La haine et l’hostilité façonnent l’idéologie politique des Houthis

Un combattant fidèle aux rebelles houthis du Yémen monte la garde lors d'un rassemblement commémorant la mort de l'imam chiite Zaid bin Ali dans la capitale Sanaa, le 14 septembre 2020 (Photo, AFP / Archives)
Un combattant fidèle aux rebelles houthis du Yémen monte la garde lors d'un rassemblement commémorant la mort de l'imam chiite Zaid bin Ali dans la capitale Sanaa, le 14 septembre 2020 (Photo, AFP / Archives)
Short Url
Publié le Samedi 06 mars 2021

La haine et l’hostilité façonnent l’idéologie politique des Houthis

  • L'administration Biden a annulé la désignation terroriste de la milice malgré de nombreuses preuves de sa nature extrémiste
  • Les leaders de cette milice n’ont jamais essayé de dissimuler leur mépris et leur antipathie envers les États-Unis, Israël, les Juifs et les États du Golfe

LE CAIRE: Hussein Badreddin Al-Houthi, fondateur éponyme de la milice houthie du Yémen, a prononcé un sermon le 17 janvier 2002, dans lequel il a inventé le slogan «Dieu est plus grand, la mort pour l'Amérique, la mort pour Israël, la malédiction pour les juifs, la victoire pour l’islam ».

C’est un slogan que les Houthis, officiellement connus sous le nom d’Ansar Allah, prétendent qu’il ne faut pas le prendre à la lettre, mais qui s’est répandu parmi les membres de la milice depuis la mort de Hussein Badreddin.

Abdul-Malik Badreddin Al-Houthi, qui est devenu le chef d'Ansar Allah après la mort de son frère en 2004, est connu pour être le cerveau derrière l'insurrection sanglante du groupe et la prise de Sanaa en 2015. Il a longtemps adopté les opinions toxiques de Hussein Badreddin, notamment son antipathie envers l’Amérique, Israël et les États arabes qu’il considérait comme des collaborateurs de l’Occident.

Et pourtant, malgré les connotations extrémistes évidentes du slogan, faisant écho à la rhétorique venimeuse d'Al-Qaïda et des talibans, la nouvelle administration américaine de Joe Biden a choisi de supprimer la désignation des Houthis en tant qu'organisation terroriste étrangère - une désignation qui lui a été attribuée quelques jours à peine avant que l'administration Trump ne quitte ses fonctions.

photo
Un discours du leader houthi Abdul-Malik Al-Houthi est projeté dans un stade de football de la capitale yéménite, Sanaa, le 23 décembre 2015 (Photo, AFP / Archives)

Cette semaine, il est apparu que l'administration Biden était allée plus loin en envoyant des négociateurs pour rencontrer des représentants houthis à Oman. L'objectif déclaré était d'ouvrir des voies vers la paix entre les occupants de Sanaa soutenus par l'Iran et le gouvernement yéménite reconnu par l'ONU à Aden.

Selon Reuters, Timothy Lenderking, le principal envoyé américain responsable de la crise au Yémen, a rencontré le négociateur en chef des houthis, Mohammed Abdul-Salam à Mascate le 26 février.

Avec une grande partie du nord-ouest du Yémen au bord de la famine et un engagement prévisiblement renouvelé des États-Unis avec Téhéran sur l’accord nucléaire, la nouvelle administration n'a pas caché sa volonté de parvenir à une solution non militaire à ce conflit oppressif.

Ces pourparlers se poursuivent en dépit du fait que les pensées et les actions des Houthis reflètent la définition même d’une entité terroriste mondiale - depuis ses attaques sans remords contre des civils jusqu’à son fanatisme idéologique, bien documenté dans les sermons et les écrits de ses leaders.

Dès le 8 mars 2002, Hussein Badreddin a prononcé un sermon dans la province de Saada, au nord du Yémen, incitant à des actes terroristes contre des non-musulmans. Dans un tract intitulé «Terrorisme et paix», il a faussement affirmé: «Musulmans, c'est ce que dit le Saint Coran. Croyants, vous devez faire tout ce que vous pouvez pour terroriser les ennemis de Dieu.

«Cela est du terrorisme légitime. Mais au lieu de parler de terrorisme légitime, c'est nous qui écoutons les médias et les leaders, et nous permettons au mot (terrorisme) de résonner dans son sens américain et non dans son sens coranique».

