Loi climat: l'aérien inquiet pour son développement à long terme

Des militants de Greenpeace peignent un avion de la compagnie de vert pour appeler à une réduction du trafic aérien, cause de pollution (Photo, AFP).
Des militants de Greenpeace peignent un avion de la compagnie de vert pour appeler à une réduction du trafic aérien, cause de pollution (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 09 mars 2021

Loi climat: l'aérien inquiet pour son développement à long terme

  • Le projet de loi climat risque selon les responsables du secteur aérien de le fragiliser davantage en limitant son développement
  • Une mesure emblématique du texte réside dans l'interdiction des trajets aériens quand il existe une alternative en train par une liaison directe régulière en moins de 2h30

PARIS: Adieu les liaisons entre Orly et Nantes, Lyon ou Bordeaux : le secteur aérien français, déjà affaibli par la crise du Covid-19, s'inquiète du projet de loi climat qui risque selon ses responsables de le fragiliser davantage en limitant son développement.

Une mesure emblématique du texte réside dans l'interdiction des trajets aériens quand il existe une alternative en train par une liaison directe régulière en moins de 2h30, avec des exceptions pour les vols en correspondance.

Ce sera la fin des Orly-Nantes, Orly-Lyon et Orly-Bordeaux, qui représentaient en 2019 quelque 4% des voyages aériens intérieurs hors DOM-TOM et Corse, soit 1,1 million de passagers, remarque Archery Consulting.

Selon ce cabinet spécialisé, « cette portée réduite n'est pas une surprise, dans la mesure où la part de marché relative du TGV domine largement celle de l'avion dès lors qu'il est compétitif en temps ».

La nouvelle ligne ferroviaire Paris-Bordeaux inaugurée en 2017 a ainsi capté de nombreux clients de l'avion, même s'ils étaient encore plus de 560 000 en 2019. 

L'aéroport de Bordeaux-Mérignac estime que la fin de la liaison lui fera perdre 16% de chiffre d'affaires, et des élus locaux ont dénoncé un « nouveau coup » porté à l'économie de la région.

« Tout ce projet a été monté sans qu'il y ait aucune étude d'impact environnemental, et aucune d'impact économique », regrette Thomas Juin, président de l'Union des aéroports français (UAF), qualifiant le texte de « régression pour la mobilité des citoyens ».

Fermer des lignes est « une mauvaise chose pour les compagnies comme pour les villes concernées. Et ce, pour un bilan environnemental contestable », a affirmé pour sa part le directeur général de l'Association du transport aérien international (Iata), Alexandre de Juniac, mardi aux Echos.

« Il y a des TGV assez directs et fréquents, et les correspondances vers des horizons plus lointains sont préservées par les liaisons avec Roissy », tempère Bruno Gazeau, président de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports.

Nouveaux engagements des compagnies ?

Le texte entérine l'existant, puisque le gouvernement avait contraint Air France à renoncer à ces liaisons en contrepartie d'un soutien financier en mai 2020, et interdira aux concurrents de s'engouffrer dans la brèche.

Il prévoit également une compensation carbone graduelle des vols intérieurs -- Air France l'applique déjà -- et l'interdiction de l'agrandissement des installations aéroportuaires par expropriation si elles entraînent une hausse des émissions.

Certes, le secteur ne représente que 2,5% des émissions de CO2 au niveau mondial, selon « The Shift Project ». Mais ce groupe de réflexion, qui préconise « une économie libérée de la contrainte carbone », veut comparer cette empreinte « au nombre de voyageurs uniques »: 1% de la population mondiale était responsable de 50% des émissions du secteur aérien en 2018.

Dans un secteur qui devra sans doute attendre 2024 pour revenir aux niveaux de trafic de 2019, la question de l'extension des aéroports a suscité des réactions moins vives. 

Juin, de l'UAF, se dit néanmoins « inquiet » : « si on s'interdit une évolution des capacités aéroportuaires (...) on fait le choix de nuire à l'attractivité française dans les décennies qui viennent ». Il préconise une solution négociée « à l'échelle européenne » face aux émissions.

