L’ISS, berceau des aventures spéciales futures

La Terre vue de l’ISS (AFP PHOTO/NASA/NICK HAGUE P).
La Terre vue de l’ISS (AFP PHOTO/NASA/NICK HAGUE P).
Short Url
Publié le Mardi 20 avril 2021

L’ISS, berceau des aventures spéciales futures

  • La Station spatiale internationale (ISS), qui s'apprête à accueillir Thomas Pesquet, est devenue au fil du temps un laboratoire de pointe
  • Depuis le début de sa construction en 1998, plus de 3 000 expériences ont été réalisées à 400 km d'altitude

PARIS: Plus de 20 ans qu'elle tourne autour de la Terre pour faire avancer la science : la Station spatiale internationale (ISS), qui s'apprête à accueillir Thomas Pesquet, est devenue au fil du temps un laboratoire de pointe, où l'apesanteur n'a pas fini d'aiguiser l'appétit des chercheurs.

Depuis le début de sa construction en 1998, plus de 3 000 expériences ont été réalisées à 400 km d'altitude. Les unes tournées vers la Terre, les autres vers l'exploration spatiale, avec la Lune et Mars désormais en vue.

La Station a atteint son âge d'or, après une longue phase de croissance. « Elle fonctionne à 100% de ses capacités, l'utilisation du laboratoire tel que pensé initialement est optimale », relève Sébastien Vincent-Bonnieu, qui coordonne les expériences scientifiques à l'agence spatiale européenne (ESA).

L'intérieur de l'ISS, grande comme un terrain de foot, s'apparente à une ruche où tous les espaces sont occupés par les astronautes, dont la tâche principale consiste aujourd'hui à réaliser des expériences, pilotées par les chercheurs depuis la Terre. Et à servir de « cobayes ».

Des « mini-cerveaux »

La deuxième mission de Thomas Pesquet, « Alpha », s'annonce chargée, avec une centaine d'expériences au programme. 

Parmi elles, « Cerebral Ageing », pour étudier le vieillissement sur des cellules nerveuses de cerveaux. Ou encore « Télémaque », une pince acoustique de manipulation d'objets sans contact, « Eco Pack », une nouvelle génération d'emballages, un élevage de blob, organisme unicellulaire qui fascine les biologistes...

« Certains demandent ce que Thomas Pesquet va faire de ‘mieux’ que lors de sa première mission, Proxima. Mais rien en fait, c'est le même métier », estime Sébastien Barde, responsable du Cadmos, structure du CNES (l'agence spatiale française) chargée des activités en micropensanteur.

Les six laborantins de l'ISS se relaient, certains commencent une manipulation, d'autres la terminent. « Les expériences sont pensées sur le long terme, indépendamment des missions. La science y gagne énormément », développe l'ingénieur du Cadmos.

L'étude de l'apesanteur --ou microgravité-- est « passée d'une ère pionnière à quelque chose d'industrialisé », avec des moyens de mesure de plus en plus précis : « Il y a vingt ans, il n'y avait pas d'échographe à bord ».

L’ISS est régulièrement approvisionnée (AFP PHOTO/NASA/HANDOUT).

Claudie Haigneré, première femme française à voler dans l'espace, se souvient d'une l'ISS « peu équipée » à ses débuts, et « admire ce qu'elle est devenue, avec des laboratoires exceptionnels ».

Les astronautes « cobayes » séjournent en outre plus longtemps : six mois, versus une quinzaine de jours pour les premiers vols habités ; la mesure des effets de la microgravité sur leur organisme n'en est que plus pertinente.

« On apprend en permanence »

Là-haut, la machine humaine, hyper adaptée à la gravité, est secouée comme dans un « shaker », et la dégradation observée sur les os, les artères, est proche du vieillissement cellulaire. A la différence qu'au retour au sol, le phénomène est réversible. 

« C'est ça qui est intéressant : étudier ce que le corps met en jeu pour revenir à son équilibre, avec d'éventuelles pistes pour des traitements », analyse Sébastien Barde.

« Autant au début de l'ère spatiale, on avait besoin du médical pour aller dans l'espace, autant aujourd'hui, c'est l'espace qui apporte au médical car l'apesanteur permet de mieux comprendre des maladies », a souligné le président sortant du CNES, Jean-Yves Le Gall, sur France Inter. 

