Première visite de Trump à New York depuis son départ de la Maison Blanche

L’ex président américain Donald Trump lors d'un rassemblement Make America Great Again, le 2 novembre 2020 à Traverse City, Michigan (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 09 mars 2021

Première visite de Trump à New York depuis son départ de la Maison Blanche

  • Lundi à la mi-journée, une vingtaine de ses partisans manifestaient pacifiquement au pied du gratte-ciel, encadrés par des dizaines de policiers
  • Le retour du magnat de l'immobilier à New York est pour l'instant discret: aucune communication officielle sur la visite, à l'agenda et la durée non précisés

NEW YORK: Donald Trump était de retour dans son New York natal lundi, première visite depuis son départ de la Maison Blanche durant laquelle il semblait vouloir faire profil bas.

L'ex-président américain - qui réside désormais à Mar-a-Lago, en Floride, mais a conservé son triplex au sommet de la tour Trump, sur la 5e Avenue - n'a été aperçu que brièvement, à son arrivée tard dimanche soir: une photo du New York Post le montre faisant un signe de la main depuis l'arrière d'une voiture.

Lundi à la mi-journée, une vingtaine de ses partisans manifestaient pacifiquement au pied du gratte-ciel, encadrés par des dizaines de policiers. Certains brandissaient une bannière "We Love Trump" ("On adore Trump"), tandis que d'autres déployaient un drapeau géant "Trump 2024".

"Depuis deux semaines, Trump nous taquine" sur une possible candidature en 2024, a confié Dion Cini, un des organisateurs du rassemblement. "Fini de plaisanter, soyons sérieux: nous voulons qu'il soit candidat en 2024, nous voulons qu'il fasse deux mandats", a-t-il ajouté.

Coiffé d'une casquette "Make America Great Again", ce supporter gardait les yeux rivés sur le haut de la tour, dans l'espoir d'apercevoir l'ex-président ou l'un de ses fils, Donald Jr. ou Eric.

Personne, parmi ces partisans, ne semblait savoir si l'ex-président de 74 ans, qui a quitté le pouvoir le 20 janvier, descendrait les saluer, comme il l'a souvent fait avec ses supporters.

Le retour du magnat de l'immobilier à New York - bastion démocrate où Joe Biden a remporté une marge majorité des suffrages en novembre - est pour l'instant discret: aucune communication officielle sur la visite, à l'agenda et la durée non précisés. 

Interrogé, le Secret Service, chargé de la protection des ex-présidents américains, n'a divulgué aucune information.

Via les réseaux sociaux, certains anti-Trump disaient espérer voir le magnat avoir maille à partir avec la justice pendant ce séjour: le procureur de Manhattan comme la procureure de l'Etat de New York enquêtent en parallèle sur des soupçons de fraude bancaire, fraude fiscale ou fraude aux assurances visant le milliardaire. 

Fin février, après une longue bataille judiciaire, le procureur de Manhattan a indiqué avoir enfin obtenu les déclarations de revenus sur huit ans qu'il réclamait à Donald Trump. 

Mais personne ne sait quand s'achèvera l'enquête ni si elle débouchera sur une inculpation de l'ex-président.


Instagram teste l'option de masquer les « likes » pour faire baisser la pression sociale

Les logos d'Instagram et de Facebook. (Photo, AFP)
Short Url
  • Après plusieurs tests où certaines personnes ne voyaient plus le nombre de « likes » (« j'aime ») recueillis par les contenus, Instagram a annoncé mercredi une nouvelle expérimentation
  • Les utilisateurs décideront eux-mêmes ce qui « fonctionne le mieux » pour eux

SAN FRANCISCO : Like ou pas like? Instagram n'a toujours pas tranché l'épineuse question de l'affichage des « likes » sous les photos et vidéos, liée aux effets potentiellement délétères de la quête de validation des utilisateurs sur les réseaux.

Après plusieurs tests où certaines personnes ne voyaient plus le nombre de « likes » (« j'aime ») recueillis par les contenus, la populaire application de Facebook a annoncé mercredi une nouvelle expérimentation, où les utilisateurs décideront eux-mêmes ce qui « fonctionne le mieux » pour eux.

Ils « pourront ainsi décider d’activer l’option qui leur convient davantage, qu'il s'agisse de choisir de ne pas voir le nombre de likes sur les publications d'autrui, de désactiver les likes sur ses propres publications ou encore de conserver l’expérience originale », détaille un communiqué.

En 2019, Instagram a caché les « likes » pour un petit groupe de personnes, mais les résultats ont été mitigés: certains cobayes ont dit ressentir moins de pression, mais l'indicateur a manqué à d'autres, soucieux de savoir quels contenus marchent bien et d'identifier les tendances populaires.

Les utilisateurs concernés ne pouvaient plus voir combien de « likes » recevaient les posts des autres. Ils avaient toujours accès au nombre de « likes" sur leurs propres posts, mais en cliquant sur une page différente.

