Masques transparents: "une avancée" pour les sourds, freinée par son coût

Masques transparents pour les sourds et malentendants à Evere, Bruxelles, le 15 mai 2020. (Bruno Fahy / Belga / AFP)
Masques transparents pour les sourds et malentendants à Evere, Bruxelles, le 15 mai 2020. (Bruno Fahy / Belga / AFP)
Short Url
Publié le Samedi 22 août 2020

Masques transparents: "une avancée" pour les sourds, freinée par son coût

  • "La lecture labiale est pour moi un plus. Vous imaginez bien (ou pas) qu'avec les masques, c'est plus galère"
  • Premier à avoir été homologué en France, avec 20.000 commandes à ce jour, il a été rejoint par un deuxième modèle, le "masque sourire" d'Odiora

PARIS : Ils protègent du Covid-19 et facilitent la communication: les masques transparents sont "une avancée" pour les sourds et malentendants qui lisent sur les lèvres, mais des prix encore élevés freinent leur "démocratisation" en Europe, en Asie et en Amérique du Nord.

Signes d'une popularité grandissante, on trouve des tutos sur YouTube pour fabriquer son masque transparent, l'entraîneur de football américain Nic Saban porte le sien au bord du terrain, la ministre française chargée des personnes handicapées l'arbore à l'Assemblée nationale, une interprète en langue des signes de l'hôpital de Portsmouth (GB) l'exhibe sur Twitter... 

Contrairement au masque classique, le modèle avec fenêtre transparente permet de voir l'expression du visage et de lire sur les lèvres. 

"La lecture labiale est pour moi un plus. Vous imaginez bien (ou pas) qu'avec les masques, c'est plus galère", témoigne auprès de l'AFP Vivien Laplane, un Français sourd de naissance et auteur du blog "Appendre à écouter". 

Un couple de sourds indonésiens, couturiers à Makassar sur l'île de Sulawesi, fabrique et commercialise depuis avril des masques transparents sans lesquels "il est impossible pour un sourd qui lit sur les lèvres de comprendre ce que les autres disent", explique Faizah Badaruddin qui, avec son mari, en produit chaque jour deux douzaines.

La communication est ainsi facilitée et pas seulement pour les sourds et malentendants, qui sont 70 millions selon la Fédération mondiale des sourds.

La Fédération française des orthophonistes explique qu'avec les masques classiques, "les patients se retrouvent privés de la source principale du message oral: la bouche et les mimiques faciales".

Le modèle a les faveurs aussi des enseignants. Rory Burnham Pickett est professeure à Sapporo au Japon (nord): "je sais qu'il est frustrant que mes élèves ne voient pas ma bouche ou l'expression de mon visage. J'ai fabriqué moi-même un masque transparent car on en trouve difficilement". 

Pour éviter le recours à un système D aléatoire, des gouvernements se saisissent du sujet en délivrant des homologations ou en passant des commandes.

Le Québec a ainsi commandé 100.000 masques pour les distribuer dans le réseau de la santé, selon les médias locaux. L'association des personnes avec une déficience de l'audition (APDA) a commandé 100.000 masques lavables avec fenêtres transparentes à l'entreprise québécoise Madolaine. "Les ventes se font très rapidement", assure la directrice de l'association, Marie-Hélène Tremblay.

Aux États-Unis, ClearMask LLC a annoncé mardi avoir reçu l'homologation de la FDA, l'agence américaine des médicaments, pour un masque transparent à usage médical. L'entreprise basée à Baltimore produisait déjà des masques transparents non chirurgicaux.

Des masques pour tous

C'est après "un passage à la pharmacie où la communication avec le personnel a été fortement dégradée du fait du port du masque classique" qu'Anissa Mekrabech, une Française de 31 ans atteinte de surdité, a eu l'idée de créer un prototype de masque transparent. 

Elle a cofondé la société ASA Initia, basée à Toulouse (sud-ouest), et noué un partenariat avec l'Association des Paralysés de France pour développer et commercialiser le "masque inclusif". 

Premier à avoir été homologué en France, avec 20.000 commandes à ce jour, il a été rejoint par un deuxième modèle, le "masque sourire" d'Odiora, une société de Lyon (centre-est). Deux autres devraient être homologués prochainement, selon le gouvernement français. 