Un avis partagé par Georges Daher, délégué général de la Fédération nationale de l'aviation marchande, qui remarque que l'aérien représente « 550 000 à 570 000 emplois directs et indirects » dont une partie pourrait « quitter la France si on devait mettre des contraintes encore plus importantes ».

Le renoncement au controversé Terminal 4 de Roissy est emblématique de ce débat, mais de Juniac a prévenu qu' « avant la crise, on allait vers une saturation des grands aéroports en Europe (...) Il aurait été préférable d'attendre que le trafic aérien revienne, avant de statuer sur la nécessité ou non de développer l'aéroport ». 

Il a néanmoins pris acte de l'intensification du débat et indiqué que les compagnies aériennes réfléchissaient « au moyen d'augmenter (leurs) engagements, en matière de réduction des émissions de CO2 ». « Ce sera probablement annoncé à la prochaine assemblée générale de l'Iata » début juin, a-t-il dit aux Echos.


Le FMI approuve une hausse des réserves de ses pays membres

«Elle aidera particulièrement nos pays membres les plus vulnérables qui s'emploient à surmonter les effets de la crise» sanitaire, a déclaré Georgieva. (Photo, AFP)
«Elle aidera particulièrement nos pays membres les plus vulnérables qui s'emploient à surmonter les effets de la crise» sanitaire, a déclaré Georgieva. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le programme, qui avait déjà été approuvé par le conseil d'administration du FMI mi-juillet, sera mis en oeuvre le 23 août
  • Pour les pays pauvres, l'intérêt est aussi de se procurer des devises fortes sans avoir à verser des taux d'intérêt substantiels

WASHINGTON: Le conseil des gouverneurs du Fonds monétaire international a donné son feu vert lundi à l'augmentation des réserves de ses pays membres à hauteur de 650 milliards de dollars, dernière étape dans l'approbation de cette initiative devant permettre d'accroître les liquidités des pays les plus vulnérables.

"Il s'agit d'une décision historique: la plus importante allocation de DTS (droits de tirages spéciaux, NDRL) de l'histoire du FMI et une bouffée d'oxygène pour l'économie mondiale en cette période de crise sans précédent", a commenté la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, dans un communiqué.

"Cette allocation de DTS profitera à tous les pays membres, répondra au besoin mondial de réserves à long terme, stimulera la confiance et renforcera la résilience et la stabilité de l'économie mondiale", a-t-elle assuré. 

"Elle aidera particulièrement nos pays membres les plus vulnérables qui s'emploient à surmonter les effets de la crise" sanitaire, a ajouté Mme Georgieva.

Le programme, qui avait déjà été approuvé par le conseil d'administration du FMI mi-juillet, sera mis en oeuvre le 23 août. 

Les DTS nouvellement émis seront attribués aux pays membres proportionnellement à leur quote-part au FMI, a précisé l'institution.

Les pays émergents et les pays en développement doivent en recevoir environ 275 milliards de dollars. 

Mais "nous poursuivrons également des échanges actifs avec nos pays membres afin de déterminer les options viables d'un transfert volontaire des DTS des pays plus riches aux pays plus pauvres et plus vulnérables pour les aider à se remettre de la pandémie et à réaliser une croissance résiliente et pérenne", a indiqué Mme Georgieva.

Transparence 

Les pays riches pourraient par exemple transférer leurs DTS en utilisant ceux qui leur sont dévolus pour financer le Fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance du FMI, ce qui accroîtrait l'offre de prêts aux pays à faible revenu, a relevé le FMI.

L'ONG Oxfam s'est félicitée de l'adoption de cette initiative. 

"Les nouveaux DTS vont apporter aux pays en développement en difficulté des liquidités dont ils ont vraiment besoin sans alourdir le fardeau de leur dette", a réagi Nadia Daar, responsable de l'organisation à Washington, dans un communiqué. 

