Après les troubles au Sénégal, la contestation appelle à de nouvelles manifestations

Des manifestants se rassemblent près de la caserne de la gendarmerie dans le quartier de Colobane à Dakar le 5 mars 2021 lors d'affrontements à la suite de l'arrestation du principal chef de l'opposition Ousmane Sonko. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 07 mars 2021

Après les troubles au Sénégal, la contestation appelle à de nouvelles manifestations

  • Des actes de saccage et de pillage ont cependant continué à être rapportés, y compris contre des enseignes françaises
  • Ousmane Sonko, dont l'arrestation a mis le feu aux poudres mercredi, doit être présenté à un juge lundi

DAKAR: Le Sénégal va au-devant de nouvelles journées à hauts risques à partir de lundi, un collectif formé après l'arrestation du principal opposant au pouvoir ayant appelé samedi à de nouvelles manifestations.

Après avoir connu pendant trois jours ses pires troubles depuis des années, le pays habituellement considéré comme un îlot de stabilité en Afrique de l'Ouest et sa capitale Dakar ont connu une relative accalmie samedi, jour de relâche d'ordinaire.

Des actes de saccage et de pillage ont cependant continué à être rapportés, y compris contre des enseignes françaises.

La tension n'est pas retombée pour autant. Le collectif Mouvement de défense de la démocratie (M2D), comprenant le parti de l'opposant arrêté, des partis d'opposition et des organisations contestataires de la société civile a appelé « à descendre massivement dans les rues » à partir de lundi.

Le même jour, Ousmane Sonko, dont l'arrestation a mis le feu aux poudres mercredi, doit être présenté à un juge. La décision du magistrat de le relâcher ou de l'écrouer s'annonce lourde de conséquences.

Le collectif réclame « la libération immédiate de tous les prisonniers politiques illégalement et arbitrairement détenus », le rétablissement du signal suspendu de deux chaînes de télévision accusées d'avoir diffusé "en boucle" des images des troubles, et une enquête sur ce qu'il appelle un « complot » du pouvoir.

Usure

Le collectif, donnant lecture d'un communiqué dans les locaux du parti de M. Sonko, s'en est durement pris au président Macky Sall, qualifié « d'apprenti dictateur ». Il a perdu « l'autorité morale » pour rester président, a dit un des leaders du mouvement, Cheikh Tidiane Dieye. Il s'en est tenu à ces mots quand la presse lui a demandé si le collectif appelait les Sénégalais à réclamer la démission de M. Sall, président depuis 2012.

Le Sénégal est le théâtre depuis mercredi d'affrontements entre jeunes et forces de sécurité, de pillages et de saccages. L'arrestation de M. Sonko, troisième de la présidentielle de 2019 et pressenti comme un des principaux concurrents de celle de 2024, a provoqué la colère de ses partisans, mais aussi, disent de nombreux Sénégalais, porté à son comble l'exaspération accumulée par la dégradation, au moins depuis le début de la pandémie de Covid-19 en 2020, des conditions de vie dans un pays déjà pauvre.

Quatre personnes ont été tuées, disent les autorités, chiffres difficilement vérifiables d'autres sources alors que prolifèrent les informations non-vérifiées.

M. Sonko a été arrêté officiellement pour trouble à l'ordre public, alors qu'il se rendait en cortège au tribunal où il était convoqué pour répondre à des accusations de viol portées contre lui par une employée d'un salon de beauté dans lequel il allait se faire masser pour, dit-il, soulager ses maux de dos.

Personnalité au profil antisystème, le député crie au complot ourdi par le président pour l'écarter de la prochaine présidentielle.

Les manifestations croient au « complot ». Ils expriment individuellement l'usure des épreuves quotidiennes et la lassitude vis-à-vis du pouvoir. Un certain nombre montrent la France du doigt, premier partenaire commercial vu comme l'un des principaux soutiens étrangers de M. Sall.

Appels au dialogue

Le Mouvement de défense de la démocratie a désigné les « parrains étrangers » à qui Macky Sall s'emploierait à « faire plaisir ».

Le président élu sur la promesse de mettre son pays sur la voie de l'émergence a démenti fin février avoir quoi que ce soit à voir avec les ennuis judiciaires de M. Sonko. Il a depuis gardé le silence, mais la pression augmente pour qu'il prenne la parole.

Samedi, c'est son ministre de l'Intérieur Antoine Félix Abdoulaye Diome qui a tenu un langage vigoureux. Il a appelé au calme et fait miroiter « la perspective » d'un allègement du couvre-feu instauré contre la pandémie et qui pèse sur l'activité d'un grand nombre. Mais il a aussi dit que l'Etat emploierait « tous les moyens nécessaires » pour rétablir l'ordre.

