Israël commet un «crime d'apartheid» contre les Palestiniens, selon HRW

Les forces de sécurité israéliennes dispersent des manifestants palestiniens devant la porte de Damas dans la vieille ville de Jérusalem le 26 avril 2021. Ahmad GHARABLI / AFP
Les forces de sécurité israéliennes dispersent des manifestants palestiniens devant la porte de Damas dans la vieille ville de Jérusalem le 26 avril 2021. Ahmad GHARABLI / AFP
Short Url
Publié le Mardi 27 avril 2021

Israël commet un «crime d'apartheid» contre les Palestiniens, selon HRW

  • L'organisation de défense des droits humains Human Rights Watch a qualifié "d'apartheid" la politique d'Israël à l'égard des Arabes sur son sol et des Palestiniens dans les territoires occupés
  • «Sur la base de ses recherches, Human Rights Watch conclut que le gouvernement israélien maintient une domination délibérée de la population juive israélienne sur les Palestiniens à travers Israël et les Territoires occupés»

JERUSALEM : L'organisation de défense des droits humains Human Rights Watch a qualifié "d'apartheid" la politique d'Israël à l'égard des Arabes sur son sol et des Palestiniens dans les territoires occupés, dans un rapport publié mardi.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a réagi avant même cette publication, estimant auprès de l'AFP qu'il s'agissait d'un "tract de propagande" sans lien "avec les faits ou la vérité sur le terrain" et rédigé par une organisation mue "de longue date par un agenda anti-israélien".

Des ONG israéliennes utilisent depuis quelques mois le terme "apartheid" pour désigner les politiques d'Israël à l'égard des Arabes israéliens --descendants des Palestiniens restés sur leurs terres après la création de l'Etat hébreu-- et des Palestiniens de Cisjordanie occupée, Gaza sous blocus et Jérusalem-Est annexée. 

Mais c'est la première fois qu'une grande ONG internationale de défense des droits humains la reprend à son compte.

"Sur la base de ses recherches, Human Rights Watch conclut que le gouvernement israélien maintient une domination délibérée de la population juive israélienne sur les Palestiniens à travers Israël et les Territoires occupés", souligne le rapport. 

Lorsque cette "domination délibérée" s'ajoute à une "oppression systématique" et à des "actes inhumains", "il s'agit du crime d'apartheid", conclut HRW, disant se fonder sur la définition légale de l'apartheid et non sur une comparaison avec l'ancienne politique raciale de l'Afrique du Sud.

"Depuis des années, nous disons que nous sommes proches de l'apartheid (en Israël/Palestine), et je crois qu'il est maintenant clair que le seuil a été franchi", a déclaré à l'AFP Omar Shakir, auteur de ce rapport de 200 pages. 

Ce "seuil" a été franchi ces dernières années avec l'essor des colonies israéliennes à Jérusalem-Est, portion orientale de la Ville sainte annexée par Israël, et en Cisjordanie occupée où vivent désormais près de 700.000 colons, a précisé M. Shakir, estimant que les colonies israéliennes qui devaient être "temporaires" sont devenues des constructions "permanentes" faute d'accord sur la reconnaissance d'un Etat palestinien. 

Justice internationale

La décision de HRW d'utiliser un terme aussi chargé qu'"apartheid" mais aussi de qualifier de "persécution" la politique israélienne envers sa minorité arabe et les Palestiniens, intervient quelques semaines après l'annonce par la Cour pénale internationale (CPI) de l'ouverture d'une enquête sur des crimes présumés commis par Israël depuis 2014 dans les Territoires occupés.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a qualifié "d'antisémite" la décision de la CPI.

L'avenir de cette enquête --qui comprend un volet sur l'expansion des colonies-- est désormais entre les mains du futur procureur Karim Khan qui doit succéder mi-juin à Fatou Bensouda.

HRW a appelé le futur procureur à "s'en tenir aux faits", à "mener une enquête indépendante" et à "traduire en justice les personnes impliquées dans des crimes sérieux, incluant ceux d'apartheid et de persécution", a indiqué M. Shakir, actuellement en Jordanie après son expulsion d'Israël en novembre 2019.

