Derrière le bicentenaire de la mort de Napoléon, une histoire corse à redécouvrir

Créations de Valérie et Charles Santarelli à l’effigie de Napoléon (Photo, AFP).
Créations de Valérie et Charles Santarelli à l’effigie de Napoléon (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 27 avril 2021

Derrière le bicentenaire de la mort de Napoléon, une histoire corse à redécouvrir

  • En statues, street-art ou même en pain gastronomique, Napoléon est omniprésent à Ajaccio, sa ville natale
  • Le bicentenaire de sa mort doit permettre de redécouvrir l'influence de la Corse sur un personnage à la fois aimé et controversé

AJACCIO: En statues, street-art ou même en pain gastronomique, Napoléon est omniprésent à Ajaccio, sa ville natale, où le bicentenaire de sa mort doit permettre de redécouvrir l'influence de la Corse sur un personnage à la fois aimé et controversé.

À Ajaccio, où Napoléon Bonaparte naît le 15 août 1769, son souvenir se vit dès l'arrivée à l'aéroport, auquel son nom a été donné en 2011 et où trône son buste en bronze.

En rejoignant la ville, les automobilistes croisent un Napoléon en street-art, avec bicorne et médailles militaires, avant d'arriver au cours Napoléon, artère centrale bordée de cafés et hôtels homonymes.

Vers la gare, un Napoléon en trompe-l’œil scrute le golfe depuis une fausse fenêtre, au dernier étage d'un hôtel.

Plus loin, au Casone, esplanade de festivités et de reconstitution de batailles napoléoniennes, il surplombe la ville, tel une vigie.

« Ajaccio, c'est le souvenir de Napoléon avec des maisons autour » résumait déjà au XIXe siècle le poète Emile Bergerat.

Dans la vieille ville, un pain au curcuma et safran distingué par le guide Gault et Millau a été baptisé « pain Napoléon ».

Et à la boutique Empires, les symboles napoléoniens --abeille, bicorne, laurier, aigle, couronne-- sont revisités sur des vêtements ou accessoires. Napoléon encore et toujours.

Pourtant, « on n'a pas les épisodes les plus grandioses de Napoléon à Ajaccio, les batailles, le sacre, la splendeur de la cour impériale », explique Jean-Marc Olivesi, conservateur de l'unique musée national de Corse, la maison Bonaparte à Ajaccio, où a grandi l'empereur, fils de l'avocat Charles Bonaparte et de Maria Letizia Ramolino.

« Construction intellectuelle »

« En revanche la construction intellectuelle de ce jeune homme s'est en partie faite à Ajaccio », note-t-il, dans une île traversée de luttes politiques.

Napoléon est un personnage « consubstantiel » à la ville, pour Laurent Marcangeli, maire (DVD) d'Ajaccio, soutenu par le Comité central bonapartiste (CCB), un parti politique créé en 1908.

À la fois l'un des personnages préférés des Français, créateur du code civil, du baccalauréat ou de la Légion d'honneur, Napoléon est aussi l'un des plus controversés pour son action au pouvoir entre 1799 et 1815, avec notamment le rétablissement en 1802 de l'esclavage mais aussi de nombreuses guerres.

« Les polémiques autour de Napoléon me déplaisent parce que, qu'on le veuille ou non, c'était la France qui gagne, qui progresse technologiquement et au niveau du droit, qui est conquérante dans un siècle de rebondissements, une histoire de réussite personnelle, un ascenseur social sans précédent », insiste Laurent Marcangeli. 

La cathédrale de l’Assomption à Ajaccio où Napoléon a été baptisé en 1771 (Photo, AFP).

Regrettant le « mal français de l'autoflagellation », il appelle à « un travail scientifique et grand public » pour mieux connaître « ce personnage hors du commun » plutôt que de céder à un « jugement moral systématique a posteriori ».

« Napoléon réfléchissait à des questions très modernes comme le statut des juifs, la place de la culture, le softpower », note Jean-Marc Olivesi, assurant que, « pour nombre de chefs d'entreprises américains ou chinois, Napoléon, c'est une leçon de courage ».

Pour Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse, partisan d'une indépendance de l'île, mais aussi chercheur, « beaucoup de choses restent à explorer notamment le rapport de Napoléon à la Corse et ce que son action politique doit à sa formation » dans l'île. 

Des thèses sur le sujet sont en cours à l'université de Corse.

