Ateliers calligraphie dans l’Alliance française d’Arabie Saoudite

Les apprenants de l’Alliance française de Djeddah (Photo, fournie)
Les apprenants de l’Alliance française de Djeddah (Photo, fournie)
Short Url

Ateliers calligraphie dans l’Alliance française d’Arabie Saoudite

  • L’Alliance française en Arabie saoudite initie et forme chaque année plus de 3 000 Saoudiens et expatriés à la langue française
  • Ces ateliers inédits ont réuni plus de 30 apprenants de tous horizons, pour célébrer la francophonie, le plurilinguisme et l’échange interculturel

MONTRÉAL: À l’occasion du festival de la Francophonie, l’Alliance française d’Arabie saoudite a organisé, en coopération avec l’ambassade de France à Riyad et le consulat général à Djeddah, trois ateliers de calligraphie arabe guidés par de jeunes artistes saoudiens, à Al Khobar, Djeddah et Riyad, en dépit de toutes les contraintes liées à la crise sanitaire.   

2
Ateliers de calligraphie arabe guidés par de jeunes artistes saoudiens (Photo, fournie)  

Le jeudi 1er avril, pendant près de trois heures, l’artiste Osamah Abdelaziz a partagé sa passion avec les apprenants de l’Alliance française de Djeddah, qui découvraient cet art pour la toute première fois. Une opportunité pour eux de s’exercer avec des mots arabes qui ont une influence sur la langue française: café, safran, guitare, sucre… et bien d’autres!   

À l’Alliance française d’Al Khobar, c’est le lundi 5 avril que l’artiste Fawaz Aljaloud a animé un atelier de calligraphie pour la communauté des apprenants de la langue française. Lors de cet atelier d’initiation, M. Fawaz Aljaloud a pu aborder l’histoire de la calligraphie et des différents scripts, pour ensuite proposer une découverte ludique des techniques de la calligraphie.   

1
 Calligraphie arabe (Photo, fournie)  

Ces ateliers inédits ont réuni plus de trente apprenants de tous horizons, pour célébrer la francophonie, le plurilinguisme et l’échange interculturel.   

L’Alliance française, institut de promotion et d’enseignement de la langue de Molière et centre culturel français en Arabie saoudite, reçoit chaque année plus de 3 000 Saoudiens et expatriés dans ses cours et pour les examens de français. Elle propose aussi, en partenariat avec le Service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France, de nombreuses activités culturelles, tout au long de l’année.  

 

La calligraphie arabe: Artisanat ancien, art moderne
À l’occasion de l’Année de la calligraphie arabe, organisée par le ministère saoudien de la Culture en 2020-2021, nous nous intéressons à l’héritage historique de l’artisanat ancien et à son évolution à l’ère moderne.
Cliquez ici
keywords

Condamnation pour viol de Dani Alves en Espagne: le parquet fera appel

Le parquet espagnol va faire appel de la peine de quatre ans et demi prononcée contre l'ancien footballeur international brésilien Dani Alves pour viol et demandera une peine de prison plus longue, ont indiqué vendredi des sources judiciaires (Photo, AFP).
Le parquet espagnol va faire appel de la peine de quatre ans et demi prononcée contre l'ancien footballeur international brésilien Dani Alves pour viol et demandera une peine de prison plus longue, ont indiqué vendredi des sources judiciaires (Photo, AFP).
Short Url
  • Face à la polémique, le Parlement avait réformé cette loi l'an dernier, mais trop tard pour qu'Alves soit concerné
  • Les avocats de Dani Alves, qui avait nié qu'il y ait eu viol, avaient annoncé le jour du verdict que leur client ferait appel

BARCELONE: Le parquet espagnol a décidé de faire appel de la condamnation de l'ex-star brésilienne du Barça Dani Alves à quatre ans et demi de prison pour le viol d'une jeune femme dans l'espoir d'obtenir une peine plus lourde, a appris l'AFP vendredi de source judiciaire.

L'ancien joueur de 40 ans a été condamné le 22 février par un tribunal de Barcelone à quatre ans et demi de prison, ainsi qu'à verser 150.000 euros à sa victime, pour le viol d'une jeune femme en décembre 2022 dans une discothèque de la ville, alors que le parquet avait requis une peine de neuf ans de prison.

Le tribunal avait également imposé à l'ex-international brésilien cinq années de liberté surveillée après sa sortie de prison et une interdiction d'approcher sa victime pendant neuf ans et demi.

