L'OMS redoute une aggravation du virus pendant le ramadan

Un employé dans un restaurant à Najaf, en Irak, bat un tambour pendant que les musulmans prennent leur repas d'avant l'aube (souhour) avant de commencer leur jeûne. (Photo, Reuters)
Short Url
Publié le Jeudi 15 avril 2021

L'OMS redoute une aggravation du virus pendant le ramadan

  • Le nombre de cas a augmenté de 22% et le nombre de décès de 17% «la semaine dernière par rapport à la semaine précédente» dans la région
  • Les mesures, notamment de distanciation et de port du masque, doivent «être maintenues pour aider à contenir la pandémie», a plaidé le Dr al-Mandhari

LE CAIRE: L'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'est dite « inquiète » mercredi d'une possible aggravation de la pandémie de Covid-19 durant les célébrations du ramadan en Afrique du Nord et au grand Moyen-Orient. 

Le nombre de cas a augmenté de 22% et le nombre de décès de 17% « la semaine dernière par rapport à la semaine précédente » dans la région, a dit le Dr Ahmed al-Mandhari, directeur du bureau régional de l'OMS pour la Méditerranée orientale. 

S'exprimant lors d'une conférence de presse virtuelle au Caire, le Dr al-Mandhari a estimé que la situation dans cette vaste région qui va du Maroc au Pakistan traduit une « tendance inquiétante ».  

« Nous sommes particulièrement inquiets que la situation actuelle puisse s'aggraver durant le ramadan si les gens ne suivent pas » les mesures sanitaires recommandées par l'OMS. 

Le jeûne du mois de ramadan --durant lequel les musulmans s'abstiennent de manger, boire et fumer entre le lever et le coucher du soleil-- a débuté mardi dans la plupart des pays musulmans. 

Les mesures, notamment de distanciation et de port du masque, doivent « être maintenues pour aider à contenir la pandémie », a plaidé le Dr al-Mandhari. 

L'OMS souhaite que « les pays fassent une évaluation des risques afin de prévenir la dissémination de l'infection », a de son côté indiqué le Dr Dalia Samhouri, responsable pour la région de la préparation aux situations d'urgence. 

Elle a énuméré plusieurs mesures souhaitables selon l'OMS autour des mosquées pendant le mois de ramadan: « distanciation physique, ventilation, désinfection régulière ». 

« Si je suis malade, je reste à la maison », a-t-elle dit avant d'ajouter que « les gens vulnérables (...) ceux atteints de maladies chroniques, doivent rester chez eux ». 

Parallèlement, Ahmed al-Mandhari a précisé que l'ensemble des pays de la région avaient reçu des vaccins, mais que ceux qui avaient l'accès le plus limité étaient le Yémen et la Syrie. 

La région comprend 21 pays outre et les Territoires palestiniens occupés, avec une population de près de 679 millions d'habitants. 

Selon lui, « il reste un déséquilibre choquant dans la distribution des vaccins » dans le monde.  

« C'est particulièrement vrai dans notre région où les soignants et les gens vivant dans des conditions de vulnérabilité comme en Syrie et au Yémen, ont l'accès le plus limité aux vaccins ». 

Ainsi, au Yémen, où quelque 14 millions de doses ont été promises via le dispositif Covax, seules 360 000 ont été livrées. 


Pour éviter l'expulsion, les familles de Cheikh Jarrah à Jérusalem doivent attendre

Des juifs israéliens appuyés par un tribunal ont pris le contrôle de maisons à Cheikh Jarrah, à Jérusalem-Est. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Le but de cette tentative d'expulsion injuste est de judaïser la ville arabe de Jérusalem»
  • La décision survient à la suite du refus de l'organisation des colons juifs et des avocats des familles palestiniennes de tenter de parvenir à un accord, tel qu’ordonné par le juge

JÉRUSALEM: L’unique magistrat du tribunal israélien chargé d'examiner l'appel d'expulsion déposé par des familles palestiniennes, dans le quartier de Cheikh Jarrah à Jérusalem, a décidé de laisser trois juges de la Cour suprême trancher dans cette affaire lundi.

La décision survient à la suite du refus de l'organisation des colons juifs et des avocats des familles palestiniennes de tenter de parvenir à un accord, tel qu’ordonné par le juge.

L'avocat Hosni Abou Hussein, qui représente les familles, affirme à Arab News que le juge israélien n’a pas eu le courage de prendre la bonne décision.

«Notre requête de faire appel de l'expulsion était fondée sur des preuves juridiques solides que n'importe quel juge aurait facilement accepté, mais l'ambiance générale rendait difficile la tâche du juge».

Le chef du Haut Comité de suivi pour les citoyens arabes en Israël, Mohammad Baraka, et le député de la Knesset Ahmad Tibi ont rencontré des représentants des familles à Jérusalem. Ils ont ensuite publié une déclaration de soutien qui loue leur «ténacité» et leur rejet des offres de compromis.