« Napoléon ne s'est pas intéressé beaucoup à la Corse mais ce qu'il n'a pas fait de son vivant, il peut peut-être le faire aujourd'hui en permettant de mettre en lumière ce qu'a été » l'île de Beauté, dit-il, avec notamment sa Constitution adoptée en 1755 et considérée par certains - dont l'auteure britannique Dorothy Carrington - comme la première constitution démocratique de l'Histoire moderne.

« Notre héritage »

Pour Talamoni, Napoléon doit permettre de faire découvrir l'histoire d'un autre Corse, dont il est beaucoup plus féru : Pascal Paoli, homme politique, philosophe, général (1725-1807) et figure du nationalisme insulaire et des années d'indépendance de l'île, entre le départ des Génois en 1755 et le rattachement à la France en 1768.

« Au XVIIIe siècle, Paoli et Napoléon nous ont projetés sous les feux de la rampe de l'Histoire européenne », rappelle Jean-Paul Olivesi. 

« On n'a pas à choisir, nous Corses, entre Paoli et Napoléon, on les a dans notre ADN, notre héritage, et l'un ne s'explique pas sans l'autre. Il faut se pencher sur cet héritage et essayer d'en faire quelque chose de dynamique », recommande-t-il. 

Un constat partagé par le producteur de cinéma Paul-Dominique Vacharasinthu, né à Ajaccio.

Coproducteur de « Papicha » et d' « Annette », le film de Leos Carax avec Marion Cotillard et Adam Driver qui sera en ouverture du Festival de Cannes en juillet, il travaille depuis un an au développement d'une série télévisée sur Napoléon avec l'ambition de créer « une œuvre au retentissement international », probablement tournée en langue anglaise et corse, en partie sur l'île, a-t-il confié.


De l’ardah au samri: les festivités à Diriyah donnent vie à la culture saoudienne

L’Autorité de développement de Diriyah Gate a dévoilé un programme passionnant d’événements et d’activités pour les résidents et les visiteurs à l’occasion de l’Aïd al-Fitr. (SPA)
L’Autorité de développement de Diriyah Gate a dévoilé un programme passionnant d’événements et d’activités pour les résidents et les visiteurs à l’occasion de l’Aïd al-Fitr. (SPA)
Short Url
  • Les festivités se dérouleront dans différents lieux, notamment le site historique d’At-Turaif, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, la destination culinaire haut de gamme Bujairi Terrace, et les mosquées de Diriyah
  • Les festivités comprendront une série d’événements, notamment des performances captivantes de la danse traditionnelle de célébration saoudienne, l’ardah, et de la danse folklorique Samri

RIYAD: La ville historique de Diriyah a été transformée en une véritable ville de fête, l’Autorité de développement de Diriyah Gate (DGDA) ayant dévoilé un programme passionnant d’événements et d’activités pour les résidents et les visiteurs à l’occasion de l’Aïd al-Fitr. 

Selon l’Agence de presse saoudienne (SPA), les festivités se dérouleront dans différents lieux, notamment le site historique d’At-Turaif, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, la destination culinaire haut de gamme Bujairi Terrace, et les mosquées de Diriyah. 

Les célébrations de l’Aïd à At-Turaif incarneront l’hospitalité saoudienne traditionnelle. Les visiteurs seront accueillis par le riche arôme de café et le parfum du dokhon saoudiens, ce qui promet une expérience inoubliable. 

Les festivités comprendront une série d’événements, notamment des performances captivantes de la danse traditionnelle de célébration saoudienne, l’ardah, et de la danse folklorique samri, rapporte SPA. 

Outre l’expérience Nuzul, les visiteurs seront transportés dans le temps, s’immergeant dans la vie quotidienne d’At-Turaif à l’époque du premier État saoudien. 

Grâce à une série de représentations théâtrales, les visiteurs découvrent la vie telle qu’elle était il y a trois cents ans. Chaque maison en briques de terre crue de la rue Nuzul représente un aspect différent de cette époque, invitant les visiteurs à vivre l’histoire comme jamais auparavant. 

Qu’il s’agisse de faire des achats dans le souk, d’aller à l’école ou de rendre visite au médecin, l'expérience Nuzul offre une occasion unique de se plonger dans le passé de manière vraiment immersive. 

Les visiteurs peuvent participer à des activités telles que le défilé de chevaux arabes de race pure, l’atelier de café de Diriyah et les stands de calligraphie proposant des noms arabes joliment écrits. 