L'ONG, dont le siège est à New York, exhorte aussi l'ONU à créer une "commission d'enquête internationale" sur la situation en Israël et dans les Territoires, et les pays à ne "pas être complices" de la politique israélienne envers les Palestiniens, sans toutefois les appeler à boycotter l'Etat hébreu, a souligné M. Shakir.

HRW a aussi demandé à l'Autorité palestinienne de "cesser sa coordination sécuritaire" avec l'Etat hébreu afin de ne pas être elle-même "complice" d'"apartheid". 

Le président Mahmoud Abbas a suspendu pendant plusieurs mois en 2020 cette coopération avec Israël, ce qui a entraîné un gel des transferts des taxes douanières perçues par Israël pour le compte de l'Autorité palestinienne.


L'Arabie saoudite accueillera les Jeux asiatiques d'hiver de 2029 à Neom

Le développement de Trojena, une station de montagne à Neom, devrait prendre fin en 2026. (Neom)
Le développement de Trojena, une station de montagne à Neom, devrait prendre fin en 2026. (Neom)
Short Url
  • «Nous sommes fiers d’annoncer que nous avons remporté la candidature pour accueillir l’AWG Trojena 2029 en tant que premier pays d’Asie occidentale»
  • Neom est le projet le plus ambitieux du prince héritier, Mohammed ben Salmane, dans le cadre de l’initiative Vision 2030 du Royaume qui vise à transformer l'économie, notamment en développant le secteur des sports

RIYAD: L’Arabie saoudite déclare aujourd’hui avoir été désignée pour accueillir les Jeux asiatiques d’hiver de 2029 au sein d’une station de montagne prévue dans le cadre du projet phare Neom qui s’élève à 500 milliards de dollars (1 dollar = 1,01 euro).

Le développement de Trojena devrait être achevé en 2026 et proposera une station de ski en plein air, un lac d’eau douce artificiel et une réserve naturelle, selon le site Web du projet.

En août, une lettre d’intérêt adressée au Conseil olympique d’Asie comprenait un aperçu de l’initiative Vision 2030 du Royaume, qui permettra à Trojena d’accueillir l’un des événements sportifs les plus importants d’Asie, auquel plus de trente-deux pays devraient participer.

La demande officielle a reçu des échos favorables auprès du Conseil olympique d’Asie. La décision a été prise lors des réunions du comité exécutif et de l’assemblée générale du conseil qui se sont tenues au Cambodge les 3 et 4 octobre.

«Grâce au soutien illimité des dirigeants saoudiens et du prince héritier au secteur du sport, nous sommes fiers d’annoncer que nous avons remporté la candidature pour accueillir l’Asian Winter Games (AWG) Trojena 2029 en tant que premier pays d’Asie occidentale», a écrit le ministre des Sports, le prince Abdelaziz ben Turki al-Faisal sur Twitter.

Neom est le projet le plus ambitieux du prince héritier, Mohammed ben Salmane, dans le cadre de l’initiative Vision 2030 du Royaume qui vise à réduire la dépendance au pétrole et à transformer l'économie, notamment en développant le secteur des sports.

Neom, un projet de haute technologie qui s’étend sur 26 500 kilomètres carrés le long de la mer Rouge, comprendra la ville zéro carbone baptisée «The Line», ainsi que des zones industrielles et logistiques.

L’Arabie saoudite sera le premier pays d’Asie occidentale à accueillir les Jeux asiatiques d’hiver.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’alliance mondiale pour l’économie verte initiée à Dubaï

Une photo d’archive montre le musée du Futur à Dubaï. Les Émirats arabes unis ont dévoilé leur premier ministère dans le métavers, alors que Dubaï tente de devenir le centre du monde immersif. (AFP)
Une photo d’archive montre le musée du Futur à Dubaï. Les Émirats arabes unis ont dévoilé leur premier ministère dans le métavers, alors que Dubaï tente de devenir le centre du monde immersif. (AFP)
Short Url
  • L’alliance vise à mettre en place une coalition de pays qui donnent la priorité à une économie verte dans le contexte de l’action climatique et du développement durable
  • Elle cherche par ailleurs à renforcer les capacités des pays en développement, à soutenir leurs projets de transition vers une économie verte et à échanger des connaissances sur la mise en œuvre