Ostéoporose, traitement contre la salmonellose, systèmes de purification de l'eau... En 20 ans, « des découvertes majeures y ont été faites », selon l'historien américain Robert Pearlman, et d'autres s'annoncent « prometteuses », comme l'impression 3D d'organes. 

Des voies se sont élevées contre le coût de l'ISS, jugé disproportionné au regard des découvertes, au moment où la Nasa cherche à se désengager pour se concentrer sur l'exploration lointaine. 

Pour certains scientifiques cependant, l'ISS dont la fin est prévue en 2028, est « l'unique moyen d'accéder à leurs thèmes de recherche », en médecine mais aussi en sciences de la matière, pour lesquelles surmonter la gravité est essentiel.

Il y aura ainsi toujours une communauté avide d'étudier les phénomènes sans gravité, pense le physicien Sébastien Vincent-Bonnieu, qui constate d'ailleurs un intérêt « croissant » pour les expériences en orbite. Dans l'ISS ou ailleurs, comme la future station orbitale lunaire.

Thomas Pesquet, star de l'espace au firmament

L'astronaute français Thomas Pesquet, devenu le meilleur ambassadeur de la conquête spatiale après un premier séjour sur la Station spatiale internationale, s'envole jeudi pour une saison 2, avec une popularité au zénith.

Cette deuxième mission dans les étoiles, l'astronaute en rêvait depuis 2017, peu après son retour sur Terre. La mission s'appelle Alpha, référence à la constellation Alpha du Centaure, comme l'était sa première mission Proxima. « C'est aussi la première lettre de l'alphabet grec, symbole de l'excellence que nous visons », confiait Thomas Pesquet l'été dernier.

Ingénieur aéronautique, pilote de ligne, sportif accompli, polyglotte... Lors de son premier séjour de six mois sur l'ISS, démarré en novembre 2016, Thomas Pesquet, 43 ans aujourd'hui, avait marqué les esprits par son charisme et sa facilité à communiquer avec le grand public.

Cette fois, il multipliera les premières, d'abord en étant le premier Européen à emprunter un vaisseau privé américain de Space X, et non plus le vaisseau russe Soyouz, pour rejoindre la station orbitale. Une nouveauté qui l'enthousiasme et qui a exigé pas moins d'un an d'entraînement dédié.

Il sera aussi le premier Français à prendre les commandes de la station.

Sur Terre, il vient d'être désigné ambassadeur de la FAO, l'agence de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture, pour « défendre l'action contre le changement climatique et la transformation des systèmes agroalimentaires ».

L'aventure cosmique de Thomas Pesquet, né à Rouen (nord-ouest) le 27 février 1978, a commencé en mai 2009, lors de sa sélection, avec cinq autres Européens sur plus de 8 000 candidats, pour intégrer le corps des astronautes de l'Agence spatiale européenne.

L'ISS n'est à ses yeux qu'une marche pour l'ailleurs. « La Lune --pour laquelle je suis candidat -- est une étape technique nécessaire. Mais ce qu'on a tous en tête, c'est Mars ».

Des expériences préparent à des missions plus lointaines

Détecter des rayonnements nocifs, piloter un rover à distance, mieux dormir ou encore entretenir son corps : certaines des dizaines expériences que l'astronaute français Thomas Pesquet devra mener sur l'ISS préparent pour des missions plus lointaines, vers la Lune et au-delà.

Car que ce soit pour séjourner sur le satellite de la Terre (la Lune) ou filer un jour vers la planète rouge (Mars), les défis sont immenses. 

Au premier chef, celui de se protéger des flux de particules des tempêtes solaires et des rayonnements cosmiques galactiques, particulièrement nocifs pour la santé des astronautes, comme pour leurs équipements. 

Les Terriens et, dans une moindre mesure, les humains habitant la Station spatiale internationale, en sont protégés par le « bouclier » du champ magnétique terrestre. 

Au-delà, ils sont exposés à de véritables radiations, sous la forme de flux de particules hautement énergétiques.

Avant d'imaginer s'en protéger, il faut mesurer ces radiations plus précisément qu'actuellement, et pourquoi pas les anticiper. C'est l'objet de l'expérience Lumina, avec une « technologie de rupture » utilisant les propriétés d'une fibre optique dopée au phosphore, qui s’obscurcie rapidement lorsqu’elle est irradiée.