Il est "inconcevable" que les pays riches ne réallouent pas d'une façon ou d'une autre une part de leurs DTS, "au moins 100 milliards de dollars comme le G7 l'a décidé" lors d'un sommet mi-juin, a noté la représentante d'Oxfam.

Il est aussi nécessaire que les gouvernements "travaillent en toute transparence et en collaboration avec la société civile" pour que les DTS soient utilisés à bon escient, a-t-elle aussi estimé.

Créés en 1969, les DTS (SDR en anglais) ne sont pas une monnaie et n'ont pas d'existence matérielle.

Leur valeur repose sur un panier de cinq grandes monnaies internationales, le dollar, l'euro, la livre, le renminbi ou yuan, et le yen.

Une fois émis, les DTS peuvent être utilisés soit en monnaie de réserve qui permet de stabiliser la valeur de la monnaie intérieure, soit convertis dans des monnaies plus fortes afin de financer des investissements. 

Pour les pays pauvres, l'intérêt est aussi de se procurer des devises fortes sans avoir à verser des taux d'intérêt substantiels.


Les stocks de semi-conducteurs à un «plus bas historique, selon le patron d'Infineon

Les composants de puissance jouent un rôle essentiel dans l’efficacité énergétique des équipements électriques. (Photo, AFP)
Les composants de puissance jouent un rôle essentiel dans l’efficacité énergétique des équipements électriques. (Photo, AFP)
Short Url
  • Dans le secteur automobile, premier débouché d'Infineon, la demande de composants est très forte pour alimenter le boom des véhicules électriques
  • D'avril à juin, le chiffre d'affaires d'Infineon a grappillé 1% de croissance sur le précédent trimestre, à 2,72 milliards d'euros

FRANCFORT: Le fabricant allemand de semi-conducteurs Infineon a fait état mardi de stocks à leur "plus bas historique", estimant que la pénurie de puces devrait se prolonger jusqu'en 2022.

"Les stocks sont au plus bas, nos puces passent directement de la production aux utilisateurs finaux", a déclaré Reinhard Ploss, président du directoire d'Infineon dans un communiqué.

Le groupe allemand figure parmi les plus grands fabricants mondiaux de puces électroniques, un secteur touché par un déséquilibre inédit entre une demande au plus haut et une offre insuffisante, notamment en raison de perturbations liées à la crise du Covid-19.

Dans son usine en Malaisie employant 8.000 personnes, dans l’État de Malacca, Infineon a dû interrompre la production pendant vingt jours en juin à cause de mesures de confinement locales.

Le manque à produire s'est par conséquent élevé entre "400 et 500 millions" de semi-conducteurs dans ce centre qui les teste et les emballe, a indiqué M. Ploss lors d'une conférence téléphonique. 

La production sur ce site sera à nouveau rétablie "d'ici fin août", a-t-il ajouté.

A Austin, au Texas, un site de production a été touché par une tempête cet hiver mais la production, qui en a souffert, a désormais retrouvé son niveau habituel.

Les récentes crues dévastatrices dans plusieurs régions de l'ouest de Allemagne ont aussi eu un impact sur la chaîne de production, a expliqué M. Ploss.

Les capacités de production du Munichois sont freinées au moment où les carnets de commandes sont pleins au point de représenter deux années de ventes, alimentés par l'appétit des consommateurs pour les produits électroniques.

Cela prendra "jusqu'en 2022" pour "retrouver un équilibre offre-demande", a estimé M. Ploss lors d'une conférence téléphonique avec des analystes.

Près des deux tiers des entreprises industrielles en Allemagne signalent à ce jour des problèmes de livraisons de produits semi-finis qui vont entraver la production, selon une enquête trimestrielle de l'institut munichois IFO publiée lundi. 

