Un dessinateur algérien caricature la migration clandestine en BD

Salim Zerrouki (Photo caricature, Facebook)
Salim Zerrouki (Photo caricature, Facebook)
Short Url
Publié le Mercredi 07 avril 2021

Un dessinateur algérien caricature la migration clandestine en BD

  • Dans son deuxième album sorti en France fin mars, Salim Zerrouki, 43 ans, armé de son humour grinçant et d'un dessin incisif, s'attaque à la migration clandestine, en tirant vers l'absurde des situations souvent inspirées de faits réels
  • Pour aider les lecteurs à faire la part entre réalité et caricature, un QR code (code à réponse rapide) à la fin du livre les oriente vers des articles de presse et témoignages sur lesquels il s'est appuyé

TUNIS: Certaines planches de son recueil satirique "Comment réussir sa migration clandestine" sont insoutenables, mais pour le corrosif dessinateur algérien Salim Zerrouki, "ce qui choque le plus, c'est l'atroce réalité".

Il avait déjà exagéré jusqu'au ridicule les travers des sociétés maghrébines et les clichés racistes sur "les arabes" dans un premier guide mordant intitulé: "100% bled - Comment se débarrasser de nous pour un monde meilleur".

Il y tournait cruellement en dérision le rapport à la religion, à l'amour, à la famille ou encore au code de la route.

Dans son deuxième album sorti en France fin mars, Salim Zerrouki, 43 ans, armé de son humour grinçant et d'un dessin incisif, s'attaque à la migration clandestine, en tirant vers l'absurde des situations souvent inspirées de faits réels.

"Les gens pensent que j'ai inventé des histoires atroces -- mais c'est l'association entre humour noir et histoires vraies qui rend les choses si sinistres", souligne-t-il dans un entretien à l'AFP.

Pour aider les lecteurs à faire la part entre réalité et caricature, un QR code (code à réponse rapide) à la fin du livre les oriente vers des articles de presse et témoignages sur lesquels il s'est appuyé. Essuyant une larme au souvenir d'interviews de migrantes entendues à la radio, il ne comprend pas que les atrocités commises en Libye ne fassent plus réagir personne.

"C'est un drame qui s'amplifie mais, comme pour le corona, on s'est habitués, les morts sont devenus des chiffres. Il faut un électrochoc", plaide le dessinateur.

Depuis le décès du petit syrien Alan Kurdi, dont le corps échoué sur une plage turque en 2015 avait choqué le monde entier, plus de 20 000 personnes sont mortes en tentant de traverser la Méditerranée selon l'ONU, et des milliers d'autres dans l'enfer libyen.

Chaque famille 

Dans une région où "chaque famille a un frère, un oncle, un voisin qui est parti clandestinement", c'est pour lui une "mission" de parler du voyage inhumain vers l'Europe.

Comment dissimuler jusqu'à son battement cardiaque pour ne pas se faire repérer, ou s'entraîner pour survivre à un naufrage digne du Radeau de la Méduse, le célèbre tableau de Géricault: les anecdotes sont ponctuées de trucs et astuces faussement légers.

L'absurdité des solutions imaginées par l'Europe fait la couverture: un migrant se noie à défaut d'avoir la monnaie pour le distributeur de bouées de sauvetage sponsorisé par l'Union européenne.

Viols, kidnappings, tortures organisées, meurtres: "Beaucoup d'Européens ne réalisent pas que les politiques décidées par leurs Etats mènent à autant de souffrance", estime la caricaturiste algérien.

Des milliers de migrants ont ainsi été interceptés en mer et renvoyés en Libye par des gardes-côtes libyens avec le soutien financier de l'UE, en dépit des conditions de détention décriées par l'ONU et les défenseurs des droits humains. 

"Payer les pseudos Etats comme la Libye pour retenir les migrants, c'est criminel", s'emporte Salim Zerrouki. Les forces libyennes étant composées de groupes armés largement incontrôlés par l'Etat, "cela revient à donner de l'argent à des milices, c'est choquant".

Dans sa bande dessinée, il imagine des dirigeants européens visitant une prison libyenne où sont "exhibés comme dans un cirque" les pires sévices: "Ils se retrouvent ainsi acteurs directs de ce qu'ils ont contribué à construire", explique Salim Zerrouki. 

Mais il dénonce aussi férocement le cynisme des Etats maghrébins -- dessinant ainsi un gouvernement qui organise des traversées illicites pour remplir ses caisses. 

