Allemagne: une ex-diplomate birmane en dissidence avec la junte

Dawei Watch, le 5 avril 2021, montre des manifestants tenant des drapeaux et une affiche demandant la libération de la dirigeante civile birmane Aung San Suu Kyi, détenue, lors d'une manifestation contre le coup d'État militaire dans le township de Launglone, dans le district de Dawei, au Myanmar. (Handout / DAWEI WATCH / AFP)
Dawei Watch, le 5 avril 2021, montre des manifestants tenant des drapeaux et une affiche demandant la libération de la dirigeante civile birmane Aung San Suu Kyi, détenue, lors d'une manifestation contre le coup d'État militaire dans le township de Launglone, dans le district de Dawei, au Myanmar. (Handout / DAWEI WATCH / AFP)
Short Url
Publié le Samedi 10 avril 2021

Allemagne: une ex-diplomate birmane en dissidence avec la junte

  • L'ex-diplomate au grade de troisième secrétaire de l'ambassade a décidé début mars de refuser de servir les putschistes pour marquer son soutien aux manifestants pro-démocratie de son pays
  • Elle et deux autres diplomates de la représentation birmane à Berlin, qui en compte sept au total, postent alors le 4 mars sur Facebook un message de soutien aux manifestants en affichant leur volonté de rentrer en dissidence

BERLIN : Jusqu'à récemment, l'une des tâches de Chaw Kalyar à l'ambassade birmane de Berlin consistait à aider ses compatriotes déchus de leur nationalité par l'ancien gouvernement militaire. Maintenant, elle est elle-même concernée.

Avec deux autres collègues entrés également en dissidence, l'ex-diplomate au grade de troisième secrétaire de l'ambassade a décidé début mars de refuser de servir les putschistes pour marquer son soutien aux manifestants pro-démocratie de son pays.

Ces derniers s'opposent en masse au coup d'Etat militaire qui a renversé la dirigeante civile Aung San Suu Kyi le 1er février mais subissent une répression sanglante qui a déjà fait plus de 600 morts parmi les civils, selon l'Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP).

"Début février, j'étais désespérée par le coup d'Etat alors que depuis 2015 (et le retour vers une transition démocratique), la Birmanie était sur la bonne bonne voie. L'histoire se répétait", explique à l'AFP Mme Kalyar, 49 ans.

"J'ai alors décidé d'agir. Nous devons contribuer à ce mouvement de protestation pour renverser ce coup d'Etat", estime celle qui avait déjà participé en 1988 aux imposantes manifestations pacifiques contre le régime militaire.

"Je n'avais que 16 ans à l'époque et beaucoup de mes amis ont été tués lors de la répression. J'ai gardé tout au long de ma vie ces sentiments forts", se remémore-t-elle alors que la contestation à l'époque s’était terminée dans le sang avec un tour de vis de la junte militaire.

Libération de parole 

Face aux événements récents, elle ne voulait pas non plus rester inactive à Berlin.

"En tant que seule ambassade avec des attachés militaires en Europe, nous sentions leur influence grandir: maintenant, ils viennent à l'ambassade plus fréquemment et fournissent des notes de propagande sur la situation en Birmanie", estime Mme Kalyar.

Le déclic pour elle fut la prise de parole spectaculaire fin février de l'ambassadeur birman aux Nations unies à New York, Kyaw Moe Tun. Il avait appelé avec émotion lors d'une session spéciale de l'Assemblée générale consacrée à la Birmanie à "mettre fin au coup d'Etat militaire". 

Il avait immédiatement été démis de ses fonctions par la junte militaire.

"J'ai été très touchée par son courage. C'est un modèle et alors nous nous sommes dit que nous pouvions faire de même", raconte l'ex-secrétaire d'ambassade.

Elle et deux autres diplomates de la représentation birmane à Berlin, qui en compte sept au total, postent alors le 4 mars sur Facebook un message de soutien aux manifestants en affichant leur volonté de rentrer en dissidence.

Renvoi 

Moins d'une semaine plus tard, les trois reçoivent une lettre de renvoi accompagnée d'une note précisant que leur passeport birman leur était retiré.

"Quand nous avons posté notre message, nous savions quelles seraient les conséquences", déclare Chaw Kalyar.