Le tribunal avait considéré dans son jugement que le versement par le joueur, dès le début de la procédure, de 150.000 euros pour dédommager la victime était une circonstance atténuante, Alves ayant, selon les juges, montré ainsi sa volonté de "réparation"

Mais cette circonstance atténuante pourrait être contestée par le parquet dans son appel, selon cette source judiciaire, dans la mesure où cette somme ne représente pas le même effort financier pour Alves que pour un accusé ne disposant pas des mêmes ressources.

De même source, on précise que la rédaction de l'appel n'a pas encore débuté.

Appel

Les avocats de Dani Alves, qui avait nié qu'il y ait eu viol, avaient annoncé le jour du verdict que leur client ferait appel.

Alves a bénéficié de l'adoption en 2022 de la loi sur le consentement, destinée à renforcer l'arsenal contre les violences sexuelles, mais qui a paradoxalement eu pour effet pervers d'entraîner des réductions de peines.

Ainsi, dans le cas d'Alves, la peine plancher a été abaissée à quatre ans, contre six auparavant.

Face à la polémique, le Parlement avait réformé cette loi l'an dernier, mais trop tard pour qu'Alves soit concerné.

Selon l'accusation, les faits se sont déroulés la nuit du 30 au 31 décembre 2022, alors que Dani Alves se trouvait avec un ami dans une zone VIP de la discothèque Sutton de Barcelone.

Footballeur parmi les plus titrés de l'histoire, Dani Alves a connu la période la plus glorieuse de sa carrière au Barça entre 2008 et 2016, remportant 23 trophées.

 


This is Not Your Grave, de l'artiste palestinienne Dima Srouji, sonde l'architecture en tant qu ’abri, résistance et oppression

Hearth, Dima Srouji. (Photo fournie)
Hearth, Dima Srouji. (Photo fournie)
Short Url
  • Les projets des artistes Abbas Akhavan, Asma Belhamar et Vikram Divecha seront élaborés dans le courant de l'année et ils viendront compléter ceux de Dima Srouji
  • Dima Srouji a été lauréate du prix Jameel 2022-2023 du Victoria & Albert Museum de Londres et elle enseigne actuellement au Royal College of Art de Londres

DUBAÏ: L'artiste palestinienne Dima Srouji a installé dans trois zones distinctes de l'avenue Alserkal de Dubaï, un centre créatif de la ville, une nouvelle œuvre spécifique intitulée This is Not Your Grave, qui explore l'utilisation de l'architecture comme abri, comme résistance et comme oppression. 

L’œuvre fait partie de «Walk with Me», l’édition 2024-2025 de commandes d’art public de l’avenue Alserkal, organisée par Zoe Whitley, basée à Londres, conservatrice, écrivaine et directrice de la Chisenhale Gallery, dans la capitale britannique. 

Zoe Whitley a été inspirée par l’accessibilité de l’avenue Alserkal et par la variété des sites culturels pour les visiteurs, qui se déplacent à pied plutôt qu’en voiture. Les œuvres invitent ainsi le visiteur à se promener dans cette zone et à découvrir de nouvelles créations. Les commandes d'art public d'Alserkal, inaugurées en 2015, comprennent de nouvelles œuvres ambitieuses, qui restent accessibles aux visiteurs de l'avenue Alserkal, tant du point de vue esthétique qu’intellectuel. 

img 1
Library, Dima Srouji. (Photo fournie) 

L’une des pierres angulaires du travail de Dima Srouji est ce qu’elle appelle «l’échec de l’architecture». 

«Elle est destinée à protéger les habitants et les utilisateurs, principalement en relation avec le concept de base de l'architecture, qui est l’abri», déclare-t-elle à Arab News. 

«Au cours de ces dernières années, en particulier pendant la pandémie de la Covid-19, j’ai réfléchi à cette idée d’abri en tant que refuge, et à ce que signifie réellement de créer un abri, dans le contexte d’une situation critique, soit durant mon enfance en Palestine», ajoute-t-elle. «Comme nous le voyons encore aujourd'hui à Gaza, qui subit un génocide, et comme nous l'avons constaté dans l'imagerie de Gaza depuis octobre, mais aussi en Palestine en général depuis 1948, l'architecture a été utilisée comme une arme pour construire un État sioniste», soutient l'artiste. 

img 1
Library, Dima Srouji. (Photo fournie) 

Un aspect auquel Dima Srouji dit avoir réfléchi en ce qui concerne l'abri est le fait qu'«il ne s'agit pas nécessairement d'espaces architecturaux et d'espaces intérieurs où l'on peut se cacher tels qu’un tunnel souterrain, mais qu’il peut s’agir également d'éléments aussi simples qu’une baignoire utilisée comme lieu pour s’abriter… parce que si les bombardements ont lieu dans le quartier voisin et que vous ne pouvez pas descendre les escaliers aussi vite que nécessaire, alors l'espace sûr le plus proche est une baignoire. Il en va de même avec les escaliers.» 

