Spéculations sur un boom immobilier "post-annexion" en Cisjordanie

La petite colonie de Kfar Adumim, entre Jérusalem et Jéricho, promise en 2007 au « Grand Jérusalem » (Archives. Gali TIBBON/AFP)
La petite colonie de Kfar Adumim, entre Jérusalem et Jéricho, promise en 2007 au « Grand Jérusalem » (Archives. Gali TIBBON/AFP)
Short Url
Publié le Samedi 11 juillet 2020

Spéculations sur un boom immobilier "post-annexion" en Cisjordanie

  • La perspective de la mise à exécution du plan d’annexion provoque une hausse sensible des prix de la pierre dans la partie du nord de la Cisjordanie occupée
  • Si Israël annexe des parties de la Cisjordanieles colons seront considérés par l'État hébreu comme des Israéliens à part entière

TERRITOIRES PALESTINIENS : Ariel, ses 20.500 habitants, son université et ses centres commerciaux ont été mentionnés ces dernières semaines comme pouvant faire partie d'un premier round d'annexion de l'ensemble des colonies israéliennes et de pans de la Cisjordanie par l'État hébreu dans le cadre d'un plan proposé par l'administration américaine. Selon certains observateurs, le gouvernement, qui peut en principe se prononcer depuis mercredi sur ce projet, pourrait chercher à temporiser ou commencer par annexer certaines grandes colonies, comme Ariel.

Dans son agence immobilière, Perri Ben Senior espère que le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, ira de l'avant avec le plan américain. "Cela fera grimper le prix des appartements et des terrains car il y aura plus de demandes", prédit-elle. Ailleurs en Cisjordanie, d'autres agents ont déjà constaté un changement depuis que le sujet de l'annexion monopolise les débats, à peine éclipsé ces derniers mois par la pandémie de nouveau coronavirus. Daniel Wach, dont l'agence est située dans la colonie d'Eli, à quelques kilomètres d'Ariel, dit avoir réalisé autant de transactions depuis mai que "ces dernières années". "Ces 10 derniers jours, nous avons vendu six logements dans la colonie d'Alfei Menashe", raconte-t-il. "Ces maisons étaient sur le marché depuis des mois, j'ai donc demandé à nos clients pourquoi ils s'étaient soudainement décidés à acheter. Ils m'ont répondu que c'était par crainte d'une hausse des prix en cas d'annexion", ajoute-t-il.

"Un endroit normal"

Si Israël annexe des parties de la Cisjordanie -territoire palestinien qu'il occupe depuis 1967-, les colons seront considérés par l'État hébreu comme des Israéliens à part entière et seront soumis à la loi civile israélienne et non plus militaire comme c'est le cas actuellement. "La Judée-Samarie (nom que les autorités israéliennes donnent à la Cisjordanie, NDLR) va devenir un endroit normal", se réjouit M. Wach. Et nombreux sont ceux qui estiment qu'Israël, une fois ces terres annexées, ne pourra plus les transférer aux Palestiniens en cas de création d'un État à eux, comme prévu par les accords d'Oslo signés en 1993. Aujourd'hui, "les gens ont peur d'acheter dans les Territoires (palestiniens) parce qu'ils se disent: « Et si demain on rend les Territoires (aux Palestiniens), qui va nous rembourser? Qu'est-ce qui va advenir de cette maison que j'ai achetée ? », explique Perri Ben Senior. Depuis les accords d'Oslo, la population des colonies israéliennes - illégales selon le droit international - a plus que triplé pour dépasser aujourd'hui les 450.000 personnes. Outre les colons qui habitent en Cisjordanie pour des raisons idéologiques et religieuses, de nombreux Israéliens ont été attirés par les prix de l'immobilier, beaucoup plus bas qu'en Israël où ils ont flambé ces dernières années.