Il « suffit » de mesurer cet obscurcissement, en comparant l'intensité d'un signal lumineux injecté à un bout avec celle reçue à l'autre bout, pour en déduire la dose de radiation reçue. 

« Comme une vague »

Le dispositif doit permettre de la mesurer en temps réel, avec une sensibilité suffisante pour détecter une variation soudaine de la dose reçue, annonciatrice par exemple d'une tempête solaire.

Imprévisible, elle propulse un flux de particules hautement énergétiques et très nocives. « Comme une vague, elle met environ une heure à monter avant d'arriver à son flux maximum », explique Nicolas Balcon, ingénieur en environnement radiatif au CNES.

La première fleur à avoir éclot dans l'espace, sur l'ISS en 2016 (AFP PHOTO / HANDOUT / NASA / SCOTT KELLY).

Sur une mission lointaine, « si on se rend compte d’une augmentation soudaine, on pourrait déjà sauver l’électronique, faire rentrer l’astronaute qui serait à l’extérieur, ou se protéger dans des abris ou des combinaisons avec des biomatériaux atténuant l'effet de certaines radiations », et qui restent à inventer, ajoute l'ingénieur.

Pour travailler dans cet environnement parfois nocif, les futurs voyageurs vers la Lune et l'espace profond devront aussi maîtriser la télérobotique. Pour par exemple « piloter à distance un rover sur la Lune depuis la Gateway », la future station orbitale lunaire, explique Rémi Canton. 

L'expérience Pilote va étudier comment un astronaute « utilise les informations tactiles et visuelles mises à sa disposition », pour mieux concevoir de futurs postes de pilotage. Thomas Pesquet portera un casque de réalité virtuelle, combiné à un dispositif de retour de force aux mains, « parce que la dextérité, la motricité fine, sont beaucoup affectées en impesanteur, on ne sent pas le poids de son bras, la force qu'on y met ». Il devra notamment s'entraîner à manier un bras robotique dans une tâche de capture d'un véhicule virtuel.

Ce même casque sera mis à contribution dans l'expérience Immersive Exercise, qui plongera l'astronaute dans un environnement virtuel attractif quand il pédalera sur CEVIS, le vélo d'entraînement que les astronautes chevauchent quotidiennement pour limiter la fonte musculaire, indissociable des séjours en apesanteur. Thomas Pesquet a demandé pour ce qui le concerne un parcours dans Paris.

Il coiffera ensuite le bandeau de l'expérience Dreams pour s'endormir. A la différence des questionnaires utilisés jusqu'ici, il permettra, en enregistrant les phases de sommeil, de « comprendre comment le confinement et la microgravité affectent sa qualité », selon Canton. Un vrai sujet sur l'ISS, où les phases diurne et nocturne se succèdent en 45 minutes, et a fortiori pour des missions de longue durée, sur la Lune ou vers Mars.


UE-Ukraine: Zelensky invité à un sommet des 27, attendu jeudi à Bruxelles

Cette photo prise et publiée par le service de presse présidentiel ukrainien le 3 février 2023 montre le président du Conseil européen Charles Michel (à gauche) et le président ukrainien Volodymyr Zelensky (à droite) debout lors d'un sommet UE-Ukraine à Kyiv (Photo, Service de presse présidentiel ukrainien/AFP).
Cette photo prise et publiée par le service de presse présidentiel ukrainien le 3 février 2023 montre le président du Conseil européen Charles Michel (à gauche) et le président ukrainien Volodymyr Zelensky (à droite) debout lors d'un sommet UE-Ukraine à Kyiv (Photo, Service de presse présidentiel ukrainien/AFP).
Short Url
  • Plusieurs sources européennes ont fait état d'une possible visite de Zelensky à Bruxelles jeudi
  • Si elle était confirmée, il s'agirait de la première visite du président ukrainien dans la capitale de l'UE depuis le début de l'offensive militaire russe

BRUXELLES; Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a été invité à participer à "un futur sommet" des Vingt-Sept, a annoncé lundi un porte-parole du président du Conseil européen Charles Michel, sans autres détails, alors que plusieurs sources font état de sa possible venue à Bruxelles jeudi.

