Le Conseil des affaires économiques et du développement de l’Arabie saoudite fait la lumière sur les réalisations de la Vision 2030

Le prince héritier Mohammed ben Salmane répond aux questions lors d'une conférence de presse à Riyad, le 25  avril 2016 (Archive/AFP)
Le prince héritier Mohammed ben Salmane répond aux questions lors d'une conférence de presse à Riyad, le 25  avril 2016 (Archive/AFP)
Short Url
Publié le Lundi 26 avril 2021

Le Conseil des affaires économiques et du développement de l’Arabie saoudite fait la lumière sur les réalisations de la Vision 2030

  • Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a confirmé que les programmes Vision 2030 avaient constitué de grandes avancées
  • Mohammed ben Salmane a fait savoir qu’il restait encore beaucoup à faire sur différents fronts pour atteindre tous les objectifs de cet ambitieux plan de développement

RIYAD: Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, vice-Premier ministre et président du Conseil des affaires économiques et du développement, a confirmé que les programmes Vision 2030 avaient constitué de grandes avancées et qu’ils avaient relevé les défis structurels des cinq dernières années. 

Le prince héritier a également exprimé sa gratitude pour les efforts déployés par toutes les autorités gouvernementales afin de surmonter de nombreux défis au cours des derniers mois, louant les expériences inestimables qui ont été acquises et qui ont renforcé la confiance dans la réalisation des objectifs de la Vision 2030. 

Mohammed ben Salmane a fait savoir qu’il restait encore beaucoup à faire sur différents fronts pour atteindre tous les objectifs de cet ambitieux plan de développement. 

Le Conseil des affaires économiques et du développement a passé en revue les réalisations de la Vision du Royaume cinq ans après la création de la Vision 2030. Cette dernière a, jusque-là, porté l’accent sur l'établissement d'une infrastructure habilitante, la construction de structures institutionnelles et législatives, l'établissement de politiques générales et le soutien des initiatives. La prochaine phase de la Vision se concentrera sur la poursuite de la mise en œuvre, garantissant une plus grande participation des citoyens et du secteur privé. 

L’examen a couvert les trois grands thèmes de la Vision, que voici: 

1) Une société dynamique 

Le Conseil a passé en revue les réalisations qui visaient à améliorer la qualité de vie dans le cadre d'un environnement attractif et distinctif afin de faire du Royaume une destination mondiale de premier plan. Cela comprend la facilitation de l'accès aux services de santé d'urgence dans les quatre heures, aujourd’hui d’un taux de plus de 87%, contre 36% avant l'inauguration de la Vision; la réduction du pourcentage de décès par accident de la route chaque année – 13,5 décès pour 100 000, alors que ce chiffre s’élevait auparavant à 28,8; et l’augmentation du pourcentage de personnes qui participent à des activités sportives au moins une fois par semaine. Elles sont passées de 13% avant le lancement de la Vision à 19% en 2020. 

Le Conseil a également examiné les réalisations les plus importantes dans le secteur du logement. Le pourcentage d'accession à la propriété est passé de 47%, il y a cinq ans, à 60%. En outre, l'obtention d'une aide au logement est désormais immédiate, alors qu’elle prenait jusqu'à quinze ans avant le lancement de la Vision. 

Le Conseil a pris note des indicateurs liés à l'intérêt croissant pour les sites archéologiques et patrimoniaux, qui ont eu une répercussion directe sur l'inscription de nouveaux sites saoudiens à la liste du patrimoine mondial de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco). Le nombre de sites patrimoniaux qui peuvent être visités dans le Royaume en 2020 est passé à 354, contre 241 en 2017. Le Conseil a également évalué les efforts qui visaient à renforcer l'identité nationale saoudienne et à renforcer sa présence à l'échelle mondiale, comme en témoigne l'augmentation des éléments du patrimoine culturel immatériel inscrits à l'Unesco à huit, contre trois éléments auparavant. Le nombre de sites patrimoniaux urbains inscrits au patrimoine culturel national s’élève à mille en 2020, contre quatre cents en 2016. 

