Un père saoudien défend la cause du don d'organes après qu'un miracle a sauvé la vie de sa fille

Soliman Saidi, dont la fille Salma fête ses 3 ans cette année, fait campagne pour que davantage de Saoudiens s'inscrivent pour devenir donneurs d'organes (Photo Fournie)
Soliman Saidi, dont la fille Salma fête ses 3 ans cette année, fait campagne pour que davantage de Saoudiens s'inscrivent pour devenir donneurs d'organes (Photo Fournie)
Short Url
Publié le Samedi 06 mars 2021

Un père saoudien défend la cause du don d'organes après qu'un miracle a sauvé la vie de sa fille

  • «Je me souviens du geste incroyable d’un homme qui a appelé de Tabuk et m’a demandé d’organiser son voyage en avion avec le personnel médical pour qu’il puisse faire don d’une partie de son foie à ma fille»
  • Une fatwa datant de 1982 donne «l'autorisation de prélever un organe ou une partie de celui-ci sur une personne décédée», et l'autorisation à une personne vivante de donner un organe ou une partie de celui-ci

RIYAD: Un père saoudien s'est donné pour mission d'aider les autres à bénéficier de la même chance que sa fille après qu'une greffe du foie lui a sauvé la vie alors qu'elle n'avait que 70 jours. 

Soliman Saidi, dont la fille Salma fête ses 3 ans cette année, fait campagne pour que davantage de Saoudiens s'inscrivent pour devenir donneurs d'organes.  

Cet orateur enthousiaste et ardent défense du don d’organes a raconté à Arab News son combat pour promouvoir le don d’organes après la mort, afin de sauver des vies. Il estime qu’il est urgent de trouver davantage de volontaires dans le Royaume au service de cette cause. «Beaucoup de personnes ont des idées fausses sur le don d’organes», affirme-t-il. «Ils pensent que s’inscrire comme donneur signifie qu’ils devront sacrifier des parties de leur corps dont ils ont besoin pour survivre, mais ce n’est jamais le cas. Certains organes peuvent être transférés alors que le donneur est encore en vie, par exemple un rein ou une partie du foie, –  ce qu’on appelle un don du vivant –, alors que d’autres organes vitaux comme le cœur et les poumons ne sont donnés que post-mortem.»  

En outre, Soliman Saidi Saidi précise que d'un point de vue religieux, rien n'empêche les donateurs potentiels de s'inscrire. 

Une fatwa datant de 1982 édictée par la Commission des hauts ulémas concernant le don et la transplantation d'organes donne «l'autorisation de prélever un organe ou une partie de celui-ci sur une personne décédée», et l'autorisation à une personne vivante de donner un organe ou une partie de celui-ci. 

La principale organisation du Royaume pour les greffes d’organes, le Centre saoudien de transplantation d’organes (Scot), a été fondée en 1984.  Son objectif principal est de mieux faire connaître le don d’organes. Le Scot possède une plate-forme sur laquelle les Saoudiens peuvent s’inscrire pour devenir donneurs. Pourtant, leur nombre reste faible, malgré l’urgence de la situation. Les statiques démontrent que les Saoudiens ne sont pas très informés sur cette question.         

Soliman Saidi est heureux d'avoir toujours sa fille chaque jour de sa vie. (Photo Fournie) 
Soliman Saidi est heureux d'avoir toujours sa fille chaque jour de sa vie (Photo Fournie) 

Une étude de 2019 publiée dans le Saudi Journal of Kidney Diseases and Transplantation a montré que la majorité de la population du Royaume n'avait connaissance d'aucune législation locale ou internationale sur le don d'organes. À peine 12,6% des personnes interrogées étaient informées. La même étude a révélé que le taux de dons d’organes par million d’habitants (PMP) était de 2 à quatre en Arabie saoudite, de loin inférieur au taux de PMP des Etats-Unis, qui est de 26. 

Cependant, SCOT avance toutefois des chiffres encourageants. Selon les chiffres enregistrés entre 1986 et 2016, 13 174 organes ont été transplantés, à partir de donneurs vivants ou décédés, dont 10 569 reins, 2 006 foies, 339 cœurs, 213 poumons et 46 pancréas. 

Si Soliman Saidi a décidé de faire campagne pour le don d’organes à partir de 2018, c’est qu’un organe de donneur a sauvé la vie de sa fille Salma. Quelques mois après sa naissance, de graves problèmes de santé sont ont été détectés chez le nouveau-né. «Deux mois après sa naissance, nous nous sommes rendus compte qu’elle souffrait d’une insuffisance hépatique. Quand nous avons réalisé ce qui se passait, son foie s’était déjà affaibli à 70%», se-souvient-il. 