Du côté des associations, Stéphane Lenoir, coordinateur du Collectif Handicaps en France, salue "une avancée" mais "pose la question de la généralisation et du coût" de ces masques. Il coûte de 10,90 à 15 euros l'unité en France, 10,99 USD (9,27 EUR) au Québec, l'Américain ClearMask propose un lot de 24 masques à 67 USD (56,5 EUR). 

Rory Burnham Pickett constate que les masques transparents que l'on trouve au Japon "viennent des États-Unis et sont chers".

En France, le gouvernement réfléchit à des dispositifs d'aide et des commandes publiques, comme préconisé par des associations. Pour Sophie Cluzel, secrétaire d'État française chargée des Personnes handicapées, "la promotion des masques transparents permettra de démultiplier la production et de faire baisser les coûts de fabrication et donc les prix".

Car "il faut démocratiser le port du masque transparent", plaide la Québécoise Marie-Hélène Tremblay.


En riposte à Microsoft, Google détaille ses projets d'IA

Le géant des technologies a montré des fonctionnalités de réalité augmentée, de nouvelles représentations en 3D générées à partir de ses images de rues, de nouvelles possibilités de recherche d'information sur des photos et une nouvelle application de recherches dans les œuvres d'art (Photo, AFP).
Le géant des technologies a montré des fonctionnalités de réalité augmentée, de nouvelles représentations en 3D générées à partir de ses images de rues, de nouvelles possibilités de recherche d'information sur des photos et une nouvelle application de recherches dans les œuvres d'art (Photo, AFP).
Short Url
  • Pour le groupe californien, il s'agit de ne pas céder de terrain après deux décennies de domination quasiment sans partage de ce secteur lucratif
  • Le groupe a assuré ne pas avoir cédé à la pression de Microsoft et au succès mondial de ChatGPT pour accélérer ses annonces

PARIS: En pleine bataille contre son rival Microsoft, Google a dévoilé mercredi une série de fonctionnalités enrichies par l'intelligence artificielle, mais une erreur dans une publicité pour "Bard", son tout nouveau robot conversationnel, a coûté cher à son action.

Lors d'un événement organisé à Paris devant plusieurs dizaines de journalistes européens, le géant des technologies a montré des fonctionnalités de réalité augmentée, de nouvelles représentations en 3D générées à partir de ses images de rues, de nouvelles possibilités de recherche d'information sur des photos et une nouvelle application de recherches dans les œuvres d'art.

Google a aussi annoncé avoir lancé des tests pour intégrer de l'intelligence artificielle (IA) dite "générative" à la recherche en ligne, alors que Microsoft vient de présenter une nouvelle version test de son propre moteur de recherche, Bing, avec ses algorithmes et ceux du robot conversationnel ChatGPT.

Pour le groupe californien, il s'agit de ne pas céder de terrain après deux décennies de domination quasiment sans partage de ce secteur lucratif.

Mais des astronomes ont signalé sur Twitter une erreur de Bard dans une publicité pour le nouveau logiciel.

L'annonce montre un exemple de question posée à Bard: "Quelles dernières découvertes de la Nasa issues du télescope James Webb puis-je expliquer à mon enfant de 9 ans?"

Parmi les réponses, l'IA déclare que ce télescope a été le premier à prendre des photos d'une planète hors du système solaire, alors que le téléscope géant européen l'avait en réalité déjà fait, en 2004.

L'erreur a fait perdre plus de 7% au titre d'Alphabet, la maison mère de Google, à la Bourse de New York mercredi.

"Nous avons encore besoin de tests massifs", avait reconnu Prabhakar Raghavan, vice-président chargé notamment du moteur de recherche, avant que la gaffe ne fasse surface.

«Quand nous serons satisfaits»

Trois des cadres de Google avaient fait le déplacement à Paris, une façon de donner une dimension internationale et multilingue à ses projets basés sur l'IA.

L'entreprise n'a pas donné de précision sur la manière dont Bard serait intégré à son moteur de recherche.

Comme son rival la veille, Prabhakar Raghavan a estimé que l'intégration de l'IA constituerait "une nouvelle ère de la recherche", les mots mêmes du patron de Microsoft, Satya Nadella.

Mais il n'a pas voulu indiquer de délai pour une version grand public, répétant que ce serait "dans quelques semaines".