Opportunité

A 12 km d'Alfei Menashe, de l'autre côté de la "Ligne verte" qui sépare d'Israël la Cisjordanie, se trouve la ville de Kfar Saba, où il faut débourser environ 4,5 millions de shekels (1,1 million d'euros) pour une maison de sept pièces sur un terrain de 200 m2, explique M. Wach. A Alfei Menashe, un bien similaire coûte environ 2,2 millions de shekels (566.000 euros), soit moitié moins cher. "Immédiatement après l'annexion, les prix de l'immobilier bondiront de 10 à 15% dans les colonies. Et dans cinq à sept ans, ils auront augmenté de 30%, pas moins", assure M. Wach. Zeev Epstein, promoteur qui a enregistré un nombre record de ventes le mois dernier, partage le même optimisme. La décision d'annexer "fera une grande différence", dit celui dont l'entreprise Harei Zahav ("Montagnes dorées" en hébreu) travaille exclusivement dans les implantations israéliennes. "Le marché va devenir encore plus important, il faut qu'on se prépare à travailler dur pour saisir cette opportunité", dit-il. En attendant que le gouvernement décide ou non d'aller de l'avant vers une annexion, M. Wach s'y voit déjà : "Quand Israël décidera que cet endroit est à nous, la réaction générale sera: « Ah! Enfin !"


Cisjordanie: trois Palestiniens tués dans un raid israélien

Des Palestiniennes musulmanes crient des slogans après que les forces de sécurité israéliennes ont refusé les visiteurs à l'entrée de l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa, le troisième site le plus sacré de l'Islam, le 27 septembre 2022 pendant les vacances de Roch Hachana, le nouvel an juif. (AFP)
Des Palestiniennes musulmanes crient des slogans après que les forces de sécurité israéliennes ont refusé les visiteurs à l'entrée de l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa, le troisième site le plus sacré de l'Islam, le 27 septembre 2022 pendant les vacances de Roch Hachana, le nouvel an juif. (AFP)
Short Url
  • Une source du gouvernorat de Jénine a déclaré qu'il s'agissait d'Abed Hazem, frère de Raad Hazem qui est accusé d'avoir commis un attentat meurtrier à Tel-Aviv en avril dernier
  • L'armée israélienne a confirmé dans un tweet que des troupes «opéraient à Jénine»

RAMALLAH: Trois Palestiniens ont été tués mercredi par les forces israéliennes mercredi lors d'un raid à Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée, a affirmé le ministère palestinien de la Santé.

Une source du gouvernorat de Jénine a déclaré à l'AFP que parmi les hommes tués figure Abed Hazem, frère de Raad Hazem qui est accusé de l'assassinat de trois Israéliens lors d'une fusillade à Tel-Aviv le 7 avril. L'armée israélienne a affirmé de son côté que ses troupes ont abattu "deux suspects impliqués dans un certain nombre d'attaques récentes".


Le ministre saoudien des Affaires étrangères présente ses condoléances pour le décès de Shinzo Abe

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faysal ben Farhane, se rend au Japon pour assister aux funérailles nationales de Shinzo Abe, qui ont eu lieu ce matin. (Twitter: @KSAMOFA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faysal ben Farhane, se rend au Japon pour assister aux funérailles nationales de Shinzo Abe, qui ont eu lieu ce matin. (Twitter: @KSAMOFA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faysal ben Farhane, se rend au Japon pour assister aux funérailles nationales de Shinzo Abe, qui ont eu lieu ce matin. (Twitter: @KSAMOFA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faysal ben Farhane, se rend au Japon pour assister aux funérailles nationales de Shinzo Abe, qui ont eu lieu ce matin. (Twitter: @KSAMOFA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faysal ben Farhane, se rend au Japon pour assister aux funérailles nationales de Shinzo Abe, qui ont eu lieu ce matin. (Twitter: @KSAMOFA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faysal ben Farhane, se rend au Japon pour assister aux funérailles nationales de Shinzo Abe, qui ont eu lieu ce matin. (Twitter: @KSAMOFA)
Short Url
  • Les deux parties se sont par ailleurs entretenues au sujet de la situation en Ukraine et du marché international du pétrole
  • Le ministre des Affaires étrangères saoudien a exprimé sa volonté de «poursuivre avec détermination l'héritage diplomatique légué par l'ancien Premier ministre Abe

DUBAÏ: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faysal ben Farhane al-Saoud, a présenté ses condoléances pour le décès de l'ancien Premier ministre Shinzo Abe Shinzo lors d'une rencontre avec le ministre japonais des Affaires étrangères, Hayashi Yoshimasa, mardi.