Le Conseil a constaté un autre succès de la Vision avec l’augmentation de la capacité du Royaume à recevoir et à accueillir les pèlerins vers les lieux saints en élargissant le système de services dans les deux saintes mosquées et les Lieux saints. En outre le processus d'obtention d'un visa Omra a été automatisé et il peut désormais être établi en cinq minutes seulement, contre quatorze jours auparavant. À cela s’ajoute la délivrance du «Visa de touriste électronique», qui peut être obtenu électroniquement en quelques minutes. Ces mesures ont grandement facilité la visite des destinations touristiques et des monuments du Royaume et elles ont contribué à revitaliser le secteur du tourisme et à augmenter sa contribution au produit intérieur brut (PIB), tout en développant diverses destinations touristiques et en créant des opportunités d'emploi pour les hommes et les femmes. Le secteur du tourisme du Royaume est devenu le secteur à la croissance la plus rapide au monde avec 14%. 

Le Conseil a également pris note de la contribution, au cours des cinq dernières années, des programmes de Vision relatifs à l’amélioration de la qualité de vie dans le Royaume. L’Arabie saoudite est devenue un pôle d’attraction, organisant notamment des manifestations sportives de renommée mondiale. En outre, il a également mis en avant les événements sportifs, culturels et bénévoles qui ont attiré plus de 46 millions de visiteurs jusqu'en 2020. Le nombre d'entreprises qui opèrent dans le secteur du divertissement a doublé: elles sont désormais plus de 1 000 et ont généré plus de 101 000 emplois. 

Le Conseil a, en outre, étudié les réalisations liées à la préservation, à la durabilité et à la protection de l'environnement, notamment la création, en 2018 et en 2019, de sept réserves naturelles royales destinées à préserver diverses espèces végétales et animales, constituant un réservoir généalogique contemporain. Le Royaume a non seulement franchi une étape planétaire dans la production d'eau dessalée, mais il a dépassé la production mondiale de dessalement d'eau saline avec la capacité de production la plus élevée atteinte par la Saline Water Conversion Corporation (SWCC), 5,9 millions de m3 par jour en 2020. Le remplacement des technologies thermiques et l'expansion de l'utilisation de technologies respectueuses de l'environnement ont contribué à une réduction des émissions de dioxyde de carbone de 28 millions de tonnes par an. En plus d'annoncer des mégaprojets pour préserver l'environnement au cours de la même période, la Saudi Green Initiative – récemment annoncée – et l'initiative Middle East Green viseront à augmenter le couvert végétal, à réduire les émissions de carbone, à lutter contre la pollution et la dégradation des terres et à préserver la vie marine. 

2) Une économie prospère 

Le Conseil a également inspecté les initiatives destinées à créer un environnement qui soutienne le potentiel commercial et élargisse la base économique. Il a observé que les actifs du Fonds d'investissement public avaient doublé, atteignant environ 1 500 milliards de riyals saoudiens (SR) en 2020, soit 331 milliards d’euros, alors qu’ils ne dépassaient pas 570 milliards de SR, soit 125 milliards d’euros, en 2015. Il convient de noter que le taux des flux d'investissements étrangers internationaux a diminué de 58% depuis 2015. Les entrées d'investissements directs étrangers en Arabie saoudite ont augmenté, parvenant à 17,625 milliards de SR (3,89 milliards d’euros), soit une augmentation de 331% puisqu'elles étaient de 5,321 milliards de SR (1,18 milliards d’euros) avant le lancement de la Vision 2030. Parmi ces initiatives figuraient également le lancement de grands projets qui contribuent au bien-être de la société, créent des emplois et attirent les investissements internationaux. Les plus importants d’entre eux sont, entre autres, Neom, Qiddiya et les projets de la mer Rouge. 

Le Conseil a également examiné les réalisations liées au développement du secteur financier: la Bourse saoudienne (Tadawul) a rejoint les indices des marchés émergents MSCI et S&P Dow Jones, ce qui a facilité l'investissement des investisseurs étrangers dans le royaume d'Arabie saoudite, alors que la valeur de leurs avoirs sur le marché a augmenté de 195,9% pour atteindre 208,3 milliards de SR (soit 46 milliards d’euros) à la fin de l’année 2020, avec un taux de propriété de 12,8% de la valeur totale des actions. 

