Peinture Zen et calligraphie au Louvre Abu Dhabi

L’exposition, en partenariat avec le Centre Pompidou, vise à connecter les langages de l’image à travers l’abstrait et la calligraphie (Photo, Département de la Culture et du Tourisme – Abou Dhabi, Thierry Ollivier).
L’exposition, en partenariat avec le Centre Pompidou, vise à connecter les langages de l’image à travers l’abstrait et la calligraphie (Photo, Département de la Culture et du Tourisme – Abou Dhabi, Thierry Ollivier).
Short Url
Publié le Samedi 13 mars 2021

Peinture Zen et calligraphie au Louvre Abu Dhabi

  • Organisée par Didier Ottinger assisté de Marie Sarré, et parrainée par Montblanc, l'exposition marque une deuxième collaboration majeure entre le Centre Pompidou et le Louvre Abu Dhabi
  • L'exposition se concentre également sur les artistes arabes des XXe et XXIe siècles - de Dia Azzawi et Anwar Jalal Shemza, à Ghada Amer, Shirazeh Houshiary, Mona Hatoum et d'autres - pour qui la forme de la lettre est source continue d'inspiration

DUBAI: «Abstraction and Calligraphy - Towards a Universal Language» est la première exposition internationale du Louvre Abu Dhabi en 2021, invitant les visiteurs à explorer l'aube de l'abstraction moderne à travers le signe et le symbole, retraçant les origines de la calligraphie asiatique et arabe et cartographiant des sites d'inspiration mutuelle autour du monde.

Organisée par Didier Ottinger assisté de Marie Sarré, l'exposition marque une deuxième collaboration majeure entre le Centre Pompidou et le Louvre Abu Dhabi. Cette exposition internationale est parrainée par Montblanc, une Maison dont le savoir-faire innovant continue d'influencer la culture de l'écriture.

Réunissant plus de 80 chefs-d'œuvre prêtés par 16 institutions partenaires, avec six œuvres de la propre collection permanente du Louvre Abu Dhabi, l'exposition présente notamment des artistes abstraits du XXe siècle, dont Paul Klee, André Masson et Jackson Pollock.

Dans une déclaration exclusive à Arab News Japan, Alice Querin, responsable principale des collections et des bases de données au Louvre Abu Dhabi a expliqué: «Il n'a pas été facile pour nous d'organiser l'exposition, comme nous l'avions prévu, sur deux ans. Une année complète de planification et d'organisation a été nécessaire pendant la pandémie. Nous avons organisé cette exposition avec le Centre Pompidou dans les musées de Paris et de France qui sont nos partenaires de longue date.

Querin a déclaré qu'il s'agissait de la première exposition du musée en 2021, avec plus de 80 chefs-d'œuvre prêtés par 16 fonds du monde entier.

«L’exposition fait partie de la troisième saison du thème du Louvre Abu Dhabi « Échanges Est et Ouest» et nous voulions créer autour de l’abstraction et des artistes abstraits du début du XXe siècle qui ont été influencés par les expressions artistiques de l’Est», a-t-elle expliqué.

Alia Al Shamsi, responsable de la programmation culturelle par intérim au Louvre Abu Dhabi, a déclaré que de sérieuses mesures de sécurité sont prises pour les visiteurs du musée.

«L'exposition est considérée comme un prolongement du récit d'événements internationaux des arts et de la culture. Nous ciblons notre communauté dans cette exposition. Nous travaillons avec de nombreuses institutions à Abou Dhabi pour que l'exposition atteigne un large éventail de personnes », a ajouté Al Shamsi.

Les trois peintures zen de l'exposition illustrent des symboles représentant l'allégorie de l'ubiquité de la pensée développée dans le bouddhisme. L'Enso, le cercle sans début ni fin, est considéré comme la manifestation de la sagesse du Bouddha issue de l'Essence Absolue de la Nature. En tant que symbole de l'Unité parfaite, il transcende tous les opposés et les vide au même moment.

Le rouleau suspendu (kakemono) d'Enji Tōrei, représente l'un de ses thèmes les plus appréciés. L'artiste a tracé deux demi-cercles. Celui de droite est réalisé à l’aide d’un pinceau plus fin. Le trait vibrant donne une dynamique suggestive à la composition, avec l'impression d'un mouvement perpétuel. La peinture Zen Stick, de Jiun Onkō, représente un trait linéaire vertical unique, courant au milieu du rouleau comme une réflexion sur le concept de persistance. Le symbole illustre un keisaku (警策), un bâton plat en bois utilisé par le maître pour «réveiller» les disciples pendant les séances de méditation. Le résultat calligraphique est d'une simplicité extraordinaire et il est encore possible de percevoir la dualité persistante de l'expérience humaine.

