Harry et Meghan relancent le débat sur le racisme au Royaume-Uni

Les révélations de Meghan Markle et du prince Harry ont eu un effet retentissant (Photo, AFP).
Les révélations de Meghan Markle et du prince Harry ont eu un effet retentissant (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 10 mars 2021

Harry et Meghan relancent le débat sur le racisme au Royaume-Uni

  • Le prince Harry a touché une corde sensible en affirmant que le racisme avait joué une «grande part» dans sa décision de quitter le Royaume-Uni avec Meghan
  • Depuis les Etats-Unis, il a appelé les tabloïds britanniques qu'il a accusé à maintes reprises de racisme envers Meghan, à évoluer eux aussi

LONDRES: Le sujet était déjà électrique après les manifestations Black Lives Matter. En pleine introspection sur le passé colonial britannique, le prince Harry a touché une corde sensible en affirmant que le racisme avait joué une « grande part » dans sa décision de quitter le Royaume-Uni avec Meghan.

Le chemin parcouru est considérable pour le second fils de Charles et Diana, qui avait fait scandale dans sa jeunesse en arborant le symbole nazi dans une soirée et en traitant un de ses camarades de « Paki ». Face à Oprah Winfrey dimanche soir, il a expliqué que sa femme métisse lui avait fait prendre conscience de ce qu'était le racisme.

 

Profils du prince britannique Harry et de son épouse Meghan Markle (Graphique, AFP).

« J'ai passé de nombreuses années (...) à faire mon propre apprentissage », a déclaré le duc de Sussex, 36 ans, soulignant qu'ayant grandi dans un milieu ultra-privilégié, il n'était « pas au courant ».

« Mais mon Dieu, ça ne prend pas très longtemps pour s'en rendre compte », a-t-il poursuivi.

Depuis les Etats-Unis, il a appelé les tabloïds britanniques qu'il a accusé à maintes reprises de racisme envers Meghan, à évoluer eux aussi.

« L'Amérique a une histoire longue et profondément tragique en matière de racisme. Mais elle le reconnait », explique Lola Adesioye, experte britannique sur les questions raciales basée à New York. « J'ai toujours le sentiment que le Royaume-Uni se fait des illusions (...) avec cette idée que le racisme n'est pas vraiment un problème au Royaume-Uni et que c'est un problème américain ». 

« Donc, quand vous entendez quelqu'un comme Meghan Markle qui est clairement une femme moderne parler des problèmes de racisme auxquels elle a été confrontée dans la famille royale (...) c'est quelque chose qui est très difficile à comprendre pour les Américains », estime-t-elle. 

Débat franc

Pour l'historien David Olusoga, auteur du livre « Black and British: A Forgotten History », les accusations lancées par le couple princier devraient conduire à « un franc débat national » sur le racisme. Mais « je crains qu'il y ait une nouvelle diabolisation de Meghan et Harry », a-t-il écrit dans le journal The Guardian. 

Il estime qu'une partie de la société britannique reste plongée dans le « déni » et incapable de s'interroger sur elle-même. 

La reine entre conciliation et fermeté, selon la presse britannique

« Branche d'olivier » ou riposte polie ? La presse britannique voit mercredi la réaction d'Elizabeth II à l'interview retentissante de son petit-fils Harry et de Meghan comme un geste de conciliation, mais aussi pour certains comme une réponse ferme marquant ses désaccords.

Plus de 36 heures après l'entretien du couple princier avec Oprah Winfrey, la reine a réagi mardi soir via un court communiqué du palais de Buckingham.

« Attristée d'apprendre à quel point ces dernières années ont été difficiles pour Harry et Meghan », la reine a affirmé prendre « très au sérieux » les accusations de racisme lancées par Meghan, une Américaine métisse, et Harry. Sa Majesté s'est engagée à les traiter « en privé » tout en soulignant que les « souvenirs peuvent varier ».

Le choix des mots retenus par la reine, « suggère que la famille n'est pas d'accord avec tout ce qu'ont affirmé les Sussex », relève mercredi le journal conservateur The Telegraph. 

Ce débat creuse un profond fossé entre ceux qui croient Meghan et d'autres qui l'accusent de vouloir se faire de la publicité.

Le Premier ministre Boris Johnson refuse de s'impliquer, sauf pour saluer le « rôle unificateur » d'Elizabeth II qui règne sur le Royaume-Uni et le Commonwealth, association de 54 pays héritée de l'empire colonial britannique dont la plupart des 2,4 milliards d'habitants ne sont pas blancs. 