En outre, le Fintech Saudi Center a été créé dans le but d'ouvrir les services financiers à de nouveaux types d'entités dans le domaine de la technologie financière et de développer des fonds, des accélérateurs et des incubateurs axés sur la technologie financière pour fournir du capital-risque et du financement par actions et favoriser l’environnement entrepreneurial. Ces réalisations ont contribué à faire de la Bourse saoudienne, Tadawul, l'un des dix plus grands marchés financiers du monde. 

Le Conseil a vérifié les performances du Centre national de gestion de la dette. Il apparaît que ce dernier a réussi depuis sa création, au cours des cinq dernières années, à soutenir le budget général du Royaume d'environ 897 milliards de SR, soit 198 milliards d’euros. 

En outre, le Conseil a débattu des réalisations accomplies dans les domaines de la création d'emplois pour l'avenir et du soutien à l'innovation, en considérant l’aide apportée aux petites et moyennes entreprises comme l'un des moteurs les plus importants de la croissance économique. Il s’est félicité du fait que le Royaume était passé au douzième rang dans l'indice de disponibilité du capital-risque dans le Global Competitiveness Report 2020 et au troisième rang mondial dans l'indice de protection des investisseurs minoritaires. De plus, le Royaume s'est hissé au vingt-quatrième rang mondial dans le Global Competitiveness Report 2020, après avoir été classé trente-neuvième en 2018. Parallèlement, en plus d'adopter des lois qui protègent et renforcent leurs droits aux niveaux personnel et professionnel, la participation des femmes saoudiennes au marché du travail a considérablement augmenté, atteignant 33,2% en 2020, contre 19,4% en 2017. 

Le Conseil a également évoqué l'accélération de la croissance du ratio du PIB non pétrolier, qui s’élevait à 59% en 2020, contre 55% en 2016. Les revenus non pétroliers ont également augmenté, passant de 166 milliards de SR (36 milliards d’euros) en 2015 à 369 milliards SR (81 milliards d’euros) en 2020, soit une augmentation de 222%, tandis que le nombre d'usines a augmenté de 38%: 9 984 usines contre 7 206 usines avant le lancement de la Vision. Cela a coïncidé avec le lancement d'initiatives pionnières, comme le lancement du programme Made in Saudi, le programme Shareek pour renforcer le partenariat avec le secteur privé et accélérer le rythme de croissance du PIB, la création d'une banque export-import et le lancement d'un système d'investissement minier. 

Dans le domaine de l'économie numérique, le Conseil examiné les initiatives qui ont propulsé le Royaume à la première place de la compétitivité numérique au niveau du G20, atteignant la première place mondiale en vitesse Internet 5G et couvrant plus de 60% des grandes villes et 45% des autres villes en déployant plus de 12 000 tours qui prennent en charge la technologie 5G.  

Le Royaume s'est également classé sixième parmi les États du G20 dans l'indice mondial de cybersécurité de l'Union internationale des télécommunications (UIT) et dans l'expansion de la couverture de la fibre optique, puisque 3,5 millions de foyers dans les zones urbaines étaient couverts par des réseaux de fibre optique en 2020; ils n'étaient qu’1,2 million en 2017. En outre, le Royaume a attiré les plus gros investissements technologiques au Moyen-Orient et en Afrique du Nord avec des transactions dépassant 6 milliards de SR (1,33 milliards d’euros) dans le secteur du cloud computing. 

Dans le domaine de l'énergie, le Conseil a analysé les accomplissements les plus importants depuis le lancement de la Vision 2030, dont certains sont remarquables aux niveaux national et international. Le Royaume, qui a fondé le groupement de nations Opep+, a réalisé un exploit historique en 2020, parvenant à la plus forte réduction de production que le marché pétrolier ait jamais connue. Cela a contribué à restaurer la stabilité et l'équilibre des marchés mondiaux et à lutter contre les effets de la pandémie de Covid-19 sur l'économie mondiale. Le Royaume a également encouragé le concept d’économie circulaire du carbone adopté par le G20, démontrant sa volonté de protéger l’environnement et de lutter contre le changement climatique dans le cadre de l’accord de Paris et des conventions internationales pertinentes. 

