Algérie: pour Khaled Drareni, la liberté de la presse doit être «intouchable»

Khaled Drareni, journaliste algérien, emprisonné pendant presque un an (AFP)
Khaled Drareni, journaliste algérien, emprisonné pendant presque un an (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 24 février 2021

Algérie: pour Khaled Drareni, la liberté de la presse doit être «intouchable»

  • «Même si je suis resté libre dans ma tête tout en étant enfermé, je suis quand même heureux de retrouver la liberté vraie»
  • «Un journaliste ne mérite pas d'aller en prison. J'espère que je suis le dernier journaliste algérien qui entre en prison»

ALGER : Sitôt libéré, le journaliste algérien Khaled Drareni, emprisonné pendant presque un an pour avoir couvert une manifestation, se dit déterminé à reprendre son métier et son combat pour la liberté de la presse, dans un entretien à l'AFP.

«J'espère que ma prison va contribuer à renforcer la liberté de la presse en Algérie et en faire une liberté sacrée, intouchable», affirme cet ancien présentateur vedette, âgé de 40 ans.

Incarcéré en mars 2020, il est sorti de prison vendredi (bien: vendredi) soir à la suite de la grâce décrétée par le président Abdelmadjid Tebboune en faveur de détenus du Hirak, le soulèvement populaire né en février 2019.

Accueilli par une foule d'amis et de sympathisants devant la prison de Koléa, à 40 minutes à l'ouest d'Alger, Khaled Drareni est apparu en meilleure forme que lors de son procès en septembre, lors duquel il était très amaigri.

 «Libre»

«Je me sens très bien, en bonne santé, ravi de retrouver les miens», a-t-il par la suite confié à l'AFP.

«Même si je suis resté libre dans ma tête tout en étant enfermé, je suis quand même heureux de retrouver la liberté vraie».

Dans le salon de la maison familiale à Alger, où il a retrouvé ses parents, le journaliste, qui a bénéficié d'une campagne de solidarité internationale, apparaît serein et souriant.

Le journaliste s'est fait connaître en Algérie en tant que présentateur sur les chaînes privées Dzair TV et Echourouk TV, mais aussi pour son militantisme sur les réseaux sociaux, où il a partagé photos, slogans et déclarations en direct des défilés du Hirak.

Chez lui, il reçoit dans une atmosphère détendue proches, amis, militants et même des inconnus venus témoigner leur respect.

Parmi eux, des compagnons de lutte: le journaliste et ex-détenu Fodil Boumala, le jeune militant Walid Kechida, emprisonné pour des mèmes critiques à l'égard du régime, ou encore le directeur du percutant site satirique El Manchar.

Condamné mi-septembre à deux ans de prison ferme pour «incitation à attroupement non armé» et «atteinte à l'unité nationale», le journaliste indépendant clame n'avoir fait que son métier.

Il a été accusé par les autorités d'avoir travaillé pour un média étranger sans accréditation, une procédure bureaucratique erratique en Algérie, mais aussi et plus gravement d'être un «khabarji» (informateur) à la solde «de parties étrangères» (non précisées).   

Désormais libre, cet «éternel optimiste» --tel qu'il se décrit-- entend reprendre ses activités de journaliste auprès du site d'information Casbah Tribune, qu'il a fondé, et de TV5Monde, dont il est le correspondant en Algérie.

Il anime aussi l'émission Café presse politique (CCP) de la webradio Radio M.

Le correspondant en Algérie de Reporters sans frontières (RSF) note en outre qu'il ne renoncera pas à poursuivre son engagement pour la liberté de la presse. 

«Je ne sais qu'être journaliste. C'est la profession que j'exerce avec fierté et bonheur depuis 15 ans et je suis heureux de revenir à cette formidable profession», assure-t-il.

 «Combat universel»

A ce jour, sa liberté n'est que provisoire puisque le pourvoi en cassation qu'il a introduit sera examiné ce jeudi par la Cour suprême. Il sera représenté par son avocat à l'audience.