"Les migrants sont le fruit de la politique nationale, des dysfonctionnements des pays, de la corruption", souligne-t-il.

Le sujet est politiquement délicat, sinon explosif, mais Salim Zerrouki n'en est pas à son coup d'essai.

Installé à Tunis depuis dix ans, il a publié de 2011 à 2013 un blog sur un salafiste grincheux, Yahia Boulahia, qui décrétait "une fatwa par jour", toutes plus farfelues les unes que les autres.

Une sorte d'avertissement sur le fanatisme religieux, lancé par un Algérien ayant vécu la "décennie noire" de la guerre civile (1992-2002, 200.000 morts) à des Tunisiens qui voyaient arriver au pouvoir les islamo-conservateurs du parti Ennahdha et percer une mouvance salafiste.

Son prochain livre sera consacré à l'Algérie, espère Salim Zerrouki, dont les nombreux dessins sur le soulèvement populaire du Hirak qui secoue le pays depuis février 2019 ont circulé sur les réseaux sociaux, finissant parfois sur des tee-shirts dans les manifestations.

"Ce sera à nouveau basé sur une histoire vraie: celle de la cité où j'ai grandi à Alger", précise-t-il.


Un projet de film sur les attaques perpétrées contre des mosquées en Nouvelle-Zélande soulève de l'indignation

Le site Deadline, consacré à l’actualité de Hollywood rapporte que l'actrice australienne, Rose Byrne (à gauche) va jouer le rôle d'Ardern, et que le Néo-Zélandais, Andrew Niccol (à droite) sera le scénariste et le réalisateur (AP/File Photos)
Le site Deadline, consacré à l’actualité de Hollywood rapporte que l'actrice australienne, Rose Byrne (à gauche) va jouer le rôle d'Ardern, et que le Néo-Zélandais, Andrew Niccol (à droite) sera le scénariste et le réalisateur (AP/File Photos)
Short Url
  • Le film se déroulerait dans les jours qui ont suivi les attentats meurtriers de 2019, qui ont fait 51 morts lors d’une fusillade dans deux mosquées de Christchurch
  • Le titre du film, They Are Us (Ils sont nous), est tiré des paroles prononcées par Arden elle-même lorsqu’elle s’est adressée à la nation peu de temps après les attentats

WELLINGTON : Un projet de film sur la réponse de la première ministre Jacinda Ardern aux attentats contre des fidèles  musulmans en Nouvelle-Zélande s’est attiré des critiques, dans le pays, vendredi, parce qu’il ne mettrait pas assez l’accent sur les victimes des attaques.  

Le site Deadline, consacré à l’actualité de Hollywood, rapporte que l’actrice australienne, Rose Byrne, est censée jouer le rôle de Jacinda Ardern dans le film « They Are Us », qui se cherche actuellement des acheteurs à l’international par le biais de la boîte de production new-yorkaise FilmNation Entertainment. 

Le film se déroulerait dans les jours qui ont suivi les attentats meurtriers de 2019, qui ont fait 51 morts et  49 autres blessés lors d’une fusillade dans deux mosquées de Christchurch.  

Selon Deadline, le long métrage serait centré sur la réaction de la Première ministre aux attaques, sur la façon dont la population s’est ralliée derrière son message de compassion et d’unité, ainsi que sur son appel réussi à bannir du pays certaines des armes semi-automatiques les plus meurtrières. 

Le titre du film, They Are Us (Ils sont nous), est tiré des paroles prononcées par Arden elle-même lorsqu’elle s’est adressée à la nation peu de temps après les attentats. Ce discours avait été salué dans le monde entier. 

En Nouvelle-Zélande, plusieurs personnes se disent préoccupés par ce projet de film, notamment Aya Al-Umari, dont le frère ainé Hussein a été tué dans les attaques. Critiquant le projet sur Twitter, elle a simplement écrit : Yeah, nah une expression utilisée en Nouvelle-Zélande pour dire « Non ». 

Abdigani Ali, un porte-parole de l’Association musulmane de Canterbury, affirme que la communauté sait que l’histoire de ces attentats doit être racontée, mais elle veut s’assurer qu’elle est racontée d’une manière appropriée, authentique et sensible. 

Tina Ngata, écrivaine et militante, a été plus directe dans ses propos, affirmant sur Twitter que le massacre de musulmans ne doit pas servir de toile de fond à un film sur « la force des femmes blanches. QUAND MEME ». 