« Toutes les personnes auteures d'actes criminels seront recherchées, arrêtées, poursuivies et traduites devant la justice », a-t-il promis.

La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a appelé « toutes les parties à la retenue et au calme ». L'Union africaine a exprimé sa « préoccupation » et son attachement à un solution « par la voie pacifique, le dialogue et dans le strict respect de l'ordre ».

Le Sénégal en proie aux violences, nouvelle journée tendue à Dakar
Par Malick Rokhy Ba et Laurent Lozano/AFP -
Coronavirus: le Sénégal, une "success story" à confirmer
Par Philippe Siuberski -

Kirghizstan: un référendum étend les les pouvoirs du président

Le président du Kirghizistan Sadyr Japarov lors d'un défilé à la suite de sa cérémonie d'inauguration à Bichkek le 28 janvier 2021 (Photo, AFP)
Short Url
  • Les électeurs du Kirghizstan ont approuvé à une large majorité une réforme constitutionnelle accordant de plus larges pouvoirs au président et autorisant l'actuel chef de l'Etat, Sadyr Japarov, à briguer un second mandat
  • Le système politique sur lequel les Kirghiz devaient se prononcer rapprocherait le Kirghizstan de ses voisins aux régimes autoritaires ou de la Russie

BICHKEK: Les électeurs du Kirghizstan ont approuvé à une large majorité une réforme constitutionnelle accordant de plus larges pouvoirs au président et autorisant l'actuel chef de l'Etat, Sadyr Japarov, à briguer un second mandat, selon les résultats préliminaires d'un reférendum tenu dimanche. 

Dimanche, après le dépouillement de plus de 75 % des bulletins de vote, la réforme constitutionnelle était en passe d'être approuvée avec près de 80 % des voix en sa faveur. 

La participation a été faible mais elle a franchi la barre de 30 % requise pour que le référendum soit approuvé, a déclaré le vice-Premier ministre Ulugbek Karmyshakov devant la presse. 

« Le référendum est validé », a-t-il déclaré. 

Le système politique sur lequel les Kirghiz devaient se prononcer rapprocherait le Kirghizstan, le plus pluraliste mais aussi le plus instable des pays de la région, de ses voisins aux régimes autoritaires ou de la Russie. 

La réforme constitutionnelle supprime notamment le mandat unique de six ans du président, introduit en 2010 après que deux chefs d'Etat successifs furent chassés par la rue sur fond de dérive clientéliste et autoritaire.  

A la place, le président pourra faire deux mandats de cinq ans et les pouvoirs du Parlement seront réduits, avec un nombre de députés réduit de 120 à 90. Les détracteurs du projet de nouvelle constitution l'ont qualifiée par dérision de « khan-stitution ». 

L'OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe) et la Commission de Venise du Conseil de l'Europe ont toutes deux déploré le manque de « consultations publiques significatives et inclusives et de débat au parlement » au sujet du texte. Les deux institutions disent aussi s'inquiéter « du rôle et des prérogatives trop importants du président » qu'il prévoit. 

M. Japarov, un populiste de 52 ans porté au pouvoir en octobre à la faveur d'un mouvement de contestation violent et élu en janvier président du pays, s'est depuis employé à évincer ses rivaux politiques. 

Deux de ses opposants lors du scrutin présidentiel, ainsi qu'un ancien Premier ministre ont été arrêtés dans les semaines qui ont suivi le vote. 

Le président russe Vladimir Poutine avait déclaré fin février, à l'occasion de la venue à Moscou de Sadyr Japarov, espérer que la réforme constitutionnelle renforcerait la stabilité et les relations bilatérales entre Moscou et Bichkek. 


L'Inde interdit l'exportation du remdesivir, utilisé pour traiter la Covid-19

Flacon de Remdesivir. (AFP)
Short Url
  • Le vaste pays connaît une flambée de contaminations ces dernières semaines, 152 000 nouveaux cas ont été recensés dimanche, portant le total à au moins 13,3 millions de personnes contaminées
  • Le remdesivir, fabriqué par le géant pharmaceutique américain Gilead, était un des premiers médicaments à montrer quelque effet pour écourter la période de rétablissement pour certains malades de la Covid-19

NEW-DELHI : L'Inde a interdit dimanche l'exportation du traitement antiviral remdesivir, utilisé pour traiter la Covid-19, alors que le pays connaît un nouveau record de contaminations quotidiennes.

Le vaste pays connaît une flambée de contaminations ces dernières semaines. 152 000 nouveaux cas ont été recensés dimanche, portant le total à au moins 13,3 millions de personnes contaminées.

