Du «quiproquo» à l'affrontement, la violence des bandes de quartiers en France

Des personnes sont rassemblées avant de participer à une marche silencieuse sur la place le Vau, le 11 mars 2011 à Asnières-sur-Seine où un adolescent de 15 ans a été dans un contexte de lutte entre bandes. (Photo, AFP/Archives)
Des personnes sont rassemblées avant de participer à une marche silencieuse sur la place le Vau, le 11 mars 2011 à Asnières-sur-Seine où un adolescent de 15 ans a été dans un contexte de lutte entre bandes. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
Publié le Vendredi 26 février 2021

Du «quiproquo» à l'affrontement, la violence des bandes de quartiers en France

  • Deux morts de 14 ans, lundi et mardi. 24 heures dramatiques, à fort impact médiatique...
  • Les affrontements font partie du quotidien des habitants des banlieues défavorisées

EVRY-COURCOURONNES , FRANCE: « Culture de l'embrouille » et parents démunis: le phénomène persistant des rixes entre bandes de jeunes, opposant des adolescents qui se disent « en guerre » pour « défendre" leur quartier, a resurgi cette semaine avec le décès de deux collégiens dans l'Essonne.

Deux morts de 14 ans, lundi et mardi. 24 heures dramatiques, à fort impact médiatique... s'ils se terminent rarement par des décès, ces affrontements font partie du quotidien de nombreux jeunes habitants de quartiers.

Maëva*, 14 ans, confie à l'AFP avoir souvent eu « peur » les mercredis, jour de « bagarre » devant son collège, entre jeunes qui s'affrontaient munis de « béquilles et de bouts de verre », avant la mise en place de « rondes de police ».

La collégienne de Ris-Orangis a été « choquée » en apprenant l'âge de l'adolescente tuée d'un coup de couteau lundi. « Peut-être que dans deux ans, ce sera un jeune de huit ans qui meurt ? », s'inquiète-t-elle lors d'un atelier organisé par l'association Génération II, à Evry-Courcouronnes.

Certains estiment qu'il existe un « rajeunissement » de ce phénomène de bandes. Mais pour Marwan Mohammed, chercheur au CNRS spécialiste des jeunesses urbaines, ce n'est pas le cas.

« Les jeunes investissent le monde des bandes à peu près au même âge » qu'il y a « cinquante ans », explique-t-il. Il y a eu un « effet de sidération » cette semaine, car les morts sont « très rares » lors de rixes entre jeunes, mais « il y a tellement de bagarres, dont beaucoup se terminent avec des blessés ».

Ce fut le cas d'Adam*, à l'automne dernier.

A la sortie de son lycée, l'adolescent de 16 ans qui vit à Evry, a « croisé un gars de Grigny ». « Il cherchait mon ami avec qui il s'était embrouillé, mais comme mon ami a fini plus tôt ce jour-là, et comme je viens du même quartier, ils se sont acharnés à vingt sur moi et j'ai fait trois jours dans le coma », raconte le jeune, sweatshirt et barbe naissante.

« Culture de l'embrouille »

« Un vol, une dette, une humiliation, un mot sur (le réseau social) SnapChat, un quiproquo... »: pour Marwan Mohammed, le motif de la bagarre entre bandes est finalement « très secondaire ».

Ce qui joue, c'est « la disposition permanente à l'affrontement »: « il suffit juste d'une occasion pour qu'elle se réactive ».

Cette disposition « renvoie à une culture de l'embrouille, qui est très marquante dans les milieux populaires » et « qui permet à un certain nombre d'individus d'exister et de se construire un statut social » dans un contexte de « difficultés sociales », selon le chercheur.

Chez les ados, cela peut se traduire par des règles autour de territoires et de « guerres » entre bandes, selon leurs mots, lorsque ces règles sont transgressées. Comme lorsque Yassine*, alors âgé de 17 ans, nouveau dans son quartier, a échappé de peu à un passage à tabac.