Par ailleurs, le premier des projets prévus par le Gardien des deux Saintes Mosquées pour les énergies renouvelables a également été inauguré, avec l'usine de Sakaka destinée à produire de l'électricité. D'autres projets de production d'électricité à partir d'énergie solaire ont été annoncés dans différentes régions du Royaume, et certains de ces projets ont atteint de nouveaux records en enregistrant le coût d'achat d'électricité produite à partir de l'énergie solaire le plus bas au monde. 

La capacité totale de ces projets a été estimée à plus de 3600 mégawatts. Ces projets fourniront de l'énergie à plus de 600 000 logements. À cela s’ajoutent plusieurs projets d'énergie propre visant à produire de l'hydrogène et de l'ammoniac. Les projets d'énergie renouvelable contribueront à diversifier le mélange énergétique utilisé dans la production d'électricité, de sorte que la production d'électricité à partir d'énergies renouvelables et de gaz sera de 50% chacun d'ici à 2030, entraînant le déplacement d'environ un million de barils d'équivalent pétrole de carburant liquide. 

Le secteur de l'électricité a été témoin de mesures claires et délibérées pour améliorer son efficience, son efficacité et sa durabilité, telles que la restructuration du secteur, la mise en place du nouveau système électrique et la réorganisation de l'Autorité de régulation de l'eau et de l'électricité. De plus, plus de dix millions de compteurs électroniques intelligents ont été installés: c’est une étape importante vers la numérisation du secteur. 

L'industrie pétrolière saoudienne a également vu l'approbation du développement du champ gazier de Jafurah, la découverte de cinq nouveaux champs pétrolifères et gaziers et l'intégration continue des secteurs pétrolier et pétrochimique. 

Le Conseil a étudié les contributions des programmes de la Vision à la création d'un environnement propice au développement des compétences et à la poursuite des investissements dans l'éducation et la formation. Le nombre d'universités et de collèges est de 63, et la recherche scientifique atteignait 33 588 publications contre 15 056 les années précédentes, soit une augmentation de 223%. Le taux de scolarisation dans les jardins d'enfants a également augmenté à 23%, contre 13% auparavant. 

Le Conseil a également vérifié les réalisations dans le domaine de la localisation des industries militaires, car les programmes Vision 2030 du Royaume sont parvenus à augmenter le taux de localisation dans le secteur pour atteindre 8% à la fin de 2020, contre 2% en 2016. En outre, pour la première fois dans l'histoire du Royaume, un programme de licences permettant de s'engager dans des activités de l’industrie militaire a été lancé. C’est dans ce cadre que 91 entreprises locales et internationales ont obtenu une licence, avec 142 licences de fondation. 

3) Une nation ambitieuse 

Dans le cadre de l'amélioration de la réglementation et des services et de l'expansion des canaux de communication entre les agences gouvernementales, les citoyens et le secteur privé, le Conseil a contrôlé la réalisation des initiatives qui ont apporté des transformations majeures dans l'efficacité du travail gouvernemental, comme la publication de plus de 197 législations dans divers domaines, y compris les lois, les règlements, les statuts et les arrangements organisationnels. 

Le taux de maturité des services gouvernementaux numériques est passé à 81,3% contre 60% en 2017, ce qui a contribué de manière significative à l'amélioration des services fournis aux citoyens et aux résidents du Royaume. 

Le Conseil a en outre étudié tout ce qui a été mis en œuvre en matière de lutte contre la corruption et de renforcement de l'intégrité, car la culture de la responsabilité est solidement enracinée au niveau de l'appareil gouvernemental et parmi les citoyens. En effet, le montant total récupéré par le Trésor public à la suite des accords anti-corruption a atteint 247 milliards de riyals, soit 54 milliards d’euros, au cours des trois dernières années, c’est-à-dire 20% du total des revenus non pétroliers, en plus des dizaines de milliards d'actifs non monétaires transférés au ministère des Finances. 