Il se rappelle du désarroi qu'il a ressenti après avoir appris que Salma avait besoin d'une opération Kasaï, une opération risquée impliquant l'ablation des voies biliaires bloquées et de la vésicule biliaire, ainsi que leur remplacement par une partie de l'intestin grêle. 

Les médecins l'ont informé que l’opération avait 1% de chances de lui sauver la vie, mais il était prêt à prendre le risque. «Elle avait à peine 70 jours», explique-t-il. «Je me souviens avoir pensé: ʺMon Dieu, si elle doit passer sous le bistouri demain, laisse-la vivre. Je veux la voir en mariée un jour, laisse-lui une chanceʺ.» 

FAITS MARQUANTS

  • Une fatwa datant de 1982 édictée par la Commission des hauts ulémas concernant le don et la transplantation d’organes accorde «l’autorisation de prélever un organe ou une partie d’organe sur une personne décédée» et l’autorisation pour une personne vivante de donner un organe ou une partie de celui-ci. 
  • Les personnes souhaitant s'inscrire en Arabie saoudite comme donneurs d'organes après leur décès peuvent le faire sur le site Web du Scot. 

Cependant, l’opération n'était qu'une solution temporaire. Il est vite apparu que Salma avait urgemment besoin d’une greffe de foie.  «Il n'y avait rien que nous puissions faire à ce moment-là, à part nous remettre entre les mains d’Allah. Nous étions complètement désespérés et nous nous sentions tellement impuissants.» 

Miraculeusement, Saidi et sa femme Hajer ont pu organiser le transfert de Salma au King Faisal Specialist Hospital à Riyad. Ils ont pris l'avion de Djeddah pour se rendre dans la capitale, avec l'espoir de trouver un donneur pour leur fille. 

«Trouver un donneur d'organes est un long processus, et les donneurs de foie en particulier sont rares. Cela prend normalement des années», précise Saidi. «Les vacances de l'Aïd al-Adha se poursuivaient, et nous perdions l’espoir de trouver un donneur à temps.» 

Cependant, grâce au travail dévoué du personnel de l'hôpital, Hajer a été identifiée comme une possible donneuse et la famille a été informée qu'elle pouvait commencer les préparatifs presque immédiatement. 

Le père de famille se souvient avec émotion du soutien apporté par les internautes face à sa détresse. Ils sont très nombreux à l’avoir contacté quand il a raconté son histoire sur les réseaux sociaux. «Les gens m'appelaient et me suppliaient littéralement de leur permettre de faire un don», explique-t-il, encore touché par cette générosité. «J’ai en mémoire le geste incroyable d’un homme qui a appelé de Tabuk et m’a demandé d’organiser son voyage en avion avec le personnel médical pour qu’il puisse faire don d’une partie de son foie. Il a spécifiquement demandé que je ne le rencontre pas, afin qu’il puisse rester dans l’anonymat.»  

Cette expérience l'a profondément ému, et quand il est devenu clair que la mère et la fille se rétabliraient complètement, il a décidé de devenir un défenseur de la cause du don d'organes dans le Royaume. 

«J'ai réalisé très rapidement que persuader les personnes de donner une partie d'eux-mêmes après leur mort était très difficile en soi, et que les convaincre de faire un don de leur vivant l’était encore plus. Mais après ma propre expérience, j'étais déterminé à faire tout ce que je pouvais à mettre la lumière sur cette cause.» 

Soliman Saidi est également conseiller d'une organisation à but non lucratif, Awad al-Amal, qui permet aux jeunes patients et à leurs familles de surmonter la maladie et les difficultés, en proposant des programmes de réadaptation et des services de santé bénévoles. Il se dit toujours aussi reconnaissant de pouvoir voir grandir sa fille chaque jour. 

«Je crois que tout arrive pour une certaine raison», confie-t-il à Arab News. «Je pense que cette expérience m'a appris à ne jamais rien prendre pour acquis, elle m’a appris l’humilité, et m'a rappelé que personne n'est intouchable dans cette vie.» 