Son cas est devenu emblématique du combat pour la liberté de presse et d'expression, mise à mal par une série de condamnations et un arsenal juridique très restrictif pour la presse en ligne et les réseaux sociaux. 

«Un journaliste ne mérite pas d'aller en prison. J'espère que je suis le dernier journaliste algérien qui entre en prison», plaide Khaled Drareni.

Malgré la libération récente d'une quarantaine de détenus d'opinion, une trentaine de personnes sont toujours en prison pour des faits liés au Hirak et/ou aux libertés individuelles, selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

«Je pense que le combat de la liberté de la presse est un combat de tous les jours et dans tous les pays», estime M. Drareni. «Il doit être un combat universel et je suis prêt à mener ce combat en tant que journaliste algérien.»

 


Les détenteurs de visas ne pourront pas accéder à La Mecque pendant la saison du Hajj

Des pèlerins musulmans se recueillent autour de la Kaaba, à la Grande Mosquée, lors du pèlerinage annuel du Hajj à La Mecque, en Arabie saoudite, le 25 juin 2023. (AFP)
Des pèlerins musulmans se recueillent autour de la Kaaba, à la Grande Mosquée, lors du pèlerinage annuel du Hajj à La Mecque, en Arabie saoudite, le 25 juin 2023. (AFP)
Short Url
  • Du 23 mai au 21 juin, seuls les pèlerins munis de permis de Hajj seront autorisés à entrer à La Mecque, sous peine de sanctions en cas d'infraction
  • Le ministère a exhorté les visiteurs qui sont actuellement en Arabie saoudite à éviter de se rendre à La Mecque pendant la période spécifiée

RYAD: Le ministère saoudien de l'Intérieur a annoncé que les détenteurs de visas de visite ne seront pas autorisés à entrer ou à séjourner à La Mecque pendant la saison du Hajj.

Du 23 mai au 21 juin, seuls les pèlerins munis de permis de Hajj seront autorisés à entrer à La Mecque, sous peine de sanctions en cas d'infraction.

Le ministère a souligné que les visas de visite ne permettaient pas d'effectuer le Hajj. Il a également exhorté les visiteurs qui sont actuellement en Arabie saoudite à éviter de se rendre à La Mecque pendant la période spécifiée.

«Les contrevenants seront soumis à des sanctions, conformément aux lois en vigueur dans le Royaume», lit-on dans un communiqué du ministère.

Le ministère de l'Intérieur avait précédemment annoncé qu'il infligerait des amendes d'un montant de 2 666 dollars (1 dollar = 0,92 euro) à toute personne, citoyens saoudiens compris, surprise en train d'entrer à La Mecque sans permis de Hajj entre le 2 et le 20 juin.


Gaza:Des militants palestiniens diffuse une vidéo d'un otage israélien en vie

Une image extraite d'une vidéo publiée par le groupe militant palestinien Jihad islamique le 28 mai 2024, montre un otage israélien détenu à Gaza, identifié par les médias israéliens comme étant l'otage russo-israélien de 28 ans Sasha Trupanov, s'adressant à la caméra ( Photo, AFP).
Une image extraite d'une vidéo publiée par le groupe militant palestinien Jihad islamique le 28 mai 2024, montre un otage israélien détenu à Gaza, identifié par les médias israéliens comme étant l'otage russo-israélien de 28 ans Sasha Trupanov, s'adressant à la caméra ( Photo, AFP).
Short Url
  • Le jeune homme, identifié par les médias israéliens comme étant Sacha Trupanov, 28 ans, est un citoyen israélo-russe
  • Sa mère, sa grand-mère et sa petite amie qui avaient été enlevées le même jour ont été libérées lors de la trêve fin novembre

GAZA: Le Jihad islamique palestinien a diffusé mardi la vidéo d'un otage israélien en vie s'exprimant en hébreu dans un court message.

Le jeune homme, identifié par les médias israéliens comme étant Sacha Trupanov, 28 ans, est un citoyen israélo-russe. Il avait été capturé le 7 octobre dans le kibboutz Nir Oz puis emmené dans la bande de Gaza.

