En France, un rapport parlementaire propose la création d'un musée d'histoire de la colonisation

Le rapport de la mission d'information est le fruit de près de dix mois de travaux et d'une centaine d'heures d'audition.(AFP)
Le rapport de la mission d'information est le fruit de près de dix mois de travaux et d'une centaine d'heures d'audition.(AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 11 mars 2021

En France, un rapport parlementaire propose la création d'un musée d'histoire de la colonisation

  • Ces histoires, notamment «celles qui font polémiques», «pourraient être utilement regroupées dans un musée», afin qu'elles «puissent trouver un peu de sérénité»
  • Outre le musée d'histoire du colonialisme, les députés appellent à ériger dans l'espace public des stèles en hommage "aux héros qui ont pu lutter contre l'esclavage et la colonisation"

PARIS : Un rapport parlementaire présenté mercredi propose la création d'un musée d'histoire de la colonisation en France, thème qui enflamme régulièrement la société française où, loin d'être un simple "reliquat du passé" le niveau de racisme reste selon ses auteurs "extrêmement préoccupant".

"Toutes les histoires de France doivent être assumées", a souligné Caroline Abadie, députée du parti au pouvoir (LREM) et rapporteure de la mission d'information de l'Assemblée nationale sur "l'émergence et l'évolution des différentes formes de racisme et les réponses à y apporter".

Ces histoires, notamment "celles qui font polémiques", "pourraient être utilement regroupées dans un musée", afin qu'elles "puissent trouver un peu de sérénité", a-t-elle souligné lors d'une visioconférence de presse.

"On a donc pensé à créer un musée" de l'histoire de la colonisation qui pourrait "être à la fois numérique et itinérant", a-t-elle précisé, un musée "posé dans une grande ville de France" ne "permettant pas de parler à l'ensemble des Français".

Au total, le rapport de la mission d'information, fruit de près de dix mois de travaux et d'une centaine d'heures d'audition, émet 57 préconisations qui doivent permettre d'apporter une "réponse universaliste déterminée" au niveau "extrêmement préoccupant" du racisme et de l'antisémitisme en France.

Outre le musée d'histoire du colonialisme, les députés appellent à ériger dans l'espace public des stèles en hommage "aux héros qui ont pu lutter contre l'esclavage et la colonisation".

Parallèlement, le nombre de postes de professeurs et de maîtres de conférences dédiés aux sujets des génocides, de l'esclavage et de la colonisation, doit être revu à la hausse, estime la mission d'information.

Face au "sous-signalement" des faits racistes, la plainte en ligne devrait être "plus largement développée" et le contrôle du cadre légal des contrôles d'identité doit être envisagé.

 


La soeur de Benjamin Brière, détenu en Iran, appelle Paris à «taper du poing sur la table»

Blandine Brière pose le 25 janvier 2022 à Saint-Genis-les-Ollières, près de Lyon, le jour où son frère Benjamin Brière a été condamné en Iran à 8 ans de prison pour espionnage (Photo, AFP).
Blandine Brière pose le 25 janvier 2022 à Saint-Genis-les-Ollières, près de Lyon, le jour où son frère Benjamin Brière a été condamné en Iran à 8 ans de prison pour espionnage (Photo, AFP).
Short Url
  • Agé de 36 ans, Benjamin Brière a été condamné en janvier dernier à huit ans et huit mois de prison pour «espionnage» et «propagande» contre le régime
  • Trois autres ressortissants Français sont détenus actuellement en Iran

PARIS: "Ça ne peut plus durer": deux ans après l'arrestation de son frère en Iran, la soeur de Benjamin Brière, un Français condamné pour propagande et espionnage, appelle Paris à "taper du poing sur la table" pour obtenir la libération des quatre Français retenus en "otage" par Téhéran.

"On en appelle à notre nouveau gouvernement", déclare Blandine Brière dans une interview à l'AFP. 

La nouvelle ministre des Affaires étrangères "Catherine Colonna doit taper du poing sur la table et faire en sorte qu'il se passe réellement quelque chose aujourd'hui après deux ans sans rien, bien plus pour Fariba et maintenant deux autres Français, ça ne peut plus durer".

Agé de 36 ans, Benjamin Brière a été condamné en janvier dernier à huit ans et huit mois de prison pour "espionnage" et "propagande" contre le régime. Il a fait appel.