Charles Michel "a invité (Volodymyr) Zelensky à participer en personne à un futur sommet (de l'UE). Pour des raisons de sécurité, aucune information supplémentaire ne sera divulguée", a indiqué sur Twitter un porte-parole du dirigeant européen, Barend Leyts.

Or, plusieurs sources européennes ont fait état auprès de l'AFP d'une possible visite de M. Zelensky à Bruxelles jeudi, à l'occasion d'une réunion des chefs d'Etat et de gouvernement des Vingt-Sept.

Si elle était confirmée, il s'agirait de la première visite du président ukrainien dans la capitale de l'UE depuis le début de l'offensive militaire russe contre son pays le 24 février 2022.

M. Zelensky pourrait intervenir en personne devant les eurodéputés: une source au Parlement européen a fait part de "la probabilité que se tienne une session plénière extraordinaire jeudi 9 février en présence de Volodymyr Zelensky".

Deux autres sources parlementaires ont confirmé cette information, sous couvert de l'anonymat.

Le dirigeant ukrainien bénéficie d'une "invitation permanente" à Bruxelles, s'était contenté d'indiquer plus tôt lundi le porte-parole de Charles Michel.

La présidence ukrainienne n'a pas non plus confirmé cette visite qui soulève des questions de sécurité.


Somalie: 10 morts dans des affrontements au Somaliland

Des membres de la force militaire somalienne soutenant les dirigeants de l'opposition anti-gouvernementale sont stationnés dans une rue de Mogadiscio, le 25 avril 2021 (Photo, AFP).
Des membres de la force militaire somalienne soutenant les dirigeants de l'opposition anti-gouvernementale sont stationnés dans une rue de Mogadiscio, le 25 avril 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le ministre de l'Intérieur du Somaliland, Mohamed Kahin Ahmed, a accusé des milices alliées aux chefs coutumiers d'avoir attaqué des camps militaires
  • La localité, Las Anod, est revendiquée à la fois par le Somaliland et par la région semi-autonome du Puntland, loyale à Mogadiscio

MOGADISCIO: Plus de 10 personnes ont été tuées lors d'affrontements entre des milices armées loyales au gouvernement somalien et des forces de la République autoproclamée du Somaliland, dans une ville disputée de cette région (nord), ont annoncé lundi plusieurs sources.

La localité, Las Anod, est revendiquée à la fois par le Somaliland et par la région semi-autonome du Puntland, loyale à Mogadiscio.

Quelques heures avant les affrontements de lundi, des chefs coutumiers du territoire de Sool, où se trouve Las Anod, avaient publié une déclaration s'engageant à soutenir "l'unité et l'intégrité de la République fédérale de Somalie", exhortant les autorités du Somaliland à retirer leurs forces de la région.

Le ministre de l'Intérieur du Somaliland, Mohamed Kahin Ahmed, a accusé des milices alliées aux chefs coutumiers d'avoir attaqué des camps militaires.

"Vers 5h30 ce matin, des forces armées" munies de "mortiers et grenades propulsées par des roquettes ont attaqué des camps des forces armées nationales", a dit M. Ahmed à des journalistes.

"Les assaillants impliqués dans les combats font partie de forces qui ont été organisées par des chefs coutumiers", a-t-il ajouté.

"La mort de 10 personnes a jusqu'à présent été confirmée", a dit à l'AFP un chef coutumier, Hirsi Farah Magan. "J'ai vu les cadavres de trois enfants et de leur mère tués dans la frappe d'un mortier contre leur maison".

Un autre chef coutumier, Mohamed Cheikh Adan, a dit au téléphone à l'AFP avoir la confirmation du décès de "13 personnes, dont six civils, avec des enfants parmi eux".

Muse Bihi, le président du Somaliland dont l'administration se trouve à Hargeisa, à environ 380 km à l'ouest, a convoqué une réunion de son gouvernement lundi après-midi, pour évaluer la situation à Las Anod.

Le gouvernement est ouvert "au dialogue et à la médiation" mais n'hésitera pas à intervenir "contre tout groupe armé ayant l'intention de créer de l'instabilité", selon une déclaration diffusée à l'issue de la réunion.