Sa mère, sa grand-mère et sa petite amie qui avaient été enlevées le même jour ont été libérées lors de la trêve fin novembre entre le Hamas et Israël, qui a permis la libération de 105 otages.

Son père Vitaly Trupanov, 50 ans, avait été tué lors de l'attaque.

"Voir mon Sasha à la télévision aujourd'hui est très réconfortant, mais cela me brise aussi le cœur qu'il soit en captivité depuis si longtemps. J'en appelle à tout le monde, à tous les décisionnaires, s'il vous plaît, faites tout, absolument tout, pour ramener mon fils et tous les otages à la maison maintenant !", a déclaré sa mère Yelena Trupanov, dans un court message publié par le Forum des familles d'otages.

Preuve 

Le Hamas et le Jihad islamique palestinien ont déjà, par le passé, diffusé des vidéos d'otages.

Cette vidéo "est une preuve supplémentaire que le gouvernement israélien doit donner un mandat clair à l'équipe de négociation, qui pourra aboutir à un accord pour le retour de tous les otages", affirme le Forum des familles d'otages, principale association israélienne de proches d'otages retenus dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre.

Ce jour-là, des commandos du Hamas ont mené une attaque sans précédent dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1.189 personnes, en majorité des civils, selon un bilan de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Ils ont également enlevé 252 personnes. Parmi elles, selon Israël, 121 sont toujours détenues dans la bande de Gaza, dont 37 sont considérées mortes par l'armée israélienne.

La vaste opération militaire menée en représailles par Israël dans la bande de Gaza a fait plus de 36.000 morts, en majorité des civils, selon le ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.


L’Arabie saoudite condamne la poursuite des actes génocidaires perpétrés par Israël à Rafah

Un garçon palestinien fouille parmi les débris sur le site d’une frappe israélienne, menée la veille sur un camp de personnes déplacées à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 28 mai 2024. (AFP)
Un garçon palestinien fouille parmi les débris sur le site d’une frappe israélienne, menée la veille sur un camp de personnes déplacées à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 28 mai 2024. (AFP)
Short Url
  • Le Royaume tient les autorités israéliennes pour pleinement responsables de ce qui se passe à Rafah et dans tous les territoires palestiniens occupés
  • Les chars israéliens ont avancé, pour la première fois, au cœur de Rafah, après une nuit de bombardements intenses

RIYAD: L’Arabie saoudite a condamné, mardi, la poursuite des «massacres génocidaires contre le peuple palestinien» par les forces israéliennes qui ont ciblé les tentes de réfugiés palestiniens sans défense à Rafah.

Le Royaume tient les autorités israéliennes pour pleinement responsables de ce qui se passe à Rafah et dans tous les territoires palestiniens occupés, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

L’armée israélienne a nié avoir frappé, mardi, un camp de tentes à l’ouest de la ville de Rafah après que les autorités sanitaires de Gaza ont déclaré que les bombardements de chars israéliens avaient tué au moins vingt et une personnes là-bas, dans ce qu’Israël qualifie de «zone d’évacuation civile».

Plus tôt, défiant un appel de la Cour internationale de justice (CIJ), les chars israéliens ont avancé, pour la première fois, au cœur de Rafah, après une nuit de bombardements intenses, tandis que l’Espagne, l’Irlande et la Norvège ont officiellement reconnu un État palestinien – une décision qui a renforcé l’isolement international d’Israël.

L’Arabie saoudite a répété que la violation flagrante, par les forces israéliennes, de toutes les lois et normes internationales et humanitaires, à la lumière du silence de la communauté internationale, exacerbe cette catastrophe humanitaire palestinienne sans précédent et met en jeu la crédibilité de l’institution de légitimité internationale.

«Le Royaume insiste sur la nécessité pour la communauté internationale d’assumer ses responsabilités pour mettre fin aux massacres contre le peuple palestinien et exiger des comptes des responsables», conclut le communiqué.

(Avec Reuters)

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com