M. Brière, qui s'est toujours présenté comme un touriste, avait été arrêté en mai 2020 pour avoir pris "des photographies de zones interdites" avec un drone de loisir dans un parc naturel en Iran.

Trois autres ressortissants Français sont détenus actuellement en Iran.

La chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah a été condamnée en mai 2020 à cinq ans de prison pour atteintes à la sécurité nationale. Elle est aux arrêts domiciliaires depuis octobre 2020.

Deux Français ont été arrêtés en mai en Iran, accusés par Téhéran d'être "entrés dans le pays dans le but de déclencher le chaos et déstabiliser la société" - des interpellations jugées "sans fondement" par Paris.

«Diplomatie des otages»

Pour Blandine Brière, cette dernière arrestation "montre bien que le cas de Benjamin n'est pas isolé" et s'inscrit dans une "mécanique bien huilée" de ce qui a été décrit par les ONG comme la "diplomatie des otages" de l'Iran.

Au nom de cette stratégie, que Téhéran a toujours démentie, l'Iran est accusé de détenir des étrangers, majoritairement binationaux, pour tenter par ce biais d'arracher des concessions de l'Occident sur des dossiers sensibles en cours. 

En prison ou en résidence surveillée, les détenus font l'objet d'accusations que leurs familles et les ONG jugent absurdes, comme espionnage ou atteinte à la sécurité de l'Etat. 

Téhéran affirme pour sa part que ces prisonniers sont détenus selon une procédure judiciaire indépendante, sans intervention gouvernementale.

"Cela devient une habitude, c'est infernal, c'est complètement irréel", estime Blandine Brière. "Tout ça est infondé et politique. Voir qu'il y a un nouveau couple qui a été arrêté, c'est cruel, on se dit qu'il y a une autre famille qui est plongée dans ce cauchemar".

"J'ai mon frère à peu près tous les 15 jours au téléphone", ajoute-t-elle. "Jusqu'à maintenant je le trouvais assez solide, là il est complètement démuni, ça devient vraiment très dur, un jour de plus c'est un enfer et c'est un jour de trop". 

«Hallucinant»

Évoquant en janvier son cas et celui de Fariba Adelkhah, Jean-Yves Le Drian, alors chef de la diplomatie française, avait affirmé tout faire pour que "les otages, il faut appeler les choses comme cela" soient libérés.

"Peut-être qu'il y a des choses qui ont été faites, mais en tout cas il ne se passe rien de concret de notre côté", estime Blandine Brière. "On en demande plus, des sanctions, des boycotts, tout ce qui est possible de faire pour que cette habitude cesse que tous les otages européens et internationaux rentrent chez eux et que justice soit faite".

Les agences de voyage doivent également "alerter plus" sur les risques, "montrer à tout le monde que n'importe quel touriste peut être dans le cas de mon frère".

Depuis deux ans, "on est tous dans l'attente, on a une grand-mère qui vieillit, j'ai des enfants qu'il n'a vus qu'une seule fois. Il n'est pas là pour voir ça, sans raison, c'est ça qui nous tue, c'est un dossier vide", ajoute-t-elle. 

"Se dire qu'on est au centre de conflits politiques, qu'on parle de négociations pour le nucléaire, qu'on parle d'échanges de prisonniers... c'est complètement hallucinant. J'essaye de remuer ciel et terre mais j'ai l'impression que c'est une goutte d'eau par rapport à ce que nos politiques pourraient faire, à ce que l'Union européenne pourrait faire. On ne peut pas faire sans eux."


L’École supérieure de journalisme Paris rend hommage à Shireen Abu Akleh

L’école de journalisme a créé une bourse au nom de Shireen Abu Akleh qui sera destinée à un journaliste ou futur journaliste du monde arabe, et a donné le nom de la défunte à la promotion ESJ 2022. Photo fournie.
L’école de journalisme a créé une bourse au nom de Shireen Abu Akleh qui sera destinée à un journaliste ou futur journaliste du monde arabe, et a donné le nom de la défunte à la promotion ESJ 2022. Photo fournie.
Short Url
  • L’école de journalisme a créé une bourse au nom de Shireen Abu Akleh qui sera destinée à un journaliste ou futur journaliste du monde arabe, et a donné le nom de la défunte à la promotion ESJ 2022
  • «En tuant Shireen Abu Akleh, on a voulu supprimer la liberté d’expression, le droit à la parole», dénonce Noha Rashmawi, directrice générale de l’ESJ Paris et responsable de la section arabophone

PARIS: La direction de l’École supérieure de journalisme de Paris (ESJ), la doyenne des écoles de journalisme dans le monde, a décidé de rendre hommage à Shireen Abu Akleh, la journaliste palestino-américaine, correspondante de la chaîne Al-Jazeera, tuée par balles au cours d’un reportage à Jénine, en Cisjordanie occupée, le 11 mai 2022.

