La course à la succession de Merkel s'accélère en Allemagne

La chancelière allemande Angela Merkel, portant un masque facial, arrive en voiture pour des discussions du parti conservateur de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) et de son affilié bavarois, l'Union chrétienne-sociale (CSU), au bâtiment du Reichstag à Berlin, le 11 avril 2021, en vue des élections générales de septembre.  (Tobias SCHWARZ / AFP)
La chancelière allemande Angela Merkel, portant un masque facial, arrive en voiture pour des discussions du parti conservateur de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) et de son affilié bavarois, l'Union chrétienne-sociale (CSU), au bâtiment du Reichstag à Berlin, le 11 avril 2021, en vue des élections générales de septembre. (Tobias SCHWARZ / AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 11 avril 2021

La course à la succession de Merkel s'accélère en Allemagne

  • La question est sur toutes les lèvres : qui d'Armin Laschet, dirigeant de l'Union chrétienne-démocrate (CDU), ou de Markus Söder, patron du parti allié bavarois CSU, mènera la campagne dans l'espoir d'accéder à la chancellerie?
  • L'urgence de désigner un candidat s'avère d'autant plus grande pour la CDU que les sociaux-démocrates (SPD) ont réglé la question depuis plusieurs mois, en choisissant l'actuel ministre des Finances, Olaf Scholz

BERLIN : Le duel est désormais officiel dans la course à la succession d'Angela Merkel : le Bavarois Markus Söder et le chef du parti CDU Armin Laschet vont se disputer l'investiture des conservateurs pour les législatives, dans une compétition qui devrait être tranchée rapidement. 

"Si la CDU était prête à me soutenir, je serai prêt. Si la CDU ne le veut pas, le travail commun se poursuivra sans ressentiment", a déclaré, selon des sources parlementaires, le chef du Land de Bavière lors d'une réunion à huis-clos des cadres du groupe CDU/CSU. 

M. Laschet, dirigeant de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) a également, comme attendu, affirmé être candidat à l'investiture. 

Alors que les conservateurs ont promis de trancher la question "entre Pâques et la Pentecôte" (le 24 mai), le calendrier pourrait s'accélérer. 

"Nous avons tous intérêt à une décision rapide", avait insisté face à la presse le chef du puissant groupe des conservateurs CDU/CSU à la chambre des députés, Ralph Brinkhaus, juste avant le début dimanche de cette réunion stratégique. 

A ses côtés, le vice-président du groupe, Alexander Dobrindt, a dit s'attendre à ce que les partis tranchent "sous deux semaines". 

Dans une interview au journal Bild, M. Laschet a également appelé à une décision rapide étant donné "l'humeur qui règne au sein de la CDU". 

Objectif ? Sortir au plus vite le parti de l'ornière. Car la fin de règne d'Angela Merkel, après 16 ans de pouvoir, tourne au calvaire pour le mouvement, au point de mettre en danger leur victoire aux législatives, qui paraissait assurée il y a encore quelques mois. 

Gestion erratique de la pandémie, revers dans deux scrutins régionaux récents, la CDU et l'Union chrétienne-sociale (CSU) sont aussi éclaboussées par un scandale de malversations financières autour de l'achat de masques médicaux.   

Fébrilité 

La fébrilité est aussi à son comble au vu des derniers sondages : l'Union CDU-CSU ne recueille actuellement que 26% à 28,5% des intentions de vote pour les législatives du 26 septembre. Près de dix points de moins qu'en février, et une chute abyssale depuis l'an dernier quand elle avait grimpé à 40%. 

Désormais le camp conservateur est talonné par les Verts, qui rêvent de ravir la chancellerie. 

La réunion dimanche est surtout une "sorte d'examen des candidatures", juge le quotidien Süddeutsche Zeitung, au cours de laquelle les deux candidats donnent leur vision de l'avenir. 

Le bouillonnant quinquagénaire Markus Söder, qui dirige la CSU, a pour lui les sondages. Selon la chaîne publique ARD, 54% des électeurs estiment que c'est un bon candidat. Pour le sexagénaire Armin Laschet, le part d'opinions favorables n'est qu'à 16%.  