Tibi explique à Arab News que la priorité est de soutenir les familles palestiniennes et de protéger l'identité de la ville. «Le but de cette tentative d'expulsion injuste est de judaïser la ville arabe de Jérusalem», martèle-t-il.

Abdel Latif Ghaith, un militant chevronné de Jérusalem, affirme à Arab News que le soutien public aux résidents de Cheikh Jarrah doit certainement se poursuivre.

«Manifestement, les tribunaux israéliens ne vont pas agir d’eux-mêmes, même dans un cas où la justice est aussi évidente. La pression publique à la fois locale, régionale et internationale, ainsi que les actions légales et la documentation incontestée, inverseront sans aucun doute l'effort des colons juifs déterminés à s'emparer de cette zone palestinienne», dit-il.

Ihab Abdel Latif, un résident de Cheikh Jarrah dont la demeure est entourée par des colons juifs illégaux des deux côtés, se dit inquiet. «Bien que nous ne soyons pas actuellement menacés d'expulsion, si les tribunaux israéliens insistent pour fermer les yeux sur les faits de cette affaire et apportent un soutien public aux colons juifs, nous sommes tous condamnés».

La Jordanie détenait le contrôle de Jérusalem lorsque l'Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA) a construit des logements sur un terrain vacant et a commencé à facturer des loyers aux Palestiniens. Les organisations de colons, qui se disent également propriétaires de ce terrain, réclament à présent un loyer.

L'avocat Abou Hussein explique que le compromis recherché par les tribunaux a échoué à cause du grand différend entre les deux parties. Les Palestiniens affirment qu'ils sont prêts à éviter l'expulsion sous prétexte de loyer impayé en déposant le montant dans un fonds devant les tribunaux. L'organisation Lahav Shomron est prête à permettre aux Palestiniens de rester, à condition de payer, mais dans ce cas, les colons juifs seraient considérés comme les vrais propriétaires de ces terres.

Selon la loi sur la protection des loyers à Jérusalem, l'offre de l'organisation des colons permet aux familles palestiniennes de rester aussi longtemps qu'un membre désigné de la famille est en vie. Par la suite, l'organisation saisirait les maisons. Les résidents palestiniens rejettent cette offre.

De nouvelles preuves sorties des archives ottomanes en Turquie et de celles du gouvernement jordanien, prouvent que la Jordanie et l'UNRWA ont accepté de construire des logements sur le terrain pour les Palestiniens, souligne Abou Hussein. La terre appartient en fait à la famille Hijazi Saadi depuis 1149 Hijri (1736 ap. J.-C.).

Les colons se servent de vieux documents ottomans, et affirment que la terre appartient à un groupe juif oriental qui s'est enregistré en 1972.

Les avocats palestiniens contestent cette revendication, et assurent que les documents des archives ottomanes à Istanbul auxquels les colons se réfèrent n'existent pas, et auraient en réalité été falsifiés.

Abou Hussein soutient que les colons revendiquent des terres sans preuve, et prétendent en être les premiers propriétaires.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Une figure de la révolution syrienne transférée dans un camp de réfugiés jordanien

Des enfants font du vélo au camp de réfugiés de Zaatari, dans le nord de la Jordanie. (Photo, AFP)
Short Url
  • Hasna al-Hariri a été transférée à Azraq après avoir reçu l'ordre des autorités jordaniennes de «cesser ses activités politiques»
  • Agée de 59 ans et originaire de Deraa, berceau du soulèvement de 2011, al-Hariri a perdu trois fils, quatre frères et son mari durant la révolte contre le régime de Damas

AMMAN : Hasna al-Hariri, figure de la révolution syrienne vivant en exil en Jordanie, a été transférée jeudi dans un camp de réfugiés après avoir reçu l'ordre des autorités jordaniennes de « cesser ses activités », selon elle.

« Les services de sécurité jordaniens m'ont annoncé lundi mon transfert à Azraq (un camp de réfugiés, NDLR), avec interdiction d'en sortir », a-t-elle expliqué par téléphone à l'AFP.

Elle a affirmé avoir été transférée avec son fils, sa belle-fille, ses trois petits-enfants et un autre ressortissant syrien vers ce camp du nord-est de la Jordanie, qui abrite 42 500 réfugiés sous haute surveillance.

Ce transfert a été confirmé à l'AFP par une source de sécurité s'exprimant sous couvert d'anonymat, qui n'a pas donné de motif.

La militante a aussi affirmé ignorer les raisons de son transfert et a assuré que ses « activités » en Jordanie « se limitaient à parler à des parents et à des connaissances en Syrie ».

Des internautes ont pris sa défense sur Facebook.