Guillaume Jobin, président de l’ESJ, se dit révolté par cet acte qu’il qualifie d’«assassinat». «Je connaissais Shireen, je l’ai même rencontrée, elle devait intervenir dans notre école à la rentrée universitaire 2022. Je ne sais pas qui a décidé de la tuer. Mon avis personnel, et ce n’est pas celui de l’école que j’engage, c’est que Shireen Abu Akleh a été assassinée par des Israéliens. On ne sait pas qui, ce n’est pas forcément le gouvernement. Ce qui s’est passé est contre-productif, car cela a mis des millions de musulmans, de chrétiens ou des yézidis dans la rue. Shireen a été assassinée alors qu’elle travaillait pour Al-Jazeera, la seule chaîne arabe autorisée en Israël. Elle était appréciée par tous, des gens de la rue, des journalistes de gauche, de droite, y compris par les autorités palestiniennes», explique-t-il à Arab News en français. «Je le sais car je suis allé plusieurs fois en Palestine. Aucun Palestinien n’avait un intérêt à la tuer.»  

Le président de l’ESJ Paris est scandalisé par les insultes qu’il a entendues à la suite de ses prises de positions, publiques ou privées. «On m’a traité d’antisémite, on a dit que j’étais une personne qui ne connaît pas Israël, or ce n’est de cela dont il s’agit, puisque je me suis rendu plusieurs fois là-bas (…). Je sais que je vais encore me faire des ennemis, mais il faut le dire: hormis l’Algérie, quelle est la position des pays arabes sur le sujet, notamment ceux qui ont reconnu l’État d’Israël? Je ne nie pas l’existence d’Israël, c’est un fait, je ne dis que je suis pour ou contre, je dis juste que cela s’est fait sur le dos des Palestiniens qui restent enfermés dans une prison», regrette-t-il. «Notre école est connue, on ne fait pas de politique, on ne parle pas de religion, on a un seul engagement politique, c’est celui de la défense des droits des Palestiniens qui sont injustement traités par l’ensemble de la communauté internationale, à commencer par la France depuis 1948» (date de la création de l’État d’Israël), explique le président de l’ESJ Paris.

Hommage à la mémoire de Shireen Abu Akleh

«Nous avons décidé de réagir immédiatement sur les réseaux sociaux pour faire deux choses concrètes: créer une bourse au nom de Shireen Abu Akleh qui sera destinée à un homme et à une femme du monde arabe, journaliste ou souhaitant le devenir, et donner le nom de la défunte à la promotion ESJ 2022 de la section arabophone», nous révèle Guillaume Jobin.

«Nous honorons la mémoire de Shireen Abu Akleh car elle était palestinienne et journaliste de la première chaîne de télévision du monde arabe disposant du droit de travailler en Israël. Shireen Abu Akleh était aussi de nationalité américaine, nous révèle, de son côté, Noha Rashmawi, directrice générale de l’ESJ Paris et responsable de la section arabophone. «En assassinant Shireen Abu Akleh, ils ont voulu passer un message à l’ensemble du peuple palestinien, aux journalistes palestiniens et aux hommes libres du monde entier, celui de dire qu’ils ne peuvent pas être protégés (…). On a voulu supprimer la liberté d’expression, le droit à la parole. Shireen a été assassinée, son cercueil a été bafoué (…). Les soldats israéliens sont rentrés au sein de l’hôpital français, sous la protection du Vatican. Imaginez si un Palestinien avait osé entrer dans un hôpital israélien, protégé par le Vatican, qu’aurait fait le gouvernement français?», interroge-t-elle.  