Mais généralement c'est à la CDU que revient de présenter un candidat. La CSU, formation régionale, n'a représenté qu'à deux reprises le camp conservateur tout entier aux élections, avec deux échecs à la clé. 

Equilibre 

Armin Laschet, élu seulement depuis janvier à la tête de la CDU, accumule de son côté les déboires. Sa récente proposition d'un verrouillage strict mais bref pour juguler la troisième vague de contaminations a suscité critiques voire ricanements.  

Le dirigeant régional de Rhénanie du Nord-Westphalie s'était en effet jusqu'à présent fait le chantre des assouplissements, au point d'entrer en conflit avec Angela Merkel. 

Pour l'élu, longtemps perçu comme l'héritier politique d'Angela Merkel, toute la difficulté est d'incarner à la fois continuité et renouvellement. 

Dans une interview au quotidien Bild dimanche, il s'est de nouveau essayé à cet équilibre, rappelant avoir été "depuis des années d'accord avec la chancelière sur les questions fondamentales de la politique", notamment celle de l'accueil des réfugiés qui avait divisé le parti en 2015. 

Mais il a aussi appelé de ses voeux "un temps nouveau", souhaitant accélérer la transition numérique, écologique et combattre la bureaucratie. 

"Un candidat CDU-CSU n'aura pas de succès sans le soutien d'Angela Merkel", fait remarquer Markus Söder. Dans un plaidoyer se voulant pro domo, il a appelé son camp à être "à la fois solide et sexy". 

L'urgence de désigner un candidat s'avère d'autant plus grande pour la CDU que les sociaux-démocrates (SPD) ont réglé la question depuis plusieurs mois, en choisissant l'actuel ministre des Finances, Olaf Scholz. Les Verts trancheront le 19 avril. 


Allemagne: des blessés par arme à feu dans une université, l'assaillant décédé

"Un individu a blessé plusieurs personnes dans un amphithéâtre avec une arme longue", a expliqué la police de Mannheim dans un communiqué. (AFP).
"Un individu a blessé plusieurs personnes dans un amphithéâtre avec une arme longue", a expliqué la police de Mannheim dans un communiqué. (AFP).
Short Url
  • Ce site universitaire, sur la rive nord du fleuve Neckar, accueille notamment des facultés de sciences naturelles
  • Selon les informations de la chaîne publique Südwestrundfunk (SWR), l'université a demandé par mail à ses étudiants de ne pas se rendre sur le campus du quartier de Neuenheimer Feld pour le moment

BERLIN: Plusieurs personnes ont été blessées lundi dans une attaque perpétrée par un homme muni d'une "arme longue" dans un amphithéâtre de l'université de Heidelberg, dans le sud-ouest de l'Allemagne, a annoncé la police locale, ajoutant que l'assaillant était décédé.


"Un individu a blessé plusieurs personnes dans un amphithéâtre avec une arme longue", a expliqué la police de Mannheim dans un communiqué.


"L'auteur lui-même est mort", a-t-elle ajouté, sans préciser s'il avait ou non été abattu par les forces de l'ordre arrivées en nombre sur place.


Selon les informations de la chaîne publique Südwestrundfunk (SWR), l'université a demandé par mail à ses étudiants de ne pas se rendre sur le campus du quartier de Neuenheimer Feld pour le moment. Il n'y aurait cependant "plus de menace imminente", selon SWR.


Ce site universitaire, sur la rive nord du fleuve Neckar, accueille notamment des facultés de sciences naturelles, des départements du centre hospitalier universitaire et le jardin botanique.


La législation allemande sur la détention d'armes à feu a été renforcée après deux attaques perpétrées dans des écoles dans la ville d'Erfurt, dans l'est du pays, en avril 2002, et dans la ville de Winnenden, dans le sud-ouest, en mars 2009. 