Le conseil a observé les sauts qualitatifs des réalisations accomplies dans le système judiciaire. Le taux de réussite des tribunaux d'exécution est passé à 82%, celui de réalisation des tribunaux du statut personnel a augmenté, atteignant 59%, comme le renforcement du système judiciaire spécialisé, l'activation des poursuites à deux degrés et l'activation du contentieux électronique. Le nombre de sessions judiciaires tenues entre 2015 et 2020 a atteint plus de 10 millions de sessions, contre 2,7 millions de sessions judiciaires de 2009 à 2014; le nombre de procuration est passé à 11 millions de notaires de 2015 à 2020, contre 2,2 millions entre 2009 et 2014. 

De nombreux accords de localisation ont été signés et sont entrés en vigueur avec diverses autorités de tutelle dans le but d'augmenter les taux de localisation dans divers secteurs, contribuant à l'emploi de plus de 422 000 citoyens et citoyennes depuis le début de l’année 2019. 

Le Conseil a débattu de ce qui avait été réalisé dans le secteur à but non lucratif et la responsabilité sociale. En effet, le nombre de volontaires en 2020 a atteint 409 123, hommes et femmes, à travers plus de 156 000 opportunités de volontariat, contre 23 000 en 2016. Le nombre de volontaires inscrits sur la plate-forme de volontariat a atteint 533 950. La valeur économique du volontariat individuel est passée de 0,6 SR (0,13 euro) par heure en 2016 à 21,27 SR (4,70 euros). 

En outre, le Conseil a vérifié que l’on fournissait bien des logements adéquats aux personnes couvertes par les services de sécurité sociale selon le régime de propriété ou de droit d'usufruit, grâce à l'intégration et au partenariat avec le secteur à but non lucratif et plus de 350 associations sociales qui fournissent plus de 46 000 logements partout dans les régions du Royaume. En outre, la plate-forme Joud pour le logement a été lancée dans le but d’impliquer la communauté et de l’aider à faire des dons de logement à des œuvres caritatives à travers une plate-forme fiable et en coopération avec 121 associations caritatives. Cette plate-forme a contribué à soutenir plus de 23 000 personnes dont les contributions de la société dépassent 400 millions de SR (88 millions d’euros), par le biais de deux volets: la fourniture de logements et l’aide aux citoyens en défaut de paiement pour la location d’un logement. 

Le Conseil a retenu plusieurs recommandations nécessaires pour passer à l’étape suivante du processus de réalisation de la Vision 2030 du Royaume, lancé au début de cette année 2021 et qui se poursuit jusqu'en 2025. Il s’agit de la phase d'avancement des réalisations et de maintien de l'élan requis pour poursuivre les réformes. 

Cela comprend la mise à jour du développement des programmes de réalisation de la Vision pour assurer sa cohérence avec les objectifs, augmenter l'efficacité des dépenses et répondre aux développements économiques à travers trois domaines fondamentaux: 

Premièrement, restructurer certains des programmes actuels et en créer d'autres qui soient conformes aux exigences de la phase suivante, comme l'établissement d'un programme de transformation du secteur de la santé visant à restructurer ce domaine pour en faire un système de santé complet, cela afin de répondre aux aspirations de la Vision. 

Deuxièmement, donner de la flexibilité aux calendriers de mise en œuvre de certains programmes, fixer des priorités pour la mise en œuvre des initiatives et permettre des changements dans les politiques législatives. 

Troisièmement, transférer les initiatives de «promotion du caractère national», des «entreprises nationales importantes» et des «partenariats stratégiques» aux entités concernées et dans le cadre de leurs programmes. Cette recommandation intervient alors que ces initiatives ont atteint la plupart de leurs objectifs au cours des cinq premières années de la Vision, sans qu'il soit nécessaire de préserver son indépendance dans la phase suivante. 