Le ministère de la Santé a indiqué que la hausse des infections a entraîné un "bond soudain de la demande" de remdesivir.

"Il y a un potentiel de nouvelle hausse de la demande dans les jours à venir", et les exportations seront donc interdites "jusqu'à ce que la situation s'améliore", selon un communiqué du ministère.

Le remdesivir, fabriqué par le géant pharmaceutique américain Gilead, était un des premiers médicaments à montrer quelque effet pour écourter la période de rétablissement pour certains malades de la Covid-19.

Mais une étude soutenue par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a établi qu'il n'avait que "peu ou pas d'effet" sur la mortalité des patients.

Gilead a signé l'an dernier des accords d'octroi de licences avec des fabriquants de médicaments génériques établis en Inde, au Pakistan et en Egypte qui les autorisent à fabriquer le remdesivir afin de les distribuer dans 127 pays, la plupart à faible revenu.

Sept sociétés en Inde - le plus grand producteur mondial de médicaments génériques - sont autorisées à fabriquer le remdesivir. Elles peuvent produire mensuellement jusqu'à 3,88 millions de doses injectables, selon le ministère.

L'Etat le plus riche d'Inde, le Maharashtra, le plus touché par la flambée épidémique actuelle, envisage un confinement total, et ce potentiellement dès lundi.

Depuis un confinement de plusieurs mois l'an dernier - l'un des plus stricts au monde -, l'Inde a évité de nouvelles restrictions trop contraignantes, craignant de plomber encore plus une économie déjà sinistrée.

Mais les autorités locales ont imposé de nouvelles restrictions, jusqu'à un couvre-feu nocturne et un confinement le week-end dans le Maharashtra.

Le ministre en chef de New Delhi, la capitale indienne, a déclaré samedi que son gouvernement n'était pas favorable à un confinement, mais envisagerait cette mesure si les lits d'hôpitaux venaient à manquer.

Selon lui, 65% des nouveaux malades sont âgés de moins de 45 ans.

L'Inde a également ralenti ses exportations de vaccins, plusieurs Etats ayant prévenu ces derniers jours que leurs stocks arrivaient à épuisement.


Le pape célèbre la messe avec des prisonniers et des réfugiés

La messe s'est déroulée dans l'église Santo Spirito in Sassia, à deux pas du Vatican, devant une assemblée réduite comptant environ 80 personnes en raison des restrictions liées à la pandémie de coronavirus (Photo, AFP)
Short Url
  • Le pape François a célébré une messe en compagnie de prisonniers, de réfugiés et de personnels de santé
  • Le pape a rappelé que les premiers chrétiens vivaient dans le partage et que l'idée même de propriété privée leur était étrangère

ROME: Le pape François a célébré dimanche une messe dans une église voisine du Vatican en compagnie de prisonniers, de réfugiés et de personnels de santé à l'occasion de la fête de la Divine Miséricorde. 

La messe s'est déroulée dans l'église Santo Spirito in Sassia, à deux pas du Vatican, devant une assemblée réduite comptant environ 80 personnes en raison des restrictions liées à la pandémie de coronavirus. 

L'an dernier, le pape y avait célébré une messe sans fidèles à l'occasion de cette fête instituée en 2000 par le pape Jean Paul II. 

Cette année dans l'assemblée figuraient des détenus de deux prisons de Rome ainsi que d'un centre de détention pour jeunes, des réfugiés venus de Syrie, du Nigeria et d'Egypte et également du personnel infirmier d'un hôpital voisin dont des religieuses. 

Dans son homélie, le chef spirituel du 1,3 milliard de catholiques dans le monde a souligné l'importance pour les chrétiens de ne pas rester indifférents à ceux qui les entourent. 

« Sœur, frère, tu veux une preuve que Dieu a touché ta vie ? Vérifie si tu te penches sur les blessures des autres », a dit le pape. 

« Ne restons pas indifférents. Ne vivons pas une foi à moitié, qui reçoit mais ne donne pas, qui accueille le don mais ne se fait pas don. Nous avons été touchés par la miséricorde, devenons miséricordieux », a-t-il ajouté. 

Le pape a rappelé que les premiers chrétiens vivaient dans le partage et que l'idée même de propriété privée leur était étrangère : « Ce n'est pas là du communisme, mais le pur christianisme ». 

Agé de 84 ans et vacciné contre la Covid-19 avant son voyage en Irak début mars, le pape François ne portait pas de masque de protection durant la messe, de même que ceux qui ont effectué les lectures de la Bible.   

Toutes les autres personnes présentes dans l'église, y compris les enfants de choeur et les autres prêtres, avaient le visage couvert d'un masque.