Un concours de photographies pour révéler la beauté d’AlUla

Les splendeurs d'AlUla. (Photo fournie).
Short Url
Publié le Jeudi 20 août 2020

Un concours de photographies pour révéler la beauté d’AlUla

  • C’est la Commission royale pour AlUla (RCU), en collaboration avec Sony, qui a annoncé l’ouverture du concours mercredi dernier : un jour symbolique, puisqu’il coïncide avec la Journée mondiale de la photographie
  • Les gagnants recevront une commission de 10 000 riyals saoudiens de RCU pour fournir 50 images à utiliser pour ses activités de marketing dans le cadre de la réouverture d'AlUla à partir d'octobre

ALULA : Pour immortaliser les merveilles historiques et naturelles d’AlUla, un concours a été lancé, exclusivement destiné aux apprentis photographes résidant dans la région.

C’est la Commission royale pour AlUla (RCU), en collaboration avec Sony, qui a annoncé cette nouvelle mercredi dernier : un jour symbolique, puisqu’il coïncide avec la Journée mondiale de la photographie.

Le concours, qui se prolongera jusqu'au 23 septembre, vise à dénicher cinq photographes locaux talentueux qui présenteront des clichés d’AlUla dans différentes catégories : « nature », « monumentale », « personnes », « design » et « aventure ».

La RCU, assistée d’un panel de juges, parmi lesquels des ambassadeurs Sony, désignera les gagnants parmi les candidats présélectionnés, pendant toute la durée du concours.

Chacun des gagnants se verra remettre la somme de 10 000 riyals saoudiens, soit 2 666 dollars américains, de la part de la RCU. Il devra fournir 50 clichés qui seront exploités par les activités marketing d’AlUla à partir d’octobre, à l’occasion de la réouverture du site. En outre, les vainqueurs recevront un appareil photo Sony Alpha 6600M.

Le porte-parole de la RCU, Saad Almatrafi, a déclaré : « Les photographes saoudiens résidant à AlUla sont invités à soumettre jusqu'à 10 photos dans chaque catégorie pendant la période de sélection ; elles peuvent être extraites de la collection récente d'un photographe ou être prises spécialement pour le concours. »

« Les participants doivent poster leur travail sur le compte Instagram officiel Expérience AlUla (@experiencealula) en utilisant le hashtag #capturealula et #experiencealula, afin d’être présélectionnés, a ajouté Almatrafi. Les juges évalueront la technique, la créativité et l’histoire. Les chaînes Experience AlUla présenteront certaines des réalisations, parmi les plus impressionnantes, au cours des quatre semaines du concours. »

Phillip Jones, directeur de la gestion des destinations et du marketing à la RCU, a déclaré : « Nous aimons l'idée de faire raconter les histoires d'AlUla à travers l’expérience et le regard des résidents locaux. Qui pourrait mieux nous aider dans nos efforts de marketing que les fiers habitants d'AlUla, qui connaissent ce site mieux que quiconque ? »

À partir du mois d’octobre, lors de la réouverture des portes aux visiteurs, les attractions d’AlUla, parmi lesquelles figure le site qui fut le premier du Royaume à être inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, seront accessibles toute l’année.

Les promeneurs pourront faire des randonnées et arpenter les différents sentiers de ce lieu enchanteur, guidés par un rawi (conteur arabe) local ou autoguidés. L’occasion d’approfondir leurs connaissances sur les histoires et les coutumes de la région.

« Nous développons des expériences immersives et légères, qui exploitent la puissance et le silence des paysages ; une expérience telle que l'observation guidée des étoiles dans un ciel nocturne du désert qui a inspiré la science, la religion, la philosophie, l'art et la littérature depuis des millénaires », a ajouté Jones.

Pour plus d’informations sur les termes et les conditions du concours, rendez-vous sur :

https: //experiencealula.com/en/Discover_AlUla/Arts_Culture/Pages/Capture ...