Mais son gouvernement a proposé mardi une loi aggravant de trois mois à 10 ans les peines encourues pour dégradations d'un mémorial, un changement qui fait suite aux déboulonnages ou tags de statues ayant marqué les manifestations liées au mouvement Black Lives Matter l'été dernier.

A Londres, une statue de l'ancien Premier ministre Winston Churchill avait été taguée du mot « raciste », une ligne rouge pour le camp conservateur de Boris Johnson. La majorité s'est également outrée d'initiatives de la BBC ou du National Trust, qui gère plus de 500 demeures et châteaux au Royaume-Uni, visant à informer davantage le public sur le passé colonial et esclavagiste du pays.

La presse se défend

Dans le camp pro-Meghan, on dénonce un deux poids deux mesures, comparant le traitement que lui ont réservé les médias britanniques à celui accordé à sa belle-soeur Kate, épouse du prince William.

Le prince Harry a accusé de « sectarisme » la presse, en particulier les tabloïds, ce qui a provoqué une levée de boucliers de la Society of Editors, représentant les journalistes dont certains ont été poursuivis en justice par le couple princier. 

« Si les questions posées sont parfois gênantes et embarrassantes, c'est ainsi, mais la presse n'est certainement pas raciste » s'est défendue la fédération.

Un point de vue pas forcément partagé par certains dirigeants de rédactions, qui ont confié sur les réseaux sociaux avoir vu ce sectarisme à l'œuvre et ont souligné le manque de diversité raciale dans les médias. 

« Dire que la presse n'est pas raciste, c'est comme dire que la société n'est pas raciste », estime Marcus Ryder, professeur en diversité des médias à la Birmingham City University, jugeant « naïve l'idée que l’ethnie ne joue pas un rôle dans la couverture médiatique de Meghan ».


A Khartoum, appels au calme avant une cruciale journée de manifestation

Se détachant du canal historique FLC --qui continue de revendiquer un transfert complet du pouvoir aux civils--, une faction mobilise depuis samedi ses partisans et organise un sit-in annoncé comme "illimité" devant le palais présidentiel de Khartoum.
Se détachant du canal historique FLC --qui continue de revendiquer un transfert complet du pouvoir aux civils--, une faction mobilise depuis samedi ses partisans et organise un sit-in annoncé comme "illimité" devant le palais présidentiel de Khartoum.
Short Url
  • Le FLC - canal historique - prévoit une "manifestation d'un million de personnes", à Khartoum et dans les autres villes du Soudan, afin de réclamer la poursuite de la transition censée mener à des élections fin 2023
  • Se détachant du canal historique, une faction mobilise depuis samedi ses partisans et organise un sit-in annoncé comme "illimité" devant le palais présidentiel de Khartoum

KHARTOUM: Les organisateurs de manifestations rivales, pro et anti-militaires, ont appelé mercredi leurs partisans au calme, à la veille d'une journée déterminante pour la transition soudanaise à laquelle le militaire à la tête des autorités intérimaires s'est redit attaché.


Insistant pour la première fois sur "le partenariat entre civils et militaires", le général Abdel Fattah al-Burhane a semblé mercredi soir vouloir rassurer la Britannique Vicky Ford, en charge de l'Afrique pour la diplomatie de la Grande-Bretagne, ancienne puissance coloniale toujours influente au Soudan.


Car si en 2019, quand les Soudanais se sont soulevés contre Omar el-Béchir, l'union sacrée avait prévalu, elle semble aujourd'hui avoir fait long feu. 


Réunis au sein d'une coalition appelées les Forces pour la liberté et le changement (FLC), civils, partis, groupes rebelles et syndicats sont parvenus à pousser l'armée à démettre l'autocrate après 30 ans de dictature.


Aujourd'hui, les FLC sont divisées. 


Se détachant du canal historique --qui continue de revendiquer un transfert complet du pouvoir aux civils--, une faction mobilise depuis samedi ses partisans et organise un sit-in annoncé comme "illimité" devant le palais présidentiel de Khartoum.


Forte de milliers de partisans qui réclament "un gouvernement militaire", la faction comporte aussi des militants qui appellent à une reprise en main totale par le général Burhane.


Et les manifestants sont bien décidés à rester devant le palais présidentiel, jeudi y compris.


Or, jeudi également, le canal historique des FLC prévoit de son côté une "manifestation d'un million de personnes", à Khartoum et dans les autres villes du Soudan, afin de réclamer la poursuite de la transition censée mener à des élections fin 2023 pour former un gouvernement civil.


Ces deux démonstrations de force rivales font redouter des tensions dans un pays englué dans le marasme politique et économique, et déstabilisé par une tentative de putsch le 21 septembre.


