La féministe Nawal al-Saadawi, héraut de la lutte pour l'émancipation

La féministe égyptienne Nawal al-Saadawi avant une réunion convoquée par l'Union des écrivains égyptiens le 17 juin 2001 au Caire (Photo, AFP)
La féministe égyptienne Nawal al-Saadawi avant une réunion convoquée par l'Union des écrivains égyptiens le 17 juin 2001 au Caire (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 21 mars 2021

La féministe Nawal al-Saadawi, héraut de la lutte pour l'émancipation

  • Son franc-parler et ses positions audacieuses sur des sujets jugés tabous par une société égyptienne largement conservatrice lui ont valu des ennuis avec les autorités
  • Mme Saadaoui avait envisagé de se porter candidate à l'élection présidentielle de 2005, mais elle s'était rapidement retirée de la course, dénonçant une «parodie» de démocratie

LE CAIRE: La féministe égyptienne Nawal al-Saadawi, décédée dimanche à l'âge de 89 ans, a été pendant des décennies une figure controversée en Egypte, mais mondialement reconnue pour ses écrits brisant les tabous du sexe et de la religion. 

Auteure d'une cinquantaine d'ouvrages, traduits dans une trentaine de langues, elle s'est toujours prononcée contre la polygamie, le port du voile islamique, l'inégalité des droits de succession entre hommes et femmes en islam et surtout l'excision, qui concerne plus de 90% des Égyptiennes. 

« Je ne me soucie pas des critiques universitaires ou du gouvernement, je ne cherche pas les prix », avait déclaré dans un entretien en 2015 cette psychiatre de formation, célèbre pour ses convictions de gauche et anti-islamistes. 

Son franc-parler et ses positions audacieuses sur des sujets jugés tabous par une société égyptienne largement conservatrice lui ont valu des ennuis avec les autorités, les institutions religieuses et les islamistes radicaux. Par le passé, elle a d'ailleurs été accusée d'apostasie et d'atteinte à l'islam. 

« La jeunesse, en Egypte et à l'étranger, m'a toujours couverte d'amour et de reconnaissance », avait souligné Mme Saadawi, dont le tempérament d'acier tranchait avec sa frêle silhouette, son élégante chevelure blanche et son sourire chaleureux. 

Née le 27 octobre 1931, Mme Saadawi est notamment l'auteur de deux livres féministes de référence dans le monde arabe: « Au début, il y avait la femme » et « La femme et le sexe ». 

En 2007, l'institution théologique Al-Azhar, l'une des plus prestigieuses de l'islam sunnite, portait plainte contre elle pour atteinte à l'islam. Un mois plus tôt, son autobiographie et l'une de ses pièces de théâtre avaient été bannis de la foire du Livre du Caire. 

Elle avait alors quitté le pays, avant d'y revenir en 2009. 

Mme Saadaoui avait envisagé de se porter candidate à l'élection présidentielle de 2005, mais elle s'était rapidement retirée de la course, dénonçant une « parodie » de démocratie orchestrée du temps de l'ex-raïs Hosni Moubarak, chassé en 2011 par une révolte populaire. 

Mme Saadawi a été au centre d'une procédure judiciaire visant à la séparer de son époux. En 2001, un avocat attiré par les procès à sensation avait estimé que leur mariage devait être annulé, l'islam interdisant à un homme d'épouser une femme non croyante. 

Dans les années 1990, l'apparition de son nom sur une liste de personnalités à abattre, dressée par des milieux extrémistes islamistes, l'avait poussée à s'installer aux Etats-Unis de 1993 à 1996, où elle enseigna alors à l'université de Dukes. 

Car Mme Saadawi s'est longtemps battue contre « les fondamentalistes religieux ». 

« Les Frères musulmans ont tiré profit de la révolution de 2011 », avait-elle déclaré en qualifiant « d'année horrible » la courte mandature d'un an de l'ex-président islamiste Mohamed Morsi, issu des rangs de la confrérie et élu démocratiquement avant d'être destitué par l'armée en 2013. 

Brièvement emprisonnée en 1981 durant une vaste campagne de répression visant l'opposition du temps de l'ex-président Anouar al-Sadate, Mme Saadawi était aussi une farouche opposante aux régimes autoritaires arabes. 

Mais elle avait été critiquée pour son soutien à la destitution de M. Morsi par le général Abdel Fattah al-Sissi, devenu président. 

« J'ai dédié toute ma vie à l'écriture. Malgré tous les obstacles, j'ai toujours continué à écrire », avait dit cette mère de deux enfants, une fille et un garçon, qui a « divorcé de ses trois maris ». 