D'avril à juillet, la proportion d'entreprises concernées est passée de 45,0 à 63,8%. La pénurie affecte particulièrement les équipementiers électriques (84,4%) ainsi que les constructeurs automobiles et leurs fournisseurs (83,4%), ajoute l'IFO.

Dans le secteur automobile, premier débouché d'Infineon, la demande de composants est très forte pour alimenter le boom des véhicules électriques.

Mais les constructeurs se trouvent en concurrence avec d'autres industries gourmandes en puces - ordinateurs, smartphones, objets connectés - qui captent une bonne part de l'offre.

D'avril à juin, le chiffre d'affaires d'Infineon a grappillé 1% de croissance sur le précédent trimestre, à 2,72 milliards d'euros.  

Le groupe a par ailleurs annoncé que son nouveau site de Villach, en Autriche, est prêt à commencer la production de composants de puissance sur tranches de 300 mm, qui peuvent accueillir un plus grand nombre de puces. 

La capacité installée du site, de 25% au départ, passera "à 100% d'ici 4 à 5 ans", a expliqué Jochen Hanebeck, directeur des opérations d'Infineon. 

Les composants de puissance jouent un rôle essentiel dans l’efficacité énergétique des équipements électriques.


Pharmacie: Sanofi rachète l'américain Translate Bio, spécialiste de l'ARN messager

Photo d'illustration AFP
Photo d'illustration AFP
Short Url
  • «Sanofi va se porter acquéreur de la totalité des actions en circulation de Translate Bio (dans) une transaction en numéraire valorisée approximativement à 3,2 milliards de dollars», soit quelque 2,7 milliards d'euros a indiqué le groupe
  • L'ARN messager est l'une des technologies les plus novatrices à avoir émergé ces dernières années dans la pharmacie

PARIS : Sanofi a annoncé mardi l'achat pour 3,2 milliards de dollars de l'américain Translate Bio, spécialiste de l'ARN messager, une technologie novatrice notamment utilisée dans les vaccins anti-Covid 19 et dans laquelle le géant pharmaceutique français veut accélérer son développement.

"Sanofi va se porter acquéreur de la totalité des actions en circulation de Translate Bio (dans) une transaction en numéraire valorisée approximativement à 3,2 milliards de dollars", soit quelque 2,7 milliards d'euros, a indiqué dans un communiqué le groupe français, qui collabore déjà étroitement avec l'américain.

L'ARN messager est l'une des technologies les plus novatrices à avoir émergé ces dernières années dans la pharmacie. Elle a connu une vive accélération avec la crise du Covid-19, qui a vu l'autorisation de premiers vaccins basés sur ce principe, en l'occurrence ceux des laboratoires BioNTech - en collaboration avec Pfizer - et Moderna.

Sanofi, lui-même, travaille déjà avec Translate Bio pour développer un vaccin à ARN messager contre le Covid-19. Mais les promesses de cette technologie dépassent de loin le seul coronavirus. "Notre objectif est de libérer le potentiel de l'ARN messager dans d'autres domaines stratégiques, comme l'immunologie, l'oncologie", c'est-à-dire le traitement des cancers, "et les maladies rares, en plus des vaccins", résume dans le communiqué Paul Hudson, directeur général de Sanofi.

Le géant français avait déjà, voici quelques semaines, annoncé un vaste programme d'investissements dans l'ARN messager - deux milliards d'euros d'ici à 2025 - avec notamment la création d'un centre de recherche spécialisé. Il compte développer plusieurs vaccins, ciblés sur les maladies infectieuses, mais reste discret sur ses ambitions exactes. Sanofi a, toutefois, d'ores et déjà lancé de premiers essais avec Translate Bio pour un vaccin contre la grippe saisonnière, une annonce faite en juin.

Par ailleurs, Sanofi ne mise pas que sur l'ARN messager contre le Covid-19. Il développe un autre vaccin avec le britannique GSK, basé sur la technologie de la protéine recombinante, et celui-ci est à un stade plus avancé malgré plusieurs mois de retard, avec une mise sur le marché prévue pour décembre.