Mexique: une deuxième journaliste assassinée à Tijuana en une semaine

Des journalistes couvrent la scène du crime où la journaliste Lourdes Maldonado a été assassinée à Santa Fe, dans la périphérie de Tijuana, en Basse-Californie, au Mexique, le 23 janvier 2022. (Guillermo Arias/AFP)
Des journalistes couvrent la scène du crime où la journaliste Lourdes Maldonado a été assassinée à Santa Fe, dans la périphérie de Tijuana, en Basse-Californie, au Mexique, le 23 janvier 2022. (Guillermo Arias/AFP)
Short Url
  • Lourdes Maldonado Lopez a été tuée par «arme à feu alors qu'elle se trouvait à bord d'un véhicule»
  • Elle avait demandé il y a deux ou trois ans au président de la République, Andres Manuel Lopez Obrador, «appui, aide et justice parce qu'on a peur pour ma vie»

TIJUANA, Mexique Une journaliste, qui avait publiquement déclaré qu'elle craignait pour sa vie il y a déjà quelques années, a été assassinée dimanche à Tijuana, deuxième meurtre d'un professionnel des médias en une semaine dans cette ville du nord-ouest du Mexique, à la frontière des États-Unis.

Lourdes Maldonado Lopez a été tuée par «arme à feu alors qu'elle se trouvait à bord d'un véhicule», a indiqué le parquet général de l'Etat de Basse-Californie dans un communiqué.  Elle «travaillait comme journaliste», a ajouté le parquet en annonçant l'ouverture d'une enquête.

Des coups de feu ont été entendus vers 18h20 (02h20 GMT) dans un quartier de Tijuana, a rapporté le journal Zeta Tijuana.

Un autre journaliste, le photoreporter Margarito Martinez, avait été tué lundi dernier à Tijuana. Il collaborait avec Zeta, le quotidien Jornada et des journalistes étrangers en reportage à Tijuana. Le parquet a déclaré qu'il n'écartait aucune piste.

La journaliste assassinée dimanche avait travaillé pour Primer Sistema de Noticias (PSN) de Jaime Bonilla, gouverneur de l'Etat de Basse-Californie de 2019 à fin 2021, au sein d'une coalition soutenant le parti présidentiel Morena.

La victime avait gagné il y a quelques jours un procès contre PSN, qu'elle poursuivait depuis neuf ans pour licenciement abusif, avait rapporté la presse mexicaine.

Elle avait demandé il y a deux ou trois ans au président de la République, Andres Manuel Lopez Obrador, «appui, aide et justice parce qu'on a peur pour ma vie», selon une vidéo republiée sur les réseaux sociaux à l'annonce de son assassinat.

«Je suis en procès depuis six ans avec lui», ajoutait-elle au sujet du gouverneur Bonilla, en interpellant le chef de l'Etat lors de l'une de ses conférences de presse.

Le président l'avait renvoyée vers son «coordinateur de communication sociale» (porte-parole) pour «qu'il t'aide et t'appuie, pour que l'on demande justice, pour qu'il n'y ait pas d'abus de pouvoir».

La déléguée de l'ONG Reporters sans frontière (RSF) au Mexique, Balbina Flores, a déclaré à l'AFP qu'il restait à confirmer si Mme Maldonado disposait d'une protection officielle.

La représentante de RSF a demandé aux autorités d'enquêter de manière exhaustive et transparente. La plupart des assassinats de journalistes restent non élucidés.

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) s'est déclaré «choqué» par ce dernier assassinat, en demandant également aux autorités «d'enquêter de manière exhaustive et transparente».

Au moins sept journalistes ont été tués en 2021 au Mexique, d'après un décompte de l'AFP, qui tente à chaque fois d'établir si la victime était bien encore en activité, et si elle a été tuée à cause de son travail journalistique.

C'est le cas dans l'Etat du Veracruz (sud-est), où un homme présenté comme un journaliste, José Luis Gamboa, a été retrouvé mort poignardé le 10 janvier, ont indiqué lundi plusieurs sources.