Dans le même sermon incendiaire, Hussein Badreddin a identifié les non-musulmans comme la racine de tout mal et l'Amérique comme un état terroriste.

photo
Des partisans yéménites du mouvement houthi tenant des pancartes anti-américaines et anti-israéliennes lors d'un rassemblement commémorant la mort de l'imam chiite Zaid bin Ali dans la capitale Sanaa, le 14 septembre 2020 (Photo, AFP / Archives)

«Nous devons toujours parler des Juifs et des Chrétiens comme Dieu en a parlé dans le Saint Coran, qu'ils sont les sources du mal, et que ceux qui les soutiennent sont les sources de la   bassesse, et que ce sont eux qui recherchent la corruption sur Terre».  Il a faussement affirmé, en plaidant qu'il est nécessaire «d'incruster nettement dans l'esprit des musulmans que les États-Unis sont des terroristes, que les États-Unis sont mauvais, que les juifs et les chrétiens sont méchants pour qu'ils ne parviennent pas à nous dépasser».

Hussein Badreddin a également exprimé de manière virulente des opinions antisémites sur Israël en affichant une attitude puritaine à l’égard de l’éducation des femmes, considérant cette dernière comme une conspiration sioniste contre les musulmans.

Dans un autre sermon, publié dans un tract de décembre 2001 intitulée «Qui sommes-nous et qui sont-ils», il a lancé le faux avertissement que les femmes éduquées «finiront par apprendre à devenir des femmes qui sont loin de donner naissance à des véritables arabes musulmans et loin d'élever des héros musulmans. Elles élèveront plutôt des soldats sionistes et donneront naissance à une société et à des générations qui deviendront leurs serviteurs».

Dans un sermon de décembre 2001, intitulé «Loyauté et hostilité», Hussein Badreddin a affirmé sans fondement que la confrontation avec l'Occident était un devoir religieux, car la culture juive et chrétienne ne fait que corrompre les jeunes musulmans: «Lorsqu'une personne devient corrompue, elle laisse ses enfants devenir corrompus ou peut corrompre les autres, elle est considérée comme recruteuse pour le service des États-Unis et d'Israël, et ainsi pour le service des juifs et des chrétiens. Cela prouve la volonté des juifs et des chrétiens d'obtenir ce qu'ils veulent et que leur corruption atteigne chaque maison et chaque personne, comme le diable le veut. C'est tout simplement le plan du diable».

photo
Un milicien fidèle au mouvement Houthi lève son arme à feu lors d'une manifestation devant l'ambassade américaine fermée dans la capitale Sanaa, le 18 janvier 2021 (Photo, AFP/Archives)

Dans plusieurs de ses sermons et ses écrits, Hussein Badreddin a fait l'éloge de la théocratie chiite iranienne et du Hezbollah libanais, qu'il a autrefois appelé «les maîtres les plus importants du djihad dans ce monde».

Abdul-Malik, le leader actuel, est taillé dans la même étoffe. Comme son défunt frère, il a accusé les États arabes du Golfe de soutenir les États-Unis et Israël. Lors d'un sermon du 20 septembre 2020, il a décrit les accords d'Abraham, en vertu desquels les Émirats arabes unis et Bahreïn ont établi des relations diplomatiques formelles avec Israël, comme «une allégeance aux ennemis de l'islam».

Dans un autre sermon un mois plus tôt, Abdul-Malik a réutilisé la fausse croyance de son frère selon laquelle le djihad contre les États-Unis et leurs alliés est un devoir sacré. Pour le dire avec ses propres mots: «Notre position face à l'agression brutale américaine, saoudienne, émiratie et sioniste contre notre pays est une position de principe fondée sur notre foi et notre religion. En vertu de l’identité de notre foi, c’est un djihad sacré, un devoir religieux, humain et patriotique, et quiconque ne respecte pas ce devoir ou trahit cette position, il trahit et abuse donc de l’identité de sa foi».

Le 3 janvier 2020, le président américain de l'époque, Donald Trump, a autorisé l'assassinat de Qassem Soleimani, le commandant iranien de la force extraterritoriale Al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), et Abu Mahdi Al-Muhandis, chef du groupe paramilitaire chiite irakien Kataib Hezbollah. Les deux hommes ont été tués dans une frappe de drone américain pendant que leur convoi quittait l'aéroport de Bagdad.

photo
Des partisans houthis scandant des slogans lors d'une manifestation contre la décision de l'administration américaine sortante de désigner les rebelles soutenus par l'Iran comme terroristes, dans la capitale Sanaa, le 20 janvier 2021 (Photo, AFP / Archives)

Téhéran et ses alliés irakiens ont depuis riposté avec des roquettes et des missiles balistiques sur des cibles de la coalition dirigée par les États-Unis en Irak, tuant plusieurs militaires et entrepreneurs civils occidentaux et déstabilisant davantage le pays.

