Un dessinateur algérien caricature la migration clandestine en BD

Salim Zerrouki (Photo caricature, Facebook)
Salim Zerrouki (Photo caricature, Facebook)
Short Url
Publié le Mercredi 07 avril 2021

Un dessinateur algérien caricature la migration clandestine en BD

  • Dans son deuxième album sorti en France fin mars, Salim Zerrouki, 43 ans, armé de son humour grinçant et d'un dessin incisif, s'attaque à la migration clandestine, en tirant vers l'absurde des situations souvent inspirées de faits réels
  • Pour aider les lecteurs à faire la part entre réalité et caricature, un QR code (code à réponse rapide) à la fin du livre les oriente vers des articles de presse et témoignages sur lesquels il s'est appuyé

TUNIS: Certaines planches de son recueil satirique "Comment réussir sa migration clandestine" sont insoutenables, mais pour le corrosif dessinateur algérien Salim Zerrouki, "ce qui choque le plus, c'est l'atroce réalité".

Il avait déjà exagéré jusqu'au ridicule les travers des sociétés maghrébines et les clichés racistes sur "les arabes" dans un premier guide mordant intitulé: "100% bled - Comment se débarrasser de nous pour un monde meilleur".

Il y tournait cruellement en dérision le rapport à la religion, à l'amour, à la famille ou encore au code de la route.

Dans son deuxième album sorti en France fin mars, Salim Zerrouki, 43 ans, armé de son humour grinçant et d'un dessin incisif, s'attaque à la migration clandestine, en tirant vers l'absurde des situations souvent inspirées de faits réels.

"Les gens pensent que j'ai inventé des histoires atroces -- mais c'est l'association entre humour noir et histoires vraies qui rend les choses si sinistres", souligne-t-il dans un entretien à l'AFP.

Pour aider les lecteurs à faire la part entre réalité et caricature, un QR code (code à réponse rapide) à la fin du livre les oriente vers des articles de presse et témoignages sur lesquels il s'est appuyé. Essuyant une larme au souvenir d'interviews de migrantes entendues à la radio, il ne comprend pas que les atrocités commises en Libye ne fassent plus réagir personne.

"C'est un drame qui s'amplifie mais, comme pour le corona, on s'est habitués, les morts sont devenus des chiffres. Il faut un électrochoc", plaide le dessinateur.

Depuis le décès du petit syrien Alan Kurdi, dont le corps échoué sur une plage turque en 2015 avait choqué le monde entier, plus de 20 000 personnes sont mortes en tentant de traverser la Méditerranée selon l'ONU, et des milliers d'autres dans l'enfer libyen.

Chaque famille 

Dans une région où "chaque famille a un frère, un oncle, un voisin qui est parti clandestinement", c'est pour lui une "mission" de parler du voyage inhumain vers l'Europe.

Comment dissimuler jusqu'à son battement cardiaque pour ne pas se faire repérer, ou s'entraîner pour survivre à un naufrage digne du Radeau de la Méduse, le célèbre tableau de Géricault: les anecdotes sont ponctuées de trucs et astuces faussement légers.

L'absurdité des solutions imaginées par l'Europe fait la couverture: un migrant se noie à défaut d'avoir la monnaie pour le distributeur de bouées de sauvetage sponsorisé par l'Union européenne.

Viols, kidnappings, tortures organisées, meurtres: "Beaucoup d'Européens ne réalisent pas que les politiques décidées par leurs Etats mènent à autant de souffrance", estime la caricaturiste algérien.

Des milliers de migrants ont ainsi été interceptés en mer et renvoyés en Libye par des gardes-côtes libyens avec le soutien financier de l'UE, en dépit des conditions de détention décriées par l'ONU et les défenseurs des droits humains. 

"Payer les pseudos Etats comme la Libye pour retenir les migrants, c'est criminel", s'emporte Salim Zerrouki. Les forces libyennes étant composées de groupes armés largement incontrôlés par l'Etat, "cela revient à donner de l'argent à des milices, c'est choquant".

Dans sa bande dessinée, il imagine des dirigeants européens visitant une prison libyenne où sont "exhibés comme dans un cirque" les pires sévices: "Ils se retrouvent ainsi acteurs directs de ce qu'ils ont contribué à construire", explique Salim Zerrouki. 

Mais il dénonce aussi férocement le cynisme des Etats maghrébins -- dessinant ainsi un gouvernement qui organise des traversées illicites pour remplir ses caisses. 

"Les migrants sont le fruit de la politique nationale, des dysfonctionnements des pays, de la corruption", souligne-t-il.

Le sujet est politiquement délicat, sinon explosif, mais Salim Zerrouki n'en est pas à son coup d'essai.

Installé à Tunis depuis dix ans, il a publié de 2011 à 2013 un blog sur un salafiste grincheux, Yahia Boulahia, qui décrétait "une fatwa par jour", toutes plus farfelues les unes que les autres.

Une sorte d'avertissement sur le fanatisme religieux, lancé par un Algérien ayant vécu la "décennie noire" de la guerre civile (1992-2002, 200.000 morts) à des Tunisiens qui voyaient arriver au pouvoir les islamo-conservateurs du parti Ennahdha et percer une mouvance salafiste.