Les lignes vibrantes sur la droite créent un contraste avec l'effet dense et compact de l'encre sur la gauche. Au milieu du rouleau, à gauche du bâton, une inscription rappelle la présence perpétuelle de la loi bouddhiste.

Les figures allégoriques de Bodhidharma, le patriarche du bouddhisme zen, ont des relations directes avec le koan le plus populaire. Dans le tableau, Jiun Onkō représente la figure en seulement trois coups de pinceau, sans virtuosité technique mais avec une simplicité suggestive. Des qualités comparables se retrouvent dans l'inscription «sans mérite» réalisée ci-dessus à l’aide d’un pinceau épais entièrement chargé d'encre sombre et dense. Il est inutile de décrire l'expérience du Zen telle qu'elle s'exprime dans l'art.

Selon la perception zen, l'art se tient par lui-même, sans aucun sens. Même s'il existe un arrière-plan complexe de symboles et d'allégories, une interprétation convaincante n'est pas toujours possible. Comprendre les œuvres zen signifie donc s'immerger dans la peinture et atteindre l'illumination par un dépouillement inconscient de soi.

L'exposition se concentre également sur les artistes arabes des XXe et XXIe siècles - de Dia Azzawi et Anwar Jalal Shemza, à Ghada Amer, Shirazeh Houshiary, Mona Hatoum et d'autres - pour qui la forme de la lettre est source continue d'inspiration, libérant l'écriture de sa fonction purement linguistique fonction pour la réinvestir dans une nouvelle valeur artistique.

L'exposition présente également des installations de deux artistes contemporains, eL Seed et Sanki King, démontrant comment les artistes d'aujourd'hui recherchent encore de nouvelles formes visuelles pour répondre aux changements sociétaux.

Pour faciliter l’interaction, L'équipe Éducation du Louvre Abu Dhabi a développé un programme d'apprentissage numérique qui guide les jeunes visiteurs et leurs familles à travers l'espace de l’exposition et les œuvres d'art. Un personnage animé nommé Qalam aidera les visiteurs à explorer le sentier choisi et à communiquera avec les plus jeunes autour des œuvres d'art et artistes sélectionnés. Ces interactions visent à susciter la créativité et à aider les enfants à découvrir l'histoire des pictogrammes, des alphabets et de l'abstraction. Les petits groupes peuvent réserver une visite express de 45 minutes pour explorer l'exposition avec un éducateur du musée.

Un catalogue détaillé accompagne l'exposition, disponible en anglais, arabe et français. Il aide à explorer en profondeur les thèmes, les mouvements et les moments du parcours.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.jp


Boxe: le match revanche qui oppose Joshua à Usyk à Djeddah, une inspiration pour les générations futures

Le détenteur des droits du prochain match revanche de boxe dans la catégorie poids lourds, qui oppose Anthony Joshua à Oleksandr Usyk, espère que le combat sera une source d’inspiration pour les jeunes Saoudiens. (Skill Challenge Entertainment)
Le détenteur des droits du prochain match revanche de boxe dans la catégorie poids lourds, qui oppose Anthony Joshua à Oleksandr Usyk, espère que le combat sera une source d’inspiration pour les jeunes Saoudiens. (Skill Challenge Entertainment)
Short Url
  • «Le sport et le divertissement jouent un rôle central dans l’initiative Vision 2030, la stratégie qui est à l’origine de la transformation de la nation», déclare le prince Fahad ben Abdelaziz
  • Le prince félicite par ailleurs les dirigeants saoudiens pour leur soutien continu dans l’organisation d’événements majeurs dans le Royaume

LONDRES: Encourager la prochaine génération de Saoudiens à faire du sport et à devenir champions en la matière est l’un des principaux objectifs pour attirer le sport de haut niveau au sein du Royaume, selon le détenteur des droits du prochain match revanche de boxe dans la catégorie poids lourds qui oppose Anthony Joshua à Oleksandr Usyk. 