Dans un sermon prononcé le 20 août 2020, Abdul-Malik approuvait sans réserve les attaques aveugles, déclarant: «Nous saluons l'escalade des opérations de résistance contre la présence américaine en Irak».

«À ce stade tardif, les Américains voulaient rentrer en Irak, rétablir leur statut de colonisateur et de prendre les choses en main. Les choses se sont aggravées après leur crime odieux et terrible d'assassiner les deux martyrs Qassem Soleimani et Abu Mahdi Al-Muhandis en Irak».

Sans surprise, le slogan des Houthis, «Dieu est plus grand, mort à l'Amérique, mort à Israël, la malédiction pour les juifs, la victoire pour l'islam», a le même ton violent aujourd'hui que lorsque Hussein Badreddin l'a inventé en janvier 2002 - quatre mois seulement après les attaques du 11 septembre d'Al-Qaïda contre les États-Unis.

photo
Un enfant tient une banderole montrant le leader houthi Abdul-Malik Al-Houthi lors d'une manifestation de ses partisans pour marquer le quatrième anniversaire de l'attaque du «Vendredi de la dignité» le 18 mars 2015 à Sanaa. (Photo, AFP / Archives)

À l’occasion de l’anniversaire de la première déclaration publique du slogan, Abdul-Malik a rappelé aux Houthis que son défunt frère affirmait que l’hostilité envers les juifs et les chrétiens était un impératif religieux.

«Le Saint Coran nous a fourni une évaluation exacte, précise, réelle et certaine de nos ennemis représentés par des personnes perverses, perfides, trompeuses, haineuses et hostiles du Livre (juifs et chrétiens)», a signalé Abdul-Malik, essayant de justifier les ravages causés par les milices soutenues par l'Iran pour des raisons religieuses.

«Leurs plans, leurs positions, leurs dispositions et leurs méthodes, seront basés sur la prémisse qu'ils ne souhaitent pas du tout le bien à la communauté musulmane».

Au moment où les États-Unis réexaminent leur position sur l'Iran et ses alliés chiites radicaux dans tout le Moyen-Orient, la conviction que l'allègement des sanctions, les négociations ou les désignations alternatives peuvent amener les leaders houthis à changer leurs positions semblent au mieux délirant, au pire dangereux.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


La militante iranienne Narges Mohammadi condamnée à 8 ans de prison, selon son mari

La militante iranienne des droits de l'Homme Narges Mohammadi a été arrêtée en Iran le 16 novembre dernier (Photo, AFP).
La militante iranienne des droits de l'Homme Narges Mohammadi a été arrêtée en Iran le 16 novembre dernier (Photo, AFP).
Short Url
  • Son mari, qui est installé en France, a écrit sur Twitter que la condamnation avait été prononcée à l'issue d'une audience de seulement 5 minutes
  • On reproche à Narges Mohammadi d'avoir publié un communiqué contre la peine de mort et d'avoir organisé un sit-in de protestation pendant sa détention

PARIS: La militante iranienne des droits de l'Homme Narges Mohammadi, arrêtée le 16 novembre, a été condamnée par un tribunal iranien à 8 ans de prison et 70 coups de fouet, a annoncé dimanche son mari.

Taghi Rahmani, qui est installé en France, a écrit sur Twitter que la condamnation avait été prononcée à l'issue d'une audience de seulement 5 minutes.

On ignore les détails des accusations et du verdict.

Mme Mohammadi, porte-parole du Centre des défenseurs des droits de l'Homme fondé par la prix Nobel de la Paix Shirin Ebadi, a été arrêtée à plusieurs reprises ces dernières années.

Libérée en octobre 2020 après cinq ans de prison, elle a de nouveau été condamnée en mai 2021 à 80 coups de fouet et 30 mois de détention, pour "propagande contre le système" politique iranien, diffamation et "rébellion" contre l'autorité pénitentiaire.

Il lui est reproché d'avoir publié un communiqué contre la peine de mort et d'avoir organisé un sit-in de protestation pendant sa détention à la prison d'Evine à Téhéran.  