"Désormais, nous ne pouvons pas rentrer chez nous ou sortir d'Allemagne. Nous devons rester ici mais ce n'est rien par rapport aux gens en Birmanie dont la vie est en jeu à chaque instant", relativise-t-elle.

Pour le moment, Berlin, qui a exprimé son opposition au coup d'Etat militaire, étudie leur cas. "De l'avis du gouvernement fédéral, le statut diplomatique du personnel de l'ambassade concerné n'a pas encore expiré", a expliqué à l'AFP un porte-parole du ministère des Affaires étrangères allemand.

Selon Mme Kalyar, plus d'une vingtaine de diplomates à travers le monde, notamment à Paris, Genève et Washington, ont également rejoint le mouvement de désobéissance civile (CDM) en refusant de cautionner la prise de pouvoir par les militaires.

Elle juge par ailleurs "pas approprié et inacceptable" que des diplomates proches de la junte se soient emparés mercredi soir de l'ambassade birmane de Londres, refusant son accès à l'ambassadeur Kyaw Zwar Minn, soutien du gouvernement civil d'Aung San Suu Kyi. 

Cependant, elle estime peu probable qu'une telle situation se reproduise à l'ambassade birmane à Berlin, l'une des plus importante d'Europe, en raison de "la proximité" de l'ambassadrice actuelle avec les militaires.


Mexique: une deuxième journaliste assassinée à Tijuana en une semaine

Des journalistes couvrent la scène du crime où la journaliste Lourdes Maldonado a été assassinée à Santa Fe, dans la périphérie de Tijuana, en Basse-Californie, au Mexique, le 23 janvier 2022. (Guillermo Arias/AFP)
Des journalistes couvrent la scène du crime où la journaliste Lourdes Maldonado a été assassinée à Santa Fe, dans la périphérie de Tijuana, en Basse-Californie, au Mexique, le 23 janvier 2022. (Guillermo Arias/AFP)
Short Url
  • Lourdes Maldonado Lopez a été tuée par «arme à feu alors qu'elle se trouvait à bord d'un véhicule»
  • Elle avait demandé il y a deux ou trois ans au président de la République, Andres Manuel Lopez Obrador, «appui, aide et justice parce qu'on a peur pour ma vie»

TIJUANA, Mexique Une journaliste, qui avait publiquement déclaré qu'elle craignait pour sa vie il y a déjà quelques années, a été assassinée dimanche à Tijuana, deuxième meurtre d'un professionnel des médias en une semaine dans cette ville du nord-ouest du Mexique, à la frontière des États-Unis.

Lourdes Maldonado Lopez a été tuée par «arme à feu alors qu'elle se trouvait à bord d'un véhicule», a indiqué le parquet général de l'Etat de Basse-Californie dans un communiqué.  Elle «travaillait comme journaliste», a ajouté le parquet en annonçant l'ouverture d'une enquête.

Des coups de feu ont été entendus vers 18h20 (02h20 GMT) dans un quartier de Tijuana, a rapporté le journal Zeta Tijuana.

Un autre journaliste, le photoreporter Margarito Martinez, avait été tué lundi dernier à Tijuana. Il collaborait avec Zeta, le quotidien Jornada et des journalistes étrangers en reportage à Tijuana. Le parquet a déclaré qu'il n'écartait aucune piste.

La journaliste assassinée dimanche avait travaillé pour Primer Sistema de Noticias (PSN) de Jaime Bonilla, gouverneur de l'Etat de Basse-Californie de 2019 à fin 2021, au sein d'une coalition soutenant le parti présidentiel Morena.

La victime avait gagné il y a quelques jours un procès contre PSN, qu'elle poursuivait depuis neuf ans pour licenciement abusif, avait rapporté la presse mexicaine.

Elle avait demandé il y a deux ou trois ans au président de la République, Andres Manuel Lopez Obrador, «appui, aide et justice parce qu'on a peur pour ma vie», selon une vidéo republiée sur les réseaux sociaux à l'annonce de son assassinat.

«Je suis en procès depuis six ans avec lui», ajoutait-elle au sujet du gouverneur Bonilla, en interpellant le chef de l'Etat lors de l'une de ses conférences de presse.