Guide express du Hajj 2022

Des pèlerins font le tour de la Kaaba et prient à la Grande Mosquée le 6 juillet 2022, avant le pèlerinage annuel du Hajj (Photo, Reuters/Mohammed Salem).
Des pèlerins font le tour de la Kaaba et prient à la Grande Mosquée le 6 juillet 2022, avant le pèlerinage annuel du Hajj (Photo, Reuters/Mohammed Salem).
Short Url
  • Cette année, un million de pèlerins effectueront le Hajj, l’un des piliers de l’Islam obligatoire pour les musulmans
  • Les autorités saoudiennes ont mis en place de nombreux outils technologiques pour aider les pèlerins dans leur périple

DJEDDAH: Le Hajj est un pèlerinage religieux annuel à la ville sainte de La Mecque, effectué chaque année par des millions de musulmans du monde entier. Il a lieu au cours du 12e mois du calendrier lunaire islamique, nommé Dhul Hijjah, entre le huitième et le 13e jour du mois.

Cette année, le Hajj se déroule approximativement du 7 au 12 juillet. Participer au pèlerinage au moins une fois dans sa vie est une obligation majeure pour tous les musulmans valides, quels que soient leurs moyens financiers, et entre 2 et 3 millions de personnes participent chaque année à ce rituel de six jours.

Cette année, un million de pèlerins afflueront dans la ville sainte, 85% d’entre eux venant de l’étranger pour la première fois après une interruption de deux ans due à la pandémie de la Covid-19 et aux restrictions qui en ont découlé et qui les ont empêchés d’accomplir le rituel.

Afin de garantir un voyage sans heurts et en toute sécurité pour les pèlerins, le gouvernement a annoncé une série de conditions d’entrée.

Les pèlerins qui souhaitent effectuer le Hajj doivent être âgés de moins de 65 ans et être entièrement vaccinés contre la Covid-19 avec un rappel. Ils doivent également présenter un test PCR négatif effectué 72 heures avant le départ pour le Royaume, et la priorité ira à ceux qui n’ont jamais accompli ce rituel auparavant.

Des pèlerins font le tour de la Kaaba et prient à la Grande Mosquée le 6 juillet 2022, avant le pèlerinage annuel du Hajj (Photo, Reuters/Mohammed Salem).

À la suite du prophète Mohammed, pendant quatorze siècles, les pèlerins ont entamé leur voyage dans un état spirituel de pureté et de dévotion, également appelé Ihram, qui est l’acte sacré combiné de Niyyah et Talbiyah nécessaire pour accomplir le Hajj. La Niyyah est l’intention innée de commettre un acte d’adoration, tandis que la Talbiyah est une prière spéciale prononcée en supplication pour atteindre l’Ihram.

Après être entrés à La Mecque, les pèlerins effectuent le tawaf de bienvenue, qui consiste à faire sept fois le tour de la Kaaba dans le sens des aiguilles d’une montre, en commençant par la Pierre noire. Ils se dirigent ensuite vers les collines de Safa et Marwa, où ils effectuent le saee, qui consiste à faire sept fois l’aller-retour entre les deux collines.

Les pèlerins se rendent ensuite à Mina, une zone de 20 kilomètres carrés située à près de cinq kilomètres de la Grande Mosquée de La Mecque, le huitième jour de Dhul Hijjah, également connu sous le nom de Yom al-Tarwiyah, où ils séjournent et remplissent leur journée et leur soirée de prières et de supplications, se reposant et consommant de l’eau avant leur long et périlleux voyage.

Le deuxième jour du Hajj, les pèlerins se rendent au mont Arafat, à 20 kilomètres de là. Cette journée est consacrée à la prière et aux supplications, observant les prières de duhr (midi) combinées à celles de asr (après-midi) jusqu’au coucher du soleil.

Un million de musulmans vaccinés, parmi lesquels 850000 venus de l’étranger, ont été admis au Hajj de cette année après deux ans de réduction drastique des arrivants (Photo, AFP).

Le jour d’Arafat est considéré comme le jour le plus critique pour les pèlerins et les millions de personnes qui n’effectuent pas le Hajj. C’est le jour qui «expie les péchés de l’année précédente et de l’année suivante (musulmane)» et c’est le meilleur jour pour l’adoration et la supplication.

Après le coucher du soleil, les pèlerins descendent du mont Arafat et se rendent à Muzdalifah pour les prières d’isha (nuit), ramassent des cailloux dont la taille ne dépasse pas celle d’un doigt en prévision du rituel de lapidation du lendemain, et se reposent jusqu’à minuit ou l’aube, moment où ils entreprennent le long voyage de retour vers Mina pour les dernières étapes du Hajj, le rituel de lapidation à Jamarat al-Aqabah.

Le troisième jour du Hajj, l’Eid al-Adha, les pèlerins lapident le Jamarat al-Aqabah, ou le grand pilier, un endroit où le prophète Ibrahim a lancé sept cailloux au diable. Après cela, les pèlerins quittent leur Ihram; des animaux sacrificiels sont abattus, et les hommes se coupent les cheveux ou se rasent la tête tandis que les femmes se coupent une longueur de cheveux équivalente au bout d’un doigt pour commémorer la fin du pèlerinage du Hajj.

Pendant trois jours, appelés Ayyam al-Tashreeq, les pèlerins restent à Mina et procèdent à la lapidation des deux autres piliers, Al-Jamarah al-Wusta et Al-Jamarah al-Sughra.

Après des années de préparation pour ce rassemblement de masse, les autorités saoudiennes procèdent chaque année à une planification importante pour contrôler les foules, divisant un grand nombre de pèlerins en groupes et désignant des horaires et des itinéraires spécifiques pour atteindre le pont où se trouvent les piliers.

Des scouts saoudiens ont pour tâche d’aider les pèlerins âgés ou en situation de handicap à circuler entre les sites sacrés de La Mecque (Photo, SPA).

Des milliers de bénévoles, de militaires et de personnel de santé seront sur le terrain pour aider les pèlerins dans ce que beaucoup considèrent comme leur devoir de servir les invités de Dieu dans le plus saint et sacré des voyages pour un musulman.

Utilisant le pouvoir des technologies, les autorités saoudiennes chargées du Hajj incluent cette année encore les cartes d’identité intelligentes des pèlerins afin de faciliter le transport des «visiteurs d’Allah» et d’assurer leur arrivée rapide à leur emplacement et à leur tente, que ce soit à Mina ou à Arafat. Des robots équipés d’écrans tactiles sont disponibles pour expliquer les rituels en 11 langues.

Le ministère du Hajj et de la Omra, en collaboration avec l’Autorité générale des Awqaf, a lancé 13 manuels électroniques détaillés offrant des conseils aux pèlerins du monde entier sur une variété de sujets en 14 langues, dont le français, le turc, le persan, l’ourdou, le russe et l’amharique. Ces manuels sont compatibles avec tous les systèmes d’exploitation des téléphones et peuvent être consultés sur guide.haj.gov.sa.

Ces manuels électroniques de guidage sont interactifs et comprennent la charia, la loi islamique et des directives en matière de procédure, d’organisation et de santé dont les pèlerins auront besoin pendant leur voyage au Hajj» a décrit le ministère dans une vidéo partagée sur Twitter.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les États-Unis ciblent un réseau commercial pétrolier et pétrochimique iranien

Une image montrant une installation pétrolière sur l’île de Khark, sur la côte du Golfe (Photo, STR/AFP).
Une image montrant une installation pétrolière sur l’île de Khark, sur la côte du Golfe (Photo, STR/AFP).
Short Url
  • Le département du Trésor américain a déclaré que le réseau utilisait un ensemble de sociétés écrans basées dans le Golfe
  • Le département d’État américain a annoncé qu’il imposait des sanctions parallèles à 15 personnes et entreprises

WASHINGTON: Le département du Trésor américain a indiqué mercredi qu’il a sanctionné un groupe d’entreprises écrans et d’individus liés à la vente et à l’expédition de produits pétroliers et pétrochimiques iraniens vers l’Asie de l’Est.

Le Bureau du contrôle des actifs étrangers du Trésor a imposé des sanctions à plusieurs entreprises, dont Jam Petrochemical Co., basée en Iran, qui a exporté des produits d’une valeur de centaines de millions de dollars vers des pays d’Asie, notamment la Chine.

L’administration utilise un décret datant d’août 2018, signé par le président de l’époque Donald Trump, comme autorité pour imposer les sanctions.

Ce décret porte sur «les menaces posées par l’Iran, y compris la prolifération et le développement par l’Iran de missiles et d’autres capacités d’armes asymétriques et conventionnelles, son réseau et sa campagne d’agression régionale», et d’autres questions.

Brian E. Nelson, le sous-secrétaire du Trésor pour le terrorisme et le renseignement financier, a annoncé dans une déclaration que «si les États-Unis sont déterminés à parvenir à un accord avec l’Iran qui vise un retour mutuel au respect du Plan d’action global conjoint, nous continuerons à utiliser toutes nos autorités pour appliquer les sanctions sur la vente de pétrole et de produits pétrochimiques iraniens».

Washington avait auparavant imposé des sanctions aux producteurs iraniens de produits pétrochimiques à la mi-juin, ainsi qu’aux courtiers chinois et indiens, accentuant la pression dans un contexte d’impasse dans les négociations sur le rétablissement d’un accord de 2015 visant à limiter le programme nucléaire de l’Iran.

L’Iran soigne une économie malmenée, sa monnaie ayant atteint sa valeur la plus faible jamais enregistrée, après que les États-Unis se sont retirés de l’accord nucléaire en 2018.

L’administration du président, Joe Biden, travaille afin de renouveler l’accord, qui imposait des restrictions au programme nucléaire iranien en échange de milliards de dollars en allègement des sanctions, que l’Iran assure n’avoir jamais reçus.

En juin, l’Iran a annoncé qu’il était prêt à entamer de nouveaux pourparlers indirects afin de surmonter les derniers obstacles à la relance de l’accord nucléaire de 2015, en lambeaux, dans un contexte de crise croissante concernant le programme atomique du pays.

Le Trésor a également désigné des ressortissants iraniens basés aux Émirats arabes unis, Morteza Rajabieslami et Mahdieh Sanchuli, pour qu’ils fassent l’objet de sanctions.

Mercredi également, le département d’État a imposé des sanctions à cinq entités et 15 personnes situées en Iran, au Vietnam, à Singapour, à Hong Kong et aux Émirats arabes unis.

«Les États-Unis ont été sincères et inébranlables dans la poursuite d’une voie diplomatique significative pour parvenir à un retour mutuel à la mise en œuvre complète du Plan d’action global conjoint», a déclaré le secrétaire d’État, Antony Blinken, dans un communiqué.

«C’est l’Iran qui, jusqu’à présent, n’a pas fait preuve d’un engagement similaire sur cette voie.»

«En l’absence d’un engagement de l’Iran à revenir au JCPOA, un résultat que nous recherchons toujours, nous continuerons à utiliser nos autorités pour cibler les exportations de produits énergétiques de l’Iran», a-t-il ajouté.

L’annonce de mercredi a été faite avant la visite très anticipée du président, Joe Biden, en Israël et en Arabie saoudite la semaine prochaine, au cours de laquelle les efforts visant à contenir la menace nucléaire de l’Iran seront en tête de l’ordre du jour.

(Avec AP et AFP)

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Des diplomates étrangers arrêtés en Iran pour espionnage

Le drapeau iranien devant le bâtiment du ministère iranien des Affaires étrangères à Téhéran (Photo, Reuters).
Le drapeau iranien devant le bâtiment du ministère iranien des Affaires étrangères à Téhéran (Photo, Reuters).
Short Url
  • Selon l’agence Fars, les personnes arrêtées ont notamment prélevé des échantillons de roche dans le désert à des fins d’espionnage
  • Une vidéo de la télévision montre des images d'un homme, présenté comme Giles Whitaker, en train de parler dans une pièce

TEHERAN: Les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de l'Iran, ont arrêté des diplomates étrangers accusés "d'espionnage", ont indiqué mercredi l'agence de presse iranienne Fars et la télévision d'Etat.

"Le service de renseignement des Gardiens de la Révolution a identifié et arrêté des diplomates d'ambassades étrangères qui espionnaient en Iran", a indiqué l'agence Fars.

L'agence a précisé que l'un d'eux, un Britannique, avait été ensuite "expulsé du pays après qu'il a présenté ses excuses".

Mais la télévision d'Etat a affirmé que le diplomate britannique, présenté comme Giles Whitaker, avait été expulsé de "la zone" où les diplomates ont été interpellés dans le centre de l'Iran.

On ignorait dans l'immédiat la nationalité des autres diplomates interpellés, leur nombre et la date de leur arrestation.

La télévision d'Etat a accusé le diplomate britannique de s'être "livré à des opérations de renseignement" dans les "zones où se déroulaient" des manoeuvres militaires avec des tests de missiles.

Une vidéo de la télévision montre des images d'un homme, présenté comme Giles Whitaker, en train de parler dans une pièce.

Selon la télévision, le diplomate britannique "fait partie des personnes qui se sont rendues dans le désert de Shahdad (...) en tant que touristes. Comme le montrent les images, cette personne prenait des photos (...) dans une zone interdite, où se déroulait au même moment un exercice militaire".

Giles Whitaker a pris ses fonctions d'adjoint à l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Téhéran en 2018.

Selon l’agence Fars, les personnes arrêtées ont notamment prélevé des échantillons de roche dans le désert à des fins "d’espionnage".