Mi-janvier, une chercheuse franco-iranienne, Fariba Adelkhah, retenue depuis 2019 en Iran, a été réincarcérée à Téhéran pour avoir enfreint les règles de son assignation à résidence.

Et quelques jours plus tôt, le poète et dissident iranien Baktash Abtin est décédé en prison après y avoir contracté la Covid-19, d'après les révélations de plusieurs organisations de défense des droits humains. Celles-ci accusent Téhéran d'être responsable de ce décès.


Israël: 1ère rencontre du chef de la diplomatie Yaïr Lapid avec un dirigeant palestinien

Le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid. (Photo, AFP)
Le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le ministère israélien des Affaires étrangères a de son côté décliné tout commentaire sans démentir la tenue de la rencontre
  • Après la visite en décembre de Mahmoud Abbas en Israël, l'Etat hébreu avait approuvé une série de «mesures de confiance» avec l'Autorité palestinienne

JÉRUSALEM : Le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid s'est entretenu dimanche soir avec le ministre palestinien des Affaires civiles Hussein al-Sheikh, a indiqué ce dernier sur Twitter, marquant la première rencontre officielle connue de M. Lapid avec un dirigeant palestinien.

"J'ai rencontré ce soir le ministre israélien des Affaires étrangères et nous avons discuté de différentes questions politiques et des relations bilatérales", a affirmé Hussein al-Sheikh, sans préciser où la rencontre avait eu lieu.

Interrogé par l'AFP, le ministère israélien des Affaires étrangères a de son côté décliné tout commentaire sans démentir la tenue de la rencontre.

Fin décembre, le président palestinien Mahmoud Abbas avait rencontré le ministre israélien de la Défense Benny Gantz lors d'une visite en Israël. Il s'agissait de la première fois depuis 2010 que M. Abbas se rendait dans l'Etat hébreu pour une rencontre officielle avec un membre du gouvernement israélien.

Dans la foulée de l'arrivée au pouvoir en juin dernier du gouvernement de coalition mené par Naftali Bennett, des ministres israéliens - dont M. Gantz - avaient cependant rendu visite à Mahmoud Abbas à Ramallah, siège de l'Autorité palestinienne, en Cisjordanie occupée. 

Dans son tweet dimanche, Hussein al-Sheikh a ajouté avoir "mis en avant le besoin d'un horizon politique entre les deux parties, basé sur le droit international", en référence notamment aux résolutions de l'ONU sur le conflit israélo-palestinien.

Après la visite en décembre de M. Abbas en Israël, l'Etat hébreu avait approuvé une série de "mesures de confiance" avec l'Autorité palestinienne comme l'octroi de 600 permis supplémentaires permettant à des hommes d'affaires palestiniens de se rendre en Israël, et la régularisation de 6 000 Palestiniens vivant dans un secteur de Cisjordanie sous contrôle israélien.


Les défenses aériennes émiraties détruisent des missiles Houthis visant le pays

Les débris des missiles sont tombés dans l’émirat d’Abu Dhabi (Photo, AN).
Les débris des missiles sont tombés dans l’émirat d’Abu Dhabi (Photo, AN).
Short Url
  • Le ministre émirati de la Défense a annoncé que deux missiles Houthis lancés en direction du pays ont été interceptés
  • Dans un communiqué, le ministère s’est déclaré «prêt à répondre à toutes les menaces» et qu’il prendrait «toutes les mesures nécessaires pour protéger la nation des attaques» qui la visent

RIYAD: Le ministre émirati de la Défense a annoncé que deux missiles Houthis lancés en direction du pays ont été intercepté, une information rapportée par l’agence WAM ce lundi.

Les débris qui sont tombés dans l’émirat d’Abu Dhabi n’ont pas fait de blessés.

Dans un communiqué, le ministère s’est déclaré « prêt à répondre à toutes les menaces » et qu’il prendrait « toutes les mesures nécessaires pour protéger la nation des attaques » qui la visent.

Trois personnes ont été tuées la semaine dernière à Abu Dhabi dans une attaque similaire de la milice soutenue par l'Iran. Cette agression commise sur des civils a été condamnée par la communauté internationale.
Lundi matin, l'Arabie saoudite a également intercepté un missile balistique visant la province d'Asir, dans le sud du Yémen. En riposte, la coalition de soutien au gouvernement yéménite a frappé des cibles Houthies à Al-Jouf.
Deux personnes avaient été blessées à Jazan la veille, à la suite d'une attaque similaire.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Plus d’informations à suivre…