Le prince Fahad ben Abdelaziz, porte-parole de Skill Challenge Entertainment, évoque cette semaine la préparation au combat qui se déroule à Djeddah et espère que le combat léguera un certain héritage à la jeunesse saoudienne. 

Le prince félicite par ailleurs les dirigeants saoudiens pour leur soutien continu dans l’organisation d’événements majeurs à l’intérieur du Royaume. 

«Le sport et le divertissement jouent un rôle central dans l’initiative Vision 2030, la stratégie qui est à l’origine de la transformation de la nation», déclare-t-il. 

«Les dirigeants estimés du pays sont vraiment conscients des répercussions que le sport pourrait avoir sur l’amélioration de la vie des habitants et nous soutenons pleinement cette transformation. Les changements déjà mis en place ont déjà eu une incidence considérable sur les gens de notre pays.» 

«Il est évident que les Saoudiens sont enthousiastes à l’idée que certains des plus grands événements sportifs du monde se déroulent au Royaume.» 

Le prince Fahad affirme également que l’organisation du combat en Arabie saoudite s’inscrit dans le cadre d’une ambition plus large: développer la boxe dans le Royaume. 

«L’une des principales raisons d’organiser des événements comme celui-là ici dans le Royaume est d’inspirer les habitants et les générations futures au niveau local», précise-t-il. 

«Depuis le dernier combat, intitulé “Clash on the Dunes”, en 2019, nous avons assisté à une augmentation de 300% du nombre d’hommes et de femmes qui suivent des cours de boxe et le nombre de salles est passé de sept à cinquante-neuf.» 

«En organisant d’autres événements comme celui-là, y compris les premiers championnats de boxe féminine, nous souhaitons inciter plus de 500 000 personnes à pratiquer ce sport au cours des quatre prochaines années. Un exploit clé serait d’inspirer les habitants de la nation et de la région à s’adonner aux pratiques sportives et, espérons-le, à en tomber amoureux comme c’est arrivé pour tant d’autres.» 

Il poursuit en ces termes: «Parallèlement à cela, nous voulons montrer la véritable Arabie saoudite au reste du monde, les gens merveilleux, la transformation des régions, ainsi que la beauté du paysage de la mer Rouge.» 

Il déclare que l’organisation du Championnat du monde poids lourds constitue le point culminant de la transformation en cours dans le Royaume en ce moment. 

«Les changements et la transformation qui résultent de l’initiative Vision 2030 nous incitent à accueillir certains des plus grands événements sportifs mondiaux comme celui-là. C’est vraiment ce qui nous a donné, à Skill Challenge Entertainment, l’ambition d’organiser cet événement et de promouvoir l’Arabie saoudite à l’échelle mondiale.» 

Lors de la préparation du combat et des conférences de presse qui l’annoncent, le prince Fahad affirme que le fait de mettre en avant Djeddah et l’Arabie saoudite sur le plan mondial représente un moment fort. 

«Il y avait une immense fierté lors du tournage de la vidéo promotionnelle. Pour la partie principale de la vidéo, Anthony Joshua et Usyk se sont affrontés dans la partie historique de Djeddah devant trois cents habitants, ce qui a donné un aperçu de l’enthousiasme que les habitants ressentent envers l’organisation de cet événement dans le Royaume», souligne-t-il. 

«Les combattants ont profité de ce moment et se sont montrés émerveillés par l’atmosphère exceptionnelle du lieu. Tous deux disent à quel point le quartier historique de Djeddah est remarquable. C’est formidable d’être là à ce moment bien précis et nous espérons que tout le monde appréciera cet événement autant que nous avons pris du plaisir à l’organiser», renchérit-il. 

Le message qu’adresse le prince Fahad aux fans de boxe qui se rendent à Djeddah pour le combat baptisé «Rage on the Red Sea», qui se tiendra le 20 août prochain, est de «s’attendre à l’inattendu». 