« Nous faisons cette expérience parce que nous souhaitons que nos utilisateurs se concentrent sur les photos et les vidéos partagées, pas sur le nombre de likes qu'ils recueillent », avait déclaré un porte-parole d'Instagram en juillet 2019. « Nous ne voulons pas qu'Instagram donne l'impression d'être une compétition. »

Une étude conduite en 2018 aux Etats-Unis par le Pew Research Center a montré que 72% des adolescents du pays utilisaient Intagram et que près de 40% d'entre eux se sentaient obligés de ne partager que les contenus ayant rassemblé beaucoup de « likes » ou de commentaires.

La quête effrénée de « likes » « enferme les ados dans une fausse bulle de perfection » qui leur renvoie l'image qu'ils ne sont « pas à la hauteur », a expliqué Michaël Stora, psychologue et président de l'Observatoire français des mondes numériques, en octobre dernier.

Ce nouveau test, mené au niveau mondial, doit permettre de « comprendre si le fait de donner davantage de contrôle à chaque utilisateur, pour construire l'expérience qui lui convient, aide à réduire la pression d'une manière pertinente », conclut Instagram.


Le Canada accorde la résidence permanente pour 90 000 étudiants et travailleurs étrangers

Une vue de la ville de Vancouver, Canada. (Photo, AFP)
Short Url
  • La mesure doit permettre au Canada d'atteindre son objectif d'accueillir plus de 400 000 immigrants en 2021
  • « La pandémie a mis en lumière l'incroyable contribution des nouveaux arrivants », affirme le ministre de l'Immigration

OTTAWA : Le Canada va accorder le statut de résident permanent à 90 000 étudiants et travailleurs étrangers présents sur son territoire et qui ont notamment aidé à soigner des malades pendant la pandémie, a annoncé mercredi le ministre de l'Immigration.

Le programme, en vigueur à partir du 6 mai, s'adresse aux travailleurs ayant au moins un an d'expérience au Canada dans le domaine de la santé ou une profession jugée essentielle, ainsi qu'aux étudiants étrangers y ayant obtenu un diplôme d'études supérieures ces quatre dernières années, a dit le ministre Marco Mendicino lors d'une conférence de presse.

La mesure doit permettre au Canada d'atteindre son objectif d'accueillir plus de 400 000 immigrants en 2021 et de compenser la chute du nombre de personnes accueillies en 2020, en raison de la pandémie et de la fermeture des frontières.

« La pandémie a mis en lumière l'incroyable contribution des nouveaux arrivants. Ces nouvelles politiques permettront à ceux qui ont un statut temporaire de planifier leur avenir au Canada, de jouer un rôle clé dans notre reprise économique et de nous aider à mieux reconstruire », a déclaré M. Mendicino.

 


Covid-19: le renseignement américain n'écarte pas l'hypothèse du labo chinois

La thèse de la fuite de l'Institut de virologie de Wuhan avait été défendue avec force par l'administration américaine sous la présidence de Donald Trump. (Photo, AFP)
Short Url
  • « La communauté du renseignement ne sait pas exactement où, quand, ni comment le virus de la Covid-19 a été transmis initialement »
  • « Ce qui est clair pour nous et nos experts, c'est que les dirigeants chinois n'ont pas été complètement francs ou transparents dans leur coopération » avec l'OMS

WASHINGTON : Les services de renseignement américains n'écartent toujours pas l'hypothèse de l'accident de laboratoire pour expliquer l'apparition à Wuhan, en Chine, de la pandémie de Covid-19, ont indiqué mercredi leurs responsables.

« La communauté du renseignement ne sait pas exactement où, quand, ni comment le virus de la Covid-19 a été transmis initialement », a déclaré la directrice du renseignement, Avril Haines, devant une commission du Sénat.

Elle a mentionné les « deux théories » expliquant l'origine du coronavirus: un contact humain avec des animaux infectés ou l'accident de laboratoire.

« Nous en sommes là », a-t-elle ajouté. « Mais nous continuons à travailler sur cette question, nous rassemblons des informations et nous faisons tout notre possible pour vous donner le plus de confiance possible » dans les explications sur l'origine de la pandémie.

« Nous faisons tout ce que nous pouvons et nous utilisons toutes les ressources à notre disposition pour faire toute la lumière là-dessus », a renchéri le directeur de la CIA, William Burns.

Mais « ce qui est clair pour nous et nos experts, c'est que les dirigeants chinois n'ont pas été complètement francs ou transparents dans leur coopération » avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur l'origine du coronavirus, a-t-il ajouté.

Les services de renseignement coopèrent avec d'autres agences gouvernementales et les universités pour tenter de déterminer la provenance exacte du virus, a précisé le général Paul Nakasone, chef de l'agence de renseignement militaire, la NSA.

Dans leur rapport publié fin mars, les experts internationaux de l'OMS avaient jugé « extrêmement improbable » la théorie selon laquelle le coronavirus aurait pu s'échapper de l'Institut de virologie de Wuhan, la ville du centre de la Chine où la Covid-19 a fait son apparition fin 2019. 

Mais le directeur de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus a demandé quelques jours plus tard à poursuivre l'enquête sur cette hypothèse, notant que les experts internationaux lui « avaient fait part de leurs difficultés à accéder aux données brutes » pendant leur séjour en Chine.

La thèse de la fuite de l'Institut de virologie de Wuhan avait été défendue avec force par l'administration américaine sous la présidence de Donald Trump, se fondant sur les informations des services de renseignement. La Chine a toujours nié cette possibilité.