, où la pandémie a fait plus de 500 000 morts.

Après avoir étudié en détail les données des essais cliniques, conduits sur plus de 43 000 personnes, un comité d'experts avait recommandé vendredi la mise sur le marché du vaccin de l'entreprise américaine.

Au moins trois millions de doses du produit sont prêtes à être distribuées dès la semaine prochaine, selon le gouvernement américain. Johnson & Johnson s'est engagé à acheminer 100 millions de doses aux Etats-Unis avant la fin du mois de juin.

« C'est une nouvelle formidable pour tous les Américains, et un pas encourageant dans nos efforts pour mettre fin à la crise », a affirmé Biden dans un communiqué. « Mais nous ne pouvons pas baisser la garde ni tenir pour acquis que la victoire est inévitable », a-t-il ajouté.

Avec 600 millions de doses commandées au total à Pfizer et Moderna, les Etats-Unis disposeront, d'ici la fin juillet, d'assez de vaccins pour immuniser la quasi-totalité de la population. L'ajout de celles de Johnson & Johnson pourrait encore accélérer la campagne de vaccination.

« Rendez-moi mon vaccin »

L'Afrique du Sud, pays le plus touché par le virus en Afrique, a reçu samedi une deuxième livraison du vaccins Johnson & Johnson, alors qu'elle s'efforce d'accélérer sa campagne d'immunisation.

Quelque 80 000 vaccins sont arrivés de Bruxelles par avion, selon les médias locaux.

Selon le ministère, plus de 63 600 personnels de santé du secteur public et privé ont été vaccinés depuis le lancement de la campagne nationale de vaccination il y a 11 jours.

En Argentine, plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi dans différentes villes pour protester contre les « vaccinations VIP » contre la Covid-19, un scandale qui a coûté son poste au ministre de la Santé. 

« Cessez de gaspiller notre argent », « Rendez-moi mon vaccin », lisaient les pancartes des manifestants.

Le scandale avait éclaté la semaine dernière lorsqu'un journaliste a déclaré à la radio avoir été vacciné grâce à son amitié avec le ministre de la Santé, Ginés Gonzalez Garcia.

Le ministère de la Santé a publié lundi une liste de 70 personnes, comprenant le ministre de l'Economie de 38 ans ou l'ancien président Eduardo Duhalde, son épouse et leurs enfants, ayant reçu le vaccin en dehors de la campagne officielle lancée fin décembre.

Reconfinements

Au Royaume-Uni, où près de 35% de la population adulte a déjà reçu au moins une dose de vaccin, le prince William et son épouse Catherine ont publié samedi une vidéo appelant les Britanniques à ne pas croire les fausses rumeurs circulant sur les réseaux sociaux à propos des vaccins. Jeudi, la reine Elizabeth II, 94 ans, avait encouragé ses compatriotes à se faire vacciner, expliquant que la piqûre ne lui « avait pas fait mal du tout » et qu'il fallait « penser aux autres ».

La pandémie a fait plus de 2,5 millions de morts dans le monde depuis décembre 2019, selon un bilan établi samedi. Plus de 113 374 410 cas d'infection ont été diagnostiqués.

Les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé avec 510 467 morts, devant le Brésil (252 835), le Mexique (184 474), l'Inde (156 938) et le Royaume-Uni (122 415).

La France, qui surveille de près la situation dans une vingtaine des 101 départements français, reconfine ce week-end et le suivant une partie de la Côte d'Azur (Sud-Est) et l'agglomération de Dunkerque.

Ailleurs en Europe, la République tchèque se confine partiellement à partir de lundi, le taux de contamination par habitant du pays étant le plus élevé du monde. Il sera interdit de se déplacer hors du département de son lieu de résidence et le masque sera obligatoire à l'extérieur dans les zones habitées et sur les lieux de travail.

En Océanie, la Nouvelle-Zélande reconfine pour au moins sept jours à partir de dimanche sa principale ville, Auckland (1,7 million d'habitants), après de nouveaux cas de Covid-19. La prestigieuse Coupe America de voile doit y débuter le 6 mars et ses organisateurs ont indiqué samedi qu'ils « étudiaient la situation ».