Son prochain livre sera consacré à l'Algérie, espère Salim Zerrouki, dont les nombreux dessins sur le soulèvement populaire du Hirak qui secoue le pays depuis février 2019 ont circulé sur les réseaux sociaux, finissant parfois sur des tee-shirts dans les manifestations.

"Ce sera à nouveau basé sur une histoire vraie: celle de la cité où j'ai grandi à Alger", précise-t-il.


«Un ours sur Mars?» La Nasa publie une intrigante photo de la planète rouge

Intrigante, la photographie a été prise le mois dernier par le satellite Mars Reconnaissance Orbiter (Photo, AFP).
Intrigante, la photographie a été prise le mois dernier par le satellite Mars Reconnaissance Orbiter (Photo, AFP).
Short Url
  • Le visage de l'ours est en réalité formé par «deux cratères», qui forment les yeux et une «colline» éventrée qui ressemble à un museau
  • Le tout donne l'impression d'apercevoir le visage souriant d'un ourson en peluche

LOS ANGELES: Baloo, Winnie et les Bisounours ont désormais de la compagnie au firmament des ursidés célèbres: une étrange formation géologique ressemblant à une tête d'ourson a été repérée à la surface de Mars par la Nasa.

Intrigante, la photographie a été prise le mois dernier par le satellite Mars Reconnaissance Orbiter de l'agence spatiale américaine, qui tourne en orbite autour de la planète rouge avec la caméra embarquée haute résolution HiRISE, la plus puissante jamais envoyée par l'être humain dans le système solaire.

"Un ours sur Mars?", s'interroge ainsi le compte Twitter du projet HiRISE, qui a publié le cliché mercredi.

Selon les scientifiques de l'université d'Arizona, qui pilotent le projet, le visage de l'animal est en réalité formé par "deux cratères", qui forment les yeux et une "colline" éventrée qui ressemble à un museau. Ces éléments sont entourés par une "fracture circulaire", qui délimite les contours de la tête et pourrait être formée par un dépôt de lave ou de boue.

Le tout donne l'impression d'apercevoir le visage souriant d'un ourson en peluche. Un sacré hasard, pour donner une formation géologique qui s'étale sur deux kilomètres.

La caméra HiRISE est l'un des six instruments embarqués par ce satellite de la Nasa, qui tourne autour de Mars depuis 2006. Ultra-précise, elle permet de prendre des clichés très détaillés pour cartographier la surface de la planète rouge en vue de futures missions menées par des robots ou des humains.

Depuis dix ans, les scientifiques qui la gèrent ont par exemple pu photographier des avalanches sur Mars, et ont découvert des traces sombres qui pourraient être de l'eau salée s'écoulant le long de ravines.

Ils ont également repéré des tourbillons de poussière sur la surface de la planète, et une autre formation géologique qui ressemble étrangement à l'insigne de la force Starfleet, chargée d'explorer l'espace dans la série télévisée Star Trek.

Mais même avec des images en haute définition, les petits bonshommes verts censés peupler Mars dans l'imaginaire populaire s'avèrent jusqu'ici introuvables.


Plainte d'héritiers de Juifs allemands contre un musée new-yorkais pour récupérer un Picasso

L'histoire extraordinaire de "La Repasseuse" commence en 1916 quand Karl Adler l'achète à un galeriste allemand juif de Munich, Heinrich Thannhauser (Photo, Facebook).
L'histoire extraordinaire de "La Repasseuse" commence en 1916 quand Karl Adler l'achète à un galeriste allemand juif de Munich, Heinrich Thannhauser (Photo, Facebook).
Short Url
  • Cela fait une dizaine d'années que les héritiers des Adler cherchent à remettre la main sur le Picasso
  • L'arrivée de Hitler et des nazis au pouvoir à Berlin sonne le début des terribles persécutions contre les Juifs

NEW YORK: En 1938, les Juifs allemands Karl et Rosi Adler fuient le régime nazi et vendent un Picasso pour financer leur voyage: 85 ans après, leurs héritiers veulent récupérer le tableau, propriété d'un musée de New York et évalué entre 100 et 200 millions de dollars.

Les descendants de ce couple d'Allemands ont déposé une plainte au civil devant la cour suprême de l'État de New York contre le musée d'art moderne Solomon R. Guggenheim de Manhattan qui expose depuis 1978 "La Repasseuse", une huile sur toile que le maître espagnol Pablo Picasso a peinte en 1904.

Le groupe de plaignants -- des héritiers aux États-Unis et en Argentine -- s'estiment les propriétaires légitimes de l'œuvre et invoquent dans leur plainte du 20 janvier une vente "forcée" en octobre 1938 par les Adler qui auraient agi sous contrainte.

Dans un communiqué, le musée Guggenheim conteste une procédure "sans fondement", ce qui laisse augurer un procès au civil.

«La Repasseuse» achetée en 1916 

L'histoire extraordinaire de "La Repasseuse" -- comme celles de nombre de peintures européennes volées par les nazis ou disparues pendant la Seconde guerre mondiale -- commence en 1916 quand Karl Adler l'achète à un galeriste allemand juif de Munich, Heinrich Thannhauser.