Le président l'avait renvoyée vers son «coordinateur de communication sociale» (porte-parole) pour «qu'il t'aide et t'appuie, pour que l'on demande justice, pour qu'il n'y ait pas d'abus de pouvoir».

La déléguée de l'ONG Reporters sans frontière (RSF) au Mexique, Balbina Flores, a déclaré à l'AFP qu'il restait à confirmer si Mme Maldonado disposait d'une protection officielle.

La représentante de RSF a demandé aux autorités d'enquêter de manière exhaustive et transparente. La plupart des assassinats de journalistes restent non élucidés.

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) s'est déclaré «choqué» par ce dernier assassinat, en demandant également aux autorités «d'enquêter de manière exhaustive et transparente».

Au moins sept journalistes ont été tués en 2021 au Mexique, d'après un décompte de l'AFP, qui tente à chaque fois d'établir si la victime était bien encore en activité, et si elle a été tuée à cause de son travail journalistique.

C'est le cas dans l'Etat du Veracruz (sud-est), où un homme présenté comme un journaliste, José Luis Gamboa, a été retrouvé mort poignardé le 10 janvier, ont indiqué lundi plusieurs sources.

Reporters sans frontière et la Commission d'Etat pour la protection des journalistes ont demandé aux enquêteurs de prendre en compte son statut de journaliste.

«Gamboa avait dénoncé et critiqué fortement les autorités locales pour leur relation avec le crime organisé», d'après RSF.

Sur son compte suivi par 1.070 abonnés, la victime se présentait comme le «directeur général» de trois publications en ligne. Dans l'un de ses derniers articles publiés fin décembre - en fait un long éditorial -, José Luis Gamboa dénonçait des acteurs politiques «liés au crime organisé».

Le Mexique est considéré comme l'un des pays les plus dangereux au monde pour les journalistes, exposés aux représailles des cartels de narcotrafiquants à l'oeuvre dans plusieurs des 32 Etats du pays.

Une centaine de journalistes ont été tués depuis 2000, d'après des chiffres de la Commission des droits de l'homme.


Ukraine: l'Otan renforce la défense en Europe de l'Est

Les partenaires de l'OTAN mènent des manœuvres et des exercices, le 20 décembre 2021. A quelques milles nautiques de là, un navire russe les observe sans intervenir, à bonne distance mais sans aucune discrétion. (Didier Lauras/AFP)
Les partenaires de l'OTAN mènent des manœuvres et des exercices, le 20 décembre 2021. A quelques milles nautiques de là, un navire russe les observe sans intervenir, à bonne distance mais sans aucune discrétion. (Didier Lauras/AFP)
Short Url
  • «Ces unités, dirigées respectivement par le Royaume-Uni, le Canada, l'Allemagne et les États-Unis, sont multinationales et prêtes au combat», assure l'Alliance
  • «Leur présence indique clairement qu'une attaque contre un Allié sera considérée comme une attaque contre toute l'Alliance», avertit l'Otan

BRUXELLES, Belgique : Les pays de l'Otan ont placé des forces en attente et envoyé des navires et des avions de combat pour renforcer leur défense en Europe de l'Est face aux activités militaires de la Russie aux frontières de l'Ukraine, a annoncé lundi l'Alliance dans un communiqué.

«L'OTAN continuera de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger et défendre tous les Alliés, y compris en renforçant la partie orientale de l'Alliance. Nous répondrons toujours à toute détérioration de notre environnement de sécurité, notamment en renforçant notre défense collective», a expliqué le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.

«Le Danemark envoie une frégate dans la mer Baltique et s'apprête à déployer quatre avions de chasse F-16 en Lituanie pour soutenir la mission de police aérienne de longue date de l'Otan dans la région», indique le communiqué.

«L'Espagne envoie des navires rejoindre les forces navales de l'Otan et envisage d'envoyer des avions de combat en Bulgarie», ajoute le communiqué.

«La France s'est déclarée prête à envoyer des troupes en Roumanie sous le commandement de l'Otan. Les Pays-Bas envoient deux avions de chasse F-35 en Bulgarie à partir d'avril pour soutenir les activités de police aérienne de l'Otan dans la région, et mettent un navire et des unités terrestres en attente pour la Force de réaction de l'Otan», détaille le communiqué.

