Le président américain assure: «Je n'ai rien contre les millionnaires»

Le président américain Joe Biden. (Photo, AFP)
Le président américain Joe Biden. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 01 avril 2021

Le président américain assure: «Je n'ai rien contre les millionnaires»

  • Pour financer ses grands projets, Biden mise sur les impôts des entreprises, qui profitent à ses yeux d'un taux particulièrement bas
  • Le locataire de la Maison Blanche reviendrait ainsi en partie sur la forte baisse décidée par Trump, qui avait diminué le taux de 35% à 21%

NEW YORK :  Pour financer son ambitieux programme d'infrastructures, Joe Biden veut s'attaquer à la fiscalité des entreprises, qui profitent à ses yeux d'un taux particulièrement bas et parviennent parfois, comme Amazon, à échapper totalement à certains impôts.

« Je n'ai rien contre les millionnaires et les milliardaires », a assuré mercredi le président américain.

Mais, plaidant pour une vaste réforme fiscale, il s'est aussi offusqué qu'un enseignant soit assujetti à un taux d'impôt de 22% quand « Amazon et d'autres ne paient aucun impôt fédéral ».

M. Biden a proposé d'investir, au cours des huit prochaines années, quelque 2 000 milliards de dollars dans les transports, l'industrie ou encore les réseaux internet, pour améliorer la compétitivité du pays.

Il compte beaucoup sur les entreprises pour financer ces projets, la mesure phare étant une hausse de l'impôt sur les sociétés, à 28%.

Le locataire de la Maison Blanche reviendrait ainsi en partie sur la forte baisse décidée par son prédécesseur Donald Trump, qui avait diminué le taux de 35% à 21%.

« Personne ne devrait s'en plaindre », a estimé M. Biden. Le taux serait « toujours inférieur » à ce qu'il était « entre la Seconde Guerre mondiale et 2017 ». 

En place depuis 1909 dans le pays, ce chiffre est monté jusqu'à 52,80% en 1968 avant de redescendre quasiment sans discontinuer : il était remonté d'un point, de 34% à 35% au début du mandat de Bill Clinton en 1993.

Cela placerait toutefois les Etats-Unis parmi les Etats de l'OCDE avec le plus fort taux d'imposition après la France et la Colombie (32%), l'Australie, le Mexique et le Portugal (30%).

Les entreprises paient toutefois en général moins que le taux officiel: une récente étude d'une commission du Congrès montre ainsi qu'aux Etats-Unis, elles étaient en moyenne assujetties à un taux de 16% avant la réforme de M. Trump, et de 8% ensuite.

« Dangereusement malavisées »

Les patrons sont déjà montés au créneau. 

La Chambre américaine du commerce a ainsi estimé que les propositions de financement « sont dangereusement malavisées » et qu'une hausse des impôts « ralentira la reprise économique et rendra les Etats-Unis moins compétitifs ».

L'organisation Business Roundtable, qui réunit les plus grandes entreprises du pays, a de son côté indiqué qu'elle s'opposerait « avec force » à toute hausse des impôts, et milite plutôt pour un modèle où les dépenses sont financées par les utilisateurs des infrastructures. 

Ce n'est pas une piste privilégiée par l'administration Biden, même si elle a été évoquée la semaine dernière par son ministre des Transports Pete Buttigieg.

Parmi les autres mesures envisagées, l'administration souhaite plutôt décourager les délocalisations et l'évasion fiscale en imposant par exemple un taux minimum de 21% sur les revenus mondiaux. Ses responsables veulent aussi mieux coordonner la fiscalité avec les autres pays.

Le projet prévoit par ailleurs d'augmenter les ressources des services fiscaux pour lutter plus efficacement contre la fraude et l'évasion fiscales, et d'éliminer des subventions aux industries du pétrole et du gaz ainsi que plusieurs niches fiscales.

L'ensemble de mesures fiscales devrait, selon la Maison Blanche, permettre de payer le plan sur les infrastructures en 15 ans.

Pour Dean Baker, économiste au Centre pour la recherche économique et politique (CEPR), la hausse de l'impôt sur les sociétés proposées par Joe Biden « n'est pas un grand saut dans l'inconnu ». « Ce n'est pas comme si les réductions d'impôts proposées par Trump étaient en place depuis des décennies », fait-il remarquer. 

De plus, à l'époque de la décision de Donald Trump, elles devaient s'accompagner d'une réduction drastique des niches fiscales et d'une augmentation importante des investissements des entreprises, ce qui n'a pas été le cas, ajoute-t-il.

Par ailleurs, « les multinationales et leurs actionnaires vont bénéficier de l'amélioration des infrastructures, actuellement déclinantes », remarque Chuck Marr, spécialiste de la fiscalité au Centre sur les priorités budgétaires et politiques (CBPP).

« Revenir en partie sur la forte baisse des impôts décidée par Donald Trump pour financer des grands projets est une bonne affaire pour l'économie », estime-t-il, en mettant par exemple en avant les dépenses prévues pour la recherche dans les semi-conducteurs, dont la pénurie affecte actuellement de plein fouet les constructeurs automobiles aux Etats-Unis.