DUBAÏ: Une «Alliance mondiale pour l’économie verte» a été créée lors du huitième Sommet mondial de l’économie verte à Dubaï.
Le sommet s’est tenu sous le thème «Le leadership de l’action climatique au moyen de la collaboration: la feuille de route vers la neutralité carbone». Un grand nombre de ministres, d’experts, de décideurs, de fonctionnaires, de représentants d’institutions et de membres de la communauté universitaire du monde entier ont pris part au sommet.
L’alliance vise à mettre en place une coalition de pays qui donnent la priorité à une économie verte dans le contexte de l’action climatique et du développement durable, à renforcer les capacités des pays en développement, à soutenir leurs projets de transition vers une économie verte et à échanger des connaissances sur la mise en œuvre.
«Si nous voulons accélérer notre transition vers une économie verte, nous devons travailler tous ensemble et, dans cette perspective, nous avons besoin d’une plate-forme avec un objectif commun. L’Alliance mondiale des Émirats arabes unis (EAU) pour l’économie verte vise à établir une telle plate-forme», déclare Mariam bent Mohammed Almheiri, ministre émiratie chargée du Changement climatique et de l’Environnement.

Miser sur la technologie

Les EAU, qui possèdent le plus haut gratte-ciel du monde et qui ont déjà initié une ambitieuse mission sur Mars, espèrent désormais devenir un pays pionnier dans le métavers.
Dans le cadre d’un projet créé au sein du magnifique musée du Futur à Dubaï, le pays annonce que le ministère de l’Économie des EAU s’installe dans le monde virtuel immersif qui prend actuellement forme.

EAU


Séjours en Syrie: six femmes de l'entourage de la famille Merah en garde à vue

Une femme entre au palais de justice de Toulouse, dans le sud-ouest de la France, le 23 septembre 2022 (Photo, AFP).
Une femme entre au palais de justice de Toulouse, dans le sud-ouest de la France, le 23 septembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Domiciliées à Toulouse et Albi, cinq d'entre elles ont été interpellées chez elles et une sixième s'est présentée d'elle-même au commissariat, selon une source proche du dossier
  • Selon d'autres sources proches du dossier, certaines sont soupçonnées d'avoir contribué au départ en 2014 en Syrie de la sœur de Mohamed Merah, Souad, qui serait ensuite allée en Algérie

PARIS: Six femmes de l'entourage de la famille de Mohamed Merah ont été interpellées mardi dans la région de Toulouse, dans le cadre d'une enquête du parquet national antiterroriste qui les soupçonne d'avoir séjourné en Syrie en 2013 et 2014, a indiqué une source judiciaire, confirmant une information d'Europe 1.

Domiciliées à Toulouse et Albi, cinq d'entre elles ont été interpellées chez elles et une sixième s'est présentée d'elle-même au commissariat, selon une source proche du dossier.

L'enquête, confiée à la sous-direction anti-terroriste (Sdat), est ouverte depuis 2014 pour association de malfaiteurs terroriste délictuelle et soustractions des parents à leurs obligations légales.

Parmi ces femmes, âgées de 31 à 43 ans, certaines étaient parties avec leurs enfants en Syrie.

Selon d'autres sources proches du dossier, certaines sont soupçonnées d'avoir contribué au départ en 2014 en Syrie de la sœur de Mohamed Merah, Souad, qui serait ensuite allée en Algérie.

Soupçonnées depuis plusieurs années par la justice antiterroriste, plusieurs d'entre elles avaient déjà été entendues puis relâchées. Mais de nouveaux éléments ont amené les enquêteurs à les réentendre.

Elles font partie de l'entourage de la famille Merah, mais ne sont pas membres de la famille.

Il y a plus de dix ans, Mohamed Merah avait tué sept personnes, entre le 11 et le 19 mars 2012, à Montauban et Toulouse.

Il avait assassiné trois militaires - Imad Ibn Ziaten, Abel Chennouf et Mohamed Legouad -, un professeur et trois enfants juifs - Jonathan Sandler, ses fils Arié et Gabriel, et Myriam Monsonégo - avant d'être tué par la police après un siège de 32 heures suivi par les médias du monde entier.

Son frère Abdelkader a été condamné définitivement en 2020 à trente ans de réclusion criminelle pour complicité de ses crimes.