Adler, patron d'une usine de confection de cuir, et sa femme Rosi, jouissent d'une "vie prospère" à Baden-Baden, au sud-ouest de l'Allemagne, juste en face de Strasbourg.

L'arrivée de Hitler et des nazis au pouvoir à Berlin sonne le début des terribles persécutions contre les Juifs en Allemagne et le gel ou la confiscation de leurs biens et patrimoines.

Les Adler se résolvent en juin 1938 à fuir leur pays pour s'installer tour à tour aux Pays-Bas, en France et en Suisse avant de chercher un visa pour l'Argentine.

Mais pour obtenir leur sésame, les Adler, qui ont déjà quitté l'Allemagne depuis quelques semaines, vendent en octobre 1938 "La Repasseuse" au fils de Thannhauser, Justin, qui, Juif lui aussi, vient de se réfugier à Paris.

1.552 dollars en 1938 

La vente est conclue pour 1.552 dollars de l'époque -- soit environ 32.000 dollars d'aujourd'hui -- neuf fois moins que les 14.000 dollars qu'Adler espérait en tirer au début des années 1930.

C'est l'argument central de la plainte qui avance que l'œuvre -- évaluée aujourd'hui sur le marché de l'art entre 100 et 200 millions de dollars -- a été cédée sous la contrainte.

"Thannhauser était parfaitement conscient de la détresse de la famille Adler. S'ils n'avaient pas été persécutés par les nazis, les Adler n'auraient jamais vendu la toile à tel prix", selon les plaignants, des personnes physiques et des organisations juives américaines qui s'appuient sur une loi de 2016 qui encadre la restitution d'oeuvres d'art aux victimes de l'Holocauste.

Les décennies s'écoulent et en 1976, à la mort de Justin Thannhauser, sa collection est donnée au Guggenheim, un musée à l'architecture avant-gardiste qui trône depuis 1939 dans le quartier huppé de l'Upper East Side près de Central Park.

Pour l'établissement, la plainte "évite étonnamment de reconnaître" que le musée avait contacté un fils Adler avant de prendre possession de "La Repasseuse" dans les années 1970: il "n'a jamais exprimé la moindre réserve quant à l'œuvre et sa vente à Justin Thannhauser" en 1938.

Cela fait une dizaine d'années que les héritiers des Adler cherchent à remettre la main sur le Picasso.

En 2014, Thomas Bennigson, petit-fils d'un autre enfant du couple Adler apprend que sa grand-mère fut à un moment en possession de l'œuvre.

La plainte rappelle ainsi que les avocats de Bennigson ont longtemps correspondu avec le Guggenheim, avant d'exiger en juin 2021 la restitution du tableau.

Sans succès: le musée rétorque aujourd'hui que même s'il prend "très au sérieux" les plaintes pour restitution, il est le "propriétaire légal" de "La Repasseuse".


Trois réalisatrices du Moyen-Orient récompensées lors de la clôture du Festival du film de Sundance 2023

Le film The Persian Version de la réalisatrice irano-américaine Maryam Keshavarz. (Instagram)
Le film The Persian Version de la réalisatrice irano-américaine Maryam Keshavarz. (Instagram)
Short Url
  • The Persian Version a remporté le prix du public et le prix Waldo Salt pour le meilleur scénario dans la compétition dramatique américaine
  • Animalia, réalisé par la Marocaine Sofia Alaoui, a reçu le Prix spécial du jury pour sa vision créative

DUBAÏ: L’édition 2023 du Festival du film de Sundance, qui a été clôturée ce week-end à Park City, Utah et qui s’est tenue en présentiel pour la première fois depuis 2020, a vu trois films du Moyen-Orient remporter des prix: The Persian Version, Shayda et Animalia.  

Le film The Persian Version de la réalisatrice irano-américaine Maryam Keshavarz a remporté le Prix du public et le Prix Waldo Salt pour le meilleur scénario dans la compétition dramatique américaine.  

Il raconte l’histoire d’une grande famille irano-américaine qui se réunit pour la greffe du cœur du père lorsqu’un secret de famille entraîne la mère et la fille dans une exploration du passé.   

Ce film est l’un des trois films réalisés par des femmes iraniennes à Sundance cette année, les autres étant Joonam et Shayda.  

Shayda, de Noora Niasari, a remporté le Prix du public dans la Compétition dramatique du cinéma du monde. Le film porte sur Shayda, une mère iranienne courageuse, qui trouve refuge dans un foyer pour femmes australien avec sa fille de six ans. Cependant, lorsque son mari, dont elle est séparée, réintègre leur vie, le chemin de la liberté de Shayda est mis en péril.  

Le troisième film régional à remporter un prix à Sundance est Animalia, réalisé par la Marocaine Sofia Alaoui, qui a reçu le Prix spécial du jury pour sa vision créative. Le film relate l’histoire d’une jeune future maman qui fait face à une invasion extraterrestre avec un sentiment d’effroi qui se transforme lentement en libération. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com