Il y a un mois, Mme Al-Hariri avait indiqué avoir été convoquée par les services de sécurité et sommée de cesser ses activités sous quatorze jours. Une source gouvernementale jordanienne avait qualifié celles-ci d' « illégales », sans autre précision.

La militante avait évoqué sa crainte d'être expulsée vers la Syrie, ce que la source gouvernementale avait démenti.

« La Jordanie ne permettra à personne de violer la loi et de profiter de sa présence en Jordanie pour se livrer à des activités contraires à ses intérêts nationaux et à sa politique de non-ingérence dans les affaires extérieures », avait dit cette source.

Toujours selon cette source, Amman « ne l'a pas obligée à retourner en Syrie mais l'a prévenue à plusieurs reprises d'arrêter des activités illégales qui portent atteinte à la Jordanie ».

Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie, a affirmé à l'AFP que cette affaire n'était « pas liée » aux « activités politiques » de la militante.

Selon lui, Hasna al-Hariri est soupçonnée d'avoir détourné « à son profit » des dons « pour les familles de martyrs en Syrie ou pour l'opposition dans le Sud ».

Mme Hariri a dénoncé de « fausses allégations ». « De qui ai-je pu prendre de l’argent ? De réfugiés syriens ? Ils ont déjà du mal à acheter du pain ».

Agée de 59 ans et originaire de Deraa (sud), berceau du soulèvement de 2011 en Syrie, elle a perdu trois fils, quatre frères et son mari durant la révolte contre le régime de Damas.

Emprisonnée à trois reprises, elle a fini par trouver refuge en 2014 à Irbid, dans le nord de la Jordanie.


Des fonds européens d'aide pour les Palestiniens détournés, selon Israël

Des manifestants palestiniens soulèvent une maquette du Dôme du Rocher alors qu'ils participent à une manifestation anti-israélienne au camp de réfugiés de Rafah dans le sud de la bande de Gaza, le 2 mai 2021, en solidarité avec d'autres Palestiniens à Jérusalem. (Photo, AFP)
Short Url
  • Selon le Shin Beth, des ONG humanitaires basées en Cisjordanie occupée ont « commis des fraudes et trompé plusieurs pays européens »
  • Cet argent provenait de Suisse, d'Allemagne, de Belgique, des Pays-Bas, de Suède, de Grande-Bretagne, d'Espagne et de l'Union européenne

JERUSALEM : Les services secrets israéliens ont affirmé jeudi que des fonds européens d'aide humanitaire destinés aux Palestiniens avaient été détournés au profit de groupes armés en Cisjordanie. 

Selon le Shin Beth, le service israélien de renseignement intérieur, qui affirme avoir mené une enquête avec l'armée et la police, des ONG humanitaires basées en Cisjordanie occupée ont « commis des fraudes et trompé plusieurs pays européens », en détournant des fonds pour le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), une organisation désignée comme groupe terroriste par Israël et plusieurs Etats occidentaux.

Selon le Shin Beth, « des sommes considérables provenant d'institutions gouvernementales officielles en Europe » ont été détournées pour financer « les actions terroristes armées du FPLP ».

Cet argent provenait de Suisse, d'Allemagne, de Belgique, des Pays-Bas, de Suède, de Grande-Bretagne, d'Espagne et de l'Union européenne.

Un responsable sécuritaire israélien requérant l'anonymat a indiqué à des journalistes que « des dizaines de millions de dollars » avaient été acheminés.

Il a ajouté qu' « aucun des gouvernements ne savait où allait l'argent ».

Selon le Shin Beth, le réseau orchestré par un « comité de la santé » central, a en outre fait valoir des projets fictifs, soumis de faux documents, falsifié et gonflé des factures et salaires.  

Parmi les suspects figure Juana Rashmawi, une femme de 63 ans qui a la nationalité espagnole et dont le cas a attiré l'attention des médias en Espagne après son arrestation. 

Le ministère espagnol des Affaires étrangères avait demandé le mois dernier à Israël d'améliorer ses conditions de détention.

Mme Rashmawi a été inculpée jeudi par un tribunal militaire pour avoir financé une organisation illégale et pour en faire partie, selon l'acte d'accusation consulté par l'AFP.

Le Shin Beth a également dévoilé l'identité de trois autres suspects, tous originaires de Cisjordanie. 

Du matériel « laissé par les suspects donne une idée de l'étendue de la fraude menée par le FPLP », a ajouté le Shin Beth.

Le ministère des Affaires étrangères israélien a appelé mardi les pays européens à « cesser immédiatement le financement d'organisations palestiniennes opérant pour le compte du FPLP ».

L'armée israélienne occupe la Cisjordanie, un territoire palestinien, depuis 1967.

Environ 2,8 millions Palestiniens vivent sur ce territoire, ainsi que quelque 475 000 Israéliens habitant dans des colonies jugées illégales par le droit international.