Peinture Zen et calligraphie au Louvre Abu Dhabi

L’exposition, en partenariat avec le Centre Pompidou, vise à connecter les langages de l’image à travers l’abstrait et la calligraphie (Photo, Département de la Culture et du Tourisme – Abou Dhabi, Thierry Ollivier).
L’exposition, en partenariat avec le Centre Pompidou, vise à connecter les langages de l’image à travers l’abstrait et la calligraphie (Photo, Département de la Culture et du Tourisme – Abou Dhabi, Thierry Ollivier).
Short Url
Publié le Samedi 13 mars 2021

Peinture Zen et calligraphie au Louvre Abu Dhabi

  • Organisée par Didier Ottinger assisté de Marie Sarré, et parrainée par Montblanc, l'exposition marque une deuxième collaboration majeure entre le Centre Pompidou et le Louvre Abu Dhabi
  • L'exposition se concentre également sur les artistes arabes des XXe et XXIe siècles - de Dia Azzawi et Anwar Jalal Shemza, à Ghada Amer, Shirazeh Houshiary, Mona Hatoum et d'autres - pour qui la forme de la lettre est source continue d'inspiration

DUBAI: «Abstraction and Calligraphy - Towards a Universal Language» est la première exposition internationale du Louvre Abu Dhabi en 2021, invitant les visiteurs à explorer l'aube de l'abstraction moderne à travers le signe et le symbole, retraçant les origines de la calligraphie asiatique et arabe et cartographiant des sites d'inspiration mutuelle autour du monde.

Organisée par Didier Ottinger assisté de Marie Sarré, l'exposition marque une deuxième collaboration majeure entre le Centre Pompidou et le Louvre Abu Dhabi. Cette exposition internationale est parrainée par Montblanc, une Maison dont le savoir-faire innovant continue d'influencer la culture de l'écriture.

Réunissant plus de 80 chefs-d'œuvre prêtés par 16 institutions partenaires, avec six œuvres de la propre collection permanente du Louvre Abu Dhabi, l'exposition présente notamment des artistes abstraits du XXe siècle, dont Paul Klee, André Masson et Jackson Pollock.

Dans une déclaration exclusive à Arab News Japan, Alice Querin, responsable principale des collections et des bases de données au Louvre Abu Dhabi a expliqué: «Il n'a pas été facile pour nous d'organiser l'exposition, comme nous l'avions prévu, sur deux ans. Une année complète de planification et d'organisation a été nécessaire pendant la pandémie. Nous avons organisé cette exposition avec le Centre Pompidou dans les musées de Paris et de France qui sont nos partenaires de longue date.

Querin a déclaré qu'il s'agissait de la première exposition du musée en 2021, avec plus de 80 chefs-d'œuvre prêtés par 16 fonds du monde entier.

«L’exposition fait partie de la troisième saison du thème du Louvre Abu Dhabi « Échanges Est et Ouest» et nous voulions créer autour de l’abstraction et des artistes abstraits du début du XXe siècle qui ont été influencés par les expressions artistiques de l’Est», a-t-elle expliqué.

Alia Al Shamsi, responsable de la programmation culturelle par intérim au Louvre Abu Dhabi, a déclaré que de sérieuses mesures de sécurité sont prises pour les visiteurs du musée.

«L'exposition est considérée comme un prolongement du récit d'événements internationaux des arts et de la culture. Nous ciblons notre communauté dans cette exposition. Nous travaillons avec de nombreuses institutions à Abou Dhabi pour que l'exposition atteigne un large éventail de personnes », a ajouté Al Shamsi.

Les trois peintures zen de l'exposition illustrent des symboles représentant l'allégorie de l'ubiquité de la pensée développée dans le bouddhisme. L'Enso, le cercle sans début ni fin, est considéré comme la manifestation de la sagesse du Bouddha issue de l'Essence Absolue de la Nature. En tant que symbole de l'Unité parfaite, il transcende tous les opposés et les vide au même moment.

Le rouleau suspendu (kakemono) d'Enji Tōrei, représente l'un de ses thèmes les plus appréciés. L'artiste a tracé deux demi-cercles. Celui de droite est réalisé à l’aide d’un pinceau plus fin. Le trait vibrant donne une dynamique suggestive à la composition, avec l'impression d'un mouvement perpétuel. La peinture Zen Stick, de Jiun Onkō, représente un trait linéaire vertical unique, courant au milieu du rouleau comme une réflexion sur le concept de persistance. Le symbole illustre un keisaku (警策), un bâton plat en bois utilisé par le maître pour «réveiller» les disciples pendant les séances de méditation. Le résultat calligraphique est d'une simplicité extraordinaire et il est encore possible de percevoir la dualité persistante de l'expérience humaine.

