L'Iran détient un deuxième ressortissant français, outre la chercheuse Fariba Adelkhah

Le portrait de la chercheuse Fariba Adelkhah détenue en Iran, exposé à l’entrée de la mairie de Paris (Photo, AFP).
Le portrait de la chercheuse Fariba Adelkhah détenue en Iran, exposé à l’entrée de la mairie de Paris (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 25 février 2021

L'Iran détient un deuxième ressortissant français, outre la chercheuse Fariba Adelkhah

  • Il s'agit d'un touriste de 35 ans arrêté en mai 2020 et détenu depuis sans explication
  • «Il bénéficie de la protection consulaire», a annoncé le ministère français des Affaires étrangères en référence à la procédure dont bénéficie tout ressortissant français détenu à l'étranger

PARIS: L'Iran détient un deuxième ressortissant français outre la chercheuse Fariba Adelkhah, a confirmé mercredi Paris, un nouveau sujet de friction en perspective entre les deux pays sur fond de grandes manœuvres autour de l'accord sur le nucléaire iranien.

Il s'agit d'un touriste de 35 ans arrêté en mai 2020 et détenu depuis sans explication, affirme l'hebdomadaire français Le Point, après déjà des informations en ce sens du quotidien Le Figaro.

« Il bénéficie de la protection consulaire », a annoncé le ministère français des Affaires étrangères en référence à la procédure dont bénéficie tout ressortissant français détenu à l'étranger.

« A ce titre, et malgré la situation sanitaire (liée à la Covid-19, ndlr), des visites consulaires lui ont été rendues et des contacts réguliers sont maintenus avec lui par notre ambassade à Téhéran et avec sa famille par nos services à Paris », a-t-il ajouté sans plus de précisions sur les circonstances de son arrestation et de sa détention.

Selon Le Point, ce Français a été appréhendé par les forces de sécurité iraniennes dans une zone désertique située à la frontière entre l'Iran et le Turkménistan. Le Figaro avait évoqué, sans plus de précisions, une arrestation « dans le désert en manipulant un drone ».

Venu effectuer le tour de l'Iran en van, ce ressortissant est depuis détenu dans la prison Vakilabad de Machhad, dans le nord-est du pays, poursuit Le Point.

Echanges de prisonniers

Il fait face à « des accusations contradictoires et fausses », affirme l'avocat Saïd Dehghan, qui a aussi défendu Fariba Adelkhah, sur son compte Twitter. 

« Il est en bonne santé et a pu s'entretenir à trois reprises avec sa famille au téléphone », a précisé un proche cité par Le Point.

Spécialiste du chiisme et de l'Iran post-révolutionnaire à Sciences Po Paris, la Franco-iranienne Fariba Adelkhah a pour sa part été arrêtée le 5 juin 2019 et condamnée à cinq ans de prison pour « collusion en vue d'attenter à la sûreté nationale » et « propagande contre le système » politique iranien.

La chercheuse, qui rejette toutes ces accusations, a quitté le 3 octobre la prison d'Evine et est assignée depuis à résidence à Téhéran, sous contrôle d'un bracelet électronique.

Les arrestations d'étrangers en Iran, notamment de binationaux, souvent accusés d'espionnage, se sont multipliées depuis le retrait unilatéral en 2018 des Etats-Unis de l'accord international sur le nucléaire iranien et le rétablissement de dures sanctions américaines contre Téhéran.

Au cours des derniers mois, l'Iran a procédé à plusieurs échanges de prisonniers étrangers, notamment des chercheurs, avec des pays détenant des ressortissants iraniens.

Le chercheur français Roland Marchal, arrêté en même temps que Fariba Adelkhah, a ainsi été libéré en mars 2020 dans le cadre d'un échange avec un Iranien détenu en France et dont les Etats-Unis réclamaient l'extradition, selon Téhéran.

« Prise d'otage »

Le sort des deux Français pourrait être lié à celui d'Assadollah Assadi, un diplomate iranien condamné à 20 ans de prison le 4 février en Belgique pour avoir projeté un attentat contre un rassemblement d'opposants au régime de Téhéran en France, selon différents observateurs.

Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian a dénoncé mercredi devant le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU ce qu'il a assimilé à de la « prise d'otage » de la part de l'Iran et a une nouvelle fois réclamé la « libération définitive » de Fariba Adelkhah.

Ces tensions s'ajoutent à celles autour de l'accord nucléaire iranien, menacé d'éclatement alors que l'Iran continue à le détricoter par une série de violations de ses engagements en réaction au retrait américain.

Conclu à Vienne entre l'Iran et le groupe 5+1 (France, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Russie, Chine, Allemagne), le pacte prévoit une levée progressive de sanctions internationales en échange de la garantie que l'Iran ne se dote pas de l'arme atomique.

Le nouveau président américain Joe Biden a promis de rejoindre l'accord, mais à la condition que Téhéran revienne au préalable au respect des engagements pris dans l'accord. L'Iran exige de son côté la levée des sanctions américaines pour revenir à ses engagements.

La France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne, cosignataires de l'accord, dénoncent les violations iraniennes et s'efforcent de sauver l'accord en tentant de rétablir un dialogue entre Téhéran et les Etats-Unis.


Jour J pour le pass vaccinal, les restaurateurs résignés

«Quand une partie de la population contrôle une autre partie de la population, ce n'est pas bon», déplore Alain Fontaine, président de la société française des Maîtres restaurateurs. (Photo, AFP)
«Quand une partie de la population contrôle une autre partie de la population, ce n'est pas bon», déplore Alain Fontaine, président de la société française des Maîtres restaurateurs. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Pour nous, le pass vaccinal ne change pas grand-chose», confie Alain Deriot, gérant du restaurant Jour de pêche à Lille, dont la clientèle est «souvent vaccinée»
  • Le pass vaccinal «ne sera pas une contrainte supplémentaire», a estimé Didier Chenet, président du GNI, syndicat patronal des indépendants de l'hôtellerie restauration

PARIS: Cinq semaines après son annonce par le gouvernement, le pass vaccinal a remplacé lundi l'ancien pass sanitaire, obligatoire pour les plus de 16 ans souhaitant aller au restaurant ou prendre le train, une transition contestée mais sans encombre selon les témoignages recueillis dans plusieurs villes. 

« Pour nous, le pass vaccinal ne change pas grand-chose », confie Alain Deriot, gérant du restaurant Jour de pêche à Lille, dont la clientèle est « souvent vaccinée ». 

« Les petits contrôles de pass à l'entrée, on sait faire (...) Mais les contrôles d'identité, je ne me vois pas les faire, c'est intrusif », souligne-t-il, alors que la loi autorise désormais les gérants d'établissements à contrôler l'identité des clients en cas de doute sur le pass présenté. 

Même son de cloche pour César Armand, du bar lillois Les Arts: « Bien sûr, parfois on a des doutes quand on regarde la date de naissance et que la tête de la personne ne correspond pas, mais moi je ne suis pas policier ». 

Sammy, serveur dans un café à Paris, relève que, de toute façon, la levée des restrictions sera « vite là », le gouvernement ayant annoncé la fin du port du masque en extérieur et du télétravail obligatoire le 2 février, puis la réouverture des discothèques et le retour de la consommation au comptoir le 16 février. 

Mais désormais un test négatif ne suffit plus, comme c'était le cas avec le pass sanitaire, sauf pour accéder aux établissements et services de santé: à partir de 16 ans, il faut justifier d'un statut vaccinal contre la Covid-19 pour accéder aux activités de loisirs, restaurants et bars (sauf restauration collective), foires ou transports publics interrégionaux (avions, trains, cars). 


La France conseille de reporter les voyages non essentiels vers l'Ukraine

Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères, lors de la réunion consacrée aux tensions entre la Russie et l'Ukraine. (Photo, AFP)
Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères, lors de la réunion consacrée aux tensions entre la Russie et l'Ukraine. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Dans la mesure du possible, il est conseillé de différer les déplacements sans caractère indispensable ou urgent en Ukraine», souligne le ministère français des Affaires étrangères
  • Contrairement aux Etats-Unis et au Royaume-uni, la France ne demande pas pour l'heure au personnel de son ambassade ou aux familles de ses diplomates en poste en Ukraine de quitter le pays

PARIS: La France a recommandé lundi à ses ressortissants de reporter les voyages non essentiels vers l'Ukraine et de ne pas se rendre dans les zones frontalières dans le Nord et l'Est du pays, en pleine escalade des tensions avec la Russie voisine.  

« Dans la mesure du possible, il est conseillé de différer les déplacements sans caractère indispensable ou urgent en Ukraine », souligne le ministère français des Affaires étrangères dans ses conseils actualisés aux voyageurs. 

« Dans le contexte des tensions créées par la concentration de troupes russes aux frontières de l'Ukraine, il est recommandé de faire preuve d’une vigilance renforcée et il est formellement déconseillé de se rendre dans les zones frontalières du nord et de l'est du pays », est-il ajouté. 

Contrairement aux Etats-Unis et au Royaume-uni, la France ne demande pas pour l'heure au personnel de son ambassade ou aux familles de ses diplomates en poste en Ukraine de quitter le pays. 

« Nous avons pris note des annonces effectuées par les États-Unis et le Royaume-Uni concernant la situation de leur personnel diplomatique en Ukraine et de leur famille », s'est bornée à répondre la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, interrogée sur ce point. 

« Nous restons en étroite concertation avec tous nos partenaires, notamment européens (..) et nous tenons prêts à adapter notre position si la situation le justifie », a-t-elle toutefois ajouté. 

L'Union européenne a fait savoir lundi qu'elle ne comptait pas suivre les Etats-Unis qui rappellent les familles de leurs diplomates. 

Le ministère britannique des Affaires étrangères a de son côté annoncé lundi le retrait de personnels de son ambassade à Kiev face à la « menace croissante » de la Russie. 

L'Australie a aussi recommandé à ses ressortissants de ne pas se rendre en Ukraine  « en raison du risque de conflit armé » et annoncé un rapatriement du personnel non essentiel de son ambassade. 

Canberra demande également aux Australiens se trouvant en Ukraine de quitter sans tarder le pays par des « moyens commerciaux » tant que la situation sécuritaire le permet. « La disponibilité en vols pourrait changer ou être suspendue à brève échéance », a averti le ministère australien des Affaires étrangères. 


Candidat ? Macron se prononcera «  en temps voulu »

Emmanuel Macron a fait un détour devant une imposante vache limousine qui fera le voyage au Salon de l'agriculture en février. (AFP).
Emmanuel Macron a fait un détour devant une imposante vache limousine qui fera le voyage au Salon de l'agriculture en février. (AFP).
Short Url
  • A 76 jours du premier tour, le chef de l'Etat occupe le terrain avec cette nouvelle étape de son tour de France présidentiel, qui le conduira aussi mardi en Haute-Vienne
  • Accompagné de quatre ministres, il a salué agriculteurs et élèves, avec un détour devant une imposante vache limousine qui fera le voyage au Salon de l'agriculture

AHUN: "J'annoncerai ma décision en temps voulu", "réponse au prochain épisode!": interrogé lundi en Creuse par l'élève d'un lycée agricole, Emmanuel Macron est resté évasif sur sa candidature à le présidentielle 2022, lors d'une visite consacrée au bilan de ses actions pour le monde rural.


"Je vais continuer à me battre jusqu'au bout car on a encore beaucoup de choses à faire. Si tout avait été réglé... Ce n'est pas le cas!", a-t-il lancé en souriant, en rencontrant les élèves du lycée agricole d'Ahun, près de Guéret.


A 76 jours du premier tour, le chef de l'Etat occupe le terrain avec cette nouvelle étape de son tour de France présidentiel, qui le conduira aussi mardi en Haute-Vienne, pour présenter son bilan sur les zones blanches, le retour des services publics ou les déserts médicaux.


Il a félicité l'élève, Tom, 19 ans, de s'être inscrit sur les listes électorales. "C'est un droit qui a été acquis, et qui une forme de devoir. Et donc s’intéresser au fond des programmes, des propositions des uns des autres, et faire votre choix de citoyens libres, je pense que c'est essentiel et je vous félicite", a-t-il ajouté dans l'étable de l'établissement.


Accompagné de quatre ministres, il a salué agriculteurs et élèves, avec un détour devant une imposante vache limousine qui fera le voyage au Salon de l'agriculture en février, avant d'expliquer que son gouvernement s'était battu pour rehausser les revenus agricoles.


"Le revenu, c'est la mère des batailles, la passion ne peut pas tout, la rémunération est la clé. On se bat pour cela avec la mise en œuvre de la loi Egalim 2 pour mieux s’armer dans la guerre des prix", a assuré le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie. "On doit complètement revaloriser vos métiers. Depuis quinze ans, nourrir n'avait plus de valeur. On doit réhabituer tout le monde au fait que la nourriture est une valeur", a ajouté le chef de l'Etat, en estimant que l'impact de la loi allait se faire sentir.


Autre sujet sensible, la présence de loups, responsables d'attaques récentes en Creuse et Corrèze. Une question qui "sera abordée dans le cadre de la présidence française de l’UE", a répondu M. Denormandie, tous les pays n'ayant pas la même stratégie.