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Les EAU lancent un satellite pour célébrer la fête nationale

La fusée Soyouz ST-A a décollé du Centre spatial guyanais français ce mercredi. (Agence spatiale des EAU)
Short Url
  • Le satellite sera utilisé pour la cartographie, la surveillance agricole et environnementale, la planification urbaine, l’aide à la planification des interventions en cas de catastrophe naturelle, ainsi que la surveillance des frontières et des côtes de
  • C’est le quatrième satellite de reconnaissance lancé par les EAU, portant le nombre total à 12 satellites en orbite

DUBAÏ: «Les Émirats arabes unis ont lancé le satellite Falcon Eye dans l'espace pour marquer leur 49e fête nationale», a rapporté l'agence de presse officielle WAM.

Mercredi, la fusée Soyouz ST-A a décollé du Centre spatial guyanais, transportant le satellite d’observation émirati, capable de prendre des images haute résolution.

Il s'agit du quatrième satellite de reconnaissance lancé par les Émirats arabes unis (EAU), portant le nombre total à 12 satellites en orbite.

Le satellite sera utilisé pour la cartographie, la surveillance agricole et environnementale, la planification urbaine, l’aide à la planification des interventions en cas de catastrophe naturelle, ainsi que la surveillance des frontières et des côtes des EAU.

«Cette réalisation nationale est source de fierté non seulement pour l'importance civile et militaire du Falcon Eye, mais aussi pour les caractéristiques uniques du satellite, notamment une plate-forme mobile qui permet de recevoir et d’envoyer des images de n'importe quel endroit dans le monde qui seront utilisées à diverses fins», a déclaré Matar Salem Ali al-Dhaheri, sous-secrétaire du ministère de la Défense.

Le satellite restera en orbite terrestre basse pendant dix ans pour prendre des images de haute qualité.

Pour M. Al-Dhaheri, cette décision «renforce l'expérience des EAU dans le domaine des satellites».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


La population égyptienne s’est multipliée par 14: un «problème national»

Les plans en cours comprennent des campagnes de sensibilisation sur la taille de la famille, la sécurité alimentaire, l’accès à l’eau, ainsi que la durabilité (Photo, AFP)
Short Url
  • Ce «problème national doit être résolu en collaboration avec tous les ministères, les institutions gouvernementales et non gouvernementales ainsi que la société civile»
  • Un projet de planification familiale, qui doit être lancé au début de l’année prochaine, contribuerait à réduire de 1 million le taux de natalité en Égypte.

LE CAIRE: La multiplication par 14 de la population égyptienne entre 1882 et 2017 a créé un vrai «problème national» qui nécessite une attention urgente, a affirmé un ministre du gouvernement.

Le vice-ministre de la Santé et de la Population, Tarek Tawfik, a révélé qu'au cours de la période de cent trente-cinq ans, le nombre de personnes vivant dans le pays est passé de 6,7 millions à 94,8 millions.

Cette hausse a eu un impact sur la part de chaque individu dans les domaines de l'éducation, la santé et les ressources disponibles, affectant la démographie globale, a-t-il ajouté.

L'augmentation de la population «est un problème national qui doit être résolu en collaboration avec tous les ministères, les institutions gouvernementales et non gouvernementales ainsi que la société civile», a affirmé Tawfik. Il a ajouté que le Conseil national égyptien de la population prépare une documentation de la politique publique en collaboration avec l’Université américaine du Caire (UAC) qui vise à résoudre certains problèmes de la population égyptienne.

Les plans en cours comprennent des campagnes de sensibilisation sur la taille de la famille, la sécurité alimentaire, l’accès à l’eau, ainsi que la durabilité.

L’ancien rapporteur du conseil, le Dr Amr Hassan, a annoncé qu’un projet de planification familiale, qui doit être lancé au début de l’année prochaine, contribuerait à réduire de 1 million le taux de natalité en Égypte.