Reporters sans frontière et la Commission d'Etat pour la protection des journalistes ont demandé aux enquêteurs de prendre en compte son statut de journaliste.

«Gamboa avait dénoncé et critiqué fortement les autorités locales pour leur relation avec le crime organisé», d'après RSF.

Sur son compte suivi par 1.070 abonnés, la victime se présentait comme le «directeur général» de trois publications en ligne. Dans l'un de ses derniers articles publiés fin décembre - en fait un long éditorial -, José Luis Gamboa dénonçait des acteurs politiques «liés au crime organisé».

Le Mexique est considéré comme l'un des pays les plus dangereux au monde pour les journalistes, exposés aux représailles des cartels de narcotrafiquants à l'oeuvre dans plusieurs des 32 Etats du pays.

Une centaine de journalistes ont été tués depuis 2000, d'après des chiffres de la Commission des droits de l'homme.


Ukraine: l'Otan renforce la défense en Europe de l'Est

Les partenaires de l'OTAN mènent des manœuvres et des exercices, le 20 décembre 2021. A quelques milles nautiques de là, un navire russe les observe sans intervenir, à bonne distance mais sans aucune discrétion. (Didier Lauras/AFP)
Les partenaires de l'OTAN mènent des manœuvres et des exercices, le 20 décembre 2021. A quelques milles nautiques de là, un navire russe les observe sans intervenir, à bonne distance mais sans aucune discrétion. (Didier Lauras/AFP)
Short Url
  • «Ces unités, dirigées respectivement par le Royaume-Uni, le Canada, l'Allemagne et les États-Unis, sont multinationales et prêtes au combat», assure l'Alliance
  • «Leur présence indique clairement qu'une attaque contre un Allié sera considérée comme une attaque contre toute l'Alliance», avertit l'Otan

BRUXELLES, Belgique : Les pays de l'Otan ont placé des forces en attente et envoyé des navires et des avions de combat pour renforcer leur défense en Europe de l'Est face aux activités militaires de la Russie aux frontières de l'Ukraine, a annoncé lundi l'Alliance dans un communiqué.

«L'OTAN continuera de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger et défendre tous les Alliés, y compris en renforçant la partie orientale de l'Alliance. Nous répondrons toujours à toute détérioration de notre environnement de sécurité, notamment en renforçant notre défense collective», a expliqué le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.

«Le Danemark envoie une frégate dans la mer Baltique et s'apprête à déployer quatre avions de chasse F-16 en Lituanie pour soutenir la mission de police aérienne de longue date de l'Otan dans la région», indique le communiqué.

«L'Espagne envoie des navires rejoindre les forces navales de l'Otan et envisage d'envoyer des avions de combat en Bulgarie», ajoute le communiqué.

«La France s'est déclarée prête à envoyer des troupes en Roumanie sous le commandement de l'Otan. Les Pays-Bas envoient deux avions de chasse F-35 en Bulgarie à partir d'avril pour soutenir les activités de police aérienne de l'Otan dans la région, et mettent un navire et des unités terrestres en attente pour la Force de réaction de l'Otan», détaille le communiqué.

«Les États-Unis ont également clairement indiqué qu'ils envisageaient d'accroître leur présence militaire dans la partie orientale de l'Alliance», précise l'Otan.

«Depuis l'annexion illégale de la Crimée par la Russie en 2014, l'Otan a renforcé sa présence dans la partie orientale de l'alliance, notamment avec quatre groupements tactiques multinationaux en Estonie, en Lettonie, en Lituanie et en Pologne», rappelle l'Otan.

«Ces unités, dirigées respectivement par le Royaume-Uni, le Canada, l'Allemagne et les États-Unis, sont multinationales et prêtes au combat», assure l'Alliance.

«Leur présence indique clairement qu'une attaque contre un Allié sera considérée comme une attaque contre toute l'Alliance», avertit l'Otan.  Il n'y avait pas de forces de l'Otan dans la partie orientale de l'Alliance avant 2014, rappelle le communiqué.