Les livraisons d’armes iraniennes aux Houthis alimentent la guerre au Yémen, selon certains experts

Des officiers de l’armée alliés aux Houthis participant à un rassemblement à Sanaa en commémoration de la troisième année de la guerre, en mars 2018. (Archives-AFP)
Des officiers de l’armée alliés aux Houthis participant à un rassemblement à Sanaa en commémoration de la troisième année de la guerre, en mars 2018. (Archives-AFP)
Short Url
Publié le Samedi 11 juillet 2020

Les livraisons d’armes iraniennes aux Houthis alimentent la guerre au Yémen, selon certains experts

  • Le gouvernement yéménite a exigé de la communauté internationale de mettre rapidement fin à la livraison d’armes par l’Iran qui alimente la guerre avec les Houthis
  • Le gouvernement yéménite et les responsables militaires pensent que les Houthis acheminent des armes iraniennes à travers les zones côtières

 

AL-MUKALLA, YÉMEN : La dernière saisie par une coalition dirigée par l'Arabie saoudite d'une cargaison d'armes iranienne destinée aux Houthis est une preuve supplémentaire du rôle déstabilisateur de l'Iran au Yémen déchiré par la guerre, selon des responsables gouvernementaux et des experts.

« C'est une preuve concrète de l'implication de l'Iran au Yémen », a affirmé à Arab News Salem Al-Khanbashi, vice-Premier ministre du Yémen. Lors d’une conférence de presse donnée lundi à Riyad, la coalition dirigée par l'Arabie Saoudite a annoncé l'interception au début du mois d'un boutre transportant des centaines d'armes fabriquées en Iran, y compris des missiles, des fusils de sniper et des munitions. Le boutre a été saisi au large de la ville côtière yéménite de Mocha sur la mer Rouge et se dirigeait vers les Houthis, a indiqué la coalition.

Le gouvernement yéménite a exigé de la communauté internationale de mettre fin rapidement à la livraison d’armes par l’Iran qui alimente la guerre avec les Houthis. Pour Al-Khanbashi, « Le pays qui fournit ces armes évoluées aux Houthis devrait être sévèrement sanctionné ». Même avant le début de la guerre, il y a 5 ans, les gouvernements yéménites successifs ont accusé l’Iran de contrebande d’armes aux Houthis, leur permettant ainsi de continuer à combattre malgré les ripostes massives du gouvernement et des forces de coalition dirigées par l’Arabie Saoudite. Le garde-côte yéménite a intercepté plusieurs livraisons d’armes similaires au large de la côte yéménite au cours des dernières années. « Il existe un processus de contrebande continu qui réapprovisionne les Houthis en armement de pointe. Les forces de l'armée nationale ont saisi de nombreuses armes iraniennes aux Houthis pendant les combats », a déclaré Al-Khanbashi.

L’ancien ambassadeur des États-Unis au Yémen, Gerald Feierstein, a expliqué que les Iraniens soutenaient les Houthis en leur procurant des armes et en les entrainant à les utiliser bien avant le début de l’opération militaire dirigée par l’Arabie Saoudite au Yémen. « L'engagement iranien a commencé bien avant le début de la guerre civile ou l'intervention de la coalition saoudienne. Il est clair que les Iraniens ont vu dans le mouvement Houthi une opportunité de faire pression sur l'Arabie saoudite et de menacer sa frontière sud », a-t-il affirmé à Arab News dans une interview en mars.

Le gouvernement yéménite et les responsables militaires pensent que les Houthis acheminent des armes iraniennes à travers les zones côtières sous leur contrôle dans la mer Rouge. Les Houthis contrôlent toujours les ports maritimes stratégiques de la mer Rouge, y compris Hodeidah. L'impact de l'approvisionnement ininterrompu des Houthis en armes iraniennes évoluées est visible sur le champ de bataille. Les commandants militaires yéménites ont récemment déclaré à Arab News que le bombardement Houthi était devenu plus destructeur et précis, tuant ainsi davantage de soldats et de civils. Cela prouve, selon les commandants de l'armée, que les Houthis ont réapprovisionné leur arsenal détruit au cours des combats avec des armes évoluées qui leur ont parfois assuré un avantage sur le champ de bataille.