Les lignes vibrantes sur la droite créent un contraste avec l'effet dense et compact de l'encre sur la gauche. Au milieu du rouleau, à gauche du bâton, une inscription rappelle la présence perpétuelle de la loi bouddhiste.

Les figures allégoriques de Bodhidharma, le patriarche du bouddhisme zen, ont des relations directes avec le koan le plus populaire. Dans le tableau, Jiun Onkō représente la figure en seulement trois coups de pinceau, sans virtuosité technique mais avec une simplicité suggestive. Des qualités comparables se retrouvent dans l'inscription «sans mérite» réalisée ci-dessus à l’aide d’un pinceau épais entièrement chargé d'encre sombre et dense. Il est inutile de décrire l'expérience du Zen telle qu'elle s'exprime dans l'art.

Selon la perception zen, l'art se tient par lui-même, sans aucun sens. Même s'il existe un arrière-plan complexe de symboles et d'allégories, une interprétation convaincante n'est pas toujours possible. Comprendre les œuvres zen signifie donc s'immerger dans la peinture et atteindre l'illumination par un dépouillement inconscient de soi.

L'exposition se concentre également sur les artistes arabes des XXe et XXIe siècles - de Dia Azzawi et Anwar Jalal Shemza, à Ghada Amer, Shirazeh Houshiary, Mona Hatoum et d'autres - pour qui la forme de la lettre est source continue d'inspiration, libérant l'écriture de sa fonction purement linguistique fonction pour la réinvestir dans une nouvelle valeur artistique.

L'exposition présente également des installations de deux artistes contemporains, eL Seed et Sanki King, démontrant comment les artistes d'aujourd'hui recherchent encore de nouvelles formes visuelles pour répondre aux changements sociétaux.

Pour faciliter l’interaction, L'équipe Éducation du Louvre Abu Dhabi a développé un programme d'apprentissage numérique qui guide les jeunes visiteurs et leurs familles à travers l'espace de l’exposition et les œuvres d'art. Un personnage animé nommé Qalam aidera les visiteurs à explorer le sentier choisi et à communiquera avec les plus jeunes autour des œuvres d'art et artistes sélectionnés. Ces interactions visent à susciter la créativité et à aider les enfants à découvrir l'histoire des pictogrammes, des alphabets et de l'abstraction. Les petits groupes peuvent réserver une visite express de 45 minutes pour explorer l'exposition avec un éducateur du musée.

Un catalogue détaillé accompagne l'exposition, disponible en anglais, arabe et français. Il aide à explorer en profondeur les thèmes, les mouvements et les moments du parcours.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.jp


Malala appelle le Pakistan à arrêter d'expulser les Afghans, très inquiète pour les filles

La lauréate pakistanaise du prix Nobel de la paix Malala Yousafzai pose pour un portrait lors d’un entretien avec l’AFP à Londres le 12 juillet 2024(AFP)
La lauréate pakistanaise du prix Nobel de la paix Malala Yousafzai pose pour un portrait lors d’un entretien avec l’AFP à Londres le 12 juillet 2024(AFP)
Short Url
  • "Il est très inquiétant que le Pakistan force les réfugiés afghans à retourner en Afghanistan. Je suis très inquiète pour les femmes et les filles", a déclaré vendredi cette femme de 27 ans,
  • Début juillet, les Nations unies et les talibans ont entamé des pourparlers à Doha, au Qatar, pour la première fois depuis leur retour au pouvoir.

LONDRES : La prix Nobel de la paix, la Pakistanaise Malala Yousafzai, appelle le Pakistan, dans une interview à l'AFP, à abandonner sa politique d'expulsion des Afghans sans papiers, afin notamment de protéger les femmes et les filles face aux talibans.

"Il est très inquiétant que le Pakistan force les réfugiés afghans à retourner en Afghanistan. Je suis très inquiète pour les femmes et les filles", a déclaré vendredi cette femme de 27 ans, qui a reçu le prix Nobel de la paix en 2014 pour son combat pour le droit des filles à l'éducation.

Malala avait 15 ans quand, le 9 octobre 2012, des membres du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), ont fait irruption dans le car la ramenant de l'école et lui ont tiré une balle dans la tête pour avoir osé faire campagne en faveur de la scolarisation des filles dans sa vallée de Swat (nord-ouest).

Soignée en urgence au Royaume-Uni, elle est devenue un symbole mondial de résistance à l'extrémisme religieux et la porte-voix des filles privées d'instruction, puis en 2014 la plus jeune prix Nobel de la Paix de l'histoire.

Bien qu'il ait prolongé d'un an l'autorisation de séjour des réfugiés afghans au Pakistan, le gouvernement pakistanais a prévenu cette semaine qu'il continuerait à expulser les sans-papiers.

Plus de 600.000 Afghans ont déjà fui le Pakistan voisin depuis qu'Islamabad a ordonné l'an dernier aux sans-papiers de partir sous peine d'être arrêtés.