L'installation en trois parties représente une baignoire, un escalier et un tunnel, en tant qu’éléments architecturaux qui représentent un abri. 

img 1
Sanctuary, Dima Srouji. (Photo fournie) 

«Je ne m'y intéresse pas seulement du point de vue architectural en raison de leur volume en tant qu’espace confiné, mais aussi du fait que ce sont des espaces où les gens peuvent se rassembler et où la structure familiale devient un véritable refuge où s’abriter», indique-t-elle. 

Zoe Whitley indique avoir découvert le travail de Dima Srouji pour la première fois lors d'une exposition collective à Djeddah. «J'ai été immédiatement fascinée par sa sensibilité à l’environnement et par son étude minutieuse de la façon dont les villes sont construites, puis évoluent. Elle nous montre comment nous nous déplaçons à travers et à l’intérieur des espaces, rarement de la manière prévue par l’architecte», explique-t-elle à Arab News. 

img 1
Library, Dima Srouji. (Photo fournie) 

«L'installation en trois parties de Dima est une véritable invitation à se promener dans l'avenue Alserkal», précise-t-elle. «Tous les commissaires d'exposition souhaitent que les visiteurs s'attardent et le concept de Dima nous encourage à nous rassembler, à nous attarder et à réfléchir.» 

Les projets des artistes Abbas Akhavan, Asma Belhamar et Vikram Divecha seront élaborés dans le courant de l’année et ils viendront compléter ceux de Dima Srouji. 

Dima Srouji a été lauréate du prix Jameel 2022-2023 du Victoria & Albert Museum de Londres et elle enseigne actuellement au Royal College of Art de Londres. Ses œuvres font partie des collections permanentes du Stedelijk Museum Amsterdam, du Victoria & Albert Museum, de l’Institut du monde arabe, du Corning Museum of Glass et de TBA21. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Elon Musk porte plainte contre OpenAI, l'accusant d'avoir trahi son accord fondateur

Elon Musk, PDG de X (anciennement Twitter) (Photo, AFP).
Elon Musk, PDG de X (anciennement Twitter) (Photo, AFP).
Short Url
  • Elon Musk a cofondé OpenAI en 2015 avec Sam Altman
  • Il en est parti en 2018 et fait désormais partie des plus virulents critiques de l'entreprise

PARIS: Le milliardaire Elon Musk a déposé plainte contre OpenAI — le créateur de ChatGPT — et ses cofondateurs Sam Altman et Greg Brockman, leur reprochant d'avoir abandonné la mission originelle de la société.

Selon des documents déposés jeudi auprès d'un tribunal de San Francisco, consultés vendredi par l'AFP, Elon Musk reproche à OpenAI, qui s'est allié à Microsoft, d'avoir enfreint l'accord initial à l'origine de son développement, selon lequel il devait demeurer une organisation à but non lucratif, œuvrant pour le bien de l'humanité.

Elon Musk a cofondé OpenAI en 2015 avec Sam Altman notamment, avec des statuts d'organisation à but non lucratif travaillant sur des logiciels d'intelligence artificielle en "open source" (accessibles, modifiables, utilisables et redistribuables par tous), afin de ne pas laisser Google dominer cette technologie majeure.

Critique 

Il en est parti en 2018 et fait désormais partie des plus virulents critiques de l'entreprise. Elon Musk a aussi fondé en 2023 sa propre société d'intelligence artificielle, xAI.

OpenAI n'a pas rendu public le code de son dernier modèle de , GPT 4, "rompant le contrat initial", font valoir les avocats d'Elon Musk dans la plainte. "Contrairement à l'accord fondateur, les défendeurs ont choisi d'utiliser GPT 4 non pas pour le bien de l'humanité, mais en tant que technologie exclusive visant à maximiser les profits de la plus grande entreprise au monde", à savoir Microsoft.

Microsoft a promis 13 milliards de dollars d'investissements à OpenAI. Sam Altman a depuis réorienté OpenAI sur une trajectoire lucrative, ce qui lui avait valu d'être renvoyé par une partie du conseil d'administration en novembre. Soutenu par Microsoft, le patron d'OpenAI avait été réintégré cinq jours plus tard.

Elon Musk réclame notamment que GPT 4 soit exclu de la licence accordée par OpenAI à Microsoft.