Signe que la rivalité ne faiblit pas, les deux camps ont tenu mercredi des conférences de presse simultanées.


Le chef du Mouvement de libération du Soudan (MLS), Minni Minawi, désormais gouverneur du Darfour (ouest), l'un des chefs des pro-armée, a appelé à faire du "21 octobre une journée de tolérance et non d'incitation à la violence".


"Nous refusons fermement les attaques ou le recours à toute forme de violence", a renchéri le ministre des Finances Jibril Ibrahim, lui aussi chef des pro-armée.

Eviter l'affrontement 

Au même moment, Ali Ammar, porte-parole des Comités de résistance des quartiers résidentiels, une organisation qui a joué un rôle-clé dans la "révolution" de 2019, a annoncé le choix d'un itinéraire pour la manifestation pro-civils afin d'éviter les heurts.


"Nous n'irons ni aux abords du palais présidentiel ni près du bâtiment du gouvernement", où la police a récemment dispersé des pro-armée, "pour éviter tout affrontement avec le sit-in comme certains (le) voudraient", a-t-il dit.


Alors que le gouvernement soudanais a déjà mis en garde contre toute "escalade" lundi, l'ambassade américaine à Khartoum a dit mercredi "encourager les manifestants au pacifisme".


Sur Twitter, elle a également "rappelé le soutien ferme des Etats-Unis à la transition démocratique au Soudan".


Depuis plusieurs jours, Khartoum --dont la transition semble de plus en plus fragilisée-- connaît un véritable ballet diplomatique.


Mercredi, le haut diplomate américain Payton Knopf a rencontré le Premier ministre Abdallah Hamdok qui lui a redit vouloir "aller au bout des objectifs de la révolution", selon un communiqué.


Et cela avant une visite en fin de semaine de l'émissaire des Etats-Unis pour la Corne de l'Afrique, Jeffrey Feltman, selon l'agence officielle Suna.


A Mme Ford, comme avant elle à d'autres diplomates, le général Burhane, chef du Conseil de souveraineté qui dirige la transition, a redit vouloir "le succès de la transition vers un gouvernement civil élu".


C'est actuellement ce Conseil de souveraineté composé de militaires et de civils qui supervise la transition avec le gouvernement emmené par le technocrate Abdallah Hamdok, un ancien économiste de l'ONU.


Si au début les slogans l'épargnaient, mercredi, entre les tentes du sit-in pro-armée son immense portrait a été déployé... barré d'une immense croix rouge.


Le prochain ambassadeur US à Pékin ne fait «pas confiance» à la Chine

Nicholas Burns s'exprimait mercredi devant la commission des Affaires étrangères du Sénat, qui doit confirmer sa nomination au poste d'ambassadeur américain en Chine. (Photo, AFP)
Nicholas Burns s'exprimait mercredi devant la commission des Affaires étrangères du Sénat, qui doit confirmer sa nomination au poste d'ambassadeur américain en Chine. (Photo, AFP)
Depuis qu'il a pris les rênes de la République populaire, Xi Jinping a adopté une politique agressive aussi bien à l'intérieur de son pays qu'au niveau international. (Photo, AFP)
Depuis qu'il a pris les rênes de la République populaire, Xi Jinping a adopté une politique agressive aussi bien à l'intérieur de son pays qu'au niveau international. (Photo, AFP)
Short Url
  • Au sujet de Taiwan, Nicholas Burns recommande de vendre davantage d'armement à l'île pour renforcer ses défenses
  • Le diplomate a eu des mots très durs pour le régime communiste en rappelant le génocide ouïghour, la mainmise sur Hong Kong et les conflits avec les pays limitrophes

WASHINGTON : Le prochain ambassadeur à Pékin, le diplomate de carrière Nicholas Burns, a estimé mercredi qu'il ne fallait "pas faire confiance" à la Chine sur Taïwan, et recommandé de vendre davantage d'armement à l'île pour renforcer ses défenses.

M. Burns s'exprimait devant la commission des Affaires étrangères du Sénat, qui doit confirmer sa nomination. Il a dénoncé les récentes incursions aériennes chinoises dans l'espace aérien taïwanais, les qualifiant de "répréhensibles".

Evoquant la situation de Taïwan, il a déclaré: "il est certain que nous ne pouvons pas faire confiance aux Chinois sur cette question". "Notre responsabilité est de faire de Taïwan un adversaire coriace", en continuant à lui fournir des armements pour renforcer ses défenses, a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis reconnaissent depuis 1979 la République populaire de Chine, mais le Congrès américain impose parallèlement de fournir des armes à Taïwan pour son autodéfense.