Une hausse de sept points du taux des impôts sur les sociétés pourrait avoir un impact important sur les investissements d'entreprises étrangères, qui peuvent facilement décider de se tourner vers d'autres pays, reconnaît Thornton Matheson, du Centre Urban-Brookings sur les politiques fiscales. 

Mais les Etats-Unis « restent une grande économie dynamique qui peut supporter d'avoir un taux d'imposition moyen un peu plus élevé que des pays plus petits », ajoute-t-elle.


Des salariés de TAP Air Portugal manifestent à Lisbonne

Le groupe aérien portugais, dont les difficultés financières s'étaient encore accrues avec la crise sanitaire, a été sauvé en urgence en 2020 par l'État (Photo, AFP).
Le groupe aérien portugais, dont les difficultés financières s'étaient encore accrues avec la crise sanitaire, a été sauvé en urgence en 2020 par l'État (Photo, AFP).
Short Url
  • Des pilotes de TAP avaient déjà manifesté début août afin de s'opposer aux coupes salariales, prévues dans le plan de restructuration
  • Le plan de sauvetage de TAP prévoit notamment des baisses de 25% pour les salaires supérieurs à 1 410 euros jusqu'en 2025

LISBONNE: Des centaines de salariés de TAP Air Portugal ont manifesté mardi à Lisbonne contre les "erreurs" de gestion qui compromettent, selon eux, le succès du plan de restructuration de la compagnie aérienne renationalisée en 2020 à la suite de la crise sanitaire.

Des pilotes, des techniciens de maintenance ou encore des membres d'équipage, majoritairement en uniforme, ont défilé en silence jusqu'au ministère des Infrastructures qui a la tutelle des transports.

"Nous sommes des salariés mais également des contribuables", "les licenciements chez TAP reviennent cher": pouvait-on lire sur les pancartes brandies par un millier de manifestants, selon les organisateurs, qui ont participé à ce mouvement à l'appel de trois syndicats.

"Nous demandons au ministre de reconnaître" les "erreurs de gestion" de TAP, a déclaré Tiago Faria Lopes, président du syndicat des pilotes de l'aviation civile (SPAC).

Les syndicats reprochent notamment à la compagnie de "gaspiller les recettes" générées par la reprise du trafic aérien cet été en faisant notamment appel à des prestataires externes, après un plan de départs ayant entraîné une pénurie de personnel et de nombreuses annulations cet été.

Des pilotes de TAP avaient déjà manifesté début août afin de s'opposer aux coupes salariales, prévues dans le plan de restructuration, qu'ils estiment supérieures à celles des autres salariés de la compagnie.

Le plan de sauvetage de TAP prévoit notamment des baisses de 25% pour les salaires supérieurs à 1 410 euros jusqu'en 2025, ainsi qu'une réduction de la flotte de TAP et la cession de créneaux de décollage et d'atterrissage.

"Sans cet effort, nous n'aurions pas obtenu le feu vert de la commission européenne pour le plan de restructuration qui a permis de sauver TAP", a estimé la direction du transporteur portugais, rappelant que les syndicats avaient validé cet accord.

Le groupe aérien portugais, dont les difficultés financières s'étaient encore accrues avec la crise sanitaire, a été sauvé en urgence en 2020 par l'État, qui va injecter 3,2 milliards d'euros au total, en échange d'un plan de restructuration imposé par Bruxelles.

Alors que ce plan est "mis en œuvre avec succès", le ministère des Infrastructures a appelé mardi les salariés "au sens des responsabilités" afin de transformer TAP en une compagnie "rentable".


Le fonds souverain saoudien acquiert des actions dans Alphabet, Zoom et Microsoft

Le PIF se place actuellement au cinquième rang des plus grands fonds souverains du monde; ses actifs sont évalués à 620 milliards de dollars. (Shutterstock)
Le PIF se place actuellement au cinquième rang des plus grands fonds souverains du monde; ses actifs sont évalués à 620 milliards de dollars. (Shutterstock)
Short Url
  • Le PIF de l'Arabie saoudite a acquis des actions chez JPMorgan (3,9 millions d'actions) et BlackRock (741 693 actions)
  • Le Fonds d'investissement saoudien est également l'actionnaire majoritaire de la société Lucid Motors, dont le siège social se situe en Californie

RIYAD: Le Public Investment Fund (PIF), en l’occurrence le fonds souverain saoudien, a acquis des actions auprès des entreprises Alphabet, Zoom Video et Microsoft. Cette opération s'inscrit dans le cadre d'une sélection plus large d'actions américaines, et porte à quelque 40,8 milliards de dollars les investissements du fonds souverain saoudien au cours du deuxième trimestre.

Selon une déclaration de la US Securities and Exchange Commission (l'organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers, NDLR), le PIF a acheté 213 000 actions de classe A dans Alphabet, 4,7 millions d'actions de classe A dans Zoom et 1,8 million d'actions dans Microsoft.