La prochaine phase de la Vision 2030 du Royaume devrait être marquée par le développement continu de secteurs prometteurs et nouveaux. L'accélération des réalisations dans la mise en œuvre des programmes de réalisation de la Vision contribuera à promouvoir la croissance économique et à soutenir le contenu local. Elle augmentera sa contribution au développement économique du Royaume et facilitera l'environnement des affaires. En outre, elle renforcera le rôle des citoyens et du secteur privé dans la réalisation de la Vision, s’appuyant sur une plus grande autonomisation qui permettra d’utiliser les capacités et à investir les potentiels afin de réaliser davantage de progrès et d’obtenir davantage de succès.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com 


La Fed exhorte le Congrès à relever sans délai le plafond de la dette

Il est "très important" de relever le plafond de la dette "dans les meilleurs délais afin que les Etats-Unis puissent payer leurs factures", a déclaré Jerome Powell, patron de la puissante Réserve fédérale alors que le Trésor estime que le plafond sera atteint d'ici fin octobre. (Photo, AFP)
Il est "très important" de relever le plafond de la dette "dans les meilleurs délais afin que les Etats-Unis puissent payer leurs factures", a déclaré Jerome Powell, patron de la puissante Réserve fédérale alors que le Trésor estime que le plafond sera atteint d'ici fin octobre. (Photo, AFP)
Il est "très important" de relever le plafond de la dette "dans les meilleurs délais afin que les Etats-Unis puissent payer leurs factures", a déclaré Jerome Powell, patron de la puissante Réserve fédérale alors que le Trésor estime que le plafond sera atteint d'ici fin octobre. (Photo, AFP)
Il est "très important" de relever le plafond de la dette "dans les meilleurs délais afin que les Etats-Unis puissent payer leurs factures", a déclaré Jerome Powell, patron de la puissante Réserve fédérale alors que le Trésor estime que le plafond sera atteint d'ici fin octobre. (Photo, AFP)
Short Url
  • Jerome Powell avertit des conséquences économiques désastreuses en cas de défaut de paiement de la première puissance économique du monde
  • Les démocrates s’accrochent aux plans d'investissements de Biden, qui coûteraient $3500 milliards de dépenses, les républicains refusent de céder

WASHINGTON : Le président de la Banque centrale américaine a lancé mercredi un ferme avertissement au Congrès où les républicains refusent de relever le plafond de la dette au risque de précipiter les Etats-Unis dans une grave crise financière aux ramifications mondiales. 

Jerome Powell a ainsi rejoint une cohorte de responsables actuels et anciens qui avertissent des conséquences économiques désastreuses en cas de défaut de paiement de la première puissance économique du monde.

Il est "très important" de relever le plafond de la dette "dans les meilleurs délais afin que les Etats-Unis puissent payer leurs factures", a déclaré Jerome Powell, patron de la puissante Réserve fédérale (Fed) alors que le Trésor estime que le plafond sera atteint d'ici fin octobre.

Le plafond de la dette est le montant de dette à partir duquel le pays ne peut plus émettre de nouveaux emprunts pour se financer, ce qui l'empêche d'honorer ses paiements.

"C'est d'une importance cruciale", a ainsi tonné M. Powell. "Ne pas le faire pourrait entraîner de graves réactions, de graves dommages à l'économie, sur les marchés financiers et ce n'est tout simplement pas quelque chose que nous pouvons, que nous devrions envisager", a-t-il mis en garde.

Les démocrates de la Chambre des représentants ont voté mardi soir un texte qui comprend la suspension de la limite de la dette jusqu'en décembre 2022.

Mais ce texte est voué à l'échec au Sénat en raison de l'opposition républicaine.

Un défaut de paiement provoquerait un cataclysme financier mondial. Et la seule image de parlementaires dans l'impasse pourrait affecter les marchés et augmenter le coût des emprunts pour les Etats-Unis.

Si tous s'accordent au Congrès sur ce sombre scénario, les deux partis sont farouchement opposés sur la façon de l'éviter.

Les démocrates exhortent les républicains à approuver la suspension de la dette, comme ils l'ont déjà fait ensemble à de nombreuses reprises dans le passé.

Les républicains martèlent qu'il n'est pas question de soutenir une telle mesure destinée, selon eux, à financer les gigantesques projets d'investissements voulus par Joe Biden.

"Cette fois, c'est différent parce que les démocrates engagent toutes ces dépenses. Ils proposent des milliers et des milliers de milliards de dollars de dépenses sans une seule voix républicaine", a tempêté le sénateur John Barrasso.