«Je condamne la politique du gouvernement français sur ce sur terrain», poursuit-elle. «C’est une politique lâche et partisane (…). Nous demandons l’application du droit et des règles internationales qui ne sont pas respectés. Israël n’a jamais été sanctionné pour les crimes commis, comme celui de Mohammed al-Durah (le jeune adolescent âgé de 12 ans, tué dans les bras de son père en septembre 2000). C’est un fait qui a été rapporté par l’enquête du journaliste fanco-israëlien Charles Enderlin (ancien chef du bureau de France Télévision à Jérusalem pendant trente-quatre ans). Je parle en mon nom propre, Israël doit être condamné pour ce qu’il a fait et doit être jugé devant le tribunal international de la Haye», poursuit-elle en déplorant l’absence de réactions des gouvernements arabes.

«On ne peut pas se taire, laisser faire», conclut-elle en faisant le parallèle avec la situation en Ukraine. «Ce qui se passe en Ukraine est un crime et ce qui se passe en Palestine est aussi un crime, un crime qui dure depuis soixante-quinze ans. Ils (les Occidentaux) avaient été scandalisés par la mort de la journaliste américaine pendant les combats en Ukraine, Shireen Abou Akleh, elle aussi, était journaliste américano-palestinienne, assassinée alors qu’elle exerçait son métier. Je n’ai pas entendu un mot de l’Élysée à ce sujet», déplore Noha Rashmawi.

 


Législatives: Le NPA soutiendra des candidats Nupes

Philippe Poutou, membre du Conseil municipal et métropolitain de Bordeaux et candidat à la présidence, prononce un discours lors d'un rassemblement électoral à la salle Mermoz à Toulouse, dans le sud de la France, le 7 avril 2022 (Photo, AFP).
Philippe Poutou, membre du Conseil municipal et métropolitain de Bordeaux et candidat à la présidence, prononce un discours lors d'un rassemblement électoral à la salle Mermoz à Toulouse, dans le sud de la France, le 7 avril 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le NPA ne présentera que 12 candidatures indépendantes
  • Ni Philippe Poutou, ni Olivier Besancenot ne sont investis pour ces législatives

PARIS: Le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), qui n'a pas rejoint la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes), va cependant "s'inscrire dans la campagne" et soutenir les candidatures de la Nupes "en rupture avec la politique libérale", a annoncé mardi l'ex-candidat à la présidentielle Philippe Poutou.

"Même si on n’est pas dans l'accord, on va s'inscrire dans cette campagne le mieux possible, partout où il y a des candidatures qui correspondent à ce que nous on pense être important aujourd’hui, (...), des candidatures qui ont ce profil de contestation du système capitaliste ou de contestation des idées libérales", a expliqué Philippe Poutou, lors d'une conférence de presse.

Le NPA ne présentera que 12 candidatures indépendantes dans "des circonscriptions gagnables" pour le parti, et où il semblait impensable à ses militants de soutenir certains candidats de la Nupes "loin d'avoir un profil antilibéral". 

C'est par exemple le cas dans la 4e circonscription de Lyon, où Hubert Julien-Laferrière "a été élu il y a cinq ans sous la bannière En Marche" et est "maintenant investi par la Nouvelle union populaire. Le fait d’imaginer faire campagne pour un libéral et qui plus est opportuniste, c'est assez insupportable pour les militants de terrain", a expliqué Mathilde Millat, suppléante de Raphaël Arnault, candidat NPA dans cette circonscription.

Ni Philippe Poutou, ni Olivier Besancenot ne sont investis pour ces législatives. 

"Notre politique, dans la majorité des circonscriptions où nous existons, c'est-à-dire dans 70 à 80 circonscriptions, c'est le soutien des candidats de la Nupes. Ca va du simple communiqué d'appel au vote, jusqu'à un investissement militant dans la campagne", comme dans la 20e circonscription de Paris au côté de la LFI Danielle Simonnet, a précisé Philippe Poutou. 

Le NPA, qui avait été approché par La France  insoumise pour intégrer la Nupes, avec le PS, EELV et le PCF pour les élections législatives de juin, avait finalement refusé de signer un accord "incluant le Parti socialiste".

Il avait aussi déploré le faible nombre de circonscriptions gagnables qui lui étaient réservées. "Il n’y avait pas de raisons qu’on soit là juste avec un logo, des colleurs d’affiches et des distributeurs de tracts et que derrière, au parlement, éventuellement, il y ait zéro élus du NPA", a insisté M. Poutou.