Les personnes intéressées par s'inscrire comme donneurs d'organes en Arabie saoudite après un décès peuvent s'inscrire auprès du SCOT sur son site Web à l'adresse: 
scot.gov.sa/ar/Register/Index?type=AfterDie. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com 


Le Cabinet saoudien réaffirme son soutien total à la stabilité et à la sécurité de l’Irak

Le roi Salmane préside la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres au palais d’Irqah à Riyad (Photo, SPA).
Le roi Salmane préside la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres au palais d’Irqah à Riyad (Photo, SPA).
Short Url
  • La présidence du Royaume à l’Organisation de coopération numérique jusqu’en 2030 a été saluée
  • Les conférences majeures organisées cette semaine ont pour but de renforcer le rôle de premier plan du pays sur la scène mondiale

RIYAD: Mardi, le Cabinet saoudien a exprimé son soutien aux efforts du gouvernement irakien pour parvenir à une croissance et une prospérité durables pour son peuple.

Au début de la réunion, présidée par le roi Salmane au palais d’Irqah à Riyad, les ministres ont été informés des récents entretiens entre l’Arabie saoudite et plusieurs autres pays. Ceux-ci ont été organisés pour assurer le développement, la coopération et la stabilité aux niveaux régional et mondial.

Selon le ministre d’État et ministre des Médias par intérim, Issam ben Saad ben Saïd, le Cabinet a examiné plusieurs rapports sur les conférences régionales et internationales tenues par l’Arabie saoudite au cours de la semaine. Il a souligné que ces événements ont été organisés pour garantir des partenariats et des investissements qui renforceraient le rôle de premier plan du pays sur la scène mondiale.

Le Cabinet a également salué l’élection de l’Arabie saoudite à la présidence du conseil exécutif de l’Organisation de coopération numérique, poste qu’elle occupera jusqu’en 2030. Cela témoigne du rôle de pionnier que joue le Royaume dans le domaine de la technologie et de l’économie numérique, et contribuera à l’établissement de relations et de pactes mutuellement bénéfiques avec les États membres, afin de garantir un avenir numérique prometteur pour tous.

Les ministres ont par ailleurs discuté des derniers développements régionaux et internationaux, et ont réitéré le soutien de l’Arabie saoudite aux nations touchées par les tremblements de terre de lundi, qui ont fait des morts, des blessés et des disparus.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Football: victoire historique d'Al Hilal qui se qualifie en finale du Mondial des clubs

Les joueurs de Hilal célèbrent leur victoire lors de la demi-finale de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA entre le Brésilien Flamengo et Al-Hilal saoudien au stade Ibn Batouta de Tanger le 7 février 2023. (Photo, AFP)
Les joueurs de Hilal célèbrent leur victoire lors de la demi-finale de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA entre le Brésilien Flamengo et Al-Hilal saoudien au stade Ibn Batouta de Tanger le 7 février 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Réduits à dix lors de la seconde période, les Brésiliens ont tenté de renverser la tendance. Cependant, ils ont buté sur le bloc défensif saoudien qui ne laissait rien passer
  • Grâce à cette victoire historique, Al-Hilal devra défaire soit Al-Ahly, soit le mythique Real Madrid afin de remporter la finale

TANGER: C’est fait! Les Saoudiens d’Al-Hilal se qualifient pour la finale de la Coupe du monde des clubs, pour la première fois de leur histoire. Face aux Brésiliens de Flamengo et devant un public acquis à leur cause, les joueurs d’Al-Hilal ont enchanté le stade Ibn Batouta de Tanger (3-2).

À peine quatre minutes après le coup d’envoi, les Saoudiens d’Al-Hilal trouvent le chemin des filets grâce à un penalty transformé par Salem al-Dawsari. 

Malgré ce retard, les joueurs de Flamengo ont continué à pousser jusqu’au but de l'égalisation de Pedro Guilherme (20’). 

Lors du temps additionnel, Al-Hilal bénéficie d’un second penalty, à la suite d’une action litigieuse qui verra l’expulsion de Gerson Santos.

C’est Salem al-Dawsari qui se chargera de tirer ce penalty, qui le transformera également, signant par la même occasion un doublé.

Réduits à dix lors de la seconde période, les Brésiliens ont tenté de renverser la tendance dès les premiers instants. Cependant, ils ont buté sur bloc défensif saoudien qui ne laissait rien passer.

À la 70e minute, à la suite d’une contre-attaque rapide, Luciano Vietto scelle le sort de cette demi-finale en inscrivant un troisième but pour Al-Hilal (3-1).

À quelques minutes de la fin de la rencontre, Flamengo réduit le score grâce à une seconde réalisation de Pedro Guilherme (3-2).