Les experts soutiennent que l'approvisionnement continu en armes en provenance de l'Iran a non seulement prolongé le conflit au Yémen, mais a également permis aux Houthis d’atteindre l'Arabie saoudite à l'aide de missiles balistiques et de drones. Selon l’analyste politique yéménite Saleh Al- Baydhani « Le soutien iranien aux Houthis a non seulement prolongé la guerre, mais a également permis aux Houthis de cibler des zones civiles en Arabie saoudite voisine, ainsi que des cargaisons de pétrole, et de menacer la navigation internationale à travers Bab Al-Mandab ».

Afin d’endiguer le flux d'armes iraniennes vers le Yémen, les experts militaires proposent d'augmenter le nombre de navires de patrouille le long de la côte yéménite et de libérer le reste des zones côtières yéménites sous contrôle houthi. « À chaque fois qu'une cargaison d'armes est interceptée, une attaque à l'intérieur du Yémen ou contre l'Arabie saoudite est déjouée. Je considère donc la dernière interception comme un succès », a déclaré le brigadier Khaled Al-Nasi, analyste militaire yéménite, à Arab News. « Resserrer les vis sur la contrebande d'armes accélérerait la chute de ce groupe », a-t-il affirmé.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur ArabNews.com le 30 juin 2020


La militante iranienne Narges Mohammadi condamnée à 8 ans de prison, selon son mari

La militante iranienne des droits de l'Homme Narges Mohammadi a été arrêtée en Iran le 16 novembre dernier (Photo, AFP).
La militante iranienne des droits de l'Homme Narges Mohammadi a été arrêtée en Iran le 16 novembre dernier (Photo, AFP).
Short Url
  • Son mari, qui est installé en France, a écrit sur Twitter que la condamnation avait été prononcée à l'issue d'une audience de seulement 5 minutes
  • On reproche à Narges Mohammadi d'avoir publié un communiqué contre la peine de mort et d'avoir organisé un sit-in de protestation pendant sa détention

PARIS: La militante iranienne des droits de l'Homme Narges Mohammadi, arrêtée le 16 novembre, a été condamnée par un tribunal iranien à 8 ans de prison et 70 coups de fouet, a annoncé dimanche son mari.

Taghi Rahmani, qui est installé en France, a écrit sur Twitter que la condamnation avait été prononcée à l'issue d'une audience de seulement 5 minutes.

On ignore les détails des accusations et du verdict.

Mme Mohammadi, porte-parole du Centre des défenseurs des droits de l'Homme fondé par la prix Nobel de la Paix Shirin Ebadi, a été arrêtée à plusieurs reprises ces dernières années.

Libérée en octobre 2020 après cinq ans de prison, elle a de nouveau été condamnée en mai 2021 à 80 coups de fouet et 30 mois de détention, pour "propagande contre le système" politique iranien, diffamation et "rébellion" contre l'autorité pénitentiaire.

Il lui est reproché d'avoir publié un communiqué contre la peine de mort et d'avoir organisé un sit-in de protestation pendant sa détention à la prison d'Evine à Téhéran.  

Mi-janvier, une chercheuse franco-iranienne, Fariba Adelkhah, retenue depuis 2019 en Iran, a été réincarcérée à Téhéran pour avoir enfreint les règles de son assignation à résidence.

Et quelques jours plus tôt, le poète et dissident iranien Baktash Abtin est décédé en prison après y avoir contracté la Covid-19, d'après les révélations de plusieurs organisations de défense des droits humains. Celles-ci accusent Téhéran d'être responsable de ce décès.


Israël: 1ère rencontre du chef de la diplomatie Yaïr Lapid avec un dirigeant palestinien

Le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid. (Photo, AFP)
Le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le ministère israélien des Affaires étrangères a de son côté décliné tout commentaire sans démentir la tenue de la rencontre
  • Après la visite en décembre de Mahmoud Abbas en Israël, l'Etat hébreu avait approuvé une série de «mesures de confiance» avec l'Autorité palestinienne

JÉRUSALEM : Le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid s'est entretenu dimanche soir avec le ministre palestinien des Affaires civiles Hussein al-Sheikh, a indiqué ce dernier sur Twitter, marquant la première rencontre officielle connue de M. Lapid avec un dirigeant palestinien.

"J'ai rencontré ce soir le ministre israélien des Affaires étrangères et nous avons discuté de différentes questions politiques et des relations bilatérales", a affirmé Hussein al-Sheikh, sans préciser où la rencontre avait eu lieu.

Interrogé par l'AFP, le ministère israélien des Affaires étrangères a de son côté décliné tout commentaire sans démentir la tenue de la rencontre.

Fin décembre, le président palestinien Mahmoud Abbas avait rencontré le ministre israélien de la Défense Benny Gantz lors d'une visite en Israël. Il s'agissait de la première fois depuis 2010 que M. Abbas se rendait dans l'Etat hébreu pour une rencontre officielle avec un membre du gouvernement israélien.

Dans la foulée de l'arrivée au pouvoir en juin dernier du gouvernement de coalition mené par Naftali Bennett, des ministres israéliens - dont M. Gantz - avaient cependant rendu visite à Mahmoud Abbas à Ramallah, siège de l'Autorité palestinienne, en Cisjordanie occupée. 

Dans son tweet dimanche, Hussein al-Sheikh a ajouté avoir "mis en avant le besoin d'un horizon politique entre les deux parties, basé sur le droit international", en référence notamment aux résolutions de l'ONU sur le conflit israélo-palestinien.

Après la visite en décembre de M. Abbas en Israël, l'Etat hébreu avait approuvé une série de "mesures de confiance" avec l'Autorité palestinienne comme l'octroi de 600 permis supplémentaires permettant à des hommes d'affaires palestiniens de se rendre en Israël, et la régularisation de 6 000 Palestiniens vivant dans un secteur de Cisjordanie sous contrôle israélien.


Les défenses aériennes émiraties détruisent des missiles Houthis visant le pays

Les débris des missiles sont tombés dans l’émirat d’Abu Dhabi (Photo, AN).
Les débris des missiles sont tombés dans l’émirat d’Abu Dhabi (Photo, AN).
Short Url
  • Le ministre émirati de la Défense a annoncé que deux missiles Houthis lancés en direction du pays ont été interceptés
  • Dans un communiqué, le ministère s’est déclaré «prêt à répondre à toutes les menaces» et qu’il prendrait «toutes les mesures nécessaires pour protéger la nation des attaques» qui la visent

RIYAD: Le ministre émirati de la Défense a annoncé que deux missiles Houthis lancés en direction du pays ont été intercepté, une information rapportée par l’agence WAM ce lundi.

Les débris qui sont tombés dans l’émirat d’Abu Dhabi n’ont pas fait de blessés.

Dans un communiqué, le ministère s’est déclaré « prêt à répondre à toutes les menaces » et qu’il prendrait « toutes les mesures nécessaires pour protéger la nation des attaques » qui la visent.

Trois personnes ont été tuées la semaine dernière à Abu Dhabi dans une attaque similaire de la milice soutenue par l'Iran. Cette agression commise sur des civils a été condamnée par la communauté internationale.
Lundi matin, l'Arabie saoudite a également intercepté un missile balistique visant la province d'Asir, dans le sud du Yémen. En riposte, la coalition de soutien au gouvernement yéménite a frappé des cibles Houthies à Al-Jouf.
Deux personnes avaient été blessées à Jazan la veille, à la suite d'une attaque similaire.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Plus d’informations à suivre…