L’Algérie met le cap sur l’exploitation de ses ressources minérales

Site d'extraction minière (Patrick Pleul/AFP)
Site d'extraction minière (Patrick Pleul/AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 23 août 2020

L’Algérie met le cap sur l’exploitation de ses ressources minérales

  • L’Algérie met le cap sur l’exploitation des ressources minérales dont regorge son sous-sol
  • Pour développer une véritable industrie minière, l’Algérie doit rompre avec la logique rentière et les maux qui en découlent

Paris : Menacée par la baisse drastique de ses recettes pétrolières, l’Algérie met le cap sur l’exploitation des ressources minérales dont regorge son sous-sol. La décision de dédier un ministère plein et entier à l’activité minière, lors du remaniement partiel du 23 juin dernier, est en soi révélateur de l’importance accordée à ce secteur stratégique.

Connue pour être un pays pétrolier et gazier, l’Algérie recèle en réalité de nombreuses autres richesses, dont certaines sont laissées en jachère et d’autres sous-exploitées.

À l’issue du Conseil des ministres du 12 juillet dernier, le président Tebboune a enjoint le gouvernement d’entamer l’exploitation « optimale et transparente » de toutes les ressources minières du pays, en accordant la primeur à trois projets en particulier.

Il s’agit d’abord de la mine de fer de Gara Djebilet, située à proximité de Tindouf (Sud-Ouest), sur une superficie d’environ 130 km2. Considérée comme l’une des plus importantes en Afrique, ses réserves se montent à 3 milliards de tonnes.

En stand-by depuis de longues années en raison de la présence d’un taux élevé de phosphore – qui affectait sa rentabilité – le gisement de Gara Djebilet s’est aujourd’hui libéré de cette contrainte.

Qualité du produit fini

Confiée à un bureau d’études international, une expertise a permis de mettre au point des procédés adéquats de traitement et d’enrichissement des minerais. L’objectif étant de réduire la teneur du phosphore et d’élever celle du fer à des niveaux qui offrent une bonne qualité du produit fini.

Des concertations sont actuellement en cours avec deux partenaires différents, l’un russe et l’autre chinois, pour débuter la production au courant du premier trimestre 2021.

Parmi les priorités figure également le gisement de phosphate de Tébessa, dans l’est du pays, d’une capacité de 2,5 milliards de tonnes. Ce projet particulièrement ambitieux vise à intégrer l’ensemble de la chaîne de valeur, de l’extraction à la production de produits phosphatés, en passant par toutes les phases de transformation.

Piloté par un consortium algéro-chinois mené conjointement par Sonatrach et Citic Construction, le projet a été interrompu à la suite du retrait inexpliqué de Wengfu, second membre du groupement chinois. Son lancement, prévu courant 2021, reste néanmoins conditionné par l’arrivée d’un nouvel associé de la trempe de Wengfu.

Joint-venture algéro-australienne

Le troisième projet concerne le gisement de zinc-plomb d’Oued Amizour, près de Béjaïa (220 kilomètres à l’est d’Alger). Une licence d’exploration a été accordée dès 2006 à une joint-venture algéro-australienne, Western Mediterranean Zinc Spa (WMZ), composée de l’australienne Terramin associée à deux entités algériennes : Enof (Entreprise nationale des produits miniers non-ferreux et des substances utiles Spa) et ORGM (Office national de recherche géologique et minière).

Alors qu’il devait entrer en production en 2013, le projet a été retardé à plusieurs reprises en raison de différends entre les deux parties, liés aux données techniques équivoques consignées dans l’étude de faisabilité australienne, et au manque de précisions sur l’impact environnemental.

Les retards cumulés ont occasionné un manque à gagner considérable au pays et ont lourdement pesé sur la trésorerie de Terramin, au point que cette dernière a eu des difficultés à assumer ses engagements financiers.

Le lancement de la production est finalement programmé pour le premier trimestre 2021, après vérification de l’étude réalisée sur les capacités de production qui, dit-on, dépasserait 1 million de tonnes par an, sur une durée de vingt ans.

Selon le communiqué de ce même Conseil des ministres, « Le président de la République a également demandé d’établir immédiatement la carte géologique de tous les gisements exploitables en terres rares, en tungstène, en phosphate, en barite et autres matériaux… »

Une cartographie actualisée des richesses minières est certes indispensable, néanmoins elle doit s’accompagner de la création de bases de données techniques sur les gisements existants et le potentiel futur qui serviront de base aux études prospectives.