Le bureau de la Première ministre a affirmé dans une brève déclaration que cette dernière et son gouvernement ne collaboraient aucunement au projet de film. 

Selon le site Deadline, c’est le scénariste Andrew Niccol qui écrira le scenario et dirigera le projet et que le script sera développé en consultation avec plusieurs membres des mosquées touchées par la tragédie. 

« Ce film traite de notre humanité commune. C’est pourquoi je crois qu’il s’adressera à tous, aux quatre coins du monde, explique Niccol à Deadline. « C’est un exemple de la façon dont on devrait répondre lorsqu’il y a une attaque contre nos frères et sœurs en humanité». 

Les représentants de Rose Byrne et FilmNation n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de Deadline pour des commentaires. Le rapport affirme que le projet sera filmé en Nouvelle-Zélande sans donner de date. 

Andrew Niccol est connu pour avoir écrit et réalisé « Gattaca » (Bienvenue à Gattaca, 1997), et pour avoir écrit The Terminal (Le terminal, 2004) et The Truman Show (Le show Truman, 1998), film pour lequel il a été sélectionné aux Oscars. Rose Byrne est connue pour ses rôles dans Spy (Espionne,2015) et Bridesmaids (Demoiselles d’honneur, 2011).  

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mort du réalisateur Dennis Berry, qui fut marié à Jean Seberg et Anna Karina

 Le réalisateur Dennis Berry (à droite) et l'actrice Anna Karina assistent à la projection de "He Ran All The Way" au cours de la deuxième journée du TCM Classic Film Festival 2016 le 29 avril 2016 à Los Angeles, Californie. (Photo, AFP)
Le réalisateur Dennis Berry (à droite) et l'actrice Anna Karina assistent à la projection de "He Ran All The Way" au cours de la deuxième journée du TCM Classic Film Festival 2016 le 29 avril 2016 à Los Angeles, Californie. (Photo, AFP)
Short Url
  • Né aux Etats-Unis, Dennis Berry vivait à Paris depuis les années 70
  • En tant que réalisateur, il a notamment signé en 1975 «Le Grand Délire» --son premier film-- avec Jean Seberg et Isabelle Huppert

PARIS: Le réalisateur, scénariste et acteur américain Dennis Berry, qui fut l'époux des icônes de la Nouvelle Vague Jean Seberg puis Anna Karina, est décédé samedi à 76 ans, a annoncé son agente à l'AFP dimanche.

"Le réalisateur Dennis Berry s'est éteint à Paris le 12 juin à 09h45. Entouré de tout l'amour de ses amis, il part retrouver Anna Karina", morte en 2019, a dit son agente Ouarda Benlaala.  

Né aux Etats-Unis, Dennis Berry vivait à Paris depuis les années 70. Il épouse en 1972 l'actrice américaine Jean Seberg, l'étudiante dont s'éprend Jean-Paul Belmondo dans "A bout de souffle" de Jean-Luc Godard en 1960. 

Le couple est déjà séparé à la mort de la comédienne à Paris en 1979.

En 1982, il se marie avec une autre icône de la Nouvelle vague, la Danoise Anna Karina, qui a joué dans plusieurs films de Jean-Luc Godard, dont "Pierrot Le Fou". C'est un quatrième mariage pour Anna Karina, et ce sera le dernier. En 2018, elle notait, un rien incrédule, "je suis mariée depuis près de 40 ans avec le même homme", lors d'un entretien avec l'AFP.

Dennis Berry, fils de John Berry, réalisateur lui aussi, a multiplié les petits rôles aux côtés de stars comme Alain Delon ou Jean-Paul Belmondo (dans "Borsalino") et même Johnny Hallyday et sous la direction de cinéastes comme Jules Dassin, Eric Rohmer, Jacques Rivette, Carlo Lizzani, Jacques Deray ou André Téchiné.

En tant que réalisateur, il a notamment signé en 1975 "Le Grand Délire" --son premier film-- avec Jean Seberg et Isabelle Huppert. En 2017, il consacre un documentaire à sa femme: "Anna Karina, souviens-toi". Son dernier film, "Sauvages", est sorti en 2019. 

Dennis Berry a par ailleurs réalisé plusieurs séries télévisées, comme "Highlander" --où Marion Cotillard effectue ses premiers pas dans un épisode en 1992--, "Stargate  Sg-1" ou "La Crim”.