"Ce sera quand nous serons satisfaits du résultat", a-t-il ajouté prudemment, allusion aux nombreux déboires de ChatGPT et autres IA génératives, aux réponses parfois absurdes ou déplacées.

Il a aussi assuré non seulement que l'IA ne donnerait pas "une seule bonne réponse", mais aussi que cela ne découragerait pas les internautes d'aller sur d'autres sites.

Les analystes craignent un appauvrissement de la quantité d'informations mais aussi des revenus publicitaires de tous les sites web.

"Nous voulons toujours que les gens explorent le web", a lancé Elizabeth Reid, également chargée du moteur de recherche. "Les gens voudront toujours des informations venant de gens auxquels ils peuvent s'identifier. Il y aura toujours des influenceuses beauté."

Google n'a pas non plus précisé si les réponses de son IA indiqueraient les sources de ses réponses, et a reconnu que la technologie actuelle des IA ne garantissait pas des réponses 100% justes.

Le groupe a assuré ne pas avoir cédé à la pression de Microsoft et au succès mondial de ChatGPT pour accélérer ses annonces.

"Nous travaillons sur l'IA depuis des années", ont expliqué ses dirigeants. "Aucun événement particulier" ne nous a poussé à faire ses annonces maintenant, ont-ils affirmé.


Disney+ perd des abonnés pour la première fois, le groupe licencie

Disney + en toile de fond de la première de Disney «Cheaper by the Dozen» au théâtre El Capitan à Hollywood (Photo, AFP).
Disney + en toile de fond de la première de Disney «Cheaper by the Dozen» au théâtre El Capitan à Hollywood (Photo, AFP).
Short Url
  • Pour la première fois Disney+ ne gagne pas des millions de nouveaux spectateurs au cours du trimestre écoulé
  • Les plateformes de streaming ont connu des croissances flamboyantes pendant des années, encore amplifiées par la pandémie

SAN FRANCISCO: Disney+ a perdu 2,4 millions d'abonnés pendant les trois derniers mois de l'année 2022 et le géant du divertissement a annoncé qu'il allait supprimer 7.000 emplois.

C'est la première fois depuis le lancement du service de streaming fin 2019 que Disney+ ne gagne pas des millions de nouveaux spectateurs au cours du trimestre écoulé.

La plateforme compte désormais 161,8 millions d'abonnés dans le monde.

En tout, d'après son communiqué de résultats trimestriels publié mercredi, le groupe Disney a réalisé un chiffre d'affaires de 23,5 milliards de dollars d'octobre à décembre, mieux qu'espéré par les analystes.

Le géant du divertissement a surtout rassuré les marchés avec des pertes opérationnelles moins élevées qu'attendu pour ses plateformes de streaming (Disney+, ESPN+ et Hulu), à 1 milliard de dollars pour la période d'octobre à décembre.

Mais le groupe a aussi annoncé la suppression prochaine d'environ 7.000 emplois.

"Bien que ce soit nécessaire pour faire face aux difficultés actuelles, je ne prends pas cette décision à la légère", a indiqué Bob Iger, lors d'une conférence téléphonique.

Selon son rapport annuel 2021, le groupe employait 190.000 personnes dans le monde au 2 octobre de cette année-là dont 80% à temps plein.

Son titre décollait de 8% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse de New York.

"Nous pensons que le travail que nous faisons pour transformer notre entreprise autour de la créativité, tout en réduisant les dépenses, va amener de la croissance durable et de la rentabilité pour nos activités de streaming", a déclaré M. Iger, cité dans le communiqué.

Disney lui a demandé en novembre de reprendre le poste de directeur général qu'il avait laissé à Bob Chapek en 2020, après quinze ans à ce poste, afin de redonner de l'élan à l'entreprise.

Champion de l'image familiale et policée de Disney, il fait, depuis, face aux problèmes de rentabilité des plateformes --notamment Disney+ lancée en grande pompe avant son départ-- mais aussi à un bras de fer politique en Floride, où se trouve l'un des parcs d'attraction de Disney, parmi les plus visités au monde.

Les relations entre le gouverneur de Floride Ron DeSantis et Disney se sont dégradées quand Bob Chapek s'est prononcé publiquement contre une loi promue par le gouverneur, qui interdit d'enseigner en Floride des sujets en lien avec l'orientation sexuelle à l'école primaire.