Progrès scientifiques et technologiques

À ce titre, les informations techniques recueillies sur le terrain pendant une quinzaine d’années (1967-1982) par l’ex-Sonarem (Société nationale de recherche et d’exploitation minière) – dissoute en 1982 – pourraient faire gagner un temps précieux, pour peu qu’elles soient adaptées aux progrès scientifiques et technologiques accomplis depuis par l’industrie minière.

Bien que les potentialités du pays en ressources minérales soient avérées et variées, l’option la plus intéressante pour l’Algérie serait de commencer par l’exploitation des éléments dits « majeurs », répertoriés et réputés rentables : fer, acier, zinc, cuivre, marbre, silicium… dont elle possède plus ou moins l’expertise.

En revanche, elle doit aborder avec la plus grande prudence la question des métaux rares et leur sous-catégorie, les terres rares. Si ces matières ont une forte rentabilité car très recherchées pour leurs hautes performances – par l’industrie des nouvelles technologies et celle de l’armement –, les conditions de leur extraction font polémique.

En effet, les procédés utilisés pour leur traitement génèrent un taux élevé de pollution, avec des répercussions graves et durables sur l’environnement et la santé : rejets radioactifs, pollution des nappes phréatiques, déforestation, pollution des sols, de l’air et des écosystèmes.

L’exemple le plus édifiant est celui de la Chine – leader mondial dans ce domaine – qui fait face à un véritable désastre écologique, notamment à Baotou (Mongolie intérieure) où la radioactivité dépasserait largement celle de Tchernobyl.

Enfin, pour développer une véritable industrie minière, l’Algérie doit rompre avec la logique rentière et les maux qui en découlent. Par ailleurs, elle doit valoriser ses ressources à travers une politique de transformation industrielle intégrée, facteur de développement. Autrement dit, la vente de matières premières brutes serait l’exception, et la transformation, la règle.

L’État devra également trouver le juste équilibre entre son rôle de régulateur et celui d’acteur majeur du secteur, pour ouvrir le champ aux capitaux locaux et étrangers. La nouvelle loi sur les mines, en cours de préparation, devrait apporter les réponses attendues par les investisseurs.

 

 


WEF 2022: Le chef du projet AlUla en Arabie saoudite souligne l'importance d'investir dans les arts

Le PDG de la Commission royale d'AlUla, Amr Al-Madani, participe à un dialogue sur l'économie sociale organisé par la Fondation Misk, le 23 mai 2022 au FEM de Davos (Photo, Twitter).
Le PDG de la Commission royale d'AlUla, Amr Al-Madani, participe à un dialogue sur l'économie sociale organisé par la Fondation Misk, le 23 mai 2022 au FEM de Davos (Photo, Twitter).
Short Url
  • Les créateurs d'art sont aussi importants que les infrastructures», déclare Amr Al-Madani lors d'une table ronde à Davos, en direct
  • «Pour moi, la culture est vraiment une manifestation de ce que nous sommes en tant que société», a affirmé Al-Madani

DUBAÏ : Le responsable de la Commission royale pour AlUla en Arabie saoudite a salué le rôle des arts et de la culture dans le maintien de communautés résilientes et créatives, affirmant que l'investissement dans les créateurs d'art est important pour les économies et la croissance saine des sociétés.

S'exprimant lors d'une session de discussion diffusée en direct intitulée «Choc culturel» au Forum économique mondial de Davos mardi, Amr Al-Madani a décrit les artistes comme «résilients», ajoutant que «les créateurs d'art sont des contributeurs essentiels à l'économie et à une croissance saine et «sont aussi importants que les infrastructures et les actifs».

Il a ajouté: «Pour ceux qui sont dans le monde de l'investissement, votre capital avec les artistes et les créatifs aura toujours un rendement beaucoup plus élevé que votre capital investi n'importe où ailleurs, à long terme».

La session était animée par Jeanne Bourgault, présidente et directrice générale d'Internews.

Bourgault a demandé à Al-Madani de présenter les initiatives de préservation culturelle ainsi que le développement économique qui s'opèrent dans le cadre de la régénération d'AlUla, le premier site du patrimoine mondial de l'UNESCO en Arabie saoudite.

«Pour moi, la culture est vraiment une manifestation de ce que nous sommes en tant que société», a affirmé Al-Madani.

Il a souligné que cette compréhension est essentielle lorsqu'on travaille sur un projet qui concerne un site du patrimoine mondial qui a été «la capitale de nombreuses civilisations anciennes pendant des milliers d'années et une capitale culturelle du monde».

Le panel a également accueilli Platon, le photographe et fondateur du People's Portfolio, une organisation à but non lucratif, qui utilise la photographie de portrait pour mettre en lumière les efforts humanitaires dans le monde entier.

Anna Konig Jerlmyr, maire de Stockholm, a évoqué l'importance du secteur artistique et la manière dont les acteurs de ce secteur ont été touchés par les restrictions introduites pour contenir la Covid-19.

Lors des périodes de confinement de mars 2020, de nombreux théâtres, cinémas, salles de concert, librairies et musées ont été fermés. Cela a ajouté au fardeau des artistes qui luttent pour subsister, et a contribué à la baisse des revenus des industries culturelles, a-t-elle signalé.

Cependant, les restrictions ont poussé les artistes à trouver des moyens plus créatifs afin d’atteindre les personnes contraintes de rester chez elles à cause des restrictions de la Covid-19.

Al-Madani a affirmé : «Pendant la pandémie, nous étions convaincus que la perte de tout créateur n'était pas acceptable».

Tout au long des mois de février et mars, Desert X AlUla, une exposition internationale d'art en plein air, adaptée au site, a été organisée en partenariat avec une entreprise californienne.

L'événement comprenait des galeries pour les artistes féminines. Plus de la moitié des artistes participants étaient des femmes, a-t-il ajouté.

Ce texte c’est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Organisation de coopération numérique et le Forum économique mondial lancent une initiative d’IDE numérique

Dans le cadre de cette initiative, l’OCN et le FEM lanceront des projets d'IDE numériques dans des pays du monde entier. (OCN)
Dans le cadre de cette initiative, l’OCN et le FEM lanceront des projets d'IDE numériques dans des pays du monde entier. (OCN)
Short Url
  • L’OCN et le FEM ont signé un accord en marge de la réunion annuelle du Forum économique de Davos
  • Dans le cadre de cette initiative, l’OCN et le FEM lanceront des projets d'Investissement direct étranger (IDE) numériques dans des pays du monde entier

LONDRES: Mardi, l'Organisation de coopération numérique (OCN) et le Forum économique mondial (FEM) ont lancé une initiative d'Investissement direct étranger (IDE) numérique lors de la réunion annuelle du Forum de Davos, visant à stimuler les IDE dans l'économie numérique mondiale.

L'accord stipule que l’OCN et le FEM travailleront ensemble pour trouver des méthodes visant à accroître l'adoption du numérique, l'investissement dans de nouvelles activités numériques et  dans l'infrastructure numérique.

En outre, l’OCN et le FEM mèneront des recherches pour contribuer à la compréhension globale des difficultés réglementaires qui empêchent actuellement les pays de réaliser le plein potentiel des IDE numériques.

Dans le cadre de cette initiative, les deux organisations lanceront des projets d'IDE numériques dans des pays du monde entier, les aidant à trouver et à mettre en œuvre des politiques et des mesures pour accroître les investissements dans l'économie numérique et faciliter le partage des connaissances entre les différents pays sur les réformes appliquées avec succès.   

Commentant ce lancement, Borge Brende, président du Forum économique mondial, a déclaré que «les IDE mondiaux connaissent une nette reprise, après la pandémie de Covid-19». «Les investissements dans l'économie numérique ne pourraient pas arriver à un meilleur moment. Ces projets nationaux contribueront à accroître les IDE dans l'économie numérique, qui est essentielle pour la croissance à long terme, la compétitivité et le développement durable», a-t-il ajouté.

L’OCN, qui se concentre sur les initiatives d'économie numérique soutenant les jeunes, les entrepreneurs de start-up et les femmes, compte neuf États membres avec un PIB cumulé de près de 2 trillions de dollars et une population de près de 600 millions d'habitants.

Selon le FEM, les États membres de l’OCN offrent une opportunité de marché précieuse aux investisseurs et aux entrepreneurs.

«En tant que première et seule organisation multilatérale mondiale axée sur la prospérité numérique pour tous, l’OCN s'associe au FEM sur une initiative d'IDE numérique pour aider les pays à développer des climats d'investissement favorables aux IDE numériques», a commenté la secrétaire générale de l’OCN, Dimah al-Yahya.

«Nous invitons les innovateurs numériques engagés dans le développement économique et l'intégration à nous rejoindre.»

Issa Ali Ibrahim Pantami, ministre des communications et de l'économie numérique du Nigéria, État membre de l’OCN et l'un des pays où des projets d'IDE numériques seront mis en œuvre, a affirmé que «l'économie numérique ne peut pas être développée en vase clos. Il y a un besoin de partenariat, de collaboration et de soutien, et c'est ce que l’OCN se propose de faire, en soutenant la réglementation pour soutenir le développement».

«Grâce à l'initiative numérique des IDE, nous poursuivons notre mission visant à encourager la collaboration et le partenariat non seulement entre les gouvernements, mais aussi entre les investisseurs, les décideurs, les universitaires et toutes les personnes concernées par l'économie numérique.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Davos: l’Europe doit adopter un pacte migratoire pour faire face au nombre croissant de réfugiés

Des leaders mondiaux du monde des affaires, de la technologie et de la politique se réunissent lors du Forum économique mondial, qui se déroule du 22 au 26 mai. (Photo fournie)
Des leaders mondiaux du monde des affaires, de la technologie et de la politique se réunissent lors du Forum économique mondial, qui se déroule du 22 au 26 mai. (Photo fournie)
Short Url
  • L’Europe doit adopter un pacte migratoire global pour faire face au nombre croissant de réfugiés ukrainiens, a déclaré le vice-président de la Commission européenne chargé de la promotion du mode de vie européen
  • La guerre en Ukraine a déplacé huit millions de personnes à l’intérieur du pays et forcé plus de six millions d’autres à fuir vers d’autres États

DAVOS: L’Europe doit adopter un pacte migratoire stable et global pour faire face au nombre croissant de réfugiés fuyant la guerre en Ukraine, a déclaré Margaritis Schinas, vice-président de la Commission européenne chargé de la promotion du mode de vie européen.

Lors de la table ronde du Forum économique mondial (WEF), intitulée «Comment faire face aux nouveaux flux migratoires en Europe», M. Schinas a assuré que «l’Europe accueillera toujours ceux qui fuient la guerre et les persécutions. C’est ce modèle de société que nous défendons. Nous avons accueilli plus de 5 millions de réfugiés ukrainiens, mais nous n’avons pas encore mis en place un pacte migratoire. Cela nous oblige très souvent à travailler comme des pompiers plutôt que comme des architectes.»

Une future politique migratoire de l’Union européenne nécessiterait une approche globale reposant sur des relations solides avec les pays d’origine et de transit, un système frontalier collectif et uniforme et des procédures au sein des pays de l’Union, ainsi qu’une solidarité entre toutes les couches sociales pour faire face au poids des crises mondiales, a expliqué le vice-président.

La Moldavie est une preuve que les contrôles conjoints aux frontières et la communication à tous les niveaux peuvent contribuer à faciliter le mouvement des réfugiés, selon la Première ministre moldave, Natalia Gavrilița.

Environ un demi-million de personnes ont franchi la frontière entre l’Ukraine et la Moldavie, a-t-elle précisé, ajoutant que les plans d’urgence mis en place ont permis à des milliers de migrants ayant fui précipitamment d’entrer dans le pays sans être munis de tous les papiers nécessaires.

Des centaines de Moldaves se sont également mobilisés pour fournir une aide et offrir leurs services afin de faciliter l’afflux d’Ukrainiens dans le pays, a-t-elle indiqué.

La table ronde du Forum économique mondial s’est tenue après que le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), a annoncé lundi que le nombre de personnes contraintes de fuir les conflits, la violence, les violations des droits de l’homme et les persécutions dans le monde avait franchi pour la première fois le triste cap des 100 millions.

La guerre en Ukraine a, à elle seule, déplacé huit millions de personnes à l’intérieur du pays et forcé plus de six millions d’autres à fuir vers d’autres États, selon les nouvelles données du HCR.

Fin 2021, environ 90 millions de personnes ont été déplacées de force dans le monde en raison de conflits et de nouvelles vagues de violence dans des pays comme l’Afghanistan, le Myanmar et le Burkina Faso.

Lors du Forum de Davos, qui se déroule du 22 au 26 mai, des leaders mondiaux du monde des affaires, de la technologie et de la politique se réunissent pour la première fois depuis le début de la pandémie de Covid-19 pour discuter du climat, de la technologie et des questions géopolitiques, notamment des conséquences de la pandémie et de la crise ukrainienne.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com