Le PIF de l'Arabie saoudite a par ailleurs acquis des actions chez JPMorgan (3,9 millions d'actions) et BlackRock (741 693 actions).

Le PIF a acquis également 6,3 millions d'actions dans Starbucks et d'autres actions encore notamment dans les sociétés suivantes: Adobe Systems, Advanced Micro Devices, Salesforce, Home Depot, Costco, Freeport-McMoRan, Datadog et NextEra Energy.

Fort de ses 620 milliards de dollars (1 dollar = 0,98 euro) d'actifs, le PIF occupe une place centrale dans la stratégie de l'Arabie saoudite visant à transformer l'économie en développant de nouveaux secteurs et en élargissant les sources de revenus au-delà du pétrole.

Une stratégie à deux volets est poursuivie par le PIF: créer un portefeuille international d'investissements et investir au niveau local dans des projets qui réduiront la dépendance du Royaume vis-à-vis du pétrole.

Outre les entreprises susmentionnées, le Fonds d'investissement saoudien est également l'actionnaire majoritaire de la société Lucid Motors, dont le siège social se situe en Californie. Aujourd'hui, plus de 60% des parts de ce constructeur de véhicules électriques appartiennent au PIF.

Durant le premier trimestre de cette année, le PIF a réduit de 22% la part des actions qu'il détient sur le marché américain: celle-ci se chiffre à 43,6 milliards de dollars, contre 55,9 milliards de dollars un trimestre auparavant.

La US Securities and Exchange Commission a révélé dans un rapport publié à la fin du premier trimestre que le PIF a baissé sa participation dans trois sociétés: Visa Inc, Plug Power et Walmart.

Le fonds a en revanche augmenté sa participation dans Take-Two Interactive, PayPal, Alibaba et Farfetch Ltd.

Les données publiées par le Sovereign Wealth Fund Institute au mois d'avril révèlent que le PIF se classe actuellement au cinquième rang des fonds souverains les plus importants au monde; ses actifs représentent un total de 620 milliards de dollars. 

(Avec Reuters)

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le gaz monte avec les craintes en Europe, le pétrole stable

Des tuyaux et des manomètres pour conduites de gaz à Open Grid Europe, l'un des plus grands opérateurs de réseau de transport de gaz d'Europe, à Werne, dans l'ouest de l'Allemagne (Photo, AFP).
Des tuyaux et des manomètres pour conduites de gaz à Open Grid Europe, l'un des plus grands opérateurs de réseau de transport de gaz d'Europe, à Werne, dans l'ouest de l'Allemagne (Photo, AFP).
Short Url
  • Historiquement, le prix du gaz n'a été plus élevé que lors de deux séances, début mars, quand les sanctions économiques contre la Russie après son invasion de l'Ukraine ont bouleversé le marché
  • Et l'impact de la crise énergétique semble désormais se profiler

LONDRES: Le prix du gaz grimpait mardi à son plus haut niveau en six mois en Europe où les inquiétudes sur l'approvisionnement énergétique s'intensifient, tandis que les cours du pétrole se stabilisaient.

Le TTF néerlandais, la référence du gaz naturel en Europe, prenait 4,72% à 230,50 euros le mégawattheure (MWh) vers 09H35 GMT (11H35 à Paris).

Historiquement, le prix du gaz n'a été plus élevé que lors de deux séances, début mars, quand les sanctions économiques contre la Russie après son invasion de l'Ukraine ont bouleversé le marché.

Et l'impact de la crise énergétique semble désormais se profiler: les factures de gaz vont augmenter en Allemagne.

Même si le gouvernement a promis lundi d'amortir le choc pour les plus modestes, à partir du 1er octobre, les importateurs pourront prélever 2,4 centimes de plus par kilowattheure (KWh) de gaz auprès des entreprises et des particuliers.

"Les gouvernements espèrent que de telles mesures suffiront à réduire la demande, et permettront à tout le continent de passer l'hiver", commentent les analystes de Deutsche Bank.

Très dépendante des importations de gaz russe, l'Allemagne est également confrontée à une sécheresse qui fait baisser le niveau du Rhin sous son niveau nécessaire au transport fluvial.

"Le niveau du Rhin est assez bas pour que les centrales à charbon, qui dépendent des barges pour leur amener le matériau de base, peinent à faire venir le carburant jusqu'à elles", commentent les analystes de UniCredit.

Du côté du pétrole, l'Union européenne (UE) a annoncé mardi qu'elle examinait la réponse de l'Iran à son compromis sur le dossier nucléaire, une étape cruciale qui pourrait marquer l'entrée de longues et difficiles négociations dans leur dernière ligne droite.

La perspective du retour des barils iraniens sur le marché a fait reculer les prix, d'autant que la faiblesse de l'économie mondiale promet une demande en berne.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre perdait 0,88% à 94,27 dollars.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison en septembre cédait quant à lui 0,53%, à 88,94 dollars.