Il conclut par ces mots: «Rage on the Red Sea est sur le point de devenir l’un des plus grands moments sportifs de cette année à l’échelle mondiale. Il se déroule ici même, chez nous. Je vous encourage à faire partie de l’histoire en assistant au combat. Vous passerez forcément un moment exceptionnel.» 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Elham Dawsari: Mes histoires sont celles de toutes les femmes saoudiennes

Les Subabat, des femmes qui servent le café lors d'événements exclusivement féminins, sont au cœur de l'œuvre la plus populaire de Dawsari. (Photo fournie)
Les Subabat, des femmes qui servent le café lors d'événements exclusivement féminins, sont au cœur de l'œuvre la plus populaire de Dawsari. (Photo fournie)
Short Url
  • Dawsari a peu à peu fait des femmes oubliées le centre de son travail
  • Au lieu de se pencher sur les problèmes de l'époque actuelle, elle a préféré mettre en valeur les histoires du passé

RIYAD: Alors que l'artiste et écrivaine saoudienne interdisciplinaire Elham Dawsari savoure un latte espagnol glacé – un doux moyen de lutter contre la chaleur extérieure –, elle se souvient de l'un de ses premiers croquis: une version plus jeune d'elle-même, assise sur le perron de sa maison, en train de regarder des garçons de son âge jouer pieds nus dans l'herbe, loin de la bienséance sociale. Elle tient un walkman à la main.

«J'ai fait ce dessin parce que je voulais non seulement répondre à des questions, mais aussi en poser moi-même certaines: qu'en est-il des espaces ? Des femmes ? Du sexe ?» s’interroge-t-elle auprès d’Arab News.

Comme elle était à la fois le sujet du croquis et l'arrière-plan des garçons qui jouaient, elle a établi une connexion intrinsèque avec l'espace qui l'entourait et la place qu'occupaient les femmes dans cet espace.

arabie saoudite
Deux personnages féminins miniatures, l'un époussetant le patio et l'autre appliquant une crème hydratante et du citron, dans le cadre de l'œuvre d'art «Nfas» de l'artiste Elham Dawsari présentée au Jax Arts Festival, à Riyad. (Photo prise par le photographe Moat Alyahya)

Dawsari a peu à peu fait des femmes oubliées le centre de son travail.

L'artiste explore la ville de Riyad dans les années 1980 et 1990, dans l’ère pré-Internet, et s'intéresse surtout aux femmes issues de classes moyennes ou défavorisées. Et notamment sur la manière dont internet a modifié leur comportement et les a façonnées dans leurs espaces environnants.

«Je pense que c'est une façon pour moi d'accepter beaucoup de choses qui se sont passées dans ma vie, y compris les histoires de femmes, parce que je me suis longtemps posé des questions pour essayer de les comprendre», explique-t-elle.


Elton John et Britney Spears unissent leurs talents pour une nouvelle chanson

Elton John a fêté ses 75 ans il y a quelques mois. (AFP).
Elton John a fêté ses 75 ans il y a quelques mois. (AFP).
Short Url
  • Les chanteurs - qui ont, à eux deux, 90 ans d'expérience dans l'industrie musicale - collaboreront pour "Hold Me Closer"
  • L'annonce intervient après des jours de spéculation sur une possible collaboration entre les deux stars

LOS ANGELES: L'icône de la pop Britney Spears et la superstar britannique Elton John vont unir leurs voix dans une nouvelle chanson, a annoncé lundi la maison de disques qui la distribuera.

Les chanteurs - qui ont, à eux deux, 90 ans d'expérience dans l'industrie musicale - collaboreront pour "Hold Me Closer", selon Interscope Records.

Si sa date de sortie reste inconnue, il s'agira du premier nouveau titre de Britney Spears depuis des années.

Son titre est inspiré des paroles de la chanson "Tiny Dancer", sortie par Elton John au début des années 1970.

L'annonce intervient après des jours de spéculation sur une possible collaboration entre les deux stars.

Britney Spears et son compagnon Sam Asghari ont récemment annoncé que la chanteuse avait fait une fausse couche.

Sa grossesse avait été rendue publique cinq mois après l'annonce dans un tribunal californien de la fin de la tutelle controversée exercée principalement par son père, Jamie Spears.

La mesure avait été décidée en 2008 en raison de troubles psychologiques de la star, qui l'a qualifiée d'"abusive" et qui, selon elle, l'empêchait de retirer son stérilet contraceptif malgré son désir d'avoir d'autres enfants.

La pop star, révélée par plusieurs tubes planétaires dont "...Baby One More Time", n'a pas donné d'interview depuis des années et apparaît rarement publiquement.

Elton John, qui a fêté ses 75 ans il y a quelques mois, est notamment connu pour son tube "Rocket Man".

Il s'est lancé en 2018 dans une tournée d'adieux aux proportions XXL. Etalée sur plusieurs années, elle prévoyait plus de 300 dates à travers le monde avant d'être perturbée par la pandémie de Covid-19.