Il faisait allusion à la possibilité de recourir à une procédure législative pour faire adopter des lois avec les seules voix démocrates.

Mais les démocrates sont eux-mêmes divisés sur les grands plans d'investissements qui engageraient un total de 3500 milliards de dollars de dépenses.

Pour le moment, le Trésor a essayé de gagner du temps en rognant sur les dépenses.

Face à une échéance désormais à l'horizon et des républicains inflexibles, six anciens secrétaires au Trésor, cinq démocrates et un républicain, ont alerté à leur tour sur les conséquences économiques dans un courrier adressé aux responsables du Congrès.  

"Même un défaut de paiement de courte durée pourrait menacer la croissance économique", écrivent-ils.

"Il serait très dommageable de saper la confiance dans la solidité et le crédit des États-Unis, et ce dommage serait difficile à réparer", opinent-ils.

Les deux partis ont continué mercredi de camper sur leur position.

Ainsi le chef des républicains au Sénat, Mitch McConnell, qui avait plaidé en faveur d'une augmentation du plafond sous l'ancien président Donald Trump, a demandé aux démocrates d'endosser seuls cette décision.

"Mon conseil au gouvernement démocrate, au président, à la Chambre et au Sénat: ne jouez pas à la roulette russe avec notre économie", a-t-il dit lors d'une conférence de presse. "Prenez vos responsabilités et relevez le plafond de la dette pour couvrir tout ce que vous avez fait, au cours de toute cette année".

Bernie Sanders, élu indépendant et figure progressiste majeure, a, lui, déploré l'attitude des républicains.

"Je n'arriverais pas à comprendre, et je pense que les Américains non plus, que le parti républicain permette que la plus grande économie du monde se retrouve en défaut de paiement sur des prêts et de l'argent déjà dépensés, surtout dépensés sous l'administration Trump."

Cela "mettrait l'économie mondiale à genoux", a-t-il insisté. Pour ces raisons, il estime que les républicains vont finir par flancher.

Jerome Powell a, lui, conclu: "Personne ne devrait partir du principe que la Fed ou qui que ce soit d'autre peut protéger les marchés ou l'économie en cas de défaillance".

 


En France, la taxe «Gafa» pourrait rapporter un demi-milliard d'euros en 2022

Les ministres des Finances du G20 ont approuvé début juillet un projet de réforme fiscale jugé "révolutionnaire" qui prévoit d'instaurer un impôt mondial d'au moins 15% sur les profits des plus grandes firmes internationales mais aussi de répartir plus équitablement les droits à taxer ces entreprises. (Photo, AFP)
Les ministres des Finances du G20 ont approuvé début juillet un projet de réforme fiscale jugé "révolutionnaire" qui prévoit d'instaurer un impôt mondial d'au moins 15% sur les profits des plus grandes firmes internationales mais aussi de répartir plus équitablement les droits à taxer ces entreprises. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les entreprises du High-Tech ont profité de la crise sanitaire, grâce à la numérisation accélérée de l'économie et du télétravail
  • Paris avait adopté en juillet 2019 cette taxe de 3% sur le chiffre d'affaires des géants du numérique, Google, Apple, Facebook, et Amazon

La taxe française sur les services numériques, surnommée la "taxe Gafa", devrait rapporter environ 518 millions d'euros à la France en 2022 selon le projet de budget présenté mercredi par le gouvernement, soit les recettes les plus importantes depuis son entrée en vigueur.

Cette taxe a déjà rapporté 277 millions d'euros en 2019, 375 millions en 2020 et devait rapporter 358 millions en 2021 selon les prévisions, alors que les géants du numérique ont profité de la crise sanitaire, grâce à la numérisation accélérée de l'économie et du télétravail.

Paris avait adopté en juillet 2019 cette taxe "Gafa" (Google, Apple, Facebook, Amazon) de 3% sur le chiffre d'affaires réalisé en France par les géants du numérique dépassant 750 millions d'euros d'activité mondiale.

Mais à l'avenir, une taxe numérique internationale pourrait remplacer la taxe française.