«Les États-Unis ont également clairement indiqué qu'ils envisageaient d'accroître leur présence militaire dans la partie orientale de l'Alliance», précise l'Otan.

«Depuis l'annexion illégale de la Crimée par la Russie en 2014, l'Otan a renforcé sa présence dans la partie orientale de l'alliance, notamment avec quatre groupements tactiques multinationaux en Estonie, en Lettonie, en Lituanie et en Pologne», rappelle l'Otan.

«Ces unités, dirigées respectivement par le Royaume-Uni, le Canada, l'Allemagne et les États-Unis, sont multinationales et prêtes au combat», assure l'Alliance.

«Leur présence indique clairement qu'une attaque contre un Allié sera considérée comme une attaque contre toute l'Alliance», avertit l'Otan.  Il n'y avait pas de forces de l'Otan dans la partie orientale de l'Alliance avant 2014, rappelle le communiqué.


Ukraine: Hidalgo déplore que l'UE soit «trop passive»

Affiches de campagne représentant la candidate pour l'élection présidentielle française de 2022 élection présidentielle Anne Hidalgo (à droite) à Toulouse, dans le sud de la France, le 22 janvier 2022. (Lionel Bonaventure/AFP)
Affiches de campagne représentant la candidate pour l'élection présidentielle française de 2022 élection présidentielle Anne Hidalgo (à droite) à Toulouse, dans le sud de la France, le 22 janvier 2022. (Lionel Bonaventure/AFP)
Short Url
  • Plaidant pour «maintenir» la présence de la France au sein de l'Otan, Anne Hidalgo a souligné la nécessité d'y «renforcer» sa position ainsi que celle de l'Europe
  • «Ce qui se passe en Ukraine, cette discussion qui a lieu sans les Européens, n'est pas acceptable», a-t-elle ajouté

PARIS : Il n'est «pas acceptable» de voir les négociations entre États-Unis et Russie sur l'Ukraine se tenir jusque-là «sans les Européens», a estimé lundi la candidate PS à la présidentielle Anne Hidalgo, déplorant que l'Union européenne soit «trop passive».

Lundi s'ouvre à Bruxelles une concertation entre Américains et Européens jusque-là tenus à l'écart des négociations russo-américaines, alors que le département d'Etat américain a ordonné dimanche soir l'évacuation des familles de ses diplomates en poste à Kiev et a déconseillé les voyages en Russie.

L'Union européenne n'est dans ce dossier «aujourd'hui pas suffisamment affirmée» et «est encore trop faible dans la parole qu'elle porte», alors même qu'«on est en train de parler à la fois des frontières de l'Europe et de l'identité européenne», a estimé Anne Hidalgo sur RTL.

«Il faut reconnaître nos alliés, les États-Unis, et il faut, sans humilier (Vladimir) Poutine, avoir cette discussion avec lui, mais peser très fortement», car «ce qui se passe en Ukraine, cette discussion qui a lieu sans les Européens, n'est pas acceptable», a-t-elle ajouté.

L'UE, qui «est bien sûr trop passive», «doit soutenir ces peuples dans cet ancien bloc de l'Est» et «reconnaître leur aspiration à vouloir regarder du côté de l'Europe», a-t-elle poursuivi.

Plaidant pour «maintenir» la présence de la France au sein de l'Otan, elle a souligné la nécessité d'y «renforcer» sa position ainsi que celle de l'Europe, «parce que face à ces personnalités qui, avec beaucoup d'agressivité type Poutine ou encore Erdogan sur la Turquie, viennent flirter avec les règles du droit international, il faut être forts: on ne peut pas se contenter simplement d'être ceux qui regardons ce qui se passe par-dessus nos têtes».

Après des discussions la semaine passée sur la situation en Ukraine, Russes et Américains sont convenus d'un nouveau rendez-vous, et le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken s'est engagé à «coucher des idées sur le papier» en réponse aux demandes de Moscou (non-élargissement de l'Otan à l'Ukraine et à la Géorgie et retrait des forces et des armements de l'Alliance atlantique des pays d'Europe de l'Est ayant rejoint l'Otan après 1997, notamment de Roumanie et Bulgarie), demandes jugées inacceptables par les Occidentaux).