Publicité
Les plateformes de streaming ont connu des croissances flamboyantes pendant des années, encore amplifiées par la pandémie, avant d'être rattrapées par la crise économique.

"La croissance des abonnés ne sera pas linéaire à chaque trimestre", avait prévenu en novembre Christine McCarthy, directrice financière de Disney, alors que la plateforme star venait de gagner 12 millions d'abonnés en un trimestre.

Netflix, le vétéran et leader du secteur, a connu un premier semestre difficile en 2022 en perdant près de 1,2 million d'abonnés, avant de rebondir cet automne et cet hiver. La plateforme compte plus de 230 millions d'abonnés payants mais son bénéfice net annuel a baissé de 12% à 4,5 milliards.

Les applications de streaming font le même constat que des réseaux sociaux comme Snapchat, Facebook ou Instagram: les gains en utilisateurs ne se traduisent plus automatiquement en gains financiers.

Netflix et Disney ont donc lancé en décembre de nouveaux abonnements moins chers, avec de la publicité, pour attirer encore plus de spectateurs et surtout pour diversifier leurs sources de revenus.

Celui de Disney+ coûte 7,99 dollars par mois, tandis que son abonnement de base sans publicité est passé à 10,99 dollars aux Etats-Unis.

D'ici fin 2023, la nouvelle formule devrait rapporter plus d'un milliard de dollars de recettes publicitaires aux Etats-Unis, selon les chiffres du cabinet Insider Intelligence.


Le ministère saoudien du Hajj et de l’Omra présente ses derniers services à la conférence LEAP

Des visiteurs, à la conférence de la technologie LEAP 2023 à Riyad, présents sur le stand du Hajj et du ministère saoudien pour voir ses dernières solutions numériques. (Photo Fournie)
Des visiteurs, à la conférence de la technologie LEAP 2023 à Riyad, présents sur le stand du Hajj et du ministère saoudien pour voir ses dernières solutions numériques. (Photo Fournie)
Short Url
  • Des mesures numériques pour faciliter les déplacements des visiteurs et des visas permettant aux pèlerins de visiter les sites culturels et spirituels du Royaume font partie des nouveaux services offerts par le ministère saoudien du Hajj et de l’Omra
  • La conférence LEAP, qui se tient à Riyad et s’étend sur quatre jours, prendra fin jeudi

DJEDDAH: Le ministère saoudien du Hajj et de l’Omra présente ses derniers services destinés aux pèlerins lors de la conférence LEAP 2023 à Riyad.

C'est la deuxième fois que le ministère participe à la conférence sur la technologie, qui a été organisée par le ministère des Communications et des Technologies de l'information, en collaboration avec la Fédération saoudienne pour la cybersécurité, la programmation et les drones, au Riyadh Front Exhibition and Conference Center.

Cette conférence qui s’étend sur quatre jours prendra fin jeudi.

Selon le ministère du Hajj et de l’Omra, plusieurs initiatives ont été présentées pour garantir aux pèlerins un voyage sûr, sécurisé et spirituellement épanouissant vers La Mecque et Médine.

Le pavillon du ministère au LEAP présente un certain nombre de solutions numériques, auxquelles les visiteurs peuvent accéder via un écran interactif.

Le ministère a récemment annoncé de nouvelles mesures qui permettraient aux visiteurs, avec n'importe quel type de visa, d'accomplir l’Omra sans limite d'âge, ni obligation pour les femmes d'avoir un tuteur masculin.

Il y a une dizaine de jours, le ministère des Affaires étrangères du Royaume a lancé un service électronique permettant aux passagers en transit en Arabie saoudite d'obtenir des visas d'entrée. Cela permettrait à ceux-ci d'accomplir l’Omra, de visiter le pays et la mosquée du prophète à Médine.

Le ministère du Hajj et de l’Omra a déclaré que la validité du visa de l’Omra a été prolongée de trente jours à quatre-vingt-dix jours, permettant aux titulaires de visiter les sites spirituels et culturels du Royaume.

S'exprimant lors de l'Expo Hajj 2023 qui s'est tenue à Djeddah, le ministre du Hajj et de l’Omra, Tawfiq al-Rabiah, avait déclaré que le nombre de personnes participant au Hajj de cette année reviendrait aux niveaux d'avant la pandémie.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com