Les ministres des Finances du G20 ont approuvé début juillet un projet de réforme fiscale jugé "révolutionnaire" qui prévoit d'instaurer un impôt mondial d'au moins 15% sur les profits des plus grandes firmes internationales mais aussi de répartir plus équitablement les droits à taxer ces entreprises.

Quelque 130 pays avaient signé quelques jours plus tôt une déclaration en ce sens dans le cadre de négociations pilotées par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Pour parvenir à un accord global, l'Union européenne avait ensuite suspendu son projet de taxe numérique, visant les géants américains dont Amazon.

Les détails de cette réforme doivent être encore négociés dans le cadre de l'OCDE pour une mise en oeuvre à partir de 2023.


Le directeur technologique de Facebook va être remplacé par le spécialiste du «metaverse»

Le nouveau directeur, Andrew Bosworth, surnommé "Boz", est aussi responsable de la marque Oculus et ses casques immersifs de réalité virtuelle, principalement utilisés à des fin de divertissement... pour l'instant. (Photo, AFP)
Le nouveau directeur, Andrew Bosworth, surnommé "Boz", est aussi responsable de la marque Oculus et ses casques immersifs de réalité virtuelle, principalement utilisés à des fin de divertissement... pour l'instant. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le «metaverse» ou «méta-univers» où réel et virtuel se fondent jusqu'à se confondre, est une vision de science-fiction déjà présente dans des jeux vidéo
  • Mike Schroepfer a notamment supervisé la montée en puissance des systèmes d'intelligence artificielle, dont les logiciels auto-apprenants

SAN FRANCISCO : Mike Schroepfer, le directeur technologique de Facebook, a annoncé mercredi qu'il démissionnerait de son poste en 2022 et serait alors remplacé par Andrew Bosworth, qui dirige actuellement le laboratoire de réalité augmentée, où l'on explore le "metaverse", l'univers parallèle qui fait rêver les géants du numérique.


"C'est une décision difficile parce que j'adore Facebook et je suis très enthousiaste à l'idée du futur que nous construisons ensemble", a indiqué Mike Schroepfer sur son profil.


Il occupe ce poste depuis 2013 et a notamment supervisé la montée en puissance des systèmes d'intelligence artificielle au sein du groupe californien.


Les logiciels auto-apprenants sont essentiels au modèle économique de l'entreprise, fondé sur le ciblage publicitaire très fin et à très grande échelle, mais aussi pour répondre au défi de la modération des contenus, source de scandales majeurs depuis plusieurs années.


En mai dernier, Mike Schroepfer a ainsi présenté un algorithme déployé en 2020, pour détecter les contenus problématiques (violents, haineux, etc) en croisant différents signaux (texte, image) et ainsi avoir "une vision d'ensemble", au lieu d'interpréter trop littéralement un mot pris sans son contexte.


Le géant des réseaux sociaux est accusé par les politiques et la société civile, soit de ne pas lutter suffisamment contre la désinformation, soit de trop "censurer" certaines opinions, notamment chez les conservateurs, pourtant très actifs sur la plateforme.


Andrew Bosworth, surnommé "Boz", incarne au sein de l'entreprise les technologies futuristes, encore balbutiantes. A la tête du "Facebook Reality Labs" (FRL), il chapeaute la réalité augmentée, qui permet de surimposer des informations sur son environnement réel via un écran ou des lunettes.


Il est aussi responsable de la marque Oculus et ses casques immersifs de réalité virtuelle, principalement utilisés à des fin de divertissement... pour l'instant.


Fin juillet, Mark Zuckerberg, le patron du groupe, a aussi donné à "Boz" la direction d'une équipe dédiée au "metaverse", c'est-à-dire un "méta-univers" où réel et virtuel se fondent jusqu'à se confondre, une vision de science-fiction déjà présente dans des jeux vidéo.


Le fondateur de la plateforme aux près de 3 milliards d'utilisateurs mensuels espère devenir une "entreprise du metaverse d'ici 5 ans environ", d'après un entretien au site The Verge.


Mike Schroepfer a indiqué qu'il resterait chez Facebook en tant que conseiller et pourrait ainsi consacrer plus de temps à sa famille et à la philanthropie.