La ministre égyptienne de la Coopération internationale, Rania Al-Mashat, la directrice de la mission de l'Agence des États-Unis pour le développement international (AEUDI), Leslie Reed, le président de L’UAC Francis Joseph Ricciardone, et Tawfik ont récemment lancé un concours pour les jeunes relatif au programme de renforcement et de la planification familiale de l'Égypte (PRPF). Le concours s’inscrit dans le cadre d'une Initiative de 31 millions de dollars préalablement signée avec l'AEUDI en vue d’améliorer les résultats en matière de santé publique.

Al-Mashat a déclaré que l'amélioration des services de la santé en général, de la santé reproductive et de la planification familiale en particulier sont des facteurs essentiels pour parvenir à l'autonomisation économique aussi bien des hommes que des femmes.

Elle a ensuite souligné que le concours jeunesse du PRPF veut ouvrir la voie à la mise en œuvre de solutions nouvelles et efficaces aux problèmes en impliquant le gouvernement égyptien, les établissements d'enseignement et les universités, les jeunes et les organisations de la société civile représentées par l'AEUDI.

Le programme a été conçu pour s'attaquer au problème de la surpopulation grâce à des techniques innovantes, en développant des idées de jeunes sur les programmes de la planification familiale et en sensibilisant ainsi toutes les couches de la société égyptienne.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les leaders religieux dénoncent l'extrémisme en Europe

Une femme chante la «Marseillaise», l'hymne national français, devant la basilique Notre-Dame de l'Assomption à Nice le 31 octobre 2020, pour rendre hommage aux victimes deux jours après qu'un agresseur au couteau ait tué trois personnes, tranchant la gorge de deux d’entre eux, à l'intérieur de l'église de la ville de la Côte d'Azur (Fichier / AFP)
Short Url
  • Le séminaire fait partie d'une série d'initiatives du CIRADII lancées dans le but de promouvoir la cohésion sociale en Europe à la suite des récents attentats terroristes
  • Ben Muaammar a souligné les effets négatifs des médias sociaux qui ne font qu’alimenter la violence et la haine

RIYADH: Le Centre international Roi Abdullah Ben Abdelaziz pour le dialogue interreligieux et interculturel (CIRADII) a organisé, en collaboration avec le Conseil européen des leaders religieux, un séminaire de dialogue virtuel sur le thème «Les contributions des chefs religieux à la lutte contre l'extrémisme violent et à la promotion de la cohésion sociale en Europe: luttes et réactions».

Le séminaire fait partie d'une série d'initiatives du CIRADII lancées dans le but de promouvoir la cohésion sociale en Europe à la suite des récents attentats terroristes en France et en Autriche.

Le secrétaire général du CIRADII, Faisal ben Muaammar, a déclaré que le comportement des terroristes découle d’une compréhension fausse et trompeuse de leur religion. «Ils ont choisi le langage de la violence, laissant derrière eux toutes les alternatives pacifiques», a-t-il ajouté.

Ben Muaammar a souligné les effets négatifs des médias sociaux qui ne font qu’alimenter la violence et la haine, surtout après des attaques similaires ces dernières années. «Les réactions ainsi que les contre-réactions des adeptes des religions et des cultures en Europe et dans le monde entier alimentent généralement la controverse, les discours de haine et les crimes selon les recherches et les études faites à cet égard», a-t-il affirmé, ajoutant que «L'abus de la religion d'une part, et le ciblage des éléments sociétaux tels que la religion, la race et la culture, d'autre part, sont devenus une particularité attirante pour certaines sociétés.

La semaine dernière, il y a eu une attaque contre un rabbin dans une rue de Vienne, uniquement en raison de son identité religieuse visible. Derrière chaque histoire comme celle-ci, il peut y avoir des centaines d'histoires similaires dans les coulisses », a-t-il signalé.

Les participants ont abordé plusieurs thèmes, comme l'efficacité du dialogue et le renforcement des partenariats entre les chefs religieux et les décideurs pour prévenir l'extrémisme et les potentielles violences.

Ben Muammar a insisté enfin sur le fait que le séminaire virtuel reflète la démarche audacieuse du centre pour «fournir un espace de réflexion, de confiance et de participation».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com