Des défenseurs des droits humains ont prévenu que certaines personnes renvoyées en Afghanistan risquaient d'être persécutées par les talibans.

Depuis son retour au pouvoir en août 2021, le gouvernement taliban, à l'interprétation austère de l'islam, n'a eu de cesse de réduire les droits des Afghanes. Les écoles secondaires et les universités ont fermé leurs portes aux femmes, tout comme les parcs, salles de sport et hammams.

"Beaucoup de ces filles au Pakistan étudiaient, elles étaient à l'école, ces femmes travaillaient", a expliqué Malala.

"J'espère que le Pakistan reviendra sur sa politique et qu'il protégera les filles et les femmes, notamment en raison de l'avenir sombre qui les attend en Afghanistan", a-t-elle ajouté.

"Je ne peux pas croire que je vis dans une époque où les filles sont privées d'éducation depuis plus de trois ans", a-t-elle déclaré. C'est une situation "choquante".

Le Fonds Malala fait campagne pour que les Nations unies élargissent leur définition des crimes contre l'humanité afin d'y inclure l'"apartheid entre les sexes", expression utilisée par les Nations unies pour décrire la situation en Afghanistan.

- "Protéger" les enfants à Gaza -

Début juillet, les Nations unies et les talibans ont entamé des pourparlers à Doha, au Qatar, pour la première fois depuis leur retour au pouvoir.

Mais les talibans ont posé leurs conditions: les discussions se sont tenues en l'absence de femmes.

"Les dirigeants internationaux doivent comprendre que lorsqu'ils s'assoient avec les talibans et qu'ils excluent les femmes et les jeunes filles, ils rendent service aux talibans", a dénoncé Malala.

Elle demande "aux pays, dont le Canada et la France, qui ont une politique étrangère féministe, de condamner" les discussions de Doha.

Par ailleurs, Malala appelle à un cessez-le-feu "urgent" dans la guerre à Gaza. "Il est horrible de voir combien d'écoles ont été bombardées".

Selon les autorités de la bande de Gaza dirigée par le Hamas, 85% des établissements scolaires du territoire ne peuvent plus fonctionner.

"C'est très préoccupant, car nous savons que les enfants n'ont pas d'avenir lorsqu'ils vivent dans la guerre, lorsque leurs écoles et leurs maisons sont détruites", a déclaré Malala.

Elle appelle à soutenir l'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), qui coordonne la quasi-totalité de l'aide à Gaza, et qui consacrait plus de la moitié de son budget avant la guerre à l'éducation.

Mais cette agence fait face à des problèmes de financement depuis que plusieurs pays, dont les États-Unis et le Royaume-Uni, ont suspendu leur aide au début de l'année, en raison d'accusations israéliennes selon lesquelles des employés étaient impliqués dans l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre.

"J'espère que tous les pays apporteront leur aide et leur soutien, car il s'agit de personnes innocentes et de civils qui doivent être protégés", a plaidé Malala.


“ Cela a été un voyage pour moi “ déclare Kevin Costner à propos du projet

Kevin Costner, lauréat d’un Oscar, dans « Horizon : une Saga américaine » (Fournie)
Kevin Costner, lauréat d’un Oscar, dans « Horizon : une Saga américaine » (Fournie)
Short Url
  • Son dévouement a payé au Festival de Cannes, où il a reçu une ovation debout de 11 minutes. Malgré une prise de box-office internationale tiède, la deuxième partie de la saga est à l’horizon et sortira à une date indéterminée.
  • "Horizon : An American Saga" prend le temps de donner le ton à un voyage passionnant dans une époque charnière de l’histoire américaine,

LOS ANGELES : Le lauréat des Oscars Kevin Costner a présenté son projet passionné "Horizon : An American Saga" au grand écran cet été. Un travail d’amour depuis 1988, Costner a écrit, produit, financé, joué et réalisé le film.

Son dévouement a payé au Festival de Cannes, où il a reçu une ovation debout de 11 minutes. Malgré une prise de box-office internationale tiède, la deuxième partie de la saga est à l’horizon et sortira à une date indéterminée.

« Cela a été un voyage pour moi et pour les gens de me lever et d’applaudir sans s’arrêter. En gros, j’ai évité le bruit pendant un certain temps et j’ai fait marche arrière dans ma vie et j’ai pensé à mon parcours professionnel et à celui d’Horizon. Et j’étais vraiment reconnaissante à la fin de la journée d’y être restée fidèle.» Costner a parlé de la longue ovation debout à Cannes.

Costner raconte une histoire occidentale et se concentre sur les expériences des Américains autochtones pendant la colonisation. Le film explore méticuleusement une période de 12 ans au cours de laquelle les colons blancs ont empiété sur les terres autochtones. Avec une distribution diversifiée, le récit offre une riche mosaïque de perspectives sur l’exploration de nouvelles frontières.