"L'armée nationale de la République du Somaliland a réussi aujourd'hui à déjouer une attaque terroriste contre une base militaire", a-t-il assuré, sans plus de détails. "Nous appelons tous les chefs coutumiers, les savants, les hommes d'affaires, les femmes, les jeunes... à contribuer au retour de la paix dans la ville", a-t-il ajouté.

Le contrôle de Las Anod, ville située sur un axe commercial, a changé de mains plusieurs fois ces dernières décennies.

En janvier, des manifestations, déclenchées par le meurtre fin 2022 d'un politicien local, ont secoué la ville, où les partis d'opposition et des groupes de défense des droits humains accusent les forces du Somaliland d'avoir tué plusieurs manifestants.

Ancien protectorat britannique, le Somaliland imprime sa propre monnaie, délivre ses passeports et élit son gouvernement, mais l'absence de reconnaissance internationale le maintient dans l'isolement.

Cette région, relativement stable par rapport au reste de la Somalie, est secouée depuis plusieurs mois par des violentes manifestations et des crises politiques.

En août, des manifestants ont été tués lors de manifestations antigouvernementales, et en octobre, une décision du conseil des sages de prolonger le mandat du président après le report des élections a provoqué un tollé de l'opposition.


Burkina: 25 morts dans l'attaque djihadiste présumée de samedi dans le nord

Le Burkina Faso est secoué depuis 2015 par des attaques de groupes liés à Al-Qaïda et à l'Etat islamique, et leurs affrontements avec les forces armées (Photo, AFP).
Le Burkina Faso est secoué depuis 2015 par des attaques de groupes liés à Al-Qaïda et à l'Etat islamique, et leurs affrontements avec les forces armées (Photo, AFP).
Short Url
  • Un précédent bilan donné dimanche par deux habitants avait fait état d'au moins douze morts
  • Un habitant avait précisé que les hommes armés «ont ciblé le commissariat de police, la mairie et une école»

OUAGADOUGOU: Au moins 25 personnes, dont 22 civils et 3 policiers, ont été tuées dans une attaque de djihadistes présumés dans le nord du Burkina Faso samedi, selon un nouveau bilan annoncé lundi par le gouverneur de la région du Sahel.

"La commune de Bani dans la province du Séno (nord) a été la cible d'une violente attaque perpétrée par des groupes armés terroristes", a expliqué le gouverneur et lieutenant-colonel Rodolphe Sorgho, dans un communiqué.

"Le bilan provisoire de cette attaque ignoble et barbare fait état de vingt-cinq personnes tuées dont vingt-deux civils et trois policiers, des blessés et des dégâts matériels", a-t-il précisé.

Un précédent bilan donné dimanche par deux habitants avait fait état d'au moins douze morts.

M. Sorgho a affirmé dans le communiqué que des actions pour sécuriser "la localité sont en cours" et invite la population à "plus de collaboration pour qu'ensemble nous puissions venir à bout de l'hydre terroriste".

Dimanche, un habitant avait précisé que les hommes armés "ont ciblé le commissariat de police, la mairie et une école". "Des concessions (habitations) et une mosquée ont été touchées par les tirs des assaillants avant la riposte de forces de défense et de sécurité", avait-il ajouté.

Un deuxième habitant avait lui indiqué que "des hommes à moto" ont "attaqué la ville" avec "plusieurs cibles", en redoutant un bilan plus lourd au vu du nombre de portés disparus et de blessés.

"Plusieurs individus armés ont été neutralisés dans la riposte et la traque qui a suivi", avait de son côté indiqué une source sécuritaire.

Samedi également dans la région de l'Est, six soldats ont été tués dans l'explosion d'une bombe artisanale, selon deux sources sécuritaires.

"Des éléments du détachement militaire de Diapaga effectuaient une mission de patrouille" lorsque leur véhicule "a sauté sur une mine sur l'axe Diapaga-Partiaga", avait précisé l'une d'elles.

Le Burkina Faso est secoué depuis 2015 par des attaques de groupes liés à Al-Qaïda et à l'Etat islamique, et leurs affrontements avec les forces armées. Les violences ont fait des milliers de morts et quelque deux millions de déplacés.

Le capitaine Ibrahim Traoré, président de transition issu d'un coup d'Etat militaire le 30 septembre 2022 - le deuxième en huit mois - s'est donné pour objectif "la reconquête du territoire occupé par ces hordes de terroristes".