La DGDA a décoré cinq mosquées de la ville afin que les célébrations de l’Aïd al-Fitr se déroulent dans un esprit festif. Ces mosquées ont organisé des petits déjeuners spéciaux le premier jour de l’Aïd, créant ainsi un environnement chaleureux et accueillant pour tous. 

L’événement «Huwamah» a quant à lui proposé des tournées en bus dans les quartiers de Diriyah dans la soirée, permettant aux familles et aux visiteurs de prendre part aux activités de l’Aïd. 

Près de 25 000 cadeaux, dont des boîtes de chocolat, ont été distribués sur différents sites dans le cadre des festivités, précise SPA. 

De même, Souq al-Mawsim a accueilli des visiteurs pour la première fois pendant l’Aïd al-Fitr, proposant une série d’activités passionnantes. 

Les visiteurs de Bujairi Terrace ont pu profiter de toute une série d’activités, notamment des concerts, des séances de contes, des ateliers pour enfants, ainsi que des jeux et des activités traditionnels. 

La DGDA s’engage à entretenir des liens étroits avec la communauté locale de Diriyah, accueillant chaleureusement les résidents et les visiteurs en toute occasion, tout au long de l’année. 

 

 

 Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com  


Festival de Cannes 2024 : Sélection du film saoudien Norah, une première pour le Royaume

La première sélection du Royaume s'intitule "Norah", entièrement tournée à AlUla, réalisée par Tawfik Alzaidi (à gauche) et se déroulant dans l'Arabie saoudite des années 1990, à une époque où le conservatisme régnait et où l'art, y compris la peinture, était interdit. (Fournie)
La première sélection du Royaume s'intitule "Norah", entièrement tournée à AlUla, réalisée par Tawfik Alzaidi (à gauche) et se déroulant dans l'Arabie saoudite des années 1990, à une époque où le conservatisme régnait et où l'art, y compris la peinture, était interdit. (Fournie)
Short Url
  • Le film a été présenté pour la première fois en Arabie saoudite en décembre au Red Sea Film Festival de Djeddah
  • Il sera présenté à Cannes dans la prestigieuse catégorie "Un certain regard"

LONDRES: Un film saoudien figure pour la première fois dans la sélection officielle du Festival de Cannes, a-t-on appris jeudi.

Norah est le premier long-métrage du cinéaste saoudien Tawfik Alzaidi, membre influent de la nouvelle vague cinématographique du Royaume. Le film est également le premier long-métrage local à être entièrement tourné à AlUla.
Le film se déroule dans les années 1990 en Arabie saoudite, lorsque le conservatisme était à son apogée et que toutes les formes d’art et de peinture étaient interdites.

Norah, jouée par Maria Bahrawi, est une jeune femme qui habite dans un village. Elle découvre que Nader, interprété par Yaqoub Alfarhan, un homme du quartier, est artiste. Elle lui demande alors de lui faire son portrait, favorisant ainsi une relation de découverte artistique. L’inspiration artistique de Nader s’éveille et il fait découvrir à Norah tout un monde de possibilités en dehors du village.

photo
Maria Bahrawi on the set of ‘Norah,’ in AlUla. (Supplied)

Le film a été projeté en avant-première en Arabie saoudite en décembre au Red Sea Film Festival de Djeddah et sera inclus dans la prestigieuse section "Un certain regard" du festival du film français, qui récompense les nouveaux talents et les récits non conventionnels et qui se déroule en même temps que la "Palme d'or".

"Norah" sera en compétition avec dix-neuf autres films du monde entier.
S'adressant à Arab News en novembre dernier avant la première, Alzaidi a dit espérer que le film inspirerait les générations futures à ne jamais laisser un rêve s'éteindre.
"Je ne pense pas qu'il s'agisse d'un film qui essaie d'avoir un message - l'art est subjectif, après tout", a-t-il déclaré. "Mais lorsque les spectateurs de la prochaine génération verront ce film, je veux qu'ils se souviennent d'une leçon : croire en soi. Et si vous avez une voix, n'arrêtez jamais de vous battre pour elle".

photo
"Norah", le premier film magistral du cinéaste saoudien Tawfik Alzaidi, est le premier film saoudien entièrement tourné dans la région historique d'AlUla, dans le Royaume. (Fournie)

Bahrawi a fait écho aux sentiments d'Alzaidi, ajoutant que le fait d'incarner Norah dans le film l'a incitée à ne rien laisser la dissuader de réaliser son potentiel.
"Norah m'a appris à être moi-même, à être fidèle à mon propre esprit et à me défendre malgré tous les défis", a-t-elle déclaré lors d'une interview accordée à Arab News. "À partir de maintenant et pour le reste de ma vie, grâce à Norah, si je ne trouve pas de soutien, je me soutiendrai moi-même. Je veux réussir et je le ferai contre vents et marées".