« Nous ne faisons que jouer les déguisements et raconter une version de l’histoire. Mais, vous savez, la frontière a été fondée sur des gens qui prenaient des wagons à travers ces territoires inexplorés. On a donc un peu d’empathie pour ce qui s’est réellement passé », explique l’acteur Sam Worthington.

"Horizon : An American Saga" prend le temps de donner le ton à un voyage passionnant dans une époque charnière de l’histoire américaine, racontée avec passion et précision. Malgré son autonomie de trois heures et son rythme lent, l’actrice britannique Sienna Miller dit qu’elle a apprécié le processus. 

« Je me suis rendu compte qu’il y avait beaucoup de personnages, qu’il y avait de longues scènes et que les gens avaient de longs monologues. Mais j’aime cela », a dit Miller.

« C’était un film énorme, épique... de la taille d’un film. C’est comme des centaines d’acteurs et de bétail partout, et nous sommes dans les éléments. Mais en tant qu’acteur, il se glisse dans la scène. « Il a cette profonde relaxation quant à la façon dont il travaille », a déclaré l’actrice Abbey Lee, avec la co-star Isabelle Fuhrman, ajoutant : « Il connaît cette histoire à l’envers. Je veux dire, ça fait assez longtemps pour qu’il soit enfin sur le plateau en train de faire ça. »

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Mostafa Nada et Hattan Al-Saif, stars saoudiennes font vibrer la foule de Riyad au PFL MENA 2

The Professional Fighters League hosted the second event of the inaugural PFL MENA season at The Green Halls in Riyadh on July 12 (Fournie)
The Professional Fighters League hosted the second event of the inaugural PFL MENA season at The Green Halls in Riyadh on July 12 (Fournie)
Short Url
  • Mostafa Nada, d’Arabie saoudite, a eu besoin d’un peu plus de deux minutes pour éliminer Abdel Rahmane Driai avec une rafale de frappes.
  • La saison inaugurale de la PFL MENA se poursuivra le 20 septembre avec les éliminatoires de la PFL MENA à Djeddah

RIYADH : La Professional Fighters League a accueilli le deuxième événement de la saison inaugurale de la PFL MENA au Green Halls de Riyad le 12 juillet.

Les athlètes des catégories poids légers et poids mi-moyens se sont présentés au SmartCage pour s’assurer une place dans les séries éliminatoires de la PFL MENA qui auront lieu le 20 septembre.

Dans l’événement principal, l’Saoudien Mostafa Nada a eu besoin d’un peu plus de deux minutes pour assommer Abdel Rahmane Driai avec une rafale de frappes.

Dans l’épreuve co-principale, Mohammad Al-Aqraa s’est frayé un chemin jusqu’aux demi-finales des poids mi-moyens avec une victoire dominante de TKO au troisième tour sur Youcef Ouabbas.

Plus tôt sur la carte, Jarrah Al-Selawe a rapidement travaillé avec Rayan Atmani lors de leur combat de saison régulière chez les mi-moyens, gagnant par soumission d’étranglement arrière nu au premier tour pour passer aux demi-finales.

Toujours chez les poids mi-moyens, Badreddine Diani a battu Amir Fazli par décision unanime pour prendre sa place en demi-finale.

Mohsen Mohammadseifi a montré toute sa puissance de frappe en arrêtant Josh Togo par TKO au premier tour pour accéder aux demi-finales des poids légers.

Souhil Tahiri a remporté une victoire par décision unanime contre Ahmed Amir lors d’un combat léger en saison régulière pour assurer sa place en demi-finale.

Omar El-Dafrawy a réalisé une performance dominante contre Anthony Zeidan, s’imposant par décision unanime et se qualifiant pour les demi-finales des poids mi-moyens.

Dans un combat de démonstration amateur chez les poids mouche, la saoudienne Hattan Al-Saif a remporté sa deuxième victoire TKO consécutive, battant Eman Baraka au deuxième tour.

a saoudienne Hattan Al-Saif a remporté sa deuxième victoire TKO consécutive,
a saoudienne Hattan Al-Saif a remporté sa deuxième victoire TKO consécutive,

Abdullah Saleem s’est assuré sa place en demi-finale des poids légers en soumettant Omar Reguigui avec un étranglement triangulaire au premier tour.

Lors du premier combat de la soirée en saison régulière, Georges Eid a surclassé Abbas Khan en trois manches pour remporter une décision unanime et accéder aux demi-finales.

Ziyad Ayman Mokhtar a montré ses talents de grappin en soumettant Hadi Omar Al Hussaini par étranglement arrière nu au troisième tour.

La saison inaugurale de la PFL MENA se poursuivra le 20 septembre avec les éliminatoires de la PFL MENA à Djeddah. L’événement débutera avec les divisions poids coq et poids plume.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com