L'île a son propre gouvernement depuis la victoire des communistes sur la partie continentale de la Chine en 1949, mais Pékin considère ce territoire comme une de ses provinces et menace de recourir à la force au cas où l'île proclamerait formellement son indépendance.

Le président chinois Xi Jinping a cependant réaffirmé récemment sa volonté de parvenir à une réunification "pacifique".

Nicholas Burns, diplomate accompli, a occupé des fonctions de responsabilité sous plusieurs administrations, aussi bien républicaines que démocrates. Il a eu mercredi des mots très durs pour le régime chinois, qu'il a accusé d'avoir "été un agresseur contre l'Inde le long de leur frontière himalayenne, contre le Vietnam, les Philippines et d'autres en mer de Chine méridionale, contre le Japon en mer de Chine orientale".

"Pékin a lancé une campagne d'intimidation contre l'Australie, et même récemment contre la Lituanie", qui a reconnu Taïwan, a-t-il ajouté. "Le génocide de la République populaire de Chine dans le Xinjiang, ses violences au Tibet, sa répression de l'autonomie et des libertés à Hong Kong et son harcèlement de Taïwan sont injustes et doivent cesser".

Mais il a souligné que la puissance de la Chine ne devait pas être surestimée.

"Nous ne devrions pas exagérer leurs atouts ni sous-estimer ceux des Etats-Unis", a-t-il noté. "Ce dont nous avons besoin, c'est d'avoir confiance en nous."

La Chine a "très peu d'amis" et "pas de réels alliés", a-t-il conclu.


Privé de Twitter, Trump lance son propre réseau social

L'ancien président américain Donald Trump lors de la Conférence d'action politique conservatrice (CPAC) à Dallas, Texas, le 11 juillet 2021. (Photo d'Andy Jacobsohn / AFP)
L'ancien président américain Donald Trump lors de la Conférence d'action politique conservatrice (CPAC) à Dallas, Texas, le 11 juillet 2021. (Photo d'Andy Jacobsohn / AFP)
Short Url
  • L'ex-président a été banni des principaux réseaux sociaux du monde en guise de punition pour avoir provoqué la foule qui a saccagé le Congrès le 6 janvier
  • «Nous vivons dans un monde où les talibans sont très présents sur Twitter, mais votre président américain préféré a été réduit au silence. Cela est inacceptable»

WASHINGTON: L'ancien président américain Donald Trump a annoncé mercredi son intention de lancer sa propre plate-forme sociale appelée «TRUTH Social», qui devrait commencer son lancement bêta pour les «invités» le mois prochain.

La plate-forme tant attendue appartiendra au Trump Media & Technology Group (TMTG), qui a également l'intention de lancer un service de vidéo à la demande par abonnement qui proposera des programmes de divertissement continus, a indiqué le groupe dans un communiqué.

«J'ai créé TRUTH Social et TMTG pour m’opposer à la tyrannie des grandes firmes technologiques», a révélé Trump, qui a été banni de Twitter et Facebook à la suite de l'insurrection du Capitole menée par ses partisans le 6 janvier dernier, selon le communiqué.

«Nous vivons dans un monde où les talibans sont très présents sur Twitter, mais votre président américain préféré a été réduit au silence. Cela est inacceptable», a-t-il poursuivi.

Le Trump Media & Technology Group fusionnera avec la société de chèque en blanc Digital Acquisition Corp. pour faire de TMTG une société cotée en bourse, selon le communiqué.

«La transaction valorise le Trump Media & Technology Group à une valeur d'entreprise initiale de 875 millions de dollars américains (1 dollar américain = 0,86 euro), avec un complément de prix potentiel de 825 millions de dollars en actions supplémentaires (à la valorisation qui leur est accordée) pour une valorisation cumulée pouvant atteindre 1,7 milliard de dollars, en fonction de la performance du cours de l'action après le fusionnement des entreprises», a ajouté le communiqué.

Depuis qu'il a été banni des principaux réseaux sociaux du monde en guise de punition pour avoir provoqué la foule qui a saccagé le Congrès le 6 janvier, Trump cherche à récupérer sa plate-forme Internet.

En mai, Trump a lancé un blog intitulé «From the Desk of Donald J. Trump», qui a été présenté comme un nouveau débouché important.

Mais Trump, qui a également été banni d'Instagram, YouTube et Snapchat à la suite du chaos au Capitole, a annulé le blog un mois plus tard.

L'ancien assistant de Trump, Jason Miller, a lancé un réseau social appelé «Gettr» plus tôt cette année, mais Trump ne l'a pas encore rejoint.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com