«L'homme qui dévorait les colombes», exploration de l'impunité au Chili

L'accent est mis sur le jeu des acteurs - les Chiliens Carla Casali Escudero et Claudio Riveros Arellano - qui semblent tournés vers la lutte contre un silence et des non-dits écrasants. (Photo, AFP)
L'accent est mis sur le jeu des acteurs - les Chiliens Carla Casali Escudero et Claudio Riveros Arellano - qui semblent tournés vers la lutte contre un silence et des non-dits écrasants. (Photo, AFP)
Short Url
  • Après avoir fui la prison et la torture, cet homme brisé, qui a été témoin de la mort du jeune Rodrigo, décide de devenir par vengeance «un assassin d'assassins»
  • Rebolledo et sa troupe «abordent la question de la justice et surtout des cas d'impunité qui se sont produits en pleine démocratie»

MONTPELLIER: Après des années d'investigation dans les quartiers de Santiago, le metteur en scène chilien Cristian Flores Rebolledo sonde, dans une création à Montpellier, la violence et l'impunité dans un pays durablement marqué par la dictature (1973-1990) d'Augusto Pinochet.

Présentée vendredi en première mondiale à Montpellier, en espagnol surtitré en français lors du festival du Printemps des Comédiens, "El hombre que devoraba las palomas" ("L'homme qui dévorait les colombes") est basé sur un fait bien réel: la mort sous les balles d'une milice, après le retour de la démocratie, d'un jeune homme de 17 ans, Rodrigo Briones Ortiz le 12 octobre 1992.

Dans le troisième volet de sa trilogie "Justice, utopies et militantismes", le dramaturge de 38 ans et sa troupe "Los Barbudos (Les Barbus) "abordent la question de la justice et surtout des cas d'impunité qui se sont produits en pleine démocratie, ce qui relevait d'une continuité de la violence d'Etat sur les citoyens entre la période de la dictature et la démocratie", explique-t-il.

La pièce, fruit d'une résidence au théâtre montpelliérain de la Vignette, met en scène la rencontre de deux solitudes dans un refuge improbable et fragile, un château d'eau fissuré dans lequel Arturo tente en vain de capturer des colombes pour calmer sa faim.

Après avoir fui la prison et la torture, cet homme brisé, qui a été témoin de la mort du jeune Rodrigo, décide de devenir par vengeance "un assassin d'assassins".

Il voit surgir comme dans un rêve Alicia, une femme sans âge qui vit dans le déni de la violence de la société qui l'entoure.

L'accent est mis sur le jeu des acteurs - les Chiliens Carla Casali Escudero et Claudio Riveros Arellano - qui semblent tournés vers la lutte contre un silence et des non-dits écrasants.

Dans ce monde dominé par l'arbitraire, "nous sommes seuls, nous n'avons personne à qui parler", se désespère Alicia. Le dialogue qu'elle noue avec Arturo est pourtant un début de libération.

Titulaire d’une maîtrise en théâtre et arts de la scène de l'université du Chili, Cristian Flores Rebolledo est né, s'est construit et a découvert le théâtre dans le quartier populaire de La Victoria, à Santiago, connu pour avoir été un foyer de contestation politique et sociale, notamment sous la dictature.

«Théâtre politique et populaire»

Il y a puisé sa démarche artistique, un théâtre "populaire et politique", mélangeant enquêtes, documentaire et fiction.

Déjà invité à la Vignette en 2017 pour "Yo maté à Pinochet" ("J'ai tué Pinochet"), dans lequel il explorait les plaies béantes de son pays, le dramaturge présente également ce week-end à Montpellier le second volet de la trilogie, "un pais sin duelo" ("Un pays sans deuil").

Il y évoque les silences et les blessures de trois générations de femmes d'une même famille face à la torture et plus précisément aux sévices sexuels.

Augusto Pinochet est mort au Chili en 2006 sans avoir été jugé pour les crimes de son régime, qui a fait plus de 3 200 morts et 38 000 personnes torturées.

A travers un théâtre ancré dans la réalité des classes populaires, dans un pays marqué par de profondes inégalités sociales, le metteur en scène qui réside actuellement à Berlin, explore "les conséquences de la dictature et la nature de la transition vers la démocratie".

"Nous revenons vers le passé parce que cela nous intéresse de porter un nouveau regard et de poser de nouvelles questions sur cette période en rapport avec la réalité d'aujourd'hui".