Le prince Faysal s'est rendu au Japon pour assister aux funérailles officielles du Premier ministre japonais. Les cérémonies se sont tenues en début de journée. De son côté, M. Yoshimasa a salué la participation de l'Arabie saoudite à la cérémonie.

Il a en outre exprimé sa volonté de «poursuivre avec détermination l'héritage diplomatique légué par l'ancien Premier ministre Abe et de renforcer le partenariat stratégique entre les deux pays, en l'occurrence le Japon et l'Arabie saoudite», selon une déclaration du ministère japonais des Affaires étrangères.

Son homologue saoudien a réitéré pour sa part sa volonté de renforcer la coopération bilatérale entre les deux pays.

Les deux parties se sont par ailleurs entretenues au sujet de la situation en Ukraine et du marché international du pétrole. M. Yoshimasa a remercié le prince Faysal pour l'approvisionnement en pétrole provenant d'Arabie saoudite.

Le ministre saoudien a rappelé que le Royaume s'engage à fournir le pétrole au Japon de façon continue.

Les deux ministres sont également convenus de favoriser la coopération entre leurs pays afin de réaliser la neutralité carbone par le biais de l'utilisation de l’énergie non polluante qu'ils comptent promouvoir.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru dans Arab News Japan


Les raisons du départ de la Fnac du Maroc

Le magasin a annoncé un déstockage et des promotions alléchantes de 70% (Photo Twitter).
Le magasin a annoncé un déstockage et des promotions alléchantes de 70% (Photo Twitter).
Short Url
  • Comment l’une des plus grandes enseignes du monde de la distribution de livres et de matériel multimédia a-t-elle décidé, après onze ans de présence au Maroc, de baisser le rideau?
  • «Ce n’est pas le piratage qui a nui aux activités de la Fnac au Maroc, mais plutôt leur erreur de casting managérial et leur faible connaissance du marché marocain»

CASABLANCA: Au Morocco Mall de Casablanca, l’un des plus grands centres commerciaux du continent africain, les gens se pressent. Accroupis dans le magasin Fnac, l’un des plus importants de la région, ils sont à l’affût d’une bonne affaire. Le magasin a annoncé un déstockage et des promotions alléchantes de 70%. Une opération qui a fait le bonheur de certains amateurs de jeux vidéo, peu aisés, qui ne pouvaient s’offrir des produits Fnac jugés onéreux. Les quelques employés restés sur place, après la fermeture totale, ne cachent pas leur désarroi. Ce sentiment est partagé par des clients fidèles rencontrés sur place.

Comment l’une des plus grandes enseignes du monde de la distribution de livres et de matériel multimédia a-t-elle décidé, après onze ans de présence au Maroc, de baisser le rideau, alors qu’elle avait annoncé à l’époque, en grande pompe, un ambitieux plan de développement sur le marché marocain? Aujourd’hui, seuls trois magasins sont sortis de terre au Maroc, un à Tanger et deux à Casablanca – l’un occupe deux étages au Morocco Mall et l’autre se situe dans le quartier très fréquenté du Maârif, près du Twin Center. Ces trois sites sont aujourd’hui définitivement fermés. En revanche, son principal concurrent, Virgin Megastore, a su se démarquer en ouvrant dix magasins dans les plus grandes artères et les plus importants centres commerciaux du pays.

Pour le groupe Aksal, partenaire de Fnac au Maroc, ce choix répond à des réorientations stratégiques qui visent à se positionner davantage sur le digital. Un argument qui ne convainc pas Nabil Jebbari, entrepreneur culturel et expert en économie de la culture. «Je ne pense pas que le départ de la Fnac du Maroc soit dû à une réorientation vers le digital. Les présences physique et digitale peuvent bel et bien coexister sur le marché marocain.

Plusieurs facteurs ont poussé le groupe français à plier bagage. Ils avaient un problème au niveau du modèle de développement, de l’investissement en foncier et son amortissement. Surtout, il y avait un problème au niveau du casting. Les managers de l’enseigne n’ont pas pu répondre aux attentes des consommateurs locaux. Pourtant, ils ont eu onze ans pour le faire. Virgin Megastore l’a fait et le résultat est tangible aujourd’hui», déclare Nabil Jebbari à Arab News en français.