Suite à cette victoire historique, Al-Hilal devra défaire soit Al-Ahly, soit le mythique Real Madrid afin de remporter la finale

 


Trois familles yéménites ensevelies sous les décombres à la suite du séisme en Turquie

Des secouristes évacuant une personne d'un bâtiment qui s’est effondré après le tremblement de terre à Malatya, en Turquie, le 6 février 2023. (Reuters)
Des secouristes évacuant une personne d'un bâtiment qui s’est effondré après le tremblement de terre à Malatya, en Turquie, le 6 février 2023. (Reuters)
Short Url
  • Aucun décès n'a été signalé parmi les 300 Yéménites vivant en Turquie dans des centres touchés par le tremblement de terre
  • L'ambassade du Yémen et l’Union des étudiants ont mis en place des installations et des numéros d'urgence

AL-MUKALLA: Les secouristes tentent désespérément de retrouver trois familles yéménites ensevelies sous les décombres à la suite du tremblement de terre, dans une ville du sud de la Turquie, ont annoncé mardi les autorités.

La catastrophe qui a provoqué lundi la mort de milliers de personnes en Syrie et en Turquie a également fait au moins 50 blessés yéménites et détruit leurs maisons.

Un porte-parole de l'Union des étudiants du Yémen en Turquie, Anas al-Mazabi, a affirmé à Arab News qu'une femme avait été extraite des décombres d’un immeuble alors que les secouristes poursuivaient leurs tentatives pour sauver trois familles yéménites ensevelies sous les décombres à Malatya, dans le sud du pays.

Aucun décès n'a été signalé parmi les 300 Yéménites vivant dans des centres touchés par le tremblement de terre en Turquie.

L'ambassade du Yémen et l’Union des étudiants ont mis en place des installations et des numéros d'urgence, et ont demandé aux Yéménites de signaler tout parent ou ami porté disparu.

Al-Mazabi a affirmé qu'un centre d'opérations spéciales suivait les informations et maintenait le contact avec les Yéménites piégés dans les régions dévastées par le tremblement de terre.

Une équipe de secours a été envoyée dans la province de Hatay et une équipe d'évacuation à Iskenderun, pour aider les Yéménites, a-t-il ajouté.

Les numéros d’urgence ont été submergés d'appels de Yéménites désespérés, en Turquie et au Yémen, à la recherche de parents et d'amis après que les régions touchées par le tremblement de terre ont connu des coupures d'Internet et de téléphones portables.

«Nous avons tenté de les réconforter et leur avons dit que si leurs enfants ne répondaient pas, c'est parce que les communications avaient été interrompues et que cela ne signifiait pas qu’ils se trouvaient dans une mauvaise situation», a indiqué Al-Mazabi.

Les médias officiels yéménites ont affirmé que Rashad al-Alimi, président du Conseil de direction présidentiel, ainsi que d'autres membres du conseil avaient téléphoné à l'ambassadeur du Yémen en Turquie, Mohammed Saleh, pour faire le point sur la situation des Yéménites et lui avaient demandé d'offrir toute l'aide nécessaire.

Des milliers de Yéménites, dont des politiciens, des chefs de tribus, du personnel militaire et des journalistes, ont fui vers la Turquie et les pays voisins après que les Houthis soutenus par l'Iran ont pris le contrôle du Yémen en 2014.

Des centaines d'étudiants yéménites sont inscrits dans des institutions turques à travers le pays.

Par ailleurs, Al-Alimi a réitéré l'engagement de son conseil à aider une mission de l'ONU en vue d’établir la paix au Yémen et à obtenir un accord global visant à mettre fin à la guerre.

Lors d'une réunion à Aden avec l'envoyé de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg, Al-Alimi a appelé à une plus grande pression internationale sur les Houthis pour qu'ils se conforment aux efforts visant à mettre fin à la guerre.

Grundberg a atterri dans la ville mardi alors qu'il se lançait dans une nouvelle mission pour faire pression en vue d’un renouvellement de la trêve négociée par l'ONU qui s'est délitée en octobre, ainsi que pour persuader les factions yéménites d'adhérer à un accord de paix.

L'arrivée de l'envoyé de l'ONU au Yémen fait suite à une visite qu’il a effectuée à Riyad, où il a discuté des efforts de paix et des opérations économiques et humanitaires avec le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe, Jasem al-Budaiwi, et l'ambassadeur saoudien au Yémen, Mohammed al-Jabir.

Les tentatives de rétablissement de la paix au Yémen ont subi un coup dur en octobre lorsque les Houthis ont refusé de prolonger la trêve négociée par l'ONU ou d'ouvrir des routes vers la ville assiégée de Taïz.

La milice a également lancé des attaques de drones contre des installations pétrolières dans le sud du Yémen pour tenter de forcer le gouvernement yéménite à partager les bénéfices provenant du pétrole et à payer les fonctionnaires dans les régions sous son contrôle.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com