« Ils étaient quatre derrière moi. Heureusement j'étais un peu sportif, j'ai couru, puis j'ai vu un gars que je connaissais dans le quartier. Le gars leur a dit d'arrêter, qu'il me connaissait, que j'étais nouveau. Là, ils se sont arrêtés, heureusement car sinon ils allaient me taper », dit le jeune homme.

Les bandes ont l'impression de « défendre l'honneur collectif, la réputation du quartier", analyse le chercheur.

« On ne naît pas parent »

Associations et médiateurs travaillent à transformer cette identification à leur quartier en un attachement positif et non violent.

Pour y parvenir, Aisseta Cissé, qui a fondé l'association Génération II en 2000, cherche notamment à sensibiliser les parents afin qu'ils « s'imposent, mettent un cadre ».

« Il faut accepter d'être un parent imparfait, de pousser les portes (de l'association) pour être aidé. On ne naît pas parent, on le devient », poursuit-elle.

C'est grâce à son association qu'Adam a trouvé la force de retourner au lycée. Pendant un mois, ce dernier s'arrêtait devant les grilles. « Je revoyais les images de mon agression, je stoppais net et je rentrais chez moi », raconte-t-il.

Jusqu'à ce qu'un « père référent », une sorte de tuteur attribué par l'association, l'accompagne pendant une semaine.

Pour lutter contre ce sentiment « d'insécurité » aux abords des établissements scolaires, le rectorat de Versailles, dont dépend notamment l'Essonne, dispose de « 40 personnels dédiés à la sécurisation et à la prévention » capables d'intervenir en cas de « tensions ».

L'académie et la gendarmerie nationale ont également formé ces deux dernières années « 240 chefs d'établissement (...) aux phénomènes violents aux abords de l'établissement ».


Pécresse propose de défiscaliser les successions jusqu'à 200 000 euros

«Je supprime les droits de succession pour 95 % des Français», assure Mme Pécresse. (Photo, AFP)
«Je supprime les droits de succession pour 95 % des Français», assure Mme Pécresse. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le programme de la candidate prévoit que chaque enfant puisse hériter de 200 000 euros de manière défiscalisée, contre 100 000 euros aujourd'hui.
  • L'abattement serait aussi porté à 100 000 euros pour une transmission indirecte

PARIS : Valérie Pécresse, la candidate Les Républicains (LR) à la présidentielle, propose si elle est élue d'exonérer de taxes les successions jusqu'à 200 000 euros par enfant, détaille-t-elle dans un entretien dimanche au Figaro.

"Je supprime les droits de succession pour 95 % des Français", assure Mme Pécresse. 

Le programme de la candidate prévoit que chaque enfant puisse hériter de 200 000 euros de manière défiscalisée, contre 100 000 euros aujourd'hui. L'abattement serait aussi porté à 100 000 euros pour une transmission indirecte, par exemple dans le cas où "une personne hériterait de son oncle ou de sa sœur".

Valérie Pécresse veut également augmenter le plafond des donations du vivant des donateurs défiscalisées. Chaque parent pourrait ainsi donner 100 000 euros tous les six ans et non plus tous les quinze ans. La mesure concernerait également "chacun des petits-enfants pour permettre le saut générationnel", et serait encore de 50 000 euros pour les neveux et les fratries. 

La candidate propose dans le même entretien, afin de faciliter l'accès à la propriété, de "généraliser le prêt à taux zéro pour les primo-accédants sur tout le territoire français et pas seulement dans les zones tendues". Elle détaille enfin des mesures de son programme visant à augmenter le montant des allocations familiales.

Pour financer ces mesures, Mme Pécresse promet "toute une série de mesures d’économies", citant la retraite repoussée à 65 ans, l’assurance-chômage, ou le RSA réformé "pour sortir de la politique d’assistanat". Elle évoque aussi la réforme de l'Etat, "avec une décentralisation des compétences pour éviter les nombreux doublons administratifs et une simplification radicale des normes".


Un écrivain turco-arménien expulsé de Grèce a rejoint la France

L'écrivain a posté une photo du célébre café parisien "Les Deux Magots" pour signifier son arrivée (Photo, AFP).
L'écrivain a posté une photo du célébre café parisien "Les Deux Magots" pour signifier son arrivée (Photo, AFP).
Short Url
  • Recherché par la Turquie après s'être évadé de prison, Sevan Nisanyan, 66 ans, avait rejoint l'île de Samos en 2017 où il vivait avec un permis de séjour temporaire
  • Il avait été condamné et emprisonné en Turquie en 2014 après avoir été accusé dans une affaire de construction illégale

ATHENES: L'écrivain et linguiste turco-arménien Sevan Nisanyan, arrêté fin décembre sur l'île grecque de Samos et invité depuis à quitter la Grèce, a annoncé dimanche sur sa page Facebook avoir rejoint Paris avant de poursuivre vers l'Arménie.

"Les Deux Magots à côté", a-t-il posté dimanche en référence au célèbre café parisien, après avoir déjà publié une photo de lui samedi à l'Opéra de Paris.

"J'ai quitté la Grèce, un autre Etat policier dément (...) Serai à Paris brièvement, ensuite en Arménie un certain temps", avait-il tweeté jeudi.

Recherché par la Turquie après s'être évadé de prison, Sevan Nisanyan, 66 ans, avait rejoint l'île de Samos en 2017 où il vivait avec un permis de séjour temporaire.

Il avait été condamné et emprisonné en Turquie en 2014 après avoir été accusé dans une affaire de construction illégale qu'il estime être une punition pour ses opinions politiques.
Sevan Nisanyan avait été arrêté le 30 décembre à Samos après que les autorités grecques eurent refusé de renouveler son titre de séjour, selon son épouse grecque Ira Tzourou, qui redoutait que son mari ne soit expulsé en Turquie.

Le 7 janvier, la justice grecque a finalement décidé de relâcher l'écrivain à condition qu'il quitte le pays dans les deux semaines.

"Comme Sevan Nisanyan est citoyen arménien, il peut partir en Arménie s'il le souhaite", avait alors précisé l'ambassade d'Arménie à Athènes.

La justice grecque refuse souvent d'extrader vers la Turquie les personnes qui déclarent y être persécutées pour leurs opinions.


Présidentielle: 467 000 inscrits pour la «primaire populaire», Le Pen contre-attaque

Selon un sondage Ipsos-Sopra Steria samedi pour Le Monde, la Fondation Jean Jaurès et le Cevipof, la gauche serait laminée le 10 avril avec Jean-Luc Mélenchon (en photo) à 8%, Yannick Jadot à 7%, Christiane Taubira à 5% et Anne Hidalgo à 3,5%. (Photo, AFP)
Selon un sondage Ipsos-Sopra Steria samedi pour Le Monde, la Fondation Jean Jaurès et le Cevipof, la gauche serait laminée le 10 avril avec Jean-Luc Mélenchon (en photo) à 8%, Yannick Jadot à 7%, Christiane Taubira à 5% et Anne Hidalgo à 3,5%. (Photo, AFP)
Short Url
  • Ils seront invités à voter du 27 au 30 janvier pour désigner, parmi sept personnalités de la gauche, celle qui sera soutenue
  • En meeting samedi à Cannes devant 4 000 personnes, Éric Zemmour a mis en valeur sa dernière recrue en provenance du Rassemblement national

PARIS : La "primaire populaire", l'un des symptômes des difficultés de la gauche dans la campagne présidentielle, a pris forme dimanche, avec un total de 467 000 inscrits, à l'orée d'une semaine qui verra tous les candidats lancer concrètement leur course aux parrainages.

À onze semaines exactement du premier tour, et à défaut de grands meetings, Yannick Jadot (EELV), Jean-Luc Mélenchon (LFI), Fabien Roussel (PCF), Valérie Pécresse (LR), Éric Zemmour (Reconquête) et Marine Le Pen (RN) sont intervenus sur les divers plateaux radio et télé tout au long de la journée.

En meeting samedi à Cannes devant 4 000 personnes, Éric Zemmour a mis en valeur sa dernière recrue en provenance du Rassemblement national, l'eurodéputé Gilbert Collard.

L'arrivée de cet avocat médiatique de 73 ans, qui était relativement marginalisé au RN, nourrit le discours du candidat Zemmour sur l'union du "peuple de droite" que, selon lui, il serait le seul à pouvoir réaliser et qui serait la clé d'un pouvoir qui s'est jusqu'à présent refusé à Mme Le Pen.

Marine Le Pen a répondu vivement à l'initiative, fustigeant "une dérive du mercenariat" lors de Dimanche en politique sur France 3.

Primaire disqualifiée

"Pour des gens qui vous expliquent toute la journée qu'ils vont sauver la France, ne pas être capable de décrocher son téléphone pour dire à la personne qui vous a fait élire, 'j'ai pris la décision d'aller chez un concurrent' en pleine campagne présidentielle de surcroît, c'est vraiment déplorable", a-t-elle ajouté, appelant Gilbert Collard à démissionner de son mandat parlementaire.

Mme Le Pen se dit par ailleurs persuadée que "le rôle d’Éric Zemmour est de m'empêcher d'arriver au second tour et non pas d'être au second tour lui-même".

À gauche, la "primaire populaire", disqualifiée par les principaux candidats de gauche qu'elle entend départager, a revendiqué dimanche soir un total de 467 000 inscrits.

Ils seront invités à voter du 27 au 30 janvier pour désigner, parmi sept personnalités de la gauche, celle qui sera soutenue.

Ce chiffre est nettement supérieur à ceux de la primaire écologiste de septembre (122 000 inscrits) et au congrès des Républicains début décembre (près de 140 000). 

Mais trois des sept candidats – Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot et la socialiste Anne Hidalgo – ont refusé par avance de reconnaître le résultat du vote, et se retrouvent impliqués dans le scrutin malgré eux. Ils ont chacun demandé que leurs noms soient retirés de la liste des candidats.

L'ancienne garde des Sceaux Christiane Taubira, déclarée candidate il y a seulement une semaine, et trois candidats de moindre envergure ont quant à eux promis de se plier aux résultats.

Selon un sondage Ipsos-Sopra Steria samedi pour Le Monde, la Fondation Jean Jaurès et le Cevipof, la gauche serait laminée le 10 avril avec Jean-Luc Mélenchon à 8%, Yannick Jadot à 7%, Christiane Taubira à 5% et Anne Hidalgo à 3,5%.

Secret de polichinelle

D'après la même enquête, le sortant Emmanuel Macron continue de dominer les intentions de vote. 

Il arriverait largement en tête du premier tour avec 25%, devant Valérie Pécresse (LR) et Marine Le Pen (RN) à égalité à 15,5%. Au second tour, M. Macron obtiendrait 54% des voix face à Mme Pécresse (46%), et 57% contre Mme Le Pen (43%).

Emmanuel Macron passera lundi et mardi deux jours dans le Limousin afin de présenter son bilan sur des sujets comme les zones blanches, le retour des services publics ou les déserts médicaux, tous des points sensibles dans le monde rural à l'approche de la présidentielle. 

À en croire un proche, il ne devrait pas, en revanche, lever officiellement à cette occasion le secret de polichinelle de sa candidature.

Enfin, pour tous les candidats la semaine qui s'ouvre devrait être celle du coup d'envoi réel de leur quête de parrainages, avec la publication attendue mercredi du décret de convocation des électeurs pour les deux tours des 10 et 24 avril.

À chaque élection présidentielle, la chasse aux 500 signatures d'élus nécessaires pour concourir est ardue pour la majorité des candidats, fortement consommatrice du temps des militants, et parfois indécise jusqu'à la date limite, fixée cette année par le Conseil constitutionnel au 4 mars à 18h00 précises. 

Éric Zemmour, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont notamment fait état de leurs difficultés à obtenir leurs parrainages.