L'Arabie saoudite a levé son interdiction de 35 ans sur le cinéma en 2017 et a depuis vu sa scène cinématographique florissante aller de force en force, notamment en construisant une relation solide avec le festival de Cannes depuis la première fois qu'une délégation s'y est rendue en 2018.

La 77e édition du festival de Cannes se tiendra du 14 au 25 mai 2024.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Ronaldo et Benzema présentent leurs vœux pour l’Aïd el-Fitr à leurs abonnés

Cristiano Ronaldo, vedette portugaise d’Al-Nassr, et Karim Benzema, légende française d’Al-Ittihad, ont souhaité à leurs abonnés un joyeux Aïd el-Fitr, mercredi, sur X.
Cristiano Ronaldo, vedette portugaise d’Al-Nassr, et Karim Benzema, légende française d’Al-Ittihad, ont souhaité à leurs abonnés un joyeux Aïd el-Fitr, mercredi, sur X.
Cristiano Ronaldo, vedette portugaise d’Al-Nassr, et Karim Benzema, légende française d’Al-Ittihad, ont souhaité à leurs abonnés un joyeux Aïd el-Fitr, mercredi, sur X.
Cristiano Ronaldo, vedette portugaise d’Al-Nassr, et Karim Benzema, légende française d’Al-Ittihad, ont souhaité à leurs abonnés un joyeux Aïd el-Fitr, mercredi, sur X.
Short Url
  • «Aïd Moubarak! Je vous souhaite à tous joie et paix en ce jour spécial», écrit Ronaldo sur X
  • «Salam alaykoum, Aïd Moubarak à vous tous et qu’Allah accepte toutes nos prières», déclare Benzema dans une vidéo

RIYAD: Cristiano Ronaldo, vedette portugaise d’Al-Nassr, et Karim Benzema, légende française d’Al-Ittihad, ont souhaité à leurs abonnés un joyeux Aïd el-Fitr, mercredi, sur X.

Les géants de la Saudi Pro League ont adressé leurs meilleurs vœux à leurs abonnés en Arabie saoudite et dans le monde entier le soir du premier jour de l’Aïd el-Fitr, une célébration qui a débuté mercredi et se termine vendredi.

«Aïd Moubarak! Je vous souhaite à tous joie et paix en ce jour spécial», a écrit Ronaldo sur X en publiant une photo de lui dans un haut blanc.

Le Français a, quant à lui, publié une petite vidéo de lui. «Salam alaykoum, Aïd Moubarak à vous tous et qu’Allah accepte toutes nos prières», s’est-il exprimé dans un mélange de français et d’arabe.

Jusqu’à la mise en ligne de cet article, le message du joueur portugais avait recueilli plus de 425 000 likes, 36 000 retweets et 9 700 réponses.

Un abonné du nom de «Nungua» a écrit: «Aïd Moubarak, mon Goat (Greatest Of All Time). Je t'aime.»

Yasin a, quant à lui, écrit: «Je t'aime.»

Sadaf, une fan, a écrit: «Je te souhaite un très joyeux Aïd.»

L’un des abonnés, qui s’appelle Hsnain, a écrit: «Oui, une journée très spéciale en effet. Venant de l’homme aux millions d’abonnés, cela fait chaud au cœur!»

«Que Dieu te bénisse. Merci beaucoup pour tes aimables paroles», commente une abonnée du nom de Raïssa, qui a également ajouté une image où l’on peut lire «Aïd Moubarak».

Le message de l’attaquant d’Al-Ittihad a généré plus de 80 000 likes, 7 800 retweets et plus de 1 600 réponses.

«Aïd Moubarak, Karim. Prépare-toi pour le match contre Al-Hilal», a répondu un abonné en réponse à la vidéo de Benzema.

Et un autre fan d’écrire: «Aïd Moubarak, mon frère.»

Abdel Mohsen écrit en arabe: «Que Dieu exauce tes prières et les nôtres!»

Un utilisateur, appelé Ali, écrit: «La meilleure personne à nous avoir souhaité un Aïd Moubarak», ajoutant quatre émojis «cœur blanc».

Un fan de Benzema, appelé Abou Zaïd, a répondu au message en français: «Aïd Moubarak, puisses-